AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714303387
147 pages
Éditeur : José Corti (01/08/1989)
4.32/5   19 notes
Résumé :
"Je n’ai jamais été à Rome", écrivait Julien Gracq dans Lettrines 2, et il poursuivait : "Un jour ou l’autre me verra bien sur ses chemins, puisqu’il paraît que tous y mènent, mais qu’y trouverai-je ?" Cette probabilité, envisagée sans excès d’enthousiasme, trouva à se réaliser au printemps 1976.
(Cité par Bernhild Boie)

Quelle étrangeté que d’enclore l’idée d’empire universel dans un nom de ville ! et de l’y laisser oubliée depuis qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Jstrange
  09 avril 2021
Je retrouve cette superbe écriture de Gracq, et sa réelle maitrise de la langue Française, allié à sa culture. Récit d'un voyage en Italie, et plus précisément de Rome, et qui réussit, même 40 ans après avoir fait ce voyage, de faire que les lieux sont tellement bien décrient, que j'ai de suite reconnu les places, jardins et lieux antiques découvert pour ma part il y a deux ans. Gracq reste un auteur difficile à lire de part cette maitrise du Français, je conseils aux futurs lecteurs de lire le récit d'une traite ci possible (chose que j'ai fait) ce qui permet, une fois le rythme de lecture trouvé, de ce plonger dans ce voyage en un après midi, sans temps mort qui peut compliquer le "redémarrage" de la lecture les jours suivant
Commenter  J’apprécie          30
Wyoming
  22 avril 2018
Rome en dehors des sentiers battus sous les yeux de Julien Gracq, ce ne peut être que du merveilleux au sein des merveilles de la ville éternelle. Jamais déçu par cet écrivain qu'il faut quelquefois mériter, ce parcours autour des sept collines est de la veine des meilleurs livres de cet auteur adulé par Jean Carrière qui me l'a fait découvrir.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
lanardlanard   17 août 2010
p. 109-110
Je n’aime pas lire dans une bibliothèque publique. Je ne regarde les tableaux dans les musées que faute de pouvoir en jouir n’importe où ailleurs. La réclusion, le parcage des œuvres d’art plastique, (qui va de pair une valorisation marchande sans mesure) fait songer en cette fin de Xxè siècle, plus d’une fois, au grand enfermement dont a parlé en une autre occasion Michel Foucault.
Commenter  J’apprécie          50
DanieljeanDanieljean   15 novembre 2017
Quelle étrangeté que d’enclore l’idée d’empire universel dans un nom de ville ! et de l’y laisser oubliée depuis quinze cents ans. Il y a une atmosphère de déshérence distraite qui est propre à Rome. On se promène dans ses rues, on est retenu par l’échelonnement démesuré au long des siècles des souvenirs monumentaux, par la prolifération des édifices insignes, par l’entassement des œuvres d’art— cependant que le sentiment diffus d’une absence, d’une vacance centrale se fait jour. Comme si on parcourait les salles d’un palais où le maître fabuleux de céans, par quelque lubie incompréhensible, se fait celer, et n’y est plus pour personne.
Singulière ville, qui a évacué sur la pointe des pieds l’ordre des tableaux chronologiques et des annales historiques, pour ne plus relever sérieusement que des computations apocalyptiques, millénaristes, de Malachie, de Joachim de Flore, et de Nostradamus. Avec cet air sournois qu’elle conserve de rêver les yeux mi-clos par-delà les siècles. A la Troisième Rome ?…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   24 février 2016
Peu de côtes aussi m'ont semblé à première vue plus ingrates que les côtes de l'Italie péninsulaire, entre La Spezia et le golfe de Naples. Ni plages, ni rocs le plus souvent, mais seulement, en dehors des marennes colmatées, la tranche du bas plateau littoral que la mer attaque en éboulis herbeux.
Commenter  J’apprécie          40
DelphineMaDelphineMa   29 avril 2017
L’écart chronique, jamais comblé depuis quinze cents ans, qui fait vaciller la ville entre ce qu’elle est et ce qu’elle signifie, revient pour moi à la poétiser sous la forme d’une inaptitude à être tout à fait non historique, mais cartographique : une cité lacunaire, trouée de clairières inquiétantes et encore jamais vues, qui semblent attendre en rêvant tout éveillées je ne sais quels atterrissages atemporels de science fiction.

p. 139
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DelphineMaDelphineMa   29 avril 2017
Quelle étrangeté que d’enclore l’idée d’empire universel dans un nom de ville ! et de l’y laisser oubliée depuis quinze cents ans.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Julien Gracq (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Gracq
Lecture de Lettrines de Julien Gracq par Constance Dollé et Emmanuel Noblet
Pour la cinquième année consécutive, la BnF invite à écouter les mille et une voix de la Bibliothèque. Lectures, performances et spectacles habitent les espaces du site François-Mitterrand, inspirés cette année par l'exposition phare de la saison, Henri Cartier-Bresson. le Grand Jeu.André Breton a été une figure essentielle pour Henri Cartier-Bresson et Julien Gracq qui ont tous deux participé aux réunions des surréalistes dans les cafés de la place Blanche. « C'est au surréalisme que je dois allégeance, car il m'a appris à laisser l'objectif photographique fouiller dans les gravats de l'inconscient et du hasard », dit le photographe. On aime l'idée qu'un même hasard, guidé par le flux des idées journalières, ait accompagné Julien Gracq dans la rédaction de ses Lettrines, « un ensemble très libre, une mosaïque de notes de lecture, de réflexions, de souvenirs ». Les comédiens Constance Dollé et Emmanuel Noblet prêtent leurs voix à quelques-uns de ces fragments dans un échange libre et inspiré, au plus proche du ton du texte.
Lecture enregistrée le 5 juin 2021 à la BnF I François-Mitterrand dans le cadre de la Bibliothèque parlante, Festival de la BnF
+ Lire la suite
autres livres classés : nostradamusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
504 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre