AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2818017556
Éditeur : P.O.L. (22/08/2013)

Note moyenne : 2.94/5 (sur 33 notes)
Résumé :
D’abord, pour commencer, une histoire contemporaine, celle de José, un post-étudiant dont la vie professionnelle repose sur le système D, ce que l’on appelle auto-entreprenariat en jargon de notre époque, un José qui rêve de faire fortune sur internet en vendant des fèves d’Épiphanie aux collectionneurs du monde entier. Mais n’est pas Mark Zuckerberg qui veut. José devra se contenter de donner des cours de maths à domicile, où il sera confronté à son incompétence pé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Shool
  08 août 2013
"Quand, dans une course où se joue notre vie, on prend la décision de tourner à gauche plutôt qu'à droite, peut-on avoir la prétention de penser que c'est notre libre arbitre , et lui seul, qui nous mène ? Non, bien sûr."

Pour faire simple, il existe deux formes d'ambition : la Lego et la Playmobil. La Lego représente les gens très ordonnés, prêt à monter des châteaux, alors que la Playmobil s'apparente plus à ceux qui son qualifiés de grands rêveurs, qui aiment se laisser surprendre par la vie et ses aléas.
C'est typiquement la vie de Cécile, d'un côté et José de l'autre. José se laisse porter par ses désirs. Sa nouvelle lubie ? Vendre des petites fèves à des collectionneur et ainsi toucher le pactole !
Cécile, elle, ne le comprend pas. Elle souhaite plutôt monter son entreprise et s'imagine très bien dans la peau d'une femme d'affaire. Elle décide de le quitter.
On va alors suivre les deux errances, ponctuées de leur dose d'humour, de fatalité, d'émotion et de choix différents.
Parallèlement à ces deux personnages, nous avons un homme du temps néolithique qui n'a pour seul but que de retrouver la Pierre percée originelle. Il se battra pour son ambition et mélangera habilement les deux sortes contemporaines que représentent nos deux héros.
Il sera malmené par sa femme et sa troupe, il sera face à des choix coriaces ainsi qu'à des énigmes lui mettant des bâtons dans les roues, et surtout, un élevage de chèvres va bouleverser son destin.
Et évidement, il est toujours présent même quand on ne parle pas de lui, nous retrouverons un narrateur exceptionnel qui a une place importante dans ce roman. Une mise en abîme rondement menée nous fera comprendre les clés de l'ambition. Et si nous n'étions que des marionnettes ?
C'est avec une écriture très littéraire et un exercice de style sans faille que l'auteur de L'écologie en bas de chez vous nous emporte dans cette aventure contemplative et pourtant non dénuée d'actions. On s'y laisse mener avec un plaisir qu'on a du mal à qualifier tant il est agréable et surprenant.
Avec des réflexions sociologiques loin d'être dénuées de sens l'auteur fait passer des messages que le lecteur peut saisir à loisir. C'est une lecture à différents degrés qui est ici proposée, un essai sur l'ambition et l'envie de réussir. Oui, un essai. Pourquoi pas après tout ?
A la manière de John PERRY, l'auteur nous parle de procrastination, à la manière de Etienne KLEIN il sait nous parler du temps qui passe, à la manière de Platon il nous propose une allégorie revisitée, à la manière de Jean-Paul SARTRE il nous suggère une théorie existentialiste…. Et la liste est longue, et non exhaustive.
Quand il parle des générations passées et présentes, et qu'il nous laisse imaginer la future :
"Pourtant, à observer nos jeunes monstres se trémousser sur de la musique standard, échanger des platitudes en roucoulant comme des robots, fumer avec de grands gestes d'autruches, à les voir gober dans leurs gorges roses des alcools en prenant des airs de maîtres du monde, je supputai que les Y étaient d'une banalité comparable à celle de leurs ancêtres, les hommes des générations précédentes, les X, les W, les T, les R…"
De plus, qui n'a jamais pris quelques cours de rattrapages ? Certaines scènes deviendront peut-être cultes, alors jetez-vous sur ce bijou de littérature qui s'offre à vous.
Lisez Iegor GRAN, et philosophez sur l'ambition, qu'elle soit Lego ou Playmobil.
Ouvrage disponible aux éditions P.O.L à partir du 22 Août 2013.
Lien : http://lireaujourlejour.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
YANCOU
  15 mai 2016
L'Ambition de Iegor Gran est un roman fort amusant, beau portrait d'une génération perdue dans sa quête de singularité, d'individualité forcenée se muant bien souvent en impersonnalité abstraite. On saluera une fois de plus le génie de l'auteur à mettre en relief les mythologies contemporaines et à leur tordre le coup en douceur. On appréciera aussi qu'il se caricature lui-même au beau milieu du roman, donnant à celui-ci une construction très originale. Belle observation des moeurs que voilà, des petites ambitions, des destins qui s'ignorent et qui s'inventent, des impostures érigées en mode de vie...
Commenter  J’apprécie          80
Livresselitteraire
  01 juin 2016
Le roman d'Iegor Gran aurait pu démarrer comme suit : « Dieu aurait pu se contenter de créer l'homme à son image. Mais, en bon schizophrène, il n'a pu s'empêcher de lui faire aussitôt un croche-pied en lui offrant ce foutu libre-arbitre. » (Romano Celli).
Ainsi, l'auteur nous emmène dans une double voire triple aventure.
Nous démarrons la lecture avec José, le personnage principal, accompagné de Cécile sa petite amie, deux jeunes adultes de la génération Y remplis d'ambitions avec chacun leur définition.
Il y a tout d'abord l'ambition du Lego : elle se construit au fil du temps, suivant une logique et un plan tout tracé. C'est le cas de Cécile, jeune femme ambitieuse travaillant au sein d'une galerie de photographie.
A l'opposé il y a l'ambition du Playmobil qui est plus sauvage, plus aventurière. Et bien sûr José se situe plutôt dans cette dernière, il va là où le vent le porte, là où il renifle l'opportunité.
Parallèlement à cela, nous changeons littéralement de décor et partons pour le néolithique à la rencontre de Chmp et sa femme U. Ces deux ancêtres de José et Cécile vivent dans une période faite de chasse et de cueillette. Mais la vie nomade de cette tribu va se voir bouleversée lorsque U et le reste du peuple vont vouloir se sédentariser tandis que Chmp souhaitera perpétuer les traditions jusqu'à trouver la « pierre percée » se terminant en un terrible drame.
Iegor Gran nous offre à travers L'ambition un roman singulier, à la cruauté légère où les maux de la génération Y sont mis en exergue : une génération paumée, qui d'une part refuse de suivre les modèles sociaux et d'autre part cherche la stabilité à tout prix. Tout cela au sein d'une période qui connaît le chômage et dans laquelle le trop plein de diplômes nous rend inemployable.
La suite sur http://livresselitteraire.blogspot.fr/2016/06/lambition-de-iegor-gran-quand-le.html
Lien : http://livresselitteraire.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Annatheque
  04 octobre 2015
Un roman social ironique et léger sur les ambitions de la génération Y comparées à celles de ses ancêtres du néolithique
Un roman où l'on apprend qu'il existe deux sortes d'ambition, l'ambition Lego et l'ambition Playmobil, et où l'on se demande pourquoi nos ancêtres du néolithique ne sont pas restés des chasseurs-cueilleurs, ces hommes libres d'aller et venir comme bon leur semblait, plutôt que de s'enchaîner à une terre, un travail et une vie conjugale. On y suit le parcours de trois personnages : celui de José de petit boulot en petit boulot, celui de Cécile dans sa relation aux hommes et au monde de l'art, et celui de Chmp, ancêtre de José au néolithique. En arrière-plan apparaît la figure de l'auteur, un procrastinateur littéraire, saisissant toutes les occasions de repousser au lendemain les paragraphes qu'il aurait dû écrire la veille.
Une plaisante satire sociale.

Lien : https://annatheque.wordpress..
Commenter  J’apprécie          70
r1
  23 décembre 2014
J'avais décidé de donner une nouvelle chance à Iegor Gran, dont j'avais goûté "Ipso Facto", après la déception terrible que fut "L'écologie en bas de chez moi". Je n'aurais pas dû. "L'Ambition" est un texte qui en manque horriblement, bâclé, facile, qui n'arrache même pas un sourire. On se moque du destin des personnages et on n'a qu'une envie : passer au roman suivant de la PAL.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
YANCOUYANCOU   15 mai 2016
Les années ont filé, les lieux communs sont restés. "C'est une question de génération", dit-elle maintenant. "La génération Y est étonnante." Avec ses airs de fin connaisseur elle répète ce qu'elle a lu dans un magazine de salon de coiffure. "Ils ont entre vingt-cinq et trente ans, et ils sont connectés en permanence." Dans son ton, il y a un mélange de fascination et d'effroi. À l'écouter, on pourrait croire qu'une mutation biologique s'est produite. La totalité de leurs besoins vitaux passerait par le réseau, la rencontre amoureuse, la recherche d'emploi, l'achat d'un linceul pour les parents. Le web, plus important que le système sanguin.
Pourtant, à observer nos jeunes monstres se trémousser sur de la musique standard, échanger des platitudes en roucoulant comme des robots, fumer avec des grands gestes d'autruches, à les voir gober dans leurs gorges roses des alcools en prenant des airs de maîtres du monde, je supputai que les Y étaient d'une banalité comparable à celle de leurs ancêtres, les hommes des générations précédentes, les X, les W, les T, les R..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnnathequeAnnatheque   04 octobre 2015
« La génération Y est étonnante. » Avec ses airs de fin connaisseur, elle répète ce qu’elle a lu dans un magazine de salon de coiffure. « Ils ont entre vingt-cinq et trente ans, et ils sont connectés en permanence. » Dans son ton, il y a un mélange de fascination et d’effroi. A l’écouter, on pourrait croire qu’une mutation biologique s’est produite. La totalité de leurs besoins vitaux produite par le réseau, la rencontre amoureuse, la recherche d’emploi, l’achat d’un linceul pour les parents. Le web, plus important que le système sanguin.
Pourtant, à observer nos jeunes monstres se trémousser sur de la musique standard, échanger des platitudes en roucoulant come des robots, fumer avec de grands gestes d’autruches, à les voir gober dans leurs gorges roses des alcools en prenant des airs de maîtres du monde, je supputai que les Y étaient d’une banalité comparable à celle de leurs ancêtres, les hommes des générations précédentes, les X, les W, les T, les R…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnnathequeAnnatheque   04 octobre 2015
Esclaves subventionnés : c’est ainsi que le jeune Léo appelait les salariés, tout en rêvant, sans se l’avouer à lui-même, de grimper un jour dans la grande arche, une entreprise avec cantine d’entreprise et brochette d’hôtesses au rez-de-chaussée de l’immense tour en verre et métal. Un distributeur de café à chaque étage. Avoir un badge magnétique – ça vous pose un homme.
Commenter  J’apprécie          10
AnnathequeAnnatheque   04 octobre 2015
Les bistrots tricotent le monde. Dans leurs effluves germe l’opinion publique, naissent les sondages et les futurs présidents, meurent et ressuscitent les sportifs, et, à une échelle plus modeste, c’est ici que s’échine l’écrivain, sur la banquette du fond, près du radiateur, tandis que, deux guéridons plus loin, se travaille le premier flirt et qu’à une table en terrasse, chez un couple symétrique, couve une méchante rupture – retour du balancier oblige. Grande est la responsabilité du bistrot dans la marche de l’univers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rinecorineco   12 octobre 2013
est riche celui qui sait se contenter de peu
Demain sera un autre jour
La chance, ça se mérite (...) Et si on reste les jambes croisées, on mourra de faim
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Iegor Gran (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iegor Gran
Nicolas Fargues & Iegor Gran - Écrire à l'élastique
autres livres classés : entrepreneuriatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre