AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vincent Desportes (Préfacier, etc.)
ISBN : 2717855858
Éditeur : Economica (26/08/2008)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Le ler mai 2003, sur le pont du porte-avions Abraham Lincoln et sur fond de bannière "Mission accomplie", le président Bush annonçait la fin des combats en Irak. En réalité, ce n'était que le début de l'enlisement de l'"hyperpuissance" dans un conflit qui marque sans doute le début d'une nouvelle ère dans l'art de la guerre. Contrastant avec l'abondante littérature parue au moment de la chute de Bagdad en avril 2003 et célébrant la guerre éclair à l'américaine, les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Birhacheim
  29 mai 2009
Cet ouvrage fera date.
Michel Goya, officier d'active, nous avait livré en 2004 un ouvrage remarquable sur la guerre 14-18: “La chair et l'acier”. Je commenterai d'ailleurs prochainement cet ouvrage. J'avais pu apprécier ses qualités d'historien.
Dans cet ouvrage consacré à la guerre en Irak de 2003 à 2008, il nous démontre maintenant ses capacités d'analyste et de professionnel de la guerre avec beaucoup de brio.
Michel Goya nous offre en effet une vision extrêmement complète du conflit déclenché en 2003 consécutivement au “nine-eleven” et à l'engagement américain en Afghanistan:
* ses causes,
* la doctrine mise en oeuvre par la Coalition,
* les insuffisances,
* les difficultés rencontrées,
* les nécessaires adaptations.
L'analyse et la connaissance des forces d'opposition est également remarquable, on en vient à bien comprendre les enjeux et les méthodes des différents groupes d'opposition.
Un travail remarquable de géopolitique !
La rigueur et la profondeur d'analyse de Michel Goya sont réellement exemplaires.
On comprend parfaitement les 3 points suivants:
* les Etats-Unis ont engagé des troupes trop limitées dans ces opérations,
* les opérations de pacification sont plus importantes que les opérations militaires (voir les succès du Gal Petraeus à ce sujet),
* les armées occidentales sont difficilement adaptées à ce type de conflit (voir les difficultés des Anglais dans le sud chiite…).
Il est clair désormais que les Etats-Unis vont se désengager, une situation qui risque réellement de profiter à l'Iran.
A ne rater sous aucun prétexte.
A ce stade du conflit, cet ouvrage est assurément le plus pénétrant et le plus complet sur le sujet.
A noter les sources de bien belle qualité.
Lien : http://www.bir-hacheim.com/i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
liberligerliberliger   11 février 2016
Les pertes américaines en Irak sont en moyenne de deux tués et quatorze blessés par jour, soit un taux très inférieur à celui de la guerre du Vietnam (vingt morts par jour pendant sept ans) ou même au nombre de meurtres aux États-Unis (une soixantaine par jour). Par comparaison, et toutes proportions gardées, la guerre d'Algérie (9,6 tués par jour pendant sept ans) a été trente fois plus meurtrière pour la France de l'époque que pour les Américains d'aujourd'hui. [...]Par ailleurs, la grande majorité des tués (79%) sont des soldats d'active et de race blanche (75%), contrairement à certaines idées reçues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
liberligerliberliger   11 février 2016
La préférence très marquée pour des patrouilles en véhicules plutôt que pour des patrouilles à pied, l'attitude rigide des soldats américains, la mise en joue systématique des passants, les conversations sans ôter ses lunettes de soleil, le port systématique du casque (pour des questions d'assurance vie) rendent le volet "immersion dans la population" très superficiel et même contre-productif. Pour la population irakienne, l'armée américaine reste une force impersonnelle et distante, à la fois culturellement et géographiquement, puisqu'ils vivent dans des archipels de base à l'extérieur des villes. En dépit de sa composition multiculturelle, l'US Army reste largement fermée au monde extérieur. C'est d'ailleurs déjà le cas aux États-Unis même, où les troupes vivent et travaillent dans de véritables villes militaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
liberligerliberliger   10 février 2016
En introduisant en Irak, mais aussi en Afghanistan, des objectifs de guerre totale, comme la mise en place d'une démocratie pluraliste, les Américains ont créé des "anticorps" conservateurs particulièrement virulents et qui ont su s'adapter à l'art occidental de la guerre moderne. Malgré deux milliards de dollars dépensés par semaine, les Occidentaux sont clairement impuissants en Irak.
Commenter  J’apprécie          50
liberligerliberliger   11 février 2016
La manière américaine de faire la guerre se caractérise d'abord par sa nature apolitique. La guerre est conçue par les généraux américains non pas comme la continuation de la politique par d'autres moyens, selon la formule de Clausewitz, mais comme son substitut. La force armée est engagée en dernier recours pour faire face à une menace majeure. Elle agit alors de manière massive et décisive, selon le modèle de la seconde Guerre mondiale. Ajoutons à ces traits une crainte démesurée des pertes humaines et, par voie de conséquence, un goût prononcé pour les solutions techniques et la substitution de la puissance de feu à l'engagement des troupes au contact. La guerre américaine est planifiée de manière industrielle, afin de gagner les batailles les unes après les autres de façon écrasante sans trop se préoccuper des réactions de l’ennemi, ni des conséquences de cet emploi extensif de la force.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liberligerliberliger   10 février 2016
Quiconque a fréquenté les forces armées américaines savait qu'il n'y avait pas d'organisation plus apte à triompher lors des phases offensives, mais aussi moins préparée à réussir les phases de stabilisation, qui nécessitent d'agir avec finesse au sein des populations.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michel Goya (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Goya
À l'occasion de l?examen par le Conseil constitutionnel de la loi « anticasseurs », jeudi 4 avril, Mediapart Live revient sur la répression accrue des mouvements sociaux dans le pays.
Avec Arié Alimi, avocat, Ligue des droits de l?homme ; David Dufresne, journaliste, initiateur d?« Allô place Beauvau » ; Michel Forst, rapporteur spécial des Nations unies ; Michel Goya, ex-colonel de l?armée française ; John, du collectif « Désarmons-les » ; Milfet Redouane, fille de Zineb Redouane, morte à la suite d?un tir de grenade lacrymogène ; Laurent Thines, neurochirurgien, lanceur d?une pétition pour un moratoire sur les armes sublétales.
? Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement ? Tous les lives de Mediapart : https://www.mediapart.fr/studio/videos/emissions/mediapart-live ? Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
Dans la catégorie : IrakVoir plus
>Histoire de l 'Asie>Histoire du Moyen-Orient>Irak (25)
autres livres classés : guerre asymétriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1746 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre