AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Contes de Cantorbéry de Kathryn Sw... tome 1 sur 7

Founi Guiramand (Traducteur)
EAN : 9782264027924
281 pages
10-18 (20/01/1999)
3.75/5   101 notes
Résumé :
Été 1471
En cette fin du XVe siècle, la guerre des Deux-Roses déchire le pays, un temps de tueries que le poète Chaucer, avant lui, illustra ainsi : "Une voleuse mystérieuse appelée Mort avançait dignement aux côtés de celui qui, ici-bas, fait trépasser les humains". C'est dans ce décor cahotique et périlleux que Kathryn Swinbrooke, seule depuis la disparition de son mari et le décès de son père, officie.
Quand de terribles meurtres par empoisonnement ... >Voir plus
Que lire après Meurtres dans le sanctuaireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 101 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis
Eté 1471.
Alors que les York semblent défaire peu à peu toutes les troupes des Lancastre, la ville de Cantorbéry se retrouve dans le mauvais camp. Son maire, fervent partisan de la maison Lancastre a pris la fuite et les institutions sont désorganisées. Cantorbéry n'en demeure pas moins un lieu de rassemblement pour les pèlerins qui se pressent dans sa cathédrale, sanctuaire de Thomas Becket, le saint martyr.
Or, justement, les instances religieuses frémissent d'horreur lorsque des pèlerins meurent empoisonnés. Si l'affaire venait à être publique, l'image de la ville en pâtirait et les visiteurs se feraient plus rares.
Les magistrats du conseil, persuadés que le tueur est un médecin, missionnent l'un d'entre eux, ou plutôt l'une d'entre eux, pour résoudre le mystère. Maîtresse Katryn Swinbrooke, médecin et apothicaire, comme son père avant elle, se lance donc dans l'enquête, épaulée par Colum Murtagh, un soldat irlandais, mandaté par le roi en tant que commissaire spécial.

Quel plaisir de découvrir une ‘'nouvelle'' série de polars historiques ! Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance de Katryn Swinbrooke, femme médecin qui soigne les braves gens de Cantorbéry. Possiblement veuve, elle n'a plus de nouvelles de son époux, parti rejoindre les troupes des Lancastre dans le conflit qui les opposent aux York. Mais cette guerre fratricide des Deux-Roses n'est pas la préoccupation essentielle de la très sérieuse Katryn. Elle s'efforce de venir en aide aux nantis comme aux plus pauvres, secondée par sa domestique, et surtout amie, Thomasina. Personnage haut en couleur, cette dernière n'a pas la langue dans sa poche et sa faconde fait fuir ceux qui voudrait s'en prendre à sa maîtresse. Aux deux femmes, s'ajoute l'Irlandais Colum Murtagh, l'envoyé du roi. Un homme énigmatique qui cache quelques secrets et dont Katryn et Thomasina ne savent si elles doivent se méfier.
L'enquête, quant à elle, gravite autour des pèlerins qui viennent se recueillir sur la tombe de Thomas Becket et implique les célèbres vers de Geoffrey Chaucer, autre illustre personnalité de la ville.
C'est un vrai bonheur de suivre les pas des enquêteurs dans les rues moyenâgeuse de Canterberry, de découvrir les petits métiers, les forces en puissance, les superstitions et d'en apprendre plus sur la guerre des Deux-Roses.
Ce premier tome est une réussite totale et on a hâte de retrouver tout ce beau monde dans la suite de leurs aventures. Un régal !
Commenter  J’apprécie          467
Apres avoir terminé les aventures de frère Cadfael, j'étais à la recherche d'un nouveau personnage évoluant au moyen-âge. Ayant éclusé, je dirais même dévoré, les aventures de soeur Fidelma, j'espérais trouver un personnage à la hauteur des deux précités.
Et là, je viens de faire une jolie découverte, et une fois de plus en fouinant sur Babelio.
L'auteur, Paul C. Doherty, qui a écrit cette série sous le pseudonyme de C.L. Grace, n'est pas un inconnu pour ma part. En effet, j'avais déjà lu et apprécié les aventures du juge Amerotkê, juge officiant à l'époque de la reine-pharaon Hatchepsout.
Cette fois-ci, il nous fait suivre les aventures d'une femme médecin, Kathryn Swinbrooke pendant sept épisodes. Et je dois dire que j'ai bien apprécié le premier épisode de cette série et que je compte bien continuer sur ma lancée.
Maitresse Swinbrooke exerce ses activités professionnelles à Canterbury en pleine Guerre des Deux Roses.
Je dois reconnaître, que n'étant pas très calée en histoire de l'Angleterre, j'ai d'abord fait quelques recherches pour connaitre les différents protagonistes et comprendre les tenants et aboutissants de cette lutte fratricide entre les maisons de York et de Lancastre.
Ce n'est qu'à l'issue de ces lectures que je me suis lancée dans la lecture de « Meurtres dans le sanctuaire «. Et je suis ravie d'avoir découvert une nouvelle héroïne dans ce genre qu'est le polar historique.
Kathryn est une héroïne intelligente, attachante, évoluant dans un monde d'hommes. Sa sagacité lui permettra de découvrir qui est à l'origine des nombreux empoisonnements qui ont lieu dans sa ville natale.

Une belle découverte !

Challenge Mauvais Genres 2022
Challenge A travers L Histoire 2022
Commenter  J’apprécie          474
Fin du XVème siècle pendant la guerre des deux Roses qui oppose la maison d'York et la maison de Lancastre pour gagner le trône d'Angleterre, une série de crimes par empoisonnement sévit à Cantorbéry.
Le roi Edouard nomme le soldat irlandais Colum Murtagh et la dame médecin-apothicaire Kathryn Swinbroke pour trouver l'empoisonneur ou l'empoisonneuse.
Kathryn exerce son métier transmis par son père.
Elle est accompagnée de sa fidèle dame à tout faire, Thomasina au franc-parler qui ajoute du piment au livre.
Les victimes viennent en pélerinage sur la tombe de Thomas Becket ancien archevêque de Cantorbéry et sont empoisonnés très souvent dans l'auberge où ils se rassasient.
En relisant les contes de Cantorbéry écrits par Geoffrey Chaucer, Kathryn trouve une similitude entre les empoisonnements et le physique déguisé de l'assassin encapuchonné.
Aidé de Colum qu'elle malmène un peu au début, ils arriveront à leurs fins : démasquer le criminel.
Personnellement, j'ai beaucoup apprécié les scènes où Kathryn soigne ses malades avec des remèdes du Moyen Âge mais aussi en les observant.
L'ambiance est très particulière et même si nous sommes prévenus en tant que lecteurs que nous avons à faire à une pure fiction, l'auteur nous signale quand même que beaucoup de femmes exerçaient cette fonction à l'époque et même au temps de Chaucer.
Une très belle lecture à l'ambiance corsée par des dialogues très francs.
Les scènes semblent réelles.
Le livre date de quelques années : 1999 chez J'ai Lu pour l'édition française.
Il fait partie d'une série avec Kathryn Swinbroke comme enquêtrice.
Merci à Sandrine pour ta critique qui m'a menée à la lecture.
Commenter  J’apprécie          440
Je découvre avec grand plaisir cette série policière historique, série qui se déroule au moyen-âge en Angleterre, et dont ce volume est le premier de la série.
L'héroïne est une femme médecin et apothicaire, Kathryn Swinbrooke , elle va être amenée à élucider des meurtres par empoisonnement.
L'auteur décrit admirablement l'ambiance qui règne à cette époque, la guerre des Deux Roses, les exécutions, la misère, la violence au sein des villes, mais aussi la saleté, les plats servis dans les gargotes, comment soigner tel ou tel maux.
Pas besoin d'être féru d'Histoire pour comprendre le roman, tout est expliqué simplement : qui sont les alliés, qui sont les traites, quelles sont les personnes influentes jouissant des bonnes grâces du pouvoir en place…
On découvre aussi le poète et écrivain Geoffrey Chaucer, célèbre pour avoir écrit les « Contes de Canterbury ».
J'ai pris plaisir à cette lecture, l'intrigue policière est bien menée, Kathryn est un personnage sympathique et ses rapports avec l'Irlandais, censé lui apporter de l'aide au cours de cette enquête sont assez drôles.
Commenter  J’apprécie          250
Paul Charles Doherty (né en 1946) est un auteur, disons euh… prolifique : c'est un historien de formation qui un jour s'est mis en tête d'écrire des romans historiques. Il s'est lancé en 1986 et… il ne s'est jamais arrêté ! Il a écrit aujourd'hui plus de quatre-vingts ouvrages, la plupart auréolés de succès. Bien qu'il s'intéresse à toutes les périodes historiques, c'est au Moyen-Age qu'il a placé ses meilleures enquêtes : voici les trois plus importantes :

Sous son nom, Paul C. Doherty il a écrit la série « Hugh Corbett », qui se passe sous le règne d'Edouard 1er d'Angleterre, au début du XIVème siècle. le héros éponyme est un clerc royal qui plongé dans un Moyen-Age sanglant, doit élucider meurtres complots et trahisons dans toutes les couches de la société y compris dans le palais royal

Sous le nom de Paul Harding, puis sous son nom réel, il signe les aventures de « John Cranston et Frère Athelstan ». L'histoire se passe un plus tard dans le XIVème siècle, à la mort d'Edouard III. Frère Athelstan, un frère dominicain, assiste (et souvent supplée) son ami John Cranston, coroner de la cité de Londres.

Enfin la troisième série médiévale de Paul C. Doherty (qui prend ici le pseudonyme de C. L. Grace) concerne « Les Contes de Cantorbéry de Katherine Swinbrooke » dont l'action se déroule pendant la guerre des Deux-Roses (1455-1485) « Meurtres dans le sanctuaire » (1993) est le premier titre de cette série.

Le titre générique fait bien sûr allusion au poète Chaucer auteur des fameux « Contes de Canterbury », équivalents anglais du « Décaméron » de Boccace. L'histoire se situe en effet dans cette ville, et Chaucer lui-même participe à plusieurs épisodes de la série.
Kathryn Swinbrooke est une femme apothicaire et médecin. Son mari qui la battait a disparu. Elle vit seule avec sa nourrice Thomasina et deux enfants qu'elle a recueillis : Agnès et Wuff. Elle a deux amis, Simon Luberon, secrétaire de l'archevêque, et Colum Murtag, un irlandais au service du roi Edouard IV.

De terribles meurtres par empoisonnement sont commis à Cantorbéry sur des pèlerins. Les magistrats, craignant des retombées pour le tourisme local (ou ce qui en tenait lieu à l'époque), font appel à Kathryn Swinbrooke, qui en sa qualité de médecin-apothicaire, va mener sa première enquête.

Il y a au total sept enquêtes : « Meurtres dans le sanctuaire » (1993), « L'Oeil de Dieu » (1994), « le Marchand de mort » (1995), « Les Livres des ombres » (1996), « La Rose de Raby » (2001), « le Lacrima Christi » (2003), « le Temps des poisons » (2004).

Ces trois séries sont également passionnantes, mais j'accorderai un petit plus à la dernière (Kathryn Swinbrooke) pour le portrait extrêmement attachant de cette docteur Quinn du XIVème siècle, bien de son époque et en même temps très féministe et d'un très grand capital de sympathie. Autour d'elle les autres personnages sont à la hauteur. Doherty (ou Grace, si vous préférez) fait un tableau du Moyen-Age plus vrai que nature, sans concession, en faisant ressortir avec une grande intelligence la spiritualité de l'époque, l'emprise des superstitions et la violence pas toujours bien canalisée, même chez les « gentils »…

Si vous aimez les polars médiévaux, vous adorerez Kathryn Swinbrooke, un Cadfaêl laïque… et en jupons !








Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
...Cela me revient. Chaucer a écrit un célèbre poème sur Cantorbéry.
- En effet, approuva Kathryn, Les Contes de Cantorbéry, qui comptent un prologue et de nombreux personnages : entre autres un chevalier, une nonne, un prieur, un moine et un clerc. Mais en vérité, tous les métiers sont représentés. Ils quittent l'Auberge du Tabard, à Southwark, par un matin d'avril, pour se rendre au tombeau de Becket. En chemin, comme le veut la coutume, chaque personnage conte une histoire.
Commenter  J’apprécie          80
.... Et dites-moi, le père Benedict souffre-t-il toujours de dysenterie ?
Le prieur hocha la tête, souriant du ton très sérieux de Kathryn.
....
- Qu'est-ce ?
- Du miel et de la farine de froment bouillis avec du lard salé et un peu de cire. Cela devrait colmater ses boyaux.
Commenter  J’apprécie          30
Ils rejoignirent les autres à qui l'on montrait des reliques. Le crâne fendu du martyr, d'abord, dont seul le front avait été laissé nu afin que l'on puisse le baiser, le reste étant recouvert d'une épaisse couche d'argent. Le sous-prieur sortit ensuite le cilice du saint archevêque, les ceintures et les lanières de cuir dont Becket s'était servi pour dompter sa chair.
Puis les pèlerins regagnèrent l'entrée du chœur, et sur le côté nord de celui-ci, on leur ouvrit moult coffres, doublés d'argent, qui contenaient des reliques d'autres saints : crânes, mâchoires, dents, os des mains et des doigts, et même des bras entiers que le sous-prieur invita les visiteurs à baiser.
Commenter  J’apprécie          00
Les gens tuent aussi par plaisir, reprit doucement Colum. Lequel ? Celui d'assouvir leur haine. Or, qu'est ce que la haine sinon de l'amour devenu froid ?
Commenter  J’apprécie          30
Un sentiment de puissance courut dans ses veines, fort comme le vin.
Commenter  J’apprécie          80

Video de C. L. Grace (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de C. L. Grace
Paul Doherty - La reine de l'ombre
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (316) Voir plus



Quiz Voir plus

l'histoire médiévale française niveau facile à moyen

Entre quelles période situe-t-on le Moyen-Age?

Période moderne et Révolution Française
Préhistoire et Antiquité
Antiquité et période moderne
Révolution française et période contemporaine

23 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : médiéval , moyen-âge , histoire de franceCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..