AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757824937
Éditeur : Points (23/05/2011)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 34 notes)
Résumé :

Si Stephen Jay Gould est devenu paléontologue - et accessoirement l'un des meilleurs spécialistes actuels de l'évolution -, c'est parce qu'il est tombé en arrêt, à l'âge de cinq ans, devant le Tyrannosaurus du Museum de New York.

La " crainte respectueuse " qu'il dit avoir éprouvée ne l'a jamais quitté depuis, comme en témoignent chacun des trente essais qui composent ce livre. Qu'il parle des mutations génétiques, des organes sexuels de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  20 mai 2015
C'est toujours avec grand plaisir qu'on se plonge dans un recueil de mini-essais de Stephen Jay Gould. On ne sait qu'une chose, c'est que découvertes et surprises seront au rendez-vous.
Ici, l'ouvrage ne déroge pas à la règle : le titre — traduction osée et intéressante mais quelque peu fallacieuse de l'original " Hen's teeth and horse's toes " — évoque le fait que des vestiges d'évolutions antérieures sont toujours perceptibles de nos jours chez à peu près toutes les espèces, en l'occurrence ici, les gènes codant pour les dents chez les poules (et tous les autres oiseaux) du temps où celles-ci étaient des dinosaures ordinaires ainsi que les embryons de doigts latéraux qu'on peut encore déceler sur un squelette de cheval, témoins d'une époque où les chevaux étaient polydactyles.
Je vous conseille également l'essai intitulé " l'anneau de guano " (photo de couverture) où Stephen Jay Gould nous fait toucher une réalité évolutive qui va à l'encontre des sociobiologistes (comme Richard Dawkins, par exemple ou Edward O. Wilson) qui pensent un peu trop en termes de " tout adaptatif ".
Qu'en est-il ici avec le fou à pieds bleus qui vit sur les rochers désolés de l'archipel des Galapagos ? le couple reproducteur délimite au moyen de ses fientes un anneau de couleur blanche (qui tranche avec le brun-noir de la roche mère volcanique) au centre duquel il dépose son oeuf.
Les siècles d'évolution ont sélectionné un comportement, ma foi, fort simple pour assurer son succès reproductif, à savoir, tout rejeton situé à l'intérieur de l'anneau est choyé et nourri, tout rejeton situé à l'extérieur de l'anneau se reçoit un bon coup de bec des familles.
L'appareil neuronal nécessaire à l'élaboration d'un tel comportement ne semble pas très complexe et l'efficacité, redoutable, d'où sa sélection. Cependant, si par malheur l'infortuné poussin se retrouve " poussé " hors de l'anneau, il se fait arroser la tête de coups de becs par ses propres parents jusqu'à ce que mort s'ensuive. L'intérêt adaptatif pour les parents semble ici plus douteux.
La leçon de Gould est que chaque comportement vient avec " un paquet " d'autres. Certains sont tellement intéressants d'un point de vue évolutif qu'ils sont sélectionnés mais entraînent dans leur sillage d'autres comportements qu'il est vain de chercher à expliquer avec pour seul critère le fameux rapport coût/bénéfice des sociobiologistes.
Outre ces essais, je vous conseille également l'essai sur Karl Pearson, père du célèbre coefficient de corrélation, et au passage antisémite notoire. J'ai particulièrement savouré aussi sa trilogie du zèbre avec notamment celui intitulé " C'est quoi un zèbre ? " et l'autre " Comment les rayures viennent aux zèbres " évoquant cette douloureuse question de savoir si les zèbres sont noirs rayés de blanc ou blancs rayés de noir ?
Laquelle question ne recevra pas, dans l'imaginaire collectif, la même réponse selon que vous serez un européen blanc ou un africain noir. Or, les natifs du sol africain détiennent la bonne vision (par hasard, il est vrai, mais tout de même).
Gould nous sensibilise aussi au rôle majeur du développement embryonnaire dans la compréhension de l'évolution de même qu'aux avatars de la génétique, voir par exemple l'essai intitulé " Les monstres prometteurs ".
La partie la moins intéressante du recueil, à mon goût, est celle destinée à " prouver " la véracité de l'évolution, activité qui peut nous apparaître comme un enfoncement de portes ouvertes de ce côté de l'Atlantique mais que l'on comprend si l'on resitue ce livre à sa date de parution, en plein dans les années Ronald Reagan et son retour au religieux et au créationnisme. (Gould se battra avec encore plus de véhémence contre les créationnistes dans le recueil suivant le Sourire du Flamant Rose.)
Donc, je conclus en me prononçant encore très satisfaite de ce troisième recueil de " réflexions sur l'histoire naturelle ", mais toute cette glose n'est que mon avis de poule, c'est-à-dire, pas grand-chose tout pendant que mes dents se refusent à pousser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          681
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   02 janvier 2013
Francis Crik, aujourd’hui professeur au Salk Institute, dans le sud de la Californie, a continué à lancer des hypothèses très discutées et provocantes (et qui se sont souvent révélées exactes). A la fin 1981, il a publié un livre, Life itself, où il exposait la théorie d’une "panspermie dirigée" selon laquelle la vie serait apparue sur la terre sous la forme de micro-organismes disséminés par des êtres intelligents qui avaient préféré ne pas faire eux-même le long voyage.(Je vous parie à cinq contre un que ce coup-ci il se trompe - mais à cinq contre un seulement : il a eu trop souvent raison.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
aymeric8003aymeric8003   01 juin 2016
Beaucoup d'illustres contemporains de Cuvier (dont Thomas Jefferson qui, un jour où il n'avait pas d'autre souci en tête consacra un article à ce thème) soutenaient avec force que l'extinction était une impossibilité)
Commenter  J’apprécie          80
PiertyMPiertyM   12 octobre 2014
Certaines vérités exigent parfois qu'on reste dans le droit chemin, mais les voies de la connaissance scientifique sont aussi tortueuses et complexes que l'esprit humain.
Commenter  J’apprécie          40
aymeric8003aymeric8003   10 mai 2016
Pour gratifiants qu'ils soient dans l'abstrait, les triomphes posthumes sonnent creux
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Stephen Jay Gould (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Jay Gould
Le média n'est pas le message
>Microbiologie>Evolution des espèces>Evolution : théories (darwinisme, sélection naturelle...) (24)
autres livres classés : évolutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre