AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Commissaire Michael Ohayon tome 1 sur 6

Jacqueline Carnaud (Traducteur)Laurence Sendrowicz (Traducteur)
EAN : 9782070308965
416 pages
Gallimard (25/01/2007)
3.51/5   47 notes
Résumé :
Un séisme secoue le prestigieux Institut de psychanalyse de Jérusalem : le Dr Eva Neidorf, analyste de grande renommée, a été assassinée moins d'une heure avant de prononcer devant ses pairs une importante conférence, dont le texte a mystérieusement disparu...
L'inspecteur Michaël Ohayon, 38 ans, né au Maroc, ancien étudiant de Cambridge, sera-t-il l'homme de la situation ? Il lui faut enquêter dans le milieu analytique où le non-dit, le double sens, le sous-... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,51

sur 47 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Le Dr Eva Neidorf est retrouvée morte dans son bureau de l'Institut de psychanalyse de Jérusalem. Elle s'y trouvait en ce samedi matin printanier pour y donner une conférence portant selon toute vraisemblance sur des aspects reliés à la confidentialité. C'est le commissaire Michaël Ohayon, directeur adjoint aux Affaires criminelles du district de Jérusalem, qui est chargé de faire sens de la mort brutale de cette psychologue et psychanalyste qui était grandement admirée, tant de ses pairs que de ses patients. Roman introductif d'une série de six, le Meurtre du samedi matin révèle les talents de conteuse de Batya Gour, une auteure israélienne malheureusement décédée le 19 mai 2005. Nul besoin de connaissances élaborées de la géopolitique pour le moins complexe de ce territoire sur lequel elle écrit pour suivre l'intrigue, qu'elle parvient à élaborer d'une façon qui crée la familiarité. J'ai trouvé très intéressante cette incursion dans le processus de formation à la psychanalyse, et cette promenade printanière dans Jérusalem et ses quartiers.

Commenter  J’apprécie          240

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman. Tout m'a paru un peu compliqué à suivre au début. Les personnages, aussi bien les psychanalystes que les policiers me semblaient caricaturés. Pourtant j'ai été assez captivé par l'intrigue. le récit devient même palpitant au fil de l'enquête lorsque les indices apparaissent et la psychologie des personnages s'affine. On a envie de savoir qui en voulait à cette éminente Dr Eva Neidorf. La fin est réellement inattendue, en tout cas pour moi qui ne suis pas un habitué des polars. Et puis, le cadre de Jérusalem donne une petite touche exotique à ce polar.

Commenter  J’apprécie          250

Un polar psychanalytique israélien, un meurtre sur le divan (ou presque…)

Une facture relativement classique, avec un inspecteur clairvoyant mais à la vie personnelle perturbée. Une enquête qui se déroule cependant dans un environnement particulier, un institut de formation à la psychanalyse et tout porte à croire que le meurtrier est issu de ce même milieu.

Un tout petit peu de la société israélienne, avec un jardinier palestinien apeuré et un militaire hiérosolymitain* désabusé de ses tâches de contrôle.

Un polar efficace, mais une intrigue psychologique qui ne provoquera pas un transfert d'affects trop important…

(*hiérosolymitain : habitant de Jérusalem)

Commenter  J’apprécie          230

Un voyage plutôt sympathique jusqu'à Jérusalem, dans le monde de la psychanalyse. L'une des membres d'un institut de psychanalyse, assurant formation et traitement, est retrouvée assassinée, le jour même où elle devait donner une conférence très attendue. Cette éminente spécialiste semblait pourtant être respectée et admirée par ses pairs …

J'ai beaucoup aimé le rythme de cette enquête, tranquille et construite, le personnage du commissaire Ohayon, que je retrouverai avec plaisir mais aussi les petites découvertes culturelles liées à ce pays.

Un bon moment de lecture !

Commenter  J’apprécie          180

L'inspecteur Michaël Ohayon est chargé d'enquêter sur le meurtre du Docteur Eva Neidorf, une analyste. Prétexte pour le suivre dans les rues de Jérusalem à la fin des années 80 et en apprendre un peu plus sur le fonctionnement d'un Institut de Psychanalyse. Un roman policier honnête mais qui ne m'a pas particulièrement tenue en haleine.

Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
« Nous allons aussi vérifier votre alibi à l’heure présumée du meurtre, reprit-il après un long silence. […] Nous n’avons pas l’intention d’employer la torture; en tout cas, pas si vous vous montrez raisonnable. » (Fayard, p.343)
Commenter  J’apprécie          160
Combien de temps un homme peut-il supporter de jouer à Dieu-le-Père ?
[...]
Jour après jour, j'essayais de m'endurcir et croyais même y être parvenu. Il le faut bien pour signer des ordres d'expulsion ou refuser des regroupements familiaux. Notez que je ne fais qu'appliquer les directives gouvernementales. Et puis, je suis constamment sous l'oeil du Shin Beth. Quelles que soient vos opinions politiques, cela ne change rien. Un gouverneur militaire aux idées libérales, ça n'existe pas ; c'est une contradiction dans les termes.
Commenter  J’apprécie          60
Bien qu'il lui eût décrit en long et en large les obstacles qu'elle aurait à franchir, il n'avait pas réussi à la dissuader de poser sa candidature, car sa décision était déjà prise. En fait, il aurait dû savoir que ce n'est pas pour s'entendre dire qu'il vaut mieux renoncer qu'on sollicite un conseil, mais, au contraire, pour se sentir conforté dans sa décision. Lui-même avait fait pareil. Il n'aurait pas dû essayer de la faire changer d'avis.
Commenter  J’apprécie          60
Cela peut sembler paradoxal, mais le fait est que nous, analystes, connaissons tout de nos patients, sauf la façon dont ils se conduisent dans la vie quotidienne. Nous ne savons d'eux que ce qu'ils nous racontent ici, sur le divan.
Commenter  J’apprécie          80
Ce ne sont pas des psychotiques, des malades mentaux, avec qui, disons, tout peut arriver. Ce sont des gens sains d'esprit qui s'interrogent sur eux-mêmes et ont entrepris de se faire analyser.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Batya Gour (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Batya Gour
Une Française, Alexandra Schwarzbrod, et un Israélien, Dror Mishani, publient au même moment deux romans qui mettent en scène Israël et en particulier Tel-Aviv. Deux regards et deux styles très différents. D'autant plus marquants que les polars israéliens sont rares. L'occasion de rappeler l'oeuvre d'une pionnière du genre dans ce pays, Batya Gour.
"Les lumières de Tel-Aviv" d'Alexandra Schwartzbrod, éd. Rivages/Noir "Une deux trois" de Dror Mishani, traduit de l'hébreu par Laurence Sandrowicz, éd. Gallimard/Série noire Les deux livres sont disponibles en numérique.
UNE ÉMISSION ANIMÉE PAR Michel Abescat Christine Ferniot
RÉALISATION Pierrick Allain
TÉLÉRAMA - AVRIL 2020
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre