AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818056219
P.O.L. (15/09/2022)
4.06/5   61 notes
Résumé :
Katia, seize ans, coincée à Marioupol à côté du cadavre de sa mère morte de froid et de malnutrition, appelle son oncle resté en Russie. Réponse embarrassée de l’oncle-zombie : « Mais qui êtes-vous ? Arrêtez de m’appeler. Je ne vous connais pas.’’ Arkadi montre à son père des photos d’immeubles détruits à Kharkov par les bombardements russes. Réponse : ‘‘Ce sont les Ukrainiens eux-mêmes qui se bombardent à la roquette. »
Bouleversé par la guerre en Ukraine et... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 61 notes
5
9 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

ODP31
  11 novembre 2022
Des morts-vivants en chapka !
Comme je n'ai pas appris le russe, je m'étais dit que les Z peinturlurés sur les blindés signifiaient « Zébu trop de vodka » mais apparemment zé pas za.
Quand je pense zombie, je vois des cadavres débraillés avec des gueules de lendemain de cuite qui carburent au carpaccio, effets secondaires d'un nouveau virus chinois ou extra-terrestre.
Et bien, ici, il faut oublier le pop-corn et la jolie fille blottie contre soi sur le fauteuil à côté, qu'il faut pelot… pardon rassurer pendant le film en lui susurrant que ce n'est que du cinéma. Pas une petite toile romantique mais un pamphlet percutant contre le pouvoir russe et sa raspoutitsa nationaliste.
Iegor Gran a pris l'habitude dans ses livres de transformer ce qui l'horripile en romans jubilatoires (« La revanche de Kévin », « le voyage d'Alix…). Si j'avais été beaucoup moins convaincu par ses deux essais coups de gueule sur le COVID, je trouve qu'ici que son attaque frontale contre le pouvoir russe et surtout la complicité de son peuple concernant la guerre en Ukraine était aussi édifiante qu'éclairante.
On sent dans ces pages une vraie colère, que ces lignes ont été écrites en réaction immédiate au déclenchement des hostilités. DCA littéraire. L'approche est donc subjective mais il est difficile de lui reprocher d'avoir la rancune tenace quand on sait que son père fut un dissident Goulaguisé qui dut s'exiler en France avec sa famille. Son histoire est d'ailleurs magnifiquement racontée dans le très drôle « Les services Compétents », un très bel hommage que je recommande vivement.
Ici, l'auteur délaisse son humour mais n'abandonne pas son ton ironique pour un essai qui vise à rompre le cou du mythe du dictateur fou qui n'obtient le soutien de son peuple que par la terreur et l'oppression. Il part du constat qu'une majorité de russes soutient Poutine, l'invasion de l'Ukraine et gobe tous les bobards de la propagande au mépris des évidences. Les opposants au régime ont certes la vie moins facile que la mort mais ils sont surtout peu nombreux dans un pays de 143 millions d'habitants.
L'auteur décrit de l'intérieur le lavage de cerveau généralisé de la population par une réécriture de l'histoire qui flatte depuis des années la fierté nationale et soigne le traumatisme post-soviétique, par des émissions de télévision à la solde d'un pouvoir qui ne s'embarrasse pas de messages subliminaux.
Raconté façon reportage gonzo et halluciné, Iegor Gran multiplie dans son texte le récit de faits divers qui semblent sortir de la quatrième dimension et des échanges avec des connaissances zombifiées dès que la question de l'Ukraine est évoquée.
Certains ne sont pas dupes des outrances mais justifient cette propagande pour nourrir le fantasme de la renaissance de la Grande Russie, nostalgie d'un Empire aussi émietté qu'un crumble.
Et puis, quelle fierté de se figurer en dernier rempart contre la décadence de l'Occident… un coca Zero à la main !



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          913
berni_29
  31 octobre 2022
Parler de zombies à quelques heures d'Halloween pourrait être de circonstance.
Il se trouve que ceux que je convoque dans cette chronique, - ou plutôt ceux que convoque Iegor Gran dans son dernier essai Z comme zombie, sont malheureusement plus vrais et plus dangereux que les fameux personnages de légende qui peuplent notre imaginaire collectif.
Faisons tout d'abord un petit pas de côté vers la définition de zombie et après avoir lu ma chronique, je vous invite à y revenir. Une de mes lectures du moment se déroulant en Zambie, elle m'a offert ce matin la définition idéale pour illustrer le propos de cet essai :
« L'idée de zombie est née au royaume du Kongo puis elle s'est propagée dans le Nouveau Monde, apportée par les bateaux d'esclaves : nzambi (un Dieu) ou zumbi (un fétiche) - quoi qu'il en soit, cela n'appartient pas au monde des vivants. Ressuscité d'entre les morts par un sorcier, un bokor, le zombie est un esclave dépourvu de volonté. Il peut être envoyé pour accomplir une tâche ou tuer un voisin. C'est une bête invincible condamnée à errer par-delà le monde en commentant le mal par procuration. Quand un zombie vous attaque, plante ses crocs dans votre chair, sait-il ce qu'il fait ? Pas vraiment. »
Ce petit livre qui se veut être un pamphlet, dans le noble sens du terme, a été écrit et publié quelques jours après le 24 février 2022 date qui marque l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a été écrit comme une urgence et une nécessité de comprendre et de relater. À ce titre il est une clef indispensable pour décrypter les causes profondes de cette guerre qui ne voulait pas dire son nom et qui ne commence pas réellement ce jour-là.
« Certes, tous les Russes ne sont pas comme ça » Iegor Gran a pris quelques précautions d'usage en exergue de son essai. Cet écrivain russe, né à Moscou, est le fils d'un écrivain dissident, Andreï Siniavski, envoyé jadis au Goulag par le KGB. Ses détracteurs pourraient dire qu'il a de bonnes raisons personnelles d'être russophobes. D'ailleurs, le fait d'être passé au Goulag ne garantit pas en soi une caution morale et de probité à toute épreuve, la preuve : Alexandre Soljenitsyne. Ouf ! Plus tard, l'auteur confirme ce que je pensais du célèbre et sinistre dissident et qui a jeté de la poudre aux yeux à tout l'Occident et à de nombreux lecteurs... Cependant Iegor Gran n'est pas russophobe et son propos atteint bien largement la sphère universelle qui nous concerne tous...
Tout part de de ce Z peinturluré en blanc sur l'avant des chars russes et que nous avons tous découvert à travers ces premières images du conflit, quelle intention se cache derrière cette lettre et qui a gangrené le cerveau d'une majorité de Russes ?
Z comme zombie.
En cent-soixante-dix pages, Iegor Gran montre l'effet de la propagande que conduit Vladimir Poutine en « bon » père de la nation et du peuple russe et qui pervertit les esprits de toutes les couches sociales, y compris les plus avertis.
Iegor Gran explique qu'en Fédération de Russie, une majorité de Russes, - qu'il désigne sous le vocable de zombies, gagnés par la folie nationaliste, préfèrent le mensonge à la vérité. Ceux-ci véhiculent à leur tour les mots d'opérations militaires spéciales, et non de guerre, pour ne pas dire d'opérations humanitaires justifiées pour délivrer, dénazifier l'Ukraine, cette terre qui leur est fraternelle et qui appartient à la grande Russie. Et quand on leur présente les images trop nombreuses de massacres de civils, ils répondent par les mots si bien appris de fake news. Ils sont convaincus que ce sont les soldats ukrainiens qui bombardent eux-mêmes les habitations des leurs.
Ils haïssent l'Occident, ce « grand Satan », tout en étant séduits par ses produits, se gavent de MacDo et considèrent que les frontières de la Russie n'ont d'autres ambitions que d'être repoussées encore plus loin. Mais jusqu'où ?
Pourquoi cette guerre en Ukraine existe-t-elle ? Pourquoi le peuple russe ne se révolte-il pas, alors qu'il y a de nombreuses familles composées des deux peuples qui aujourd'hui s'affrontent sur le champ de bataille ?
Pourquoi le narratif de Poutine a eu un tel écho favorable auprès du large majorité du peuple russe pour justifier cette « opération spéciale » en Ukraine ? Pour quelle raison cela prend-t-il aussi facilement ?
J'ai découvert par ce livre que la censure n'existe pas vraiment en Fédération de Russie. Selon l'auteur, les Russes semblent pouvoir avoir accès autant qu'ils le voudraient bien, à tous les réseaux sociaux de la planète, à Internet, sans vraiment de limitation... Mais en ont-ils la volonté ? Et sont-ils en capacité d'exercer leur libre-arbitre ?
Un hashtag explicite, #JeNaiPasHonte, est d'ailleurs venu fleurir les réseaux sociaux comme un cri de ralliement, depuis l'invasion de la Russie en Ukraine.
Ce livre est un pamphlet brutal et direct comme un uppercut, décapant, furieusement efficace, il est un réquisitoire implacable contre une forme de folie, de bêtise aussi, qui vient nourrir une violence sous-jacente, effroyable.
À renfort de faits et de témoignages accablants, Iegor Gran démontre comment Poutine utilise ces nationalistes parmi le peuple russe, tels des zombies, pour transformer une sorte de misère sociale en sentiment exacerbé de revanche, de vengeance, en violence retournée vers l'Occident qui est désigné comme le bouc émissaire, nourrissant, justifiant ainsi des velléités d'impérialisme comme exutoire à la misère.
Tous les faits qu'il partage sont ahurissants, on ne sait pas s'il faut en rire ou s'en effrayer, les deux sans doute quand le monde des zombies devient vrai, les dictatures ont toujours ce côté ubuesque en filigrane.
Il y a des histoires plus folles les unes que les autres, saisissantes, difficilement compréhensibles, difficilement acceptables de notre point de vue occidental car nous ne les regardons pas avec les mêmes lunettes.
« Alors il faut bien l'admettre : notre zombie a choisi d'être zombie. »
Iegor Gran montre le processus de zombification d'un peuple, entendez par là : lobotomisation. Il explique le rôle des médias, la propagande officielle, la télévision nationale russe, cette caisse de résonance effroyable que certains n'hésitent pas depuis plusieurs années à nommer là-bas de manière cynique : Zombocaisse.
Iegor Gran aborde les concepts de vérité et de mensonge, démonte les subtils mécanismes d'adhésion d'un peuple à la seule vérité qu'il veut entendre... Qu'importe la misère, il y a un discours transcendant qui tient du sacré, qui le galvanise, le porte, fait ciment...
Iegor Gran, à sa manière, démontre que la vérité est un sol qui aide à tenir debout.
Sur ce sujet, j'aurais aimé voir l'auteur creuser davantage ce sillon, les causes profondes qui se terrent derrière cette galvanisation, ce choix d'être zombie. Est-ce une réelle idéologie qui sous-tend ce comportement, n'y-a-t-il pas des dissonances cognitives effacées par la caisse de résonance poutinienne ? C'est mon seul bémol, mais ce n'était pas l'objectif de l'auteur que d'aller sur ce terrain d'analyse complexe, il faudrait presque un autre ouvrage et un spécialiste du sujet pour décrypter ces comportements de masse.
La question slave, aussi, qui est loin d'être simple, pourrait s'inviter dans l'idée que Poutine soit capable de tenir son discours jusqu'à Vladivostok, alors que le peuple russe n'est pas constitué que de slaves. Une fracture ici pourrait un jour se produire...
Cependant, Iegor Gran nous met en garde de ne pas tomber dans le bon vieil adage qu'on entend souvent à propos de cette actualité : « plus le mensonge est gros, plus il passe ». À ce sujet, la référence à un discours de Goebbels au congrès de Nuremberg en 1934 fait froid dans le dos... Qu'avons-nous retenu des leçons de l'Histoire ?
En creux, résonne forcément la voix de la minorité que l'auteur ne nie pas et qu'il ne faut pas surtout oublier. D'ailleurs, si l'auteur a pu se documenter avec moultes détails aussi précis qu'affligeants, c'est grâce à ses amis et contacts russes demeurés là-bas. C'est sa source d'informations.
La forme du propos pourrait être jugée excessive, il n'en demeure pas moins le fond, un regard implacable qui décortique le fonctionnement de la société russe sous l'angle non plus de son appartenance à une nation, mais celui d'un asservissement à un narratif qui trouve sa genèse bien avant le conflit ukrainien.
Oui, c'est un texte outrancier qu'on sent emporté par une colère, une rage très vive. Mais Iegor Gran ne répond-il pas par l'outrance à l'outrance de la propagande russe, d'un peuple certes manipulé, mais qui joue de manière jubilatoire dans une complicité complaisante, une servitude volontaire et totalement assumée ?
Et n'allez pas croire que ce discours se tient uniquement sur le sol russe. Nous connaissons mon épouse et moi une femme russe qui travaille au supermarché de notre commune. Nous avions sympathisé, échangeant notamment sur la littérature russe classique et ses grands auteurs ; j'avais senti une femme très cultivée, très érudite, dont la fille était sortie première d'un concours de piano au conservatoire de Brest ; c'est elle qui m'avait notamment encouragé à lire le Maître et Marguerite, de Mikhaïl Boulgakov. Mon épouse a été totalement sidérée d'entendre de sa propre bouche que Poutine avait raison de conduire cette opération spéciale en Ukraine et qu'elle lui donnait entière confiance. On ne pourra pas la taxer d'être désinformée, d'autant plus que cela se passait quelques jours après la découverte des exactions des soldats russes contre des civils à Boutcha ! Inutile de vous dire que la relation n'est désormais plus possible avec cette personne qui, précisément entre dans la définition de zombie, une zombie finistérienne...
Eogor Gran nous montre que ce vent mauvais incarné aujourd'hui par Poutine, - Poutine qui n'existe que parce que les Russes l'ont bien voulu, s'appuie sur de vieilles croyances d'un peuple qui se croit élu de Dieu depuis longtemps. Convoquant l'histoire et la littérature, il évoque notamment la campagne de Russie de 1812, que nous autres Français nommons la Retraite de Russie et que les Russes désignent comme la Grande Guerre patriotique, la victoire qui a su galvaniser ce sentiment de patriotisme unique en son genre. Il évoque Pouchkine que beaucoup d'intellectuels russes qui ne l'ont jamais lus brandissent comme un étendard pour justifier l'amour de la nation russe. Il évoque aussi Gogol en contrepoint, que peu de Russes lisent aussi, comme visionnaire ayant senti le danger du désir hégémonique de ce peuple, citant sa nouvelle sous forme d'un conte gothique, Une terrible Vengeance.
L'auteur n'évoque pas l'Holodomor, ce génocide provoqué par le pouvoir de Staline entre 1932 et 1933 pour faire plier la paysannerie ukrainienne jugée peu coopérante avec les autorités soviétiques. Ce génocide, qui fit entre 2,6 et 5 millions de morts, n'a jamais été reconnu par la Russie. Lors de mon premier voyage à Kiev en fin décembre 2014, ma future épouse voulut me faire découvrir deux endroits pour mieux comprendre les fondements de cette démocratie naissante : la fameuse place de la révolution Maïdan de février 2014 et le mémorial dans les hauteurs de Kiev qui rend hommage aux victimes de ce génocide. J'ai alors découvert une tragédie historique que j'ignorais totalement, invisible dans nos livres d'Histoire... M'est avis que les manuels scolaires des chérubins russes n'en parlent pas non plus... Je cite cela parce que les zombies dont on parle ici participent en nombre au prochain génocide que risque de connaître le peuple ukrainien, privé d'eau, d'électricité, de gaz, de chauffage dans l'hiver qui vient, et ce, malgré leur puissante résilience...
Dans cette résilience, il y a l'humour toujours intact des Ukrainiens. Ainsi, au 245ème jour de l'invasion russe en Ukraine, Vitaliy Kim, gouverneur de l'oblast de Mikolaïv rappelait : « Un pays qui a un poulet sur son drapeau ne devrait jamais envahir un pays qui a une fourchette sur le sien ».
Pour revenir à l'essai d'Iegor Gran, l'Occident en prend pour son grande aussi, décrit comme une « prostituée de luxe », pointant l'aveuglement de nos gouvernants, le silence des masses et les fractures autant de l'opinion qu'entre membres de l'Europe, ce que Poutine n'a d'autres desseins que d'espérer...
Jamais Poutine n'aurait lancé cette guerre contre l'Ukraine s'il avait senti un seul instant que nos démocraties étaient suffisamment fortes pour lui faire face.
Au final, une fois refermé ce livre, nous avons le sentiment que la Russie est un pays qui baigne dans un sentiment de folie et de bêtises. Édifiant.
Iegor Gran est pessimiste, et je le suis aussi. comme si ce peuple russe était emporté dans un chaos irréversible vers un suicide collectif programmé. Il ne voit pas comment arrêter cette aliénation de masse, cette tragédie aveugle.
Certes des Russes souffrent, s'exilent, manifestent, vont en prison, se taisent, boivent pour oublier, désertent sur les champs de bataille. Mais ils sont une minorité et sont impuissants à s'ériger contre la majorité qui leur fait face.
Ce qui se passe aujourd'hui en Russie n'est rien d'autre qu'un défi à l'intelligence, à l'humanité, à la lumière, aux Lumières.
Ce soir, j'apprends que les drones qui déversent des bombes sur Kiev ou Kharviv sont pilotés par des ados geek depuis Moscou comme si ces gosses jouaient sur des joystick. Qu'est-ce qu'on a pu leur dire à ces jeunes ? Qu'est-ce qu'on pu leur vendre comme avenir, comme rêve, comme bonheur à venir, à ces jeunes qui tuent à distance d'un seul clic, tuent ainsi d'un clic peut-être des enfants du même âge ? Édifiant.
Pour tout cela, ce livre est un pamphlet indispensable. Lisez-le, faites votre propre opinion.
L'auteur a su contourner, éviter avec habilité les risques de tenir un propos jugé à charge et sans nuance contre tous les Russes, même s'il nous livre ici un état des lieux implacable sur une majorité d'entre eux. Ses détracteurs se tiennent en embuscade et ne manqueront sans doute pas de tirer à boulet rouge contre le pamphlétaire.
En définitive, l'auteur nous laisse devant notre libre-arbitre. Il faut savoir faire ce pas de côté indispensable.
« Certes, tous les Russes ne sont pas comme ça ». Et je prends aussi à mon compte la mesure de ce propos. Mon épouse étant ukrainienne, ayant une belle-famille et des amis là-bas que la guerre a jetés dans l'effroi le plus total, j'ai cherché à peser tous les mots de ce billet pour éviter de tomber dans les amalgames et les stigmatisations. J'espère y être parvenu...
Alors, pour finir, n'avez-vous pas envie de revenir à la définition de zombie que je vous ai partagée en préambule ?
« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », Étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5342
dannso
  23 septembre 2022
Tu as pris goût aux Zombies, m'a dit Doriane. Sauf que ceux-là sont bien réels, très nombreux, et qu'il sera bien difficile de les faire revenir à un état d'homme. Et que ce texte de Iegor Gran ne m'a pas fait rire du tout.
L'auteur est russe de naissance, fils de dissident. Il a raconté dans « Les services compétents » la chasse à l'écrivain dont a été victime son père pour divulgation de textes anti soviétiques. Je vous conseille d'ailleurs ce livre, à l'humour grinçant.
Ici, l'humour est absent. L'auteur analyse la folie qui s'est emparé du peuple russe, suite à l'invasion de l'Ukraine. Tout ce qu'il expose dans son livre est basé sur des témoignages, des extraits d'émissions, des pages internet, qu'il a pu lire directement en langue russe et est donc malheureusement avéré.
On découvre un peuple dans sa majorité, le cerveau lavé par des années de propagande de la télévision russe, complètement gagné aux idées de Poutine, approuvant « l'opération militaire en Ukraine », convaincu de la supériorité du peuple russe sur l'occident, méprisant envers les faibles, reniant le mot tolérance, et proclamant « La Russie est partout »
Il pointe du doigt le fait que cette Zombification concerne toutes les couches de la société, y compris des intellectuels, des journalistes, des professeurs, des personnes parlant des langues étrangères, ayant donc accès à d'autres sources d'informations. C'est encore plus inquiétant.
Ce texte est un cri, cri de colère, cri d'avertissement. Toute tentative de l'occident de « faire les yeux doux à la Russie » est vue par celle-ci comme un signe de faiblesse et l'encourage dans son isolement et son comportement visant à rétablir la grande Russie.
L'auteur n'y déploie pas la même verve ironique que dans ses romans. Peu de recul dans ce constat à chaud, qui m'a laissée effrayée, mal à l'aise avec cette vision très noire de la société russe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6945
bidule62
  14 octobre 2022
Celui-ci, comme "Destin trafiqué", je n'ai lu qu'une critique sur Babelio, celle de dannso (merci Anne-Sophie) et j'ai su que je lirai ce livre dans la foulée. Passage à la librairie, j'ai pu récupérer "Destin trafiqué" mais j'ai dû commander ce "Z comme zombie". Voilà. Il est lu. Un coup de massue. Un pamphlet étayé.
.
Ne vous fiez pas au titre, ce livre n'est pas un livre de SF (même si au final je préférerais). Non le "Z" est celui qui apparaît sur les tanks russes. Les "zombies" ce sont ces Russes qui suivent, les yeux fermés, Poutine. Ceux pour qui attaquer l'Ukraine est une obligation sacrée. Voire une mission divine.
.
J'ai fermé le livre atterrée.... Je l'ai lu d'une traite. Je pense que je vais le relire plus posément. J'ai peur toutefois que ce soit encore pire à cette seconde lecture....
Soyons honnêtes, on est dans la réaction à chaud (je parle du livre), c'est très net. Mais le problème c'est que l'auteur multiplie les sources, à tout niveau de la société russe. Et ce n'est pas rassurant. Pour nous non plus....
On sent que l'auteur essaie d'alerter sur l'état de la société russe, cette "zomibification" qu'il décrit comme massive. C'est un cri pour alerter nos sociétés. Un texte court court, virulent, sans espoir.... J'espère qu'il se trompe.... sincèrement.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3710
Romileon
  06 novembre 2022
Z comme le Z peint sur les chars russes envahissant l'ukraine .
Z comme Zombocaisse, entendez par là, la télévision.
Z comme Zapad = Ouest (ce serait l'origine de la présence de cette lettre sur les engins militaires) par opposition à V de Vostok = Est mais aussi comme Zelenski Volodymyr….
Que signifie ce Z qui infeste les engins de guerre, les murs graffés, les tee-shirt arborés par certains et même la langue russe et donc l'alphabet cyrillique dont ils sont pourtant si fiers : DefenZe, MuZée… ?
Le Z désigne les zombies, des gens gentils, polis au demeurant jusqu'à ce que, malheur, vous ayez la drôle d'idée de parler de la guerre en Ukraine.
Quelle guerre ? Il n'y a pas de guerre ! C'est une OMS : Opération Militaire Spéciale voire même une opération humanitaire….
Iegor Gran décortique la société russe qui s'oppose. D'un côté, une minorité, qui regarde, effarée, ce qui se passe à l'ouest, les réactions des membres de leur famille, de leurs amis. de l'autre, les membres consentants de la « secte », décervelés par la propagande notamment télévisuelle qui sévit sans complexe depuis 2014, nourrie d'un sentiment de supériorité de la nation, de la langue russe, alimentée par une détestation absolue de l'Occident mais aussi des mous, des lokhs… des loosers.
Sur un ton souvent ironique, Iegor Gran n'épargne pas ses compatriotes qu'il cingle à tout va.
Il n'oublie pas non plus les responsabilités de l'Occident qui a force de compromissions, de lâchetés, en échange d'un gaz bon marché, a laissé passer beaucoup, beaucoup trop au point de sembler faible aux yeux du maître du Kremlin.
Un court pamphlet à lire absolument !
Merci à @bernie_29 pour sa citation et à @dannso pour son billet qui m'ont orienté vers cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295


critiques presse (2)
LaCroix   19 septembre 2022
Dans un essai acide et décapant, Iegor Gran décortique la folie du peuple russe qui, par haine de l'Occident, gobe et adhère à la propagande poutinienne.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Bibliobs   12 septembre 2022
Dans ce petit livre cinglant, l’auteur du « Retour de Russie » s’attaque à la fièvre nationaliste qui, avec l’invasion de l’Ukraine, s’est emparée du pays de Poutine.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
berni_29berni_29   30 octobre 2022
Le complexe de supériorité, dont souffrent pas mal de peuples, produit parfois un poison mental subtil qui se manifeste chez les Russes dans la certitude qu'ils ont été désignés par quelque puissance divine pour accomplir de grandioses et tragiques desseins - le complexe d'unicité historique. Que sont précisément ces desseins, on l'ignore. On sait seulement qu'ils sont monumentaux, qu'il y a pas mal de souffrance à la clé, et qu'ils dépassent de loin les aspirations très ordinaires des Occidentaux. Ce n'est pas que les Russes sont supérieurs aux autres en force, en intelligence ou en talent, mais cette prédestination occulte les a marqués de son sceau et justifie leur place particulière sur un piédestal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          369
dannsodannso   22 septembre 2022
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la plupart des zombies sont des gens bien. Ils aiment leurs proches autant que nous. Certains sont impliqués dans des œuvres de charité, d’autres sont des puits de culture ambulants. Une femme zombie, que je ne connaissais pas plus que ça, est venue exprès de Russie pour s’occuper de ma mère gravement malade, avec abnégation et sourire, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. J’en ai fait l’expérience : on peut prendre le thé avec un zombie et rire ensemble aux souvenirs d’une vieille comédie romantique. Mais dites un mot contre la guerre en Ukraine, osez une moue sur Poutine, le zombie se fige, la gueule ouverte, la mâchoire crispée. À cet instant, il vous boufferait le crâne. Il n’y a plus d’amitié qui tienne, il n’y a plus de famille. Ses propres enfants ne sont plus que viande pour lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2512
dannsodannso   22 septembre 2022
Les transes zombies retranscrites ici, aussi démentes qu’elles paraissent, sont absolument avérées. Rien n’a été exagéré et beaucoup a été omis. Certes, « tous les Russes ne sont pas comme ça », comme le clame la sagesse du bistrot de gare – à laquelle je souscris volontiers. Il n’empêche. La mutation de la Russie en un Zombieland toxique est ce qui a rendu la guerre possible. Il s’agit maintenant de comprendre les rouages de cette folie, ou, à défaut, de s’en approcher, pour pouvoir nous en prévenir, et, éventuellement, soigner les sujets atteints.
[Exergue du livre]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
VitruvienVitruvien   15 septembre 2022
Le village Potemkine s'est démultiplié en pays Potemkine, puis en conscience Potemkine, quand le comportement reptilien est à l'opposé des postures morales affichées.
"Nous sommes si loin maintenant que pratiquement rien ne relie la Russie à la civilisation occidentale, tous les ponts ont été brûlées", déclare Alexandre Zaldostanof dit "le chirurgien", leaders du mouvement des bikers "les loups la nuit". Zaldostanov est l''exemple même de la fauceté godiche ; le cul solidement vissé sur sa moto Harley-Davidson, ce bouffon semi-analphabète reprend les codes vestimentaires et l'attitude des Hells-Angels dans un pathétique cosplay ou tout est pompé sur ses grands frères américains – ce qui l'empêche pas de meugler farouchement son patriotisme et le rejet de tout ce qui est occidental.
p. 52-53.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pierre4284pierre4284   13 septembre 2022
Déclaration de Vladimir Medinski, ministre russe de la culture en 2013 : oui, nous sommes différents, avec notre chromosome en plus, et il faut nous respecter et nous craindre, car Dieu sait seulement ce que nous sommes capables de faire, ce que vous, Occidentaux, avec votre culte du raisonnable et du bien-être au quotidien, ne pouvez même pas imaginer dans vos cauchemars les plus terribles.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Iegor Gran (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iegor Gran
Iegor Gran Z comme zombie
autres livres classés : russieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
700 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

.._..