AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1092016333
Éditeur : Jigal (16/02/2015)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
À Marseille, l’été n’en finit jamais. Mais la douceur des nuits phocéennes habituellement ponctuées par les traditionnels règlements de comptes à la kalach’ est brutalement perturbée par un mystérieux tueur qui s’attaque sauvagement aux jeunes bourgeoises des quartiers Sud. Curieusement, le modus operandi de ces meurtres ressemble étrangement à celui de Jack l’Éventreur… Clovis, en mission officieuse, décide alors de quitter son havre de paix et ses collines pour te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
umezzu
  20 mars 2018
Ce Maurice Gouiran se lit comme d'habitude avec grande facilité. Clovis Narigou continue d'élever ses chèvres au Rove et passe quasi quotidiennement au Beau Bar à l'Estaque partager quelques tournées avec les habitués, dont certains parmi les petit truands locaux se font dessouder. Mais, d'un coup, l'ambiance passe de la kalashnikov à Jack l'éventreur, quand des premiers cadavres de jeunes femmes friquées des beaux quartiers de Marseille sont découverts atrocement mutilés.
Clovis va se retrouver lié à l'enquête par deux de ses conquêtes féminines (passée et présente) opérant à l'Evéché, au commissariat central.
Gouiran passe d'ailleurs plus de temps à s'étendre sur la vie chaotique de Clovis qu'à entraîner le lecteur dans une enquête poussée. Il détaille les exploits passés de Jack l'éventreur, dont le criminel s'inspire à la lettre. Et l'intrigue finit doucement par arriver sur ce qui constitue le thème du récit, un sujet d'actualité que je ne nommerais pas pour préserver un semblant de suspense.
Bref, ça se déguste avec simplicité, comme un pastaga l'été, mais Gouiran me plaît bien plus lorsqu'il entremêle l'Histoire et le polar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
mimipinson
  09 mars 2015
« Les ivrognes sont comme les oiseaux migrateurs, ils retrouvent toujours la branche sur laquelle ils se sont posés un jour. »
Marseille, fin d'été, ses petites frappes qui se font buter au détour d'une petite rue, rien d'anormal à Marseille…
Mais aussi, et c'est plus surprenant, des femmes de bon milieu, qui se font massacrer dans les beaux quartiers…
Mais que fait la police ? Nous sommes à Marseille !! Alors doucement le matin, et pas trop vite l'après-midi ; et puis surtout, ne venez pas trop secouer le commissaire. Il a ses méthodes, son train-train, et quelques gugusses pas très propres sur eux.
Ajoutez un baroudeur sur le retour, porté sur le pastis, et le sexe (dit) faible… Clovis, c'est son petit nom. Il a élu domicile dans une bergerie dans les collines, mais ne dédaigne pas descendre au bar, ni aller fureter ici où là, officieusement, il va sans dire.

Avec Maurice Gouiran, ça dépote et ça fuse. Ne vous attendez pas à des exercices de style ; la prose y est directe, sans fioriture, virulente, et dont la part de l'argot est juste dosée comme il faut. Il y a beaucoup d'humour et d'ironie là-dedans ; Et cela fait du bien !
De plus, du bruissement de la ville et de ses dangers, Maurice Gouiran nous fait passer d'un trait de plume à la garrigue, et la vue sur la mer.
Au-delà d'une enquête, qui, certes tient un peu le suspense au début, mais n'a rien de redoutable non plus, c'est plus une ambiance, une atmosphère, et l'esprit des lieux qui ont retenu mon attention.
Un polar sans façon, bien agréable à lire le week-end, qui sous son air léger nous donne à voir une ville telle quelle où les affaires du monde viennent se fracasser. L'art de mettre en lumière l'actualité, et les dérives de nos sociétés sans se prendre au sérieux.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
mimipinsonmimipinson   09 mars 2015
Les ivrognes sont comme les oiseaux migrateurs, ils retrouvent toujours la branche sur laquelle ils se sont posés un jour.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maurice Gouiran (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Gouiran
NOUVEAU « Maurice Gouiran offre à ses lecteurs un condensé de son savoir-faire de conteur d?histoires dans l?Histoire, de professionnel de la littérature noire. Passionnant de bout en bout, ce Printemps des corbeaux est une ?uvre majeure dans l?abondante et brillante production de l?auteur. » Catherine Dutigny / La Cause Littéraire
Au début des années 80, Louka a vingt ans. Il a eu une enfance difficile et plutôt cabossée, sa mère l?a abandonné très jeune, son père, un malfrat, a été abattu par la police lors d?un braquage? Aujourd?hui il est étudiant en informatique, a une terrible revanche à prendre sur la vie, s?intéresse très peu à la présidentielle et cherche par dessus tout le moyen le plus rapide de toucher le pactole. C?est un garçon vif et intelligent, débordant d?imagination et apte à se faire de bons contacts dans tous les milieux? Pratique quand on veut réussir vite et bien? Et puis, fidèle à ses habitudes d?emmêleurs d?Histoire, Maurice Gouiran aborde, avec ces milliers de lettres de dénonciation que Louka va récupérer, d?autres sujets beaucoup plus graves? Et une plongée dans les sombres profondeurs de l?Histoire vue par Maurice Gouiran, c?est toujours très instructif. On y retrouve les tics, les passions et les mauvaises habitudes de certains, les nantis comme les appelle Louka, et surtout les galères, la débrouille et les combines des autres? À travers ses intrigues et ses romans, Maurice Gouiran dessine le portrait des époques et c?est parfois grâce à d?infimes détails que l?on perçoit mieux les pulsations de ces années-là ! « Maurice Gouiran nous propulse avec art dans cette époque si particulière? C'est un roman noir, l'action, le suspense, les rebondissements sont là, du début à la fin? Ça meurt un peu autour de lui, violemment. On apprend toujours des tas de choses en lisant Maurice Gouiran, le Printemps des Corbeaux ne fait pas exception, il confirme la règle, et quel conteur ! Impossible de lâcher le texte.» Quatre Sans quatre.
Quatrième de couverture : Mai 81. La France se passionne pour les prochaines présidentielles. Louka, jeune étudiant marseillais, cherche plutôt une idée pour gagner un peu de fric. Une mère aux abonnés absents, un père abattu lors d?un braquage, Louka a un passé chargé, trimbalé entre foyers et familles d?accueil. Pour l?instant, il va à la Fac, vit de petits boulots et de combines en tout genre. Mais Louka est intelligent, il fonctionne à l?instinct, maîtrise déjà les codes des voyous et ceux qui permettent de mener les hommes. Et c?est en lisant un article du Canard sur Papon que l?idée va jaillir? Sans aucun état d?âme, il met alors en place une redoutable machine à cash? Mais le chemin qui mène à l?enfer n?est-il pavé que de bonnes intentions ?
JIGAL POLAR http://www.polar.jigal.com
+ Lire la suite
autres livres classés : gpaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre