AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christian Jeanmougin (Traducteur)
ISBN : 2020490935
Éditeur : Seuil (16/03/2001)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 18 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Seuil, Science ouverte - 09/1997)


Un livre dérangeant! Ne respectant décidément aucune idée reçue, Gould s'en prend ici à notre image d'une nature dont l'histoire serait régie par une logique de progrès. L’évolution, montre-t-il, n'est pas cette inéluctable marche vers une complexité et une subtilité croissantes qui, partant des formes les plus simples, culminerait triomphalement par l'apparition de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Belem
  16 février 2013
La notion de progrès concernant l'évolution du vivant est une idée fausse. Il ne faut pas voir cette évolution uniquement à travers le prisme des cas extrêmes, mais apprécier l'ensemble des variations de tout le système. (Il faut aussi se méfier des moyennes : elles donnent une idée fausse d'un ensemble ; par exemple : moyenne arithmétique (salaire moyen), moyenne nodale : éloignées de la vraie courbe. Une mesure plus réaliste serait le mode : fréquence d'une occurrence.)
Ainsi, pour les chevaux, l'idée de progrès est fausse (augmentation de la taille ; diminution du nombre de doigts)
Les chevaux sont en effets issus d'un “buisson” (et non d'une “branche”) très diversifié, dont les rameaux ayant eu le plus de succès étaient de petites tailles et à plusieurs doigts. le maintien des espèces actuelles (cheval moderne, zèbre) est le fruit du hasard, et un “résidu” de l'évolution.
(par ailleurs, le succès évolutif est plus grand pour les espèces qui marchent sur deux doigts : bovins, ovins, caprins, de l'antilope du désert au chamois des sommets enneigés)
S. Jay Gould illustre ensuite l'erreur que peut constituer l'analyse d'une moyenne mesurant un aspect d'un système par rapport à l'évolution du système tout entier. (Ainsi, l'extinction du score record de 400 à la batte - 0,4 au Base-Ball -, cache en fait une progression dans tous les secteurs du jeu.)
Revenant à la nature, S. J. Gould montre que le mode de vie dominant sur la planète était, est, et sera toujours celui des bactéries. Elles sont présentes partout, dans l'atmosphère, dans nos intestins et à plusieurs kilomètres de profondeur dans la roche ou au fond des mers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   29 novembre 2013
LA " MARCHE DE L'IVROGNE " : Un homme sort d'un bar complètement saoul et titube sur le trottoir, entre le mur du bar et le caniveau. S'il atteint le caniveau, il s'écroule ivre mort et le jeu s'arrête. Supposons que le trottoir ait trois mètres de large et que notre ivrogne marche au hasard, avec un pas moyen de cinquante centimètres, en avant ou en arrière. [...]
Où va-t-il aboutir si on le laisse tituber suffisamment longtemps ? Dans le caniveau, inéluctablement, et pour la raison suivante : chaque pas, en avant ou en arrière, a une probabilité égale de 1/2. Le mur du bar constitue un " barrière infranchissable ". [...] Autrement dit, son mouvement ne peut se développer que dans une seule direction : vers le caniveau. [...]
J'ai exhumé ce vieil exemple pour illustrer un point capital : [...] L'ivrogne tombe à chaque fois dans le caniveau, mais son mouvement ne témoigne d'aucune tendance à cette forme de perdition. D'une manière similaire, une mesure moyenne ou extrême de la vie peut progresser dans une direction donnée même si aucun avantage évolutif ou aucune tendance intrinsèque ne favorise ce mouvement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
BelemBelem   18 février 2013
Gould explique le mécanisme de la sélection naturelle : « Darwin consacre les premiers chapitres de De l'origine des espèces à établir les trois faits suivants :
1. Tous les organismes tendent à produire plus de descendants qu'il n'en peut survivre
2. Ces descendants présentent entre eux des variations et ne sont pas des copies conformes d'u type immuable
3. Une part au moins de ces variations se transmet génétiquement aux générations futures.
Le principe de sélection naturelle devient alors une conséquence de ces trois faits :
4. Si nombre de descendants sont condamnés à mourir (car l'écosystème naturel ne peut tous les accueillir) et si, dans chaque espèce, les individus présentent entre eux des variations, alors, en moyenne (autrement dit, statistiquement, et non pas systématiquement), les survivants sont les individus dont les variations sont par chance mieux adaptées aux changements de l'environnement local. Puisque l'hérédité existe, les descendants des survivants tendent à ressembler à leurs parents. Au fil du temps, l'accumulation de ces variations avantageuses produit un changement évolutif. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
odin062odin062   01 septembre 2012
Nous pensions vivre sur le corps central d'un univers limité lorsque Copernic, Galilée et Newton révélèrent que la Terre n'est qu'un minuscule satellite d'une étoile secondaire. Nous nous étions alors rassurés en imaginant que Dieu avait néanmoins choisi ce lieu excentré pour créer un organisme unique à Son image quand Darwin vint "nous reléguer au rang de descendants du monde animal". Nous avions alors trouvé consolation dans la rationalité de notre esprit lorsque, ainsi que le note Freud dans l'une des moins modestes affirmations de l'histoire de l'intelligence, la psychologie découvrit l'inconscient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BelemBelem   18 février 2013
« J'insiste sur ce point car je montrerai que le progrès dans l'histoire de la vie – mon second exemple clé – est une illusion pour exactement les mêmes raisons. Quelques créatures ont acquis une plus grande complexité dans la seule direction qui s'est trouvée ouverte à leur variation. Le mode est resté solidement ancré sur les bactéries durant toute l'histoire de la vie : quel que soit le critère auquel on se réfère, les bactéries furent dès le début, sont aujourd'hui, et resteront toujours les organismes les plus réussis de la Terre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Stephen Jay Gould (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Jay Gould
Le média n'est pas le message
Dans la catégorie : Evolution des espècesVoir plus
>Sciences de la vie, biologie>Microbiologie>Evolution des espèces (45)
autres livres classés : évolutionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
282 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre