AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Walkyrie29


Walkyrie29
  25 juillet 2016
C'est un roman empli de magie...

Magie des mots qui nous baladent à travers un conte Fantasy où l'imaginaire est décrit à l'aide d'une plume douce et tendre de l'auteure, Magie du lieu For Willbrook, ville prospère, autonome relié uniquement par un étrange train, Magie de ses personnages attachants, "lisses" mais tellement plein de caractère et Magie dans l'air qui comme le vent froid qui y règne semble souffler des destinées tragiques...

A For Willbrook, l'hiver règne en maître, le temps semble s'être arrêté entre les flocons neigeux d'un blanc pur, la glace froide et lumineuse, une ode glacée enchanteresse, comme si la ville s'était arrêtée hors du temps, hors des saisons, un hiver perpétuel, rigoureux, des feux dans chaque cheminée tentent d'y apporter un peu de chaleur, un paysage loin d'être à fuir, au contraire, attractif et magnifique.

Dans ce paysage où la neige craque à chaque pas et où les nuits pétillent d'étoiles, l'auteure nous parle de l'amour, de destin, tragique souvent, passionné toujours... Elle met en scène un amour qui blesse l'éthique et le conformisme, un amour qui lie passionnément ses personnages ;

Des personnages d'une poésie rare, à l'image du début du XXème siècle, l'homme courtise avec amitié, la femme reçoit avec timidité et rougeur, c'est doux comme une fleur de coton, tendre comme le moelleux d'une couette, rassurant et sécuritaire et pourtant,

William James, fils prodige de son père, prestidigitateur de talent, divertissant les autres habitants du village et les nouveaux venus à For Willbrook, pauvre amoureux, un cœur à partager doublement, des amours impossibles, le malheur ne peut que frapper à sa porte, aimant une mourante d'un côté, ressentant un vif désir pour son propre sang de l'autre ;

Wendy, personnage féminin touchant, fragile et vertueux, à la santé défaillante et pourtant si forte, aussi pleine de vie que sa chevelure est flamboyante, elle s'émerveille d'un rien, découvre les choses avec les yeux d'une enfant et si la vie lui a fait subir la pire des horreurs, elle lui offre surtout de vivre ses derniers jours entre amour et merveilles ;

Hanna Alison, frêle jeune fille à la beauté délicate et à la santé fragile, vivant au crochet de son frère qui prend grand soin d'elle, elle se meurt d'amour pour celui qui partage avec elle la maison de ses défunts parents, elle se meurt de jalousie pour celle qui jouit des tendresses de son amour. Pourtant pas si farouche, la belle...

Donald de Havilland, père de Wendy et veuf esseulé, homme noble et riche, protecteur excessif de la jeune fille, homme mystérieux et sombre par sa passion ; la taxidermie. Un homme qui offre une maison de verre et un jardin unique à celle qu'il chéri plus que tout...

En parallèle, la tragédie vient s'emparer des Montgomery, la mère Magdelaine et la fille Cindelle, fuient toutes deux celui qui a entaché leur vie, celui qui les menace de sa colère et de ses désillusions. Unies par l'amour, elles trouvent à For Willbrook un semblant de havre de paix...

Mais quel destin lie tous ces personnages ?

Vous l'aurez compris, des destins entrecroisés, des amours contrariés, des étrangetés dignes d'un cabinet de curiosités, une atmosphère froide et délicieuse, on en frissonne, et toujours la magie qui opère comme une traînée de poudre dispersée sur notre sommeil,

Tout cela, nous le devons au talent de conteuse de l'auteure, qui joue des mots avec raffinement, poésie et délicatesse, une auteure qui aime les descriptions très imagées, impossible de ne pas partir en voyage à For Willbrook, votre cœur se serrera d'empathie pour ces personnages si attendrissants, l'auteur évoque les jeux du sort dans ce premier tome mais que nous mijote t-elle pour le second et dernier tome ?
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus