AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791020906342
Éditeur : Les liens qui libèrent (05/09/2018)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Alors que le progrès technologique a toujours été vu comme l'horizon d'une libération du travail, notre société moderne repose en grande partie sur l'aliénation de la majorité des employés de bureau. Beaucoup sont amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles, sans réel intérêt et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société.C'est de ce paradoxe qu'est né et s'est répandu, sous la plume de David Graeber, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nastasia-B
  25 novembre 2018
Alexis de Tocqueville a jadis remarqué qu'« En politique, ce qu'il y a de plus difficile à apprécier et à comprendre c'est ce qui se passe sous nos yeux. » Et je suis cent fois d'accord avec lui. Et c'est en cela que David Graeber nous offre un trésor qu'il nous faut chérir : comprendre dans les détails de son fonctionnement le monde politico-socio-économique que nous avons sous les yeux.
Je tiens à tirer deux très, très grands coups de chapeau. Tout d'abord à l'auteur, David Graeber, que je considère comme l'un des plus grands et des plus stimulants essayistes actuels dans le domaine social. Ensuite, je tiens à saluer l'éditeur Les Liens qui libèrent pour la qualité générale de ses publications, qui, avec La Découverte, L'Herne et La Fabrique est l'un des (trop) rares remparts à la toute puissance de la pensée dominante (c'est-à-dire, la pensée des dominants, rien à voir, bien évidemment avec une quelconque supériorité de fond ou de vue de ladite pensée).
Question : que dites-vous juste après avoir donné votre nom lorsqu'au cours d'une soirée entre amis l'on vous présente quelqu'un que vous n'avez jamais vu au préalable ? À un très haut pourcentage, vous allez évoquer votre profession et même, pour certain(e)s, si vous êtes actuellement sans emploi, vous allez avouer, avec une once de dépit dans la voix, que vous êtes au chômage. D'ailleurs, très souvent, vous n'allez pas dire que vous êtes au chômage, mais que vous " cherchez du boulot ".
J'ai pris conscience de ce détail, il y a longtemps déjà, lorsque fringante étudiante en éthologie des primates, j'eus le privilège de côtoyer Hans Kummer, légende (à l'époque encore) vivante (et francophone de surcroît) de la discipline. Tandis que je lui serrais la main, pleine d'admiration, il m'avait courtoisement demandé qui j'étais. Je m'étais alors bêtement présentée à lui comme étant l'étudiante de " Machin " de l'Université de " Truc ". Il me répondit du tac au tac, avec son accent suisse et la sagacité qui brûlait dans son regard : « Ça, ce n'est pas vous, c'est votre fonction. » J'en fus bouleversée : je ne m'étais spontanément définie que par ma profession, qui en plus, n'en était pas vraiment une.
J'ai depuis noté cette tendance chez de très (trop) nombreuses personnes. « Bonjour, enchantée, " Machine ", je travaille chez " Bidule " et vous ? » Jamais on ne m'a dit : « Bonjour, enchantée, " Machine ", dans le privé, j'adore la danse africaine et la peinture chinoise et vous, qu'est-ce que vous aimez ? » Parallèlement, juste après avoir décliné leur nom et leur profession, ces mêmes personnes en viennent très vite, pour la plupart ou du moins très souvent, à reconnaître qu'elles détestent leur boulot, ou que leur patron est un con ou un incompétent notoire et qu'elles aimeraient bien trouver autre chose.
Suite de la question : comment peut-on à la fois autant se définir par notre travail et autant le détester ? Pourquoi cette dissonance ? Est-ce que ça a toujours été comme ça ? Est-ce que c'est une évolution vraiment actuelle qui en est cause ? Si oui, laquelle ?
Si l'on essaie de creuser un peu le douloureux problème du " pourquoi ? " ces personnes détestent leur boulot, viennent très souvent en premier l'ennui, dû aux tâches répétitives et à la paperasse abondante, abondante, toujours plus abondante. Viennent aussi les conditions de rémunération, le fait d'être littéralement phagocyté par son travail jusque dans sa sphère privée, etc.
Bref, ce constat, tout le monde a eu l'occasion de le faire. Vous avez peut-être aussi eu l'occasion de constater combien certains énoncés de profession vous apparaissent peu clairs. « Mais qu'est-ce que c'est au juste que ce boulot ? » Et, bien souvent, vous n'êtes pas beaucoup plus renseignée après qu'avant avoir eu des explications dudit professionnel.
Voilà, nous touchons au but. David Graeber essaie de comprendre pourquoi nous en sommes arrivés là. Pourquoi des gens dépriment parce qu'ils se rendent compte que leur travail n'a soit aucune utilité, soit il est globalement néfaste pour la communauté.
Il montre et démontre que les emplois les plus utiles socialement et les plus productifs sont également les moins bien payés. le personnel d'entretien, les manutentionnaires, les infirmières, etc. dont personne ne remet en cause l'intérêt de leur tâche pour les autres sont payés au lance-pierre tandis que les responsables de la communication interne d'une grosse entreprise (un exemple parmi des milliers d'autres) sont payés dix fois plus. Qu'est-ce qui justifie cela du point de vue de la productivité ? du point de vue du bien général apporté aux autres ?
Il y a longtemps déjà, le regretté Coluche avait trouvé une formule percutante pour s'adresser à un homme politique bien connu de l'époque : " ministre du temps perdu à un fric fou ". Voilà ce que David Graeber appelle les " bullshit jobs " c'est-à-dire non pas les " boulots de merde ", ceux qui sont utiles mais que personne ne veut faire car mal payés et déconsidérés, non il s'agit ici de " boulots à la con ", c'est-à-dire des boulots très bien payés, qui ne servent littéralement à rien.
Un bon indicateur du bullshit job est de se poser honnêtement la question : si mon travail était supprimé, est-ce que la communauté s'en porterait plus mal ? Très souvent, la réponse est non et même, plus inquiétant, la communauté s'en porterait plutôt mieux (démarcheurs téléphoniques de mon coeur, c'est à vous que je pense très fort en écrivant cela). En général, dans le privé, la succession hiérarchique des managers située entre le grand patron et ceux qui font effectivement un vrai boulot est jugée par ces derniers plutôt nuisible à la bonne exécution de leur tâche. (Dans le public, ça devient carrément kafkaïen et, hormis les échelons en rapport direct avec la mission à accomplir, c'est-à-dire, le tout premier échelon, c'est du bullshitland sur toute la ligne !)
C'est un peu comme si toute cette flopée de contrôleurs, formateurs, managers, chef d'équipe, responsable quelconque vous demandait : « Qu'est-ce qu'on peut faire pour vous aider dans votre tâche ? » Vous leur répondriez invariablement comme il fut répondu à Jean-Baptiste Colbert : « Rien ! surtout ne faites rien ! à chaque fois que vous faites quelque chose, c'est pire, et ça se traduit par une nouvelle paperasse ou un questionnaire à la con de plus à remplir. Laissez-nous faire, surtout, laissez-nous faire, ne faites surtout rien. »
Et voilà comment, malgré tout, une longue, chaque jour plus longue chaîne hiérarchique — qui se nourrit d'elle-même à chaque échelon, que ce soit dans le public ou dans le privé — vient sucer, en bonne sangsue qu'elle est, tout l'argent généré par l'authentique travail des salariés les plus mal payés et les plus productifs.
Est-ce cela l'efficacité tant vantée du capitalisme ? Pourquoi cette longue chaîne de sangsues si l'on souhaitait vraiment rendre la production efficace ? Il y a d'autres explications que le capitalisme, d'autres fonctionnements qui sont devenus légions et c'est à la compréhension de tout ceci que nous invite David Graeber, avec mille fois plus de talent et de brio que la maigre pitance que je viens de vous servir.
Franchement, chapeau David Graeber. J'ai le sentiment, à la lecture de cet essai, qui se situe à la frontière entre le social, l'économique et le politique, de mieux comprendre le monde dans lequel je vis, ce qui est le but, je crois, de tout essai digne de ce nom. Alors merci David Graeber de nous tenir éveillés et pardonnez-moi si, une fois encore, je n'ai produit qu'un bullshit avis, car je me rassure en me disant qu'il ne représente, tout bien pesé, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10018
Kirsikka
  01 décembre 2018
Sans doute le meilleur essai que j'ai lu depuis longtemps et avec un égal bonheur du début à la fin, tant il est clair, bien écrit, pertinent et même drôle.
Tout ce que vous saviez sur les bullshit jobs par expérience, sans peut-être avoir réussi à en trouver la logique intrinsèque. Je dis souvent, quand on ne comprend pas la logique qui anime des acteurs ou conduit à des événements, alors c'est qu'ils obéissent à une autre logique que celle qui paraît évidente. A partir de là, on peut chercher quelle est cette autre logique.
Le propos de David Graeber et de se demander pourquoi, et comment les "jobs à la con" ou bullshits jobs prolifèrent, et en quoi en sont victimes ceux qui les occupent. Alors même que l'efficacité recherchée par le système économique capitaliste devrait faire en sorte que ces bullshits jobs (ou boulots inutiles, superflus ou néfastes) ne puissent pas exister.
Or, ils existent, et ils sont très nombreux ; la foi économiste conduit donc soit à les ignorer, soit à prétendre que les larbins, porte-flingues, rafistoleurs, cocheurs de case et autres petits-chefs sont utiles, et surtout très occupés. Quand tout le monde sait que c'est faux.
La démonstration est brillante, implacable. Elle part des exemples particuliers, pose les faits, en analyse les conséquences individuelles et collective, puis les replace dans un contexte historique, politique et économique. Et à la fin, c'est votre vision du monde qui s'est légèrement décalée, ouvrant des perspectives plus larges.
En ce sens, je ne dirais pas que ce livre est déprimant. Je le trouve au contraire très enrichissant, d'abord par le ton adopté par l'auteur, d'une franchise et d'une tranquillité qui font du bien. Ensuite, parce qu'il invite incidemment à aller explorer bien d'autres pistes, qu'elles soient intellectuelles ou simplement pratiques. J'ai trouvé chez David Graeber des éclairages qui soit répondent à des interrogations, soient confirment des analyses.
Je retiendrais notamment la notion de violence spirituelle, autrement dit les dommages sur la créativité des salariés contraints d'occuper les bullshits jobs. La créativité, qu'elle s'exprime dans des projets ou simplement l'ouverture aux autres, est une dimension humaine trop souvent négligée dans un monde où la déconomie (pour paraphraser Jacques Généreux) se pose en reine incontestable de nos misérables vies.
Il y a aussi cette idée que pour avoir de la valeur en tant qu'être humain, il faut souffrir pour exécuter un travail que vous n'aimez pas. Sinon, vous ne méritez pas d'exister. Ce que j'ai pu constater à de nombreuses reprises : il y a une violence insidieuses mais réelle, et des contraintes multiples exercées contre ceux qui produisent. Il y a aussi une tendance à s'auto-infliger des contraintes quand on pourrait faire autrement, avec un temps considérable passé à se plaindre pour faire savoir que l'on souffre si ce n'est pas réellement le cas, sans soute pour échapper aux foudres du management intermédiaire à l'encontre de ceux qui seraient un peu trop heureux dans leur boulot. Car être heureux, c'est mal.
Ce qui conduit à la notion de "jalousie morale", qui explique pourquoi les boulots les plus utiles à la société sont les plus mal payés, et les plus méprisés.
Ou l'analyse sur le salariat qui maintient les adultes dans une perpétuelle dépendance, quand en d'autres temps le système des corporations et la perspective de pouvoir passer du statut de compagnon à celui de maître vous faisaient passer du statut d'adolescent à celui d'adulte responsable et autonome.
Il serait trop long de détailler toute la richesse de ce livre, qui est un bol d'air frais dans un environnement trop souvent asphyxiant. Et qui fait largement appel à des citations littéraires, donnant envie de plonger dans Dickens ou David Foster Wallace, entre autres.
Pour continuer avec cet auteur, je compte lire prochainement Bureaucratie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          246
RattusBibliotecus
  28 novembre 2018
Avant de commencer, je tiens à remercier Les Liens qui Libèrent, ainsi que l'agence Anne et Arnaud, pour ce service-presse.
Tu veux un essai économico-anthropologique marrant mais déprimant, déprimant mais marrant ? Essaye celui-là.
David Graeber, figure du mouvement Occupy Wall Street, te parle donc des jobs à la con, à ne pas confondre avec les jobs de merde qui, eux, sont éprouvants, très mal payés et te valent le mépris du public et de tes supérieurs. Néanmoins, ceux-là ont souvent une valeur sociale ; c'est le cas pour la mise en rayon ou le nettoyage des locaux. Ce sont les métiers du care, (ou du soin, en français), sans eux, ce serait le chaos. Afin d'illustrer son propos, l'auteur compare deux grèves : celle des banques irlandaises, et la grève des éboueurs de New York. Six mois sans banques, ça n'aura rien changé, mais sans éboueurs, c'est vite devenu invivable. Ils auront eu gain de cause au bout de dix jours.
Et donc, qu'est-ce qu'un job à la con ? Un emploi bien, voire très bien payé (avocat d'affaires, consultant RH,…), dans lequel tu ne vois ni but ni intérêt, au point que ça peut te rendre dingue. Bien souvent, tu as conscience du problème, alors tu vas mal : syndrome de l'imposteur, culpabilité, ennui… Parfois, tu arrives à faire autre chose qu'attendre sur ta chaise qu'un truc se passe, comme militer ou chercher un remède contre une grave maladie, mais bien souvent, ton job engendre une torpeur mentale qui t'empêchera de faire autre chose que compter les heures.
Loin d'être une planque te permettant de t'accomplir dans ce qui te botte vraiment, le job à la con t'use nerveusement, te détruit dans tes fondements : l'humain, pour se sentir exister, a besoin d'agir sur le monde, d'y laisser une empreinte aussi infime soit-elle qui lui prouvera qu'il a changé grâce à lui. Ce qui, avec ce genre d'emploi, est juste impossible.
Tu vas me dire : mais comment on en est arrivés là ? Eh bien selon l'auteur, notre système se calque en partie sur celui de l'URSS, lorsqu'il fallait créer des emplois pour nourrir tout le monde. Dans notre système, où la pauvreté est bien utile pour imposer des conditions honteuses, ces jobs à la con servent à occuper chaque citoyen, car les gens libres de leur temps font peur : ils pourraient se regrouper, fomenter des révoltes, et ça, la bourgeoisie le redoute plus que tout.
Entre deux traits d'humour venant alléger le texte (je me rappellerai toujours de cette hypothèse de patron jouant à World of warcraft sur ses heures de bureau), tu apprendras des choses plus graves qui ne te surprendront pas, comme l'origine du contrôle total des employés et du minutage : ces techniques ont été mises au point dans les plantations et sur les navires marchands. Quant au travail tel qu'on nous l'impose, il découlerait du christianisme : les travailleurs de base ne doivent recevoir que le strict nécessaire pour survivre en échange de leur force de travail, et les tâches les plus nobles ne doivent pas être payées, d'où le traitement réservé aux artistes et à tout job ayant une valeur sociale.
Alors, que nous propose l'auteur pour sortir de ce système, et donc, des jobs à la con ?
Le revenu de base universel.
Loin de favoriser l'oisiveté, car il est prouvé que l'humain est fait pour travailler (en prison, un détenu préfèrera faire la plonge que rester devant la télé), il serait aussi gage de liberté. L'employé pouvant aller voir ailleurs sans se préoccuper de l'argent, les patrons se verraient forcés de les respecter s'ils veulent que leurs boîtes tournent correctement. Cette relation sado-maso asexualisée, présente dans toute hiérarchie verticale selon l'auteur, cesserait. Comme dans un rapport SM, il suffirait à l'employé de dire « orange » à son patron, et le calvaire s'arrêterait.
Un essai à découvrir si les notions de jobs à la con, de valeur-travail, t'interpellent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Filox
  14 janvier 2019
David Graeber explore en profondeur le phénomène contemporain des jobs à la con. La typologie qu'il propose, se reporter aux citations que j'ai publiées, leurs impacts et en premier lieu la souffrance de ceux qui en ont un sont décrits brillamment et sont abondamment illustrés.
Les raisons d'apparition de la nouvelle féodalité managériales et les conséquences sociétales et politiques sont analysées en profondeur.
Ce qui m'a particulièrement plu fait l'objet du chapitre intitulé : pourquoi notre société reste-t-elle sans réaction face à la généralisation des emplois inutiles ?
Le ton est plus polémique, David Graeber rappelle l'origine théologique du travail « devoir sacré », nous ébranle en s'appuyant sur de nombreux paradoxes, hélas fort pertinents tels que : plus mon travail bénéficie aux autres et moins je suis susceptible d être payé pour le faire; ou encore :
de nos jours la plupart des gens tirent leur dignité et leur amour-propre du fait de gagner leur vie grâce à leur travail et en même temps la plupart des gens détestent leur boulot.
Avec son sens de la formule, Graeber écrit : les travailleurs ( du XX eme siècle mais nous en avons gardé la mentalité) sont incités à concevoir leur labeur non pas comme un moyen de créer des richesses ou d'être utiles aux autres que comme un acte d'abnégation, une forme de cilice laïque, un renoncement à toute espèce de joie et de plaisir pour pouvoir devenir adulte et gagner le droit de posséder les gadgets de la société consumériste.
En conclusion, nous ne sommes pas en capacité de transformer notre puissance technologique en occasion d'épanouissement, de travailler beaucoup moins...
Pour terminer cette critique et vous donner l'occasion de vous pencher dans cet abime de perplexité sur les moyens de sortir de la crise contemporaine interminable et qui laisse une place de choix à la tristesse générale, je cite :
« On n'a jamais vu un européen ou un américain considérer que sa carrière professionnelle devait être un signe distinctif pour la postérité. Promenez- vous dans un cimetière : vous ne trouverez pas de pierres tombales marquées «  chauffagiste », «  vive- président exécutif », «  garde- forestier » ou « Employé « . Quand un être meurt, on estime que l'essence se son âme réside dans l'amour qu'il a porté à son conjoint et à ses enfants, dans celui qu'il a reçu d'eux. Pour ceux qui ont fait la guerre, on mentionne la division militaire dans laquelle ils ont servi. Dans toutes ces dimensions interviennent à la fois une intense implication émotionnelle et le fait de donner et reprendre la vie. Pourtant, il y a fort à parier que, de leur vivant, la première question que l'on posait à tous ces gens quand on faisait leur connaissance était : «  vous faites quoi dans la vie ? »
Paradoxe ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
melusine29
  10 avril 2019
Réflexion passionnante sur l'évolution du travail dans la société, étayée de nombreux témoignages, et sur l'avènement des jobs vides de sens et sans utilité sociale. L'auteur dresse une typologie des "métiers à la con" actuels et retrace l'Histoire du travail et sa place dans la société depuis le Moyen-âge. Remise en perspective de certaines croyances ancrées, ce ne sont pas les jobs les mieux payés les plus intéressants et les plus utiles, au contraire. Instructif.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lexpress   18 septembre 2018
Après une brillante réflexion sur le travail, son avenir et son rôle symbolique, l'auteur nous abandonne, hélas, à notre ennui. "J'ai moins cherché à proposer des solutions politiques concrètes qu'à inviter à la réflexion et au débat sur cette question essentielle : à quoi pourrait ressembler une société authentiquement libre ?"
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   22 octobre 2018
En 1930, John Maynard Keynes prédisait que, d'ici à la fin du siècle, les technologies auraient fait suffisamment de progrès pour que des pays comme la Grande-Bretagne ou les État-Unis puissent instaurer une semaine de travail de quinze heures. Tout laisse à penser qu'il avait raison. Sur le plan technologique, nous en sommes parfaitement capables. Pourtant, cela ne s'est pas produit. Au contraire, la technologie a été mobilisée pour trouver les moyens de nous faire travailler plus. Dans ce but, des emplois effectivement inutiles ont dû être créés. Des populations entières, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, passent toute leur vie professionnelle à effectuer des tâches dont elles secrètement qu'elles n'ont pas vraiment lieu d'être. Cette situation provoque des dégâts moraux et spirituels profonds. C'est une cicatrice qui balafre notre âme collective. Et pourtant, presque personne n'en parle.

LE PHÉNOMÈNE DES JOBS À LA CON.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Nastasia-BNastasia-B   02 décembre 2018
Il n'est pas rare de voir des postes très haut placés et prétendument essentiels rester inoccupés pendant des mois, voire plus, sans que cela produise d'effets notables, y compris à l'intérieur même de l'organisation. Ces dernières années, la Belgique a traversé une série de crises constitutionnelles qui l'ont temporairement privée de gouvernement : pas de Premier ministre, pas de portefeuille de la santé, des transports, de l'éducation… Bien que ces périodes de vacance du pouvoir aient parfois été exceptionnellement longues — le record s'établit pour l'instant à 541 jours —, on n'a noté aucun impact négatif sur la santé, les transports ni l'éducation.

Chapitre 6 : Pourquoi notre société reste-t-elle sans réaction face à la généralisation des emplois inutiles ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
Nastasia-BNastasia-B   01 décembre 2018
Rémunérer les femmes à la même hauteur que les hommes reviendrait instantanément à placer entre leurs mains une part phénoménale de la richesse mondiale. Or tout le monde sait que la richesse, c'est le pouvoir.

Chapitre 7 : Quelles sont les conséquences politiques des jobs à la con, et comment y remédier ?
Commenter  J’apprécie          260
FiloxFilox   01 janvier 2019
Le secteur de la finance, paradigme de la création des jobs à la con :
Les postes de larbin apparaissent au sein d’une organisation parce que, pour les détenteurs du pouvoir, les subalternes sont des insignes de grandeur. L’embauche du porte-flingue répond à une dynamique de surenchère (si vos rivaux engagent les services d’un cabinet d’avocats prestigieux, vous devez faire de même). Le besoin de rafistoleurs se fait sentir parce qu’on trouve parfois plus compliqué de régler un problème que de gérer ses conséquences. Les cocheurs de case, dans les grosses structures, permettent la production d’une paperasse attestant que certaines mesures ont été prises, une certification souvent vue comme plus important que les mesures elles-mêmes. Quant aux postes de petits chefs, ils sont le corollaire de diverses formes d’autorité impersonnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
KirsikkaKirsikka   27 novembre 2018
Je suis convaincu que la prolifération des jobs à la con, couplée à la bullshitisation croissante des vrais boulots, est le principal vecteur de l'essor des réseaux sociaux. On l'a vu, les conditions d'exercice des jobs à la con varient énormément selon les cas ; certains employés sont surveillés sans relâche ; d'autre doivent effectuer quelques tâches symboliques, mais à part ça, on leur fiche plus ou moins la paix ; la plupart se situent entre ces deux extrêmes. Pourtant, même dans les situations les plus avantageuses, il faut rester sur ses gardes et dépenser un minimum d'énergie pour jeter des coups d'oeil par-dessus sont épaule, faire illusion, ne pas paraître trop absorbé, maintenir sa collaboration avec ses collègues dans des limites raisonnables. Tout cela crée un type de disponibilité intellectuelle qui convient davantage aux jeux en ligne, aux chaînes YouTube, aux mèmes et aux polémiques qui fleurissent sur la twittosphère, que, mettons, aux groupes de rock psychédélique, à la poésie sous acide ou au théâtre expérimental né au milieu du XXe siècle, à l'âge d'or de l'Etat-providence. On assiste donc à un essor de ces formes de culture populaire que les employés de bureaux peuvent produire et consommer dans le temps émietté dont ils disposent sur ces lieux de travail où, même quand ils n'ont rien à faire, ils n'ont pas le droit de le reconnaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de David Graeber (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Graeber
Extrait de "Bullshit Jobs" de David Graeber lu par Hugues Martel. Editions Audiolib. Parution le 17 avril 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/bullshit-jobs-9782367628585
autres livres classés : travailVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr