AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sophie Mousset (Éditeur scientifique)
EAN : 9782290001912
77 pages
Éditeur : Librio (28/09/2007)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :

" Cette différence est bien peu de chose, elle n'existe que dans la couleur, mais les avantages qu'ils ont sur nous sont immenses. (...) Ils se servent de nous dans ces climats comme ils se servent des animaux dans les leurs. " Voulant échapper à une peine injuste, deux esclaves, Zamore et Mirza, trouvent refuge sur une île déserte. Un navire vient se briser sur la côte. Seuls rescapés, Sophie et son mari Valère son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bina
  25 novembre 2014
Ce texte d'Olympe de Gouges est intéressant surtout pour le contexte et sa réception plus que pour ses qualités intrinsèques.
Dans les années 1780, elle écrit des oeuvres romanesques et ce drame consacré à l'esclavage des noirs est semble-t-il sa première pièce.
Dès 1783, elle présente sa pièce à L Académie Française. Mais il lui fallut attendre 1789 pour être répétée et durer le temps de deux représentations. Elle la présente d'abord anonymement, mais à partir du moment ou les comédiens apprennent que l'auteur est une femme, Olympe de Gouges doit se battre pour que la pièce soit mise au répertoire. Les cabales se forment et s'enchaînent.
Le texte a d'abord été écrit sous le titre Zamore et Mirza ou l'heureux naufrage. Il raconte les amours malheureuses de deux esclaves fugitifs, un homme et une femme. L'homme est accusé d'avoir tué l'intendant de son maitre, qui voulait séduire Mirza. Exotisme léger, cette pièce vaut parce que les esclaves s'insurgent contre leur condition.
L'ampleur du mouvement abolitionniste qui se développe à la fin des années 1780 allait provoquer l'inquiétude des grands propriétaires blancs. Pour répondre à ce combat, Olympe de Gouges transforme le titre de sa pièce en L'esclavage des nègres.
Pour voir sa pièce publiée, elle doit remanier son contenu. Les esclaves noirs (et il ne fait aucun doute sur leur couleur et sur leur fonction) deviennent des indiens, des natifs, mais cette ficelle est peu crédible et est contredit par les propos tenus par les personnages. On voit clairement qu'il s'agit juste d'un artifice pour être publié.
La connotation du mot nègre évolue encore, et e 1792 la pièce a pour titre L'esclavage des Noirs.
La présente édition présente le texte que le souffleur avait en sa possession en 1789. Mais à cette version lui succède les différentes versions ayant existées.
Autant j'ai beaucoup apprécié la préface de ce livre qui m'a permis de contextualiser la pièce, autant je me suis ennuyée à la lecture de la pièce proprement dite, le style ne m'accrochant pas du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Laureneb
  08 octobre 2018
D'Olympe de Gouges, je connaissais la vie et les combats, pour les droits des femmes essentiellement, pour la monarchie constitutionnelle, contre l'esclavage. C'est ici une thèse abolitionniste que défend cette pièce, au nom des principes d'humanité et de respect des lois de la nature.
Mais d'un point de vue strictement dramatique, la pièce fonctionne mal puisque les rebondissements sont convenus et sans surprise, les personnages monolithiques sans évolution psychologique. A la lecture, j'ai eu l'impression de lire des thèses exposées plutôt que des tirades de personnage.
Malgré tout le respect que j'ai pour Olympe de Gouges, je n'ai donc pas vraiment apprécié cette pièce. J'ai préféré la Préface, qui expose plus clairement les thèses de l'auteure, tout en répondant aux critiques - et même aux menaces de mort - du lobby des planteurs propriétaires d'esclaves comme on dirait aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
binabina   25 novembre 2014
Mirza: - Mais dis-moi, pourquoi les Européens ont-ils tant davantage sur nous, pauvres esclaves? Ils sont cependant fait comme nous. Nous sommes des hommes comme eux, pourquoi donc une si grande différence de leur espèce à la nôtre?

Zamore: - Cette différence est bien peu de chose, elle n'existe que dans la couleur. Mais les avantages qu'ils ont sur nous est immenses. L'art les a mis au dessus de la nature, la nature en a fait des dieux, et nous ne sommes que des hommes. Ils se servent de nous sous ces climats, comme ils se servent des animaux dans les leurs. Ils sont venus chez nous, se sont emparés de nos terres, de nos fortunes, et nous ont fait esclaves pour récompense des richesses qu'ils nous ont ravies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaurenebLaureneb   07 octobre 2018
CORALINE.
J'ai lu dans un certain Livre que pour être heureux, il ne fallait qu'être libre et bon cultivateur. Il ne nous manque que la liberté, qu'on nous la donne, et tu verras qu'il n'y aura plus ni maîtres ni esclaves.
Commenter  J’apprécie          50
LaurenebLaureneb   07 octobre 2018
LE JUGE,
Votre modération perd aujourd'hui la Colonie
LE M A J O R.
Dites mieux ; elle la sauve peut-être. Vous ne connaissez que vos lois cruelles , et moi, je connais l'art de la guerre et l'humanité. Ce ne sont point nos ennemis que nous combattons ; ; ce sont nos Esclaves, ou plutôt nos Cultivateurs. Pour les réduire, il eût fallu, suivant vous, les faire passer au fil de l'épée.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Olympe de Gouges (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olympe de Gouges
Trop souvent confondue avec son homonyme révolutionnaire Olympe de Gouges ou tout simplement oubliée, Olympe Audouard est pourtant une figure de proue du féminisme sous Napoléon III, qui n'a cessé de transgresser les normes en vigueur en franchissant la frontière de la sphère privée, seul espace autorisé aux femmes. Au coeur de la vie intellectuelle du Second Empire, elle a fondé pas moins de trois quotidiens, écrit une trentaine de livres et ferraillé avec la plupart des intellectuels et hommes de pouvoir contemporains, de Barbey d'Aurevilly à Zola en passant par le préfet Haussmann. Maîtresse d'Alexandre Dumas et de Victor Hugo, protégée de Théophile Gautier, ses combats contre « le sexe barbu », notamment pour le droit au divorce, résonnent encore aujourd'hui. Celle que l'on surnomme la « Papillonne », du nom de son premier journal, est également une aventurière chevronnée : juchée sur les premiers chemins de fer, elle a observé de près la conquête de l'Ouest américain, les mouvements nihilistes russes, failli périr noyée dans un naufrage entre Alger et Marseille, affronté une tempête dans le désert avec Abd el-Kader… Un destin hors du commun, une figure qui a marqué son époque et que la nôtre gagnera à redécouvrir.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
753 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre