AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350872114
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (14/02/2013)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Février 1936. Les Jeux olympiques de Garmisch-Partenkirchen ont été une opération de communication réussie pour le régime nazi. Alors que le IIIe Reich entre dans sa phase triomphante, Andreas Kuppler, chroniqueur sportif réputé, traverse une crise existentielle. En acceptant de prendre sa carte du NSDAP n’est-il pas devenu un pantin du pouvoir ? La dépression de Magdalena, son épouse, exacerbe son malaise. Au fil des années, la stérilité de leur union a pesé lourde... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Palmyre
14 juillet 2013
Un couple au bord de la rupture, une situation politique tendue, et un climat de suspicion général, sous la plume magnifique de Michel Goujon.
Andreas est un brillant journaliste sportif. Février 1936, il est chargé de couvrir les Jeux Olympiques d'hiver en Allemagne. Sa femme Magdalena est restée à Berlin. Ils sont arrivés à un point critique de leur vie de couple. L'absence de progéniture est un sujet délicat et semer d'incompréhension face à leur divergence de réactions. Magda rêve d'enfanter, lui relativise beaucoup plus la situation.
Leur divergence d'opinions ne cessera de s'accroître. Elle est une fervente admiratrice d'Hitler au point de lui dédier un petit hôtel dans leur appartement. Lui est beaucoup plus critique à l'égard de ce nouveau gouvernement qui prend place. Il prend la défense des juifs au point de se faire mal voir par son patron, et sa belle-famille. En proie aux interrogations sur l'avenir de son pays qu'il aime, Andreas doute, se questionne sur le bien fondé du nazisme. Il a un regard différent.
L'histoire est très intense et captivante, elle se déroule en deux jours en y insérant les rêves d'Andreas qui nous apparaissent comme très réalistes.
Ce livre m'a interpellé et j'ai vraiment apprécié découvrir une partie de notre histoire et la position délicate d'Andreas face à un régime totalitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
TRIEB
04 mars 2013
Comment la terreur issue d'une idéologie totalitaire telle que le nazisme s'implante-t-elle parmi les individus ? Par leurs silences et par la peur. Ce Sont les thèmes majeurs abordés dans le roman de Michel Goujon La désobéissance d'Andreas Kuppler.
Andreas Kuppler est chroniqueur sportif dans un grand journal berlinois dirigé par Ralph Becker, patron de presse compétent, nazi militant et convaincu des bienfaits du régime. Il couvre en 1936 les jeux Olympiques d'hiver de Garmisch-Partenkirchen, station de sport d'hiver à la mode en Allemagne. Il y trouve l'occasion de réfléchir sur l'état du couple qu'il forme avec Magdalena, femme conservatrice, réactionnaire et n'ayant pour seul but que la maternité, l'accroissement de la population du Reich, voulue par le Führer.
Andreas rencontre dans l'hôtel où il séjourne des journalistes américains. Ces contacts lui permettent de s'aérer l'esprit, de s'affranchir, même fugitivement, de la chape de plomb que fait peser le régime sur la vie culturelle allemande. Un soir, sur la piste de danse du bar de l'hôtel, il succombe aux charmes d'une jeune femme, Susanna Rosenberg, dont il apprendra plus tard le rôle actif dans l'aide à l'émigration des opposants allemands au nazisme…
Pour compléter l'environnement familial, les beaux-parents d'Andreas, Joseph et Marie Bock, sont des ultraconservateurs issus de la bourgeoisie prussienne, militaristes, antisémites. Ils n'apprécient guère leur gendre qu'ils jugent tiède, peu crédible par le métier qu'il exerce.
Beaucoup de constats faits par Michel Goujon au cours du roman sont pertinents : d'abord que les grandes manifestations sportives sont des éléments de propagande décisifs pour les dictatures : « le Reich était si fier d'afficher aux yeux du monde entier sa puissance retrouvée, et le grand organisateur de ces jeux d'hiver n'était autre que Joseph Goebbels, le ministre de la Propagande ! »
Andreas Kuppler constate aussi, pour tenter de se rassurer, que la célébration de l'appartenance à la race par le sport n'est pas le monopole des nazis : « le Français Pierre de Coubertin –père des jeux Olympiques modernes et autorité morale incontestable n'avait-il pas affirmé(…) que l'athlète doit être le porte-drapeau non seulement de sa patrie mais de sa race ? »
Andreas n'est pas ce qu'on appelle quelqu'un d'engagé ; il est réservé à l'égard de toute forme de militantisme. Il est membre du parti nazi, il est encarté, mais pas actif. C'est précisément ce que lui reproche Ralph Becker, son patron, qui lui fait comprendre qu'il est suivi par la Gestapo, suspecté de tiédeur envers le régime .Tel n'est pas le cas de son épouse qui, faute de pouvoir accéder à la maternité, milite dans une association La femme et l'enfant, dont les buts sont au service de l'idéologie du régime .A la femme, les trois K : Kinder, Kirche, Küche (Les enfants, l'Eglise, la cuisine)
Pour combler son désir d'enfant, ainsi que son adhésion au régime, son épouse fréquente une auberge le Crépuscule des Dieux dans laquelle des jeunes hommes « aryens », grands blonds aux yeux bleus, perpétuent la « race » germanique. C'est la traduction de l'eugénisme, autre élément de l'idéologie nazie.
Ce qui poussera Andreas à la désobéissance finale, c'est d'abord un constat personnel : la place d'une peur diffuse partagé par tous, intériorisée. C'est aussi la vision de ces manifestations de rues, les saccages de magasins tenus par des Juifs, les autodafés de livres : « Andreas était rentré chez lui d'un pas morne. Il avait lu dans leurs yeux une fascination morbide et une joie élémentaire : celle de la horde primitive. »
A la fin du roman, Andreas désobéit à un ordre des officiers de la Gestapo venus l'arrêter : l'auteur laisse entendre qu'il parviendra à quitter l'Allemagne, et à résister au régime .Ce roman pose des questions essentielles : comment devient-on barbare ? Pourquoi les Lumières s'éteignent-elles ,comme le dit Erika Mann ,dans une société comme la société allemande, hautement évoluée et cultivée avant l'avènement du nazisme ? Il n'y a pas de réponse, selon Michel Goujon, seulement une appréhension de ces phénomènes. La lecture de ce beau roman contribuera à la réflexion générale sur ce thème.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tycos
07 juillet 2013
Andreas Kuppler , journaliste sportif, couvre les jeux Olympiques d'hiver de 1936 à Garmisch-Partenkirchen. Au travers de ses réflexions sur sa vie, sur son couple, on assiste à la main-mise progressive de l'appareil nazi sur la société allemande de cette période. Andreas aime l'Allemagne, mais il ne comprend pas le climat malsain mis en place par les nazis. Il a des idées démocrates, alors que sa femme apprécie le führer. Mais celle-ci est malade de ne pas avoir d'enfant. Et leur couple se défait pour cette raison, qui lui fait perdre la sienne.
Et parce qu'il n'est pas foncièrement pro-nazi (avec toutes les thèses anti-juives et anti-noirs qui l'accompagnent), Andreas est désormais suspect vis à vis des autorités.
J'ai vraiment beaucoup apprécié ce livre. D'une écriture très fluide il se lit très vite (trop?). On apprend énormément de choses (par exemple les atrocités allemandes à Dinant et Neffe en 1914, les camp de travail pour ceux qui sont jugés anti-allemand (je les avais déjà vus dans le trilogie berlinoise de Kerr, qui se passe à peu près à la même époque (pour le premier tome))), on va même espérer que Kuppler a réellement existé tellement on croit à ce journaliste sportif et à son histoire.
Je conseille vraiment ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chouqueette
09 mars 2013
La désobéissance d'Andreas Kuppler n'est pas un roman comme les autres. Petit roman pour grande histoire, il vous emmène dans l'Allemagne nazie que l'on connait tous tout en nous la présentant différemment.
On découvre donc le point de vue d'Andreas, journaliste sportif, qui s'interroge, doute et commence à ne plus croire dans le régime. Il ne cherche pas à comprendre, à justifier, il doute simplement et ce doute, le poussera dans ces derniers retranchements, le poussera à franchir des limites qu'il n'imaginait jamais devoir franchir.
Andreas Kuppler est, en somme, un homme tout à fait normal. Marié et journaliste, il a une vie de couple difficile & un travail qui le satisfait. Membre du NSDAP, aryen et allemand, il se met pourtant à douter du bien fondé du régime. Malheureusement, il n'est pas le seul à se rendre compte de ce doute et son manque d'investissement pourrait le conduire vers sa propre fin…
Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est tout simplement le fait de découvrir le point de vue d'un personnage qui vit le nazisme de l'intérieur sans être un nazi et avant la guerre. Il ne cherche pas à comprendre ni à justifier les actions mais s'interroge, réfléchit, se pose les bonnes questions. Il n'est pas là pour savoir si c'est bien ou mal, non, il est là pour expliquer des choses, pour expliquer une époque. Grâce à ce roman, on découvre une autre facette de l'Allemagne nazie, une face dans laquelle le peuple adhérait au NSDAP par peur pure et simple…
Mais comme le dit si bien Michel Goujon dans son hommage à la fin du livre, comprendre, c'est justifié. Malgré tout, d'une certaine manière, il m'a fait comprendre ce que je refusais de voir : je ne veux pas comprendre pourquoi ils ont fait ça, pourquoi ils ont tués tous ces gens. Et au fond… qui peut le vouloir ? Il est impossible de comprendre pourquoi un être humain en tue un autre.
Ce livre m'aura emporté dans la vie d'Andreas et la fin.. La fin est tellement triste et prometteuse à la fois. D'un côté, j'ai envie d'en savoir plus sur la vie d'Andreas et de l'autre, je me dis qu'il a fait ce qu'il devait faire et qu'il sera quelqu'un de bien.
Je finirais juste sur un grand MERCI à Michel Goujon pour ce livre, pour cette lecture qui m'a beaucoup plu et qui a su me transporter dans une période de l'histoire qui est difficile à conter.
Un livre simple pour un contexte dramatique mais un livre original qui tire son épingle du jeu grâce à un axe politique plutôt que guerrier. Il s'agit donc d'un véritable moyen de découvrir autrement cette guerre meurtrière en découvrant ce qu'il s'est passé avant qu'elle arrive.
Un roman à lire si l'on s'intéresse de près ou de loin à la seconde guerre mondiale ! ;)
Lien : http://nosfolieslitteraires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
saxaoul
19 février 2013
1936. Andreas Kuppler est journaliste sportif pour un grand quotidien berlinois et n'a plus à faire ses preuves depuis bien longtemps. Son talent est reconnu par tous. Il est considéré comme l'un des meilleurs chroniqueurs de son domaine. Pendant quelques jours, il s'absente de la capitale allemande pour couvrir les jeux olympiques d'hiver de Garmisch-Partenkirchen. Là-bas, il assiste au numéro de démonstration du Troisième Reich qui se sert de ce grand évènement pour faire de la propagande et se montrer sous son meilleur jour.
Mais Andreas n'est pas dupe. Depuis quelques temps déjà, il a du mal à adhérer aux idées du national-socialisme, ce qui n'est pas le cas de sa femme et surtout de sa belle-famille. Les déaccords au sein du couple à ce sujet sont nombreux mais Andreas a tendance à laisser dire sa femme et à cacher une bonne partie de ce qu'il pense. Magdalena a été élevée dans une famille bourgeoise et son père, un ancien militaire membre actif du NSDAP (parti national-socialiste des travailleurs allemands) a toujours une très forte influence sur elle. Il l'a convaincue sans problème de la supériorité de la race aryenne.
Mais que pense vraiment Andreas de tout ce qui se passe en Allemagne ces derniers temps ? Il ne sait plus trop... Quand une jeune juive se fait tabasser, il la défend, il ne peut pas tolérer ça. D'un autre côté, depuis l'arrivée au pouvoir d'Hitler, c'est vrai que son pays va mieux. Au début, il adhérait un peu aux valeurs du national-socialisme. Aujourd'hui, il a des problèmes de conscience car il se rend compte que, s'il ne partage pas le point de vue de beaucoup de ses compatriotes, il ne fait rien non plus pour lutter contre le pouvoir en place et se tait.
A ces divergences d'idées au sein du couple, s'ajoute un problème de stérilité. Mariés depuis plusieurs années, ils n'arrivent pas à avoir d'enfant. Magda est obsédée par cela au point de s'engager uniquement par intérêt personel dans une association nazie qui vient en aide aux femmes enceintes et aux jeunes mères. Elle s'enfonce dans la dépression. Avec Andreas, ils ne se comprennent plus et envisagent de divorcer rapidement.
Parfois, les convictions politiques d'Andreas transparaissent dans ses articles et cela commence à lui causer des problèmes au journal. Ceux qui ne s'engagent pas de manière ostensible dans le nazisme sont très vite considérés comme suspects et opposants au régime. Sa femme saura t-elle le soutenir ? Ils vont devoir faire face tous les deux à leur propre conscience...
La désobéissance d'Andreas Kuppler est un roman passionnant dans lequel un couple lamba se trouve confronté à L Histoire. Il aborde les thèmes de la conscience politique, du compromis et de la compromission, de la propagande mais aussi de la trahison. L'auteur, Michel Goujon, est journaliste et on sent bien qu'il s'est documenté sur son sujet avant d'écrire.
La première partie, qui raconte le passé récent d'Andreas ainsi que ses rapports avec ses beaux-parents et sa femme est un peu longue à mon goût mais très vite, le livre prend une autre dimension. L'histoire de ce couple n'est en fait qu'un prétexte pour appréhender une période sombre de l'histoire et montrer que, malheureusement, nous n'arriverons jamais à comprendre vraiment comment la dictature a pu arriver à ses fins.
Lien : http://saxaoul.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PalmyrePalmyre16 juillet 2013
Faire un long voyage en train, à condition que l'on soit seul, permettait une sorte de cheminement intérieur que favorisaient les vibrations, la sensation de la vitesse, la campagne et les villes filant à toute allure, telle une allégorie de la vie.
Commenter  J’apprécie          180
PalmyrePalmyre07 juillet 2013
Quelques secondes, le silence régna dans la salle. Puis tous les clients se levèrent d'un bond pour acclamer la Gestapo. Andreas, pétrifié, ne quittait pas des yeux ses beaux-parents qui applaudissaient de bon cœur, comme au spectacle, quand le rideau tombe.
Commenter  J’apprécie          120
tycostycos05 juillet 2013
Le nazisme ne peut ni ne doit être compris, il sort l'homme de l'humain, le fait basculer dans pire que la barbarie, l'abomination. Comprendre, c'est déjà justifier.
Commenter  J’apprécie          80
tycostycos18 juin 2013
Il devait se rendre à l'évidence : il n'était, au fond, qu'un nazi ordinaire et suiviste. Mais les suivistes n'étaient-ils pas des nazis, la pire espèce ?
Commenter  J’apprécie          50
tycostycos18 juin 2013
En Allemagne, tout le monde ou presque est national-socialiste, se dit-il pour essayer de se rassurer. Oui et alors ? En quoi cela le dédouanait-il ? La morale reposait-elle sur des statistiques, la loi du plus grand nombre ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Michel Goujon (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Goujon
La désobéissance d'Andreas Kuppler de Michel Goujon .Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/la-desobeissance-d-andreas-kuppler-de-michel-goujon-513.html 1936, les « Jeux Olympiques d?hivers de Garmish-Partenkirchen » servent de vitrine au Troisième Reich. Andréas Kuppler est un jeune journaliste sportif. En deux jours, ça vie va basculer dans les affres du Nazisme. « La Désobéissance d?Andreas Kuppler », le nouveau titre de Michel Goujon aux éditions « Héloïse d?Ormesson ». Michel Goujon est sur « Web TV Culture ».
autres livres classés : nazismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
775 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre
. .