AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Josette Chicheportiche (Traducteur)
ISBN : 2715231318
Éditeur : Mercure de France (07/04/2011)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 86 notes)
Résumé :

Au début, il y a eu deux couples, qu'a priori tout séparait : d'abord Kavita et Jasu, deux pauvres paysans indiens pour qui la naissance d'une fille est une catastrophe, au point que, la mort dans l'âme, la jeune mère confie son bébé à un orphelinat. Ensuite, de l'autre côté de la terre, aux Etats-Unis, il y a Somer et Krishnan, médecins tous les deux, elle américaine, lui indien, qui ne peuvent pas a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  26 janvier 2019
Kavita, très pauvre, vit dans les campagnes en Inde.
Elle conduit son deuxième bébé, une fille, Usha dans un orphelinat de Bombay afin qu'elle puisse échapper à un sort cruel.
Jasu, son mari, ne peut pas se permettre d'élever des filles et de les doter pour un mariage plus tard.
Kavita est déchirée et la douleur de la séparation d'avec la petite Usha, âgée de trois jours est très bien exprimée.
Tout au long du livre, nous suivons l'évolution de couple et de leur fils né un an après.
En Californie, un médecin indien venu d'un riche famille de Bombay est marié à une doctoresse américaine, Somer.
Celle-ci ne peut pas avoir d'enfants et se résigne à adopter.
Ils accueillent la petite Usha qu'ils rebaptisent Asha.
Pour Somer, c'est loin d'être facile et pour la petite fille également.
A l'âge de vingt ans, Asha part pour l'Inde, dans la famille de son père et veut retrouver ses parents d'origine malgré le fait qu'elle aime beaucoup ses parents adoptifs.
Tout le livre est très riche,au niveau du jugement de la jeune Asha envers ses parents adoptifs . Le courant ne passe pas toujours entre eux.
Beaucoup de richesses également dans la description de la société indienne par la jeune fille qui effectue des études de journalisme.
La fin m'a un peu déçue : cela manque d'intensité, d'aboutissement pour mieux rencontrer les désirs de la jeune fille au sujet de ses origines.
Tout au long du roman, en tant que lecteurs, nous faisons des allers-retours entre Kavita, la maman d'origine d'Asha qui vit en Inde et la famille Thakar en Californie.
Je voulais découvrir ce premier roman de Shilpi Somaya Gowda après avoir lu "Un fils en or".
Une des réussites de ce premier roman, c'est aussi la description de la société indienne dans la ville de Bombay industrielle, riche et très pauvre à la fois.
La traduction de Josette Chicheportiche est admirable et nous livre un glossaire des termes indiens employés , en fin de livre.
Challenge plumes féminines 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
Annette55
  04 janvier 2016
" La fille secrète "est un récit à plusieurs voix qui relate l'histoire de deux familles que tout sépare et pourtant...
L'une, Indienne, Kavita et Jasu, paysans illettrés attachants, travailleurs, humbles, dignes, résignés, qui n'ont d'autre choix que de confier leur fille à l'orphelinat de Mumbai. Ils survivent comme ils peuvent, la douleur de la perte de sa fille hantera Kavita sa vie durant et culpabilisera Jasu pour longtemps....
De l'autre, à San Francisco, deux médecins, lui, indien , elle américaine, Krishnan et Somer, découvrent qu'ils ne peuvent avoir d'enfants....
Ils adoptent une fille qui sera celle de Kavita...
Non, ce n'est pas un roman de plus sur l'adoption, c'est bien plus.....
Ce récit à la construction ingénieuse, bâti à l'aide de chapitres courts, au rythme intéressant nous fait connaître deux cultures différentes , deux modes de vie opposés .
Il se déroule sur vingt- cinq ans.
C'est une réflexion sur l'amour filial et les conflits , l'amour maternel , la parentalité, les racines. On ne choisit pas sa famille ni ses parents, ni ses enfants, qu'ils soient biologiques ou adoptés.
Comme le dit Kavita: "Notre Mére l'Inde n'aime pas ses enfants de la même manière".
C'est une quête incessante de soi et de ses origines , feutrée puis assumée, revendiquée avec force à l'adolescence par Asha, la fille biologique de Kavita et Jasu , et la fille adoptive de Krishnan et Somer, une douleur intense vécue par Somer, la mére adoptive, maladroite dans son amour, touchante et impuissante à endiguer la violence et l'indifférence de sa fille.....
C'est aussi et surtout une Ode à la culture Indienne!
Le lecteur découvre avec bonheur ses senteurs épicées, son mode de vie ancestral, ses traditions, ses coutumes , ses contrastes, sa cuisine, ses interdits , ses mentalités, ses multiples facettes, la richesse de certaines familles face à l'indigence de certaines régions rurales....
Nous passons aisément de l'Inde à l'Amerique au fil des chapitres qui alternent les modes de vie grâce à une écriture simple et fluide... : le choc des Cultures....
Trés belle lecture enrichissante, émouvante, bouleversante, je ne peux en dire plus....
Ce roman est le premier de Shilpi Somaya Gowda, d'origine Indienne qui vit en Californie, emprunté à la médiathéque à cause du nom de l'auteur.
J'aime les récits qui nous parlent de l'Inde et en général les romans étrangers.
Mais ce n'est que mon avis!


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          327
zorazur
  18 avril 2012
J'ai été émue par cette belle histoire au point de verser quelques larmes en refermant le livre.
C'est une lecture facile dans la forme : une succession de chapitres très courts qui alternent les épisodes de la vie des deux couples, le couple indien, Kavita et Jasu, et le couple indo-américain, Somer et Krishnan. Puis on passe à l'histoire personnelle de Asha, fille biologique de Kavita et Jasu, adoptée par Somer et Krishnan. Asha qui après une adolescence tumultueuse où elle se cherche sans jamais se trouver, part en Inde pour les besoins de ses études, en réalité parce qu'elle a besoin de savoir qui elle est. Et peut-être de retrouver la famille dans laquelle elle est née. Dans ce pays qui est celui de son père adoptif et de ses parents biologiques, elle va découvrir le pire et le meilleur. Intégrée dans la famille de Krishnan, elle va apprécier les saveurs des plats les plus raffinés et le chatoiement des plus beaux saris, s'éblouir à la vue d'un temple coloré au milieu d'un tas d'ordures. Rebutée par les inégalités insensées qui contraignent des êtres humains à vivre dans d'innommables bidonvilles, elle y découvrira l'amour et la force d'une mère. Et elle s'effondrera devant la sordide réalité du massacre des petites filles dont les familles ne veulent pas.
C'est aussi une profonde réflexion sur la parentalité. On ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas ses parents ni ses enfants, qu'ils soient biologiques ou adoptés. Et tout parent, que son enfant soit biologique ou adopté, doit faire ce travail permanent consistant à accepter que son enfant n'est pas lui et que son enfant ne peut être ce que son père et sa mère voudraient qu'il soit.
C'est une réflexion sur l'amour filial. Qui sommes nous, au fond ? Que porte au fond de lui un enfant adopté, entre le secret ou non de son origine, l'éducation reçue de la part des parents qui l'élèvent en toute connaissance de son histoire ? Qu'est-ce qui fait la part prépondérante de son être, de son tempérament, de sa personnalité ? On pourrait y retrouver tout le débat entre l'inné et l'acquis si ce roman n'avait une réponse beaucoup plus simple : l'amour. Asha comprend combien elle a été aimée. Par la femme qui l'a mise au monde et qui l'a suffisamment aimée pour la confier à un orphelinat et supporter la douleur de cette séparation définitive, et qui n'a cessé de penser à elle, tous les jours de sa vie. Et par la femme qui l'a adoptée parce qu'elle l'a attendue et voulue de toutes ses forces, et qui l'a élevée et aimée tous les jours de sa vie.
Et c'est bien le message essentiel de ce roman, l'amour, celui de Jasu qui réalise ses erreurs, celui de Krishnan qui doit accepter sa double appartenance et les conséquences de ses choix, celui de Kavita pour cette enfant qu'elle n'oubliera jamais, celui de Somer dont la vie est bouleversée par la quête de sa fille.
Celui de Asha enfin qui ne met jamais en doute son amour pour les parents qui l'ont voulue et élevée, mais qui n'oublie pas à qui elle doit d'être en vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Bonheur_Lecture
  11 septembre 2013
Déjà nostalgique d'avoir refermé ce livre… Voici la première phrase qui me vient à l'esprit pour commencer cette critique…
La fille secrète est le premier roman de Shilpi Somaya Gowda, qui elle-même à des origines indiennes et qui vit actuellement en Californie. Et que dire de son premier roman ? Tout simplement, un pur chef d'oeuvre à mes yeux, une belle réussite. J'espère que c'est le premier d'une longue série.
La fille secrète est donc un roman à plusieurs voix.
Nous avons Kavita et Jasu, un couple indien. Ils sont paysans et survivent comme ils le peuvent dans cette Inde si difficile à vivre. Kavita est enceinte. Elle ne sait pas le sexe de son enfant mais prie jour et nuit pour que ce soit un garçon. Comme le dit si bien Shilpi Somaya Gowda, « Notre mère l'Inde n'aime pas ses enfants de la même manière ». Malheureusement, ses prières ne sont pas entendues, pense-t-elle et elle met au monde une jolie petite fille. Pour ne pas que cette dernière subisse le même sort que sa soeur aînée, elle se contraint, malgré l'amour qu'elle porte pour elle, à la confier à l'orphelinat de Mumbai…
Nous avons aussi Somer et Krishnan, un couple indo-américain. Ils sont ensemble depuis les bancs de leur fac de médecine. Somer, américaine, tombe sous le charme de Krishnan, un jeune indou. Une fois leurs études terminées, ils décident d'avoir en enfant et suites à de nombreux essais, ils vont apprendre qu'ils ne peuvent pas en avoir…
Puis nous avons aussi Asha, la fille biologique de Kavita et Jasu mais aussi la fille adoptive de Somer et Krishna, une jeune fille arrivée toute petite dans ce pays qu'elle ne connaît pas, l'Amérique et qui grandit sans trop savoir qui elle est. Brillante élève dans une université où elle étudie le journalisme, Asha se voit remettre une bourse pour un reportage à réaliser en Inde…
C'est une histoire qui m'a beaucoup touché, qui m'a ému, vraiment. Quand on lit la présentation de chaque personnage, on pense connaître l'histoire et on aurait tendance à se dire : « Elle dévoile tout dans sa quatrième de couverture, il n'y a plus d'intérêt à lire se livre ». Il faut savoir avant tout, que je n'ai pas en premier lieu, regardé cette quatrième de couverture. Ce qui m'a emmené vers ce livre, c'est tout simplement sa couverture. Cette photo d'une petite fille indienne m'a réchauffé le coeur ! J'ai tout de suite voulu en savoir plus, sur cette Inde que nos médias ont diabolisée il y a quelques temps. Et je suis contente de voir que mon instinct m'a fait découvrir une si belle lecture, un livre si merveilleux !
Pour ma part, j'ai eu le sentiment que Shilpi Somaya Gowda n'a pas voulu écrire un simple roman sur l'adoption comme on peut en lire. Non. le fait qu'elle ait des origines indiennes et qu'elle vive en Californie n'est pas un hasard. Si nous faisons le rapprochement, ce sont les origines des personnages de son roman. Ce qui me laisse librement penser que ses personnages sont plus vrais que nature comme elle connaît les deux cultures.
Puis, tout en nous faisant découvrir l'Inde de manière délicieuse, elle nous transmet un message clair sur l'identité d'un enfant. Ce sujet, encore peut-être trop souvent tabou à mes yeux, fut quelque chose d'intéressant. Je pense que tout le monde a le droit de connaître la vérité, tout le monde a le droit de savoir d'où il vient, de découvrir son identité biologique. Je pense qu'un enfant se doit de savoir tout cela, pour se construire lentement et pouvoir construire sa propre famille derrière. J'ai beaucoup appris de ce livre, et j'ai compris ce que les personnes adoptées pouvaient ressentir alors que j'étais fermée à ce sujet avant. Je me suis attachée à tous les personnages, sans exception, que Shilpi Somaya Gowda a façonné de manière somptueuse. J'ai appris sur cette Inde, dont elle nous fait voir les points positifs, comme les points négatifs. J'ai voyagé durant toute ma lecture. J'ai eu les larmes aux yeux a plusieurs reprises et je n'avais pas envie de quitter Kavita, Jasu, Somer, Krishnan et Asha. L'histoire est si simplement écrite, mais pourtant si envoutante que j'avais l'impression de vivre avec eux, de les connaître depuis toujours…
Je vais finir, tout simplement par quelque chose que cette lecture a renforcé dans mon esprit : L'amour d'une mère, qu'elle soit biologique ou adoptive, est plus fort que tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          84
Aela
  03 mai 2011
C'est le premier roman de Shilpi Somaya Gowda, originaire de Mumbai (Inde) et qui vit aujourd'hui en Californie.
Au départ de ce livre, un couple de paysans rongés par la misère et qui vit dans la région de Mombai. le mari décide d'emménager à Mumbai. La mère accouche d'une fille, ce qui représente une véritable catastrophe dans la société rurale indienne, et en désespoir de cause, elle doit confier sa fille à un orphelinat.
Plus tard la petite Usha sera adoptée par un couple de médecins américano-indien. Arrivée à l'adolescence, la jeune Usha va vivre une crise identitaire profonde et va décider de partir en Inde à la recherche de ses parents biologiques.
Un roman émouvant, qui nous montre les visages et complexités de l'Inde actuelle...
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   29 janvier 2019
Cela semble tellement facile pour les autres : les mères qu'elle voit à sa consultation tous les jours, ses amies, même cette idiote à la télé qui fait signe à ses enfants assis dans le public.
Qui sait ? Peut-être la nature essaie-t-elle de lui dire quelque chose. Peut-être ne suis-je pas faite pour être mère ?
P.24
Commenter  J’apprécie          150
jeunejanejeunejane   26 janvier 2019
Lors d'un séminaire sur l'adoption auquel ils ont assisté, il y a des années de cela, on leur a expliqué que l'adoption ne résout que l'absence d'enfant, pas l'infertilité - une distinction que Somer commence à comprendre. L'arrivée de Asha dans leurs vies leur a apporté beaucoup de choses - l'amour, la joie, un sentiment de contentement - , mais elle n'a pas effacé la souffrance causée par les fausses couches, comme elle n'a pas éliminé son désir d'enfant biologique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LounimaLounima   17 mars 2013
"Elle est arrivée dans la cabane abandonnée à la tombée de la nuit, dès qu'elle a senti les premières contractions, celles qui ne trompent pas. Elle n'a prévenu personne. Il n'y a rien dans la cabane, à l'exception de la natte sur laquelle elle est allongée à présent, les genoux repliés sur la poitrine. Lorsqu'elle est assaillie par la seconde vague de douleur, Kavita enfonce ses ongles dans ses paumes et mord le morceau de bois entre ses dents. [...]
La contraction suivante arrive si brusquement qu'elle lui coupe le souffle. La sueur a dessiné des ronds noirs et humides à travers le corsage en coton de son sari, tendu à la hauteur des minuscules attaches entre ses seins. Par rapport à sa dernière grossesse, sa poitrine a bien plus forci, cette fois. [...] Elle a accueilli ce changement comme une bénédiction, car, pour son mari et les autres, cela signifiait que le bébé serait un garçon.
Une peur soudaine l'étreint, cette même peur suffocante qu'elle a ressentie pendant toute sa grossesse. Et s'ils se trompent ? Sa seconde prière, la plus désespérée des deux, c'est de ne pas mettre au monde une fille. Elle ne pourrait pas le supporter à nouveau." (Folio Poche - p.15-16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mamansand72mamansand72   22 mars 2015
Je me rends compte qu’on ne peut pas l’empêcher de les chercher si elle souhaite les rencontrer, mais… Sa voix se brise. Elle tord un mouchoir entre ses doigts. « J’ai juste peur, c’est tout. On ne sait pas ce qui peut arriver. Je ne veux pas qu’elle souffre. »
Somer ne parvient pas à exprimer ses véritables craintes. Qu’elle va perdre Asha, même un tout petit peu. Que le lien qu’elle a eu tant de mal à tisser entre-elles ne soit fragilisé par ce fantôme. Après tout, telle est l’issue qu’elle a tenté d’éviter depuis le début. C’est pour cette raison qu’elle n’a jamais voulu retourner en Inde et qu’elle n’a jamais voulu retourner en Inde et qu’elle n’a jamais encouragé Asha à poser des questions sur son adoption. Ce qui est en train de se jouer est au cœur de toutes les décisions qu’elle a prises depuis que Asha est entrée dans sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mamansand72mamansand72   22 mars 2015
« J’avais tellement de questions à lui poser. Maintenant j’ai les réponses. Je sais d’où je viens, je sais qu’ils m’ont aimée. Et je sais que j’ai eu une vie bien meilleure que celle que j’aurais eue autrement. Ça me suffit. Le reste, c’est à moi de le trouver seule… J’aimerais leur faire savoir que je vais bien, sans…les importuner. »
« J’en ai toujours voulu à mes parents de ne pas avoir de lien biologique avec eux. Je ne pouvais pas m’empêcher de me dire qu’il manquait quelque chose entre nous. Mais… à présent je trouve ça extraordinaire…je me rends compte qu’ils m’ont énormément donné, sans que nous soyons du même sang. Ils ont agi de la sorte juste parce qu’ils le voulaient … J’ai une dette envers beaucoup de gens. » Elle marque une pause. « Et je dois des excuses à ma mère. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Shilpi Somaya Gowda (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shilpi Somaya Gowda
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Roland est mort de Nicolas Robin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79241-divers-litterature-roland-est-mort.html
Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda et Josette Chicheportiche aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/67649-divers-litterature-un-fils-en-or.html
Le Cinquième jour de Maud Tabachnik aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15281-poche-le-cinquieme-jour.html
Au-delà du mal de Shane Stevens et Clément Baude aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21358-poche-au-dela-du-mal.html
Meurtres pour rédemption de Karine Giebel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21214-romans-meurtres-pour-redemption.html
La Chambre des morts de Franck Thilliez aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21416-poche-la-chambre-des-morts.html
Les Piliers de la Terre de Ken Follett et Jean Rosenthal aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/16085-poche-les-piliers-de-la-terre.html
Kaleb de Myra Eljundir aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/100608-romans-kaleb---saison-1---prix-decouverte---tirage-limite.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. @Gérard Collard? @Jean-Edgar Casel?
+ Lire la suite
autres livres classés : adoptionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Shilpi Somaya Gowda (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
77 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre
.. ..