AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Mayeul Vigouroux (Autre)
EAN : 9782958493202
380 pages
Gorge Bleue (19/09/2023)
4.45/5   11 notes
Résumé :
Judy ne sait pas encore quaprès sa journée de travail, elle va grimper dans un train. Elle na jamais mis les pieds à Nantes, elle na aucune idée de ce quest le drag, elle ne simagine pas franchir le seuil dune maison-cabaret. Là-bas, Gérard, Lor, Françoise, Adrien, Jean-Paul ne lont pas encore rencontrée. Judy ne sait pas comment les gens se choisissent. Pour linstant, tout ce que Judy sait, cest quelle aime Cristina. Avec Vaisseau mère, Sarah Gourreau compose une f... >Voir plus
Que lire après Vaisseau mèreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Quand j'ai entendu parler de ce livre pour la première fois dans un podcast, j'étais bien plus qu'emballée : un livre qui parle de drag ! de famille choisie ! avec des relations compliquées ! Tout ce qu'il faut pour que ça me plaise...

... avant d'être refroidie par le début et par ce qui lance l'action du récit, c'est-à-dire le départ inattendu de Judy de Paris pour Nantes. Je n'ai pas réussi à y croire une seconde tant cela m'a paru improbable. Mais je crois qu'il faut accepter cette facilité prise par l'autrice, qui frôle la fainéantise scénaristique, et se laisser emporter par le reste de l'histoire.

Le style est plaisant, mais pas vraiment affirmé. Il pourrait être un peu plus naturel et recherché. Disons que l'on sent les débuts du premier roman, mais c'est sur la bonne voie.

Que j'ai apprécié que ce roman soit choral ! Certes, le fil rouge reste Judy, qui apparaît à chaque tournant et dans la vie de chacun des personnages mais chacun d'eux méritait d'avoir un temps à soi tant ils sont fascinants. C'est leur histoire à elles et eux aussi. Je dois admettre que je n'ai pas été charmée par le personnage de Judy, qui m'a plutôt agacée, mais je me suis adoucie avec la bienveillance dont font preuve les autres personnages à son égard.

La grande faiblesse du récit est que l'histoire manquait d'enjeux. Tout est si facile pour Judy qui quitte sa vie et ses amis sur un coup de tête. Même dans sa relation avec Cristina, qui semble compliquée au premier abord, très vite tout se fluidifie, laissant dans l'ombre les grandes discussions qu'elles auraient dû avoir. Ce n'est pas que je souhaite du drama à tout prix, mais certains choix devraient avoir plus de répercussions. Sans compter qu'il est difficile d'avoir de l'empathie pour quelqu'un qui ne rencontre aucune difficulté sur son chemin, malgré des décisions questionnables.

En y réfléchissant bien, ce livre est tourné vers l'action, les pensées profondes des personnages sont secondaires. Elles deviennent inexistantes quand ce n'est pas leur tour d'avoir voix au chapitre. Et cela m'a manqué. On assiste au déroulement d'une histoire, avec des changements, des rebondissements, sans avoir droit à l'intimité avec ceux à qui ça arrive (sauf à la fin). Je suis déçue de ne pas avoir mieux connu ces personnages qui m'ont accompagnée pour un bout de vie, j'ai comme un sentiment de regret et de manque à la fin de cette lecture.

Il est plus facile de mettre le doigt sur ce qui nous a paru des défauts, mais je ne voudrais pas ne pas souligner que j'ai tout de même passé un bon moment à lire ce roman. C'est un premier roman solide. Quelques aspects il est vrai m'ont paru fragiles. le style est intéressant mais peut s'améliorer, les personnages sont attachants mais peuvent être davantage développés et enfin l'histoire est douce et prenante mais peut être mieux ficelée. Je salue le choix des thèmes, encore trop rares dans notre littérature, et qui sont une bouffée d'air frais. Je suivrai la suite du parcours de cette autrice avec attention.
Commenter  J’apprécie          10
J'ai entendu parler de ce roman via la librairie nantaise Les bien aimé.e.s et j'ai alors eu très envie de le lire. Un roman queer polyphonique, à Nantes qui plus est (ma ville de coeur), sur le milieu du drag ! Un joyeux cocktail qui m'ambiançait d'avance !

Si j'ai vraiment bien aimé l'histoire et les personnages qui sont attachants, j'avais peut-être trop d'attentes et j'ai trouvé la lecture assez inégale. Plusieurs fils sont tirés au cours de ce roman, certains laissés de côté alors que mis en avant au début, d'autres sur la deuxième moitié qui n'ont pas eu le temps d'être assez développés à mon goût. J'aurai adoré dans ce cas que le roman soit plus long ou alors que l'arc narratif soit plus restreint pour mieux en profiter.

J'ai lu aussi que l'autrice co-dirigeait une compagnie de théâtre et j'ai l'impression que ça a joué dans la forme de ce roman. L'action est rapide, les scènes s'enchaînent et certains personnages font figuration. Ce qui donne aussi du charme à ce roman car il reste très "visuel", on imagine bien les scènes lorsqu'on les lit, mais qui peut expliquer ce goût de trop peu que j'ai ressenti.

Sur le fond, j'ai beaucoup aimé les thèmes traités. Bien que l'histoire démarre sur un coup de tête et les tribulations amoureuses de Judy, ce roman parle à mon sens surtout de ce qui nous lie, amour-amitié-famille mais en mot global ou au contraire complètement décloisonné, déconstruit, réinventé par rapport à la norme. Je pense que les notions de "faire famille" et de préservation de la mémoire communautaire sont centrales pour les personnes LGBTQIA+ et je suis toujours très heureuse de lire des romans/essais qui les traitent.

C'est donc une lecture en demi teinte personnellement mais qui reste une jolie découverte ! Je suivrai les prochaines publications de cette autrice de près.
Commenter  J’apprécie          10
Parmi les premières lectures de la rentrée littéraire, le roman Vaisseau Mère de Sarah Gourreau se détache inexorablement.
Ce roman nous plonge dans l'intimité de la scène drag à travers la maison mère, un cabaret familial haut en couleur. Mais c'est tellement plus que ça.
Vaisseau-mère c'est avant tout des personnages d'une force magistrale qui nous remuent et que l'on garde avec nous après avoir refermé le livre.
Comment dénoncer en douceur une société qui écrase et marginalise ? Comment vivre son identité quelle qu'elle soit en étant libre ? Comment trouver l'entraide ?
En appartenant à une famille mais pas n'importe quelle famille celle du Vaisseau Mère celle d'un cabaret Drag dont Judy perdue dans sa vie professionnelle et amoureuse va un jour pousser la porte. Vaisseau Mère, Vaisseau Refuge, Vaisseau Solidaire, Vaisseau Brocante, Vaisseau Coulisses, Vaisseau Strass, Vaisseau Consolation… Au coeur du roman, les personnages du cabaret prennent corps avec leur espoir, leurs doutes et leurs fêlures. Et l'attachement est immédiat. Les histoires s'entrecroisent jusqu'à un dénouement très émouvant.
Autrice de théâtre, Sarah Gourreau campe les décors de chaque scène de son roman, que celles-ci soit intimistes ou spectaculaires grâce à la justesse de l'écriture et un grand sens visuel et olfactif. Doté d'une force insoupçonnable et d'une tendresse mêlée d'humour, Vaisseau-mère n'a pas son pareil pour nous parler de la complexité des relations humaines. Après Pas de Bougie Bougie et Shakespeare la querelle, Sarah Gourreau récidive pour notre plus grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          10
J'ai embarqué avec un grand plaisir à bord du vaisseau mère.
Un vaisseau coloré, inclusif et non genré où chacun est ce qu'iel est , d'ailleurs la couverture illustre magnifiquement le livre.
Un voyage où j'ai pu retrouver des villes familières comme celle du bout du monde non sans émotion !

On rencontre Judy qu'on découvre complètement perdue, elle ne va pas pas bien mais pourquoi ? Et pourquoi ce besoin irrépressible de partir ? À la recherche de quoi ?
Un voyage qui va la mener ailleurs, dans un autre univers et lui ouvrir d'autres horizons et d'autres façons de vivre. Vivre avec un grand V.

Un chemin où les maîtres mots sont drag, amitié, amour, famille, passion, solidarité avec tout autour la vie qui anime des personnages avec une grande sensibilité.
D'ailleurs, j'ai aimé que l'auteure dédie un chapitre à chacun d'eux pour qu'on puisse mieux les découvrir, en tant que personne à part entière et non en groupe.

Ce roman c'est comme rentrer à "la maison" et se sentir bien.
Merci à la maison d'édition Gorge bleue pour cette belle découverte et à Babelio.
Commenter  J’apprécie          30
À Paris, Judy ne se sent pas à sa place. Étourdie par les odeurs du magasin de savons dans lequel elle travaille et en perte totale de repères, elle se retrouve dans un train direction Nantes.

Là-bas, elle va rencontrer les amis de sa cousine Mathilde et plonger tête la première dans le monde des « drag shows ». À la Maison Mère, chacun tente de s'exprimer : Adrien, Gérard, Jean-Paul, Lor et Françoise. Plus de genre, plus de limites, seulement l'amour et l'art. Ils ont tous leurs failles et leurs histoires, que nous découvrons au fil de la lecture.

Un roman choral tout simplement magique. Plus que la scène drag et queer, nous accompagnons des personnages éblouissants vivant dans un désordre étrangement organisé et où les notes de « Gloria » de Patti Smith, ou de « Freedom » de George Michael résonnent en boucle.

Ensemble, ils forment une famille, de celles qui accueillent avec le sourire et laissent partir les larmes aux yeux. le lecteur n'a qu'une envie : rentrer dans les pages de ce beau roman, prendre la vieille Laura Palmée dans ses bras, donner un bon « pep talk » à Michelle Thor et danser, danser jusqu'au bout de la nuit avec Mike Drop, et ça c'est « fucking beau ». Un coup de coeur que je ne voulais pas refermer : ces personnages me suivront pendant longtemps.
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (30) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}