AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782218069765
Hatier (26/09/1995)
3.86/5   7 notes
Résumé :


A la fin du XIXe siècle, au cœur de l'Afrique, une nuit sans lune, soudain naît le drame. En quelques heures la razzia déferle et, sous les coups des hommes en bleu, dans une violence furieuse, le village passe de la paix quotidienne aux chaînes cruelles de l'esclavage.

Ecrivain de Centrafrique, Etienne Goyémidé met en scène dans ce roman la traite multi-centenaire qui se déroule du sud au nord de l'Afrique, bien avant l'exploitation ... >Voir plus
Que lire après Le dernier survivant de la caravaneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
L'histoire commence à l'époque coloniale en Centrafrique, "à une époque où nous n'avions pas encore largué les amarres de nos conditions premières. A preuve, nous continuions, en marge sinon en plus de nos activités scolaires, de subir les différentes épreuves d'initiation telles que la circoncision, le "soumalé" qui devaient faire de nous des hommes bien de chez nous, aguerris, intelligents, responsables et surtout conscients de nos devoirs vis-à-vis de notre société" ... et "nous avions des tas de choses que personne ne pouvait nous contester ou nous disputer". Notamment les veillées, et surtout cette veillée mémorable où le vieux Ngalandji, dit Ngala, le patriarche et la mémoire du village, raconte la razzia qu'il a vécue quand il était adolescent.
A l'époque, le village était ailleurs en Afrique Centrale, dans un secteur qui a depuis été deserté à cause des  razzias esclavagistes (venues des territoires actuels du Tchad et du Soudan). En racontant la razzia puis la pérégrination de la caravane des esclaves, Ngala raconte l'harmonie perdue d'un village où chacun, hommes et esprits, avait sa place et son rôle. Il raconte le quotidien avec des bonnes chasses et récoltes, le tissu des valeurs morales qui animaient ce village. Dans son récit interviennent divers contes et légendes de cette culture, qui tendent à  raconter que le faible, le petit peut avoir une chance de s'en sortir face à un plus puissant... En regard de cette culture, cette sagesse, cette humanité,  les esclavagistes sont complètement étrangers et mystérieux par la brutalité et l'inhumanité de leurs actes et font figure de vrais sauvages survenus saccager une civilisation ordonnée et sereine.

Ces deux histoires racontent avec beaucoup de grâce deux niveaux de destruction de la société : la destruction brutale par les esclavagistes et, 1 ou 2 siècles plus tard, la destruction sournoise par l'arrivée de la modernité (l'école, l'automobile, l'avion, les maisons des blancs, leur cimetière, les 17 boutiques)....
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
"Ecoutez-moi, tous! J'ai châtié l'elephant pour venger ma famille, mes amis, et tout le peuple des petits, des rampants t des autres.
Et j'ai tué l'éléphant pour vous prouver que , malgré votre force brutale, vous êtes aussi vulnérables que nous"
Commenter  J’apprécie          270
Le lion qui a la dysenterie est bien obligé de faire comme n’importe quelle biche souffrant de la même maladie.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : littérature centrafricaineVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Autres livres de Étienne Goyémidé (1) Voir plus

Lecteurs (51) Voir plus




{* *}