AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782709668552
700 pages
J.-C. Lattès (20/04/2022)
4.03/5   17 notes
Résumé :
1954. Le jeune psychiatre Germán Velázquez revient en Espagne pour travailler à l’asile pour femmes de Ciempozuelos, à la périphérie de Madrid. Après avoir fui la victoire des nationalistes en 1939, Germán a vécu quinze ans en Suisse, chez un psychiatre juif lui-même en exil.
À Ciempozuelos, Germán retrouve une patiente qui l’avait fasciné, enfant, quand son père la soignait : Aurora Rodríguez Carballeira, paranoïaque qui a assassiné sa propre fille. Il y fai... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
sebastolivre
  30 avril 2022
Un pays en thérapie.
Schizophrène ou paranoïaque ? La mystérieuse patiente de Ciempozuelos révèle aussi les secrets d'une Espagne écartelée dans les années 50 entre tyrannie fasciste et rêve de liberté avorté. Almudena Grandes se met une dernière fois au chevet de l'âme amputée de son pays et sa plume se fait éternelle. Qu'elle repose en paix.
Commenter  J’apprécie          1044
tynn
  06 août 2022
La talentueuse Almudena Grandes décéde en 2021, laissant un lectorat conquis par ses romans étroitement liés à la société espagnole du 20e siècle.
Elle poursuit dans ce livre posthume son exploration de l'Espagne franquiste, abordant le contexte de la psychiatrie dans les années 50. Avec, dans le rôle du Candide, le psychiatre Velasquez, jeune médecin exilé et formé en Suisse, qui revient exercer dans un asile pour femmes des environs de Madrid.
Dernier épisode d'une guerre civile interminable, le roman fait la part belle aux personnages incarnés, dans l'absurdité d'un pays sous dictature, gouverné par le bâton et le goupillon, sous « l'étouffante morale nationale catholique ».
Une chape de plomb, où chacun espionne, cancane, critique l'autre et se signe parce que c'est péché.
La peur et le sceau du secret règnent jusqu'au sein même des familles. Les différences de classe sociale sont flagrantes, sans perspective pour une grande partie de la population.
Le roman couvre les années entre 1939 et 1956, évoquant l'exil, la répression anti républicaine, l'eugénisme nauséabond, la situation des femmes dans tous les cas sous emprise, sociale ou familiale, et les crimes occultes les plus abjects de la dictature.
Oeuvre d'histoire et de mémoire qui clôt à regret une série romanesque de 5 volumes passionnants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
traversay
  28 avril 2022
Les secrets de Ciempozuelos est le cinquième roman de la grande fresque sur l'époque franquiste (Épisodes d'une guerre interminable) que Almudena Grandes devait parachever avec un sixième et dernier volet. Devait, oui, malheureusement, parce que la grande écrivaine espagnole est décédée le 27 novembre 2021. Quelle tristesse qu'elle n'ait pu achever son oeuvre et quels sentiments contrastés se bousculent inévitablement pendant la lecture de ce qui restera son ultime roman. Les secrets de Ciempozuelos (La madre de Frankestein en V.O) se passe en grande partie dans une asile pour femmes, non loin de Madrid, au milieu des années 50, en une époque très sombre pour le peuple espagnol. Trois narrateurs prennent la parole alternativement : Germán, psychiatre, María, aide-soignante et Aurora, internée car meurtrière, cette dernière ayant réellement vécu. Les différents récits s'entrelacent dans le présent des années 50 mais s'éloignent aussi pour raconter le passé tumultueux des susnommés. A ces trois personnages principaux, s'ajoute une multitude d'autres, pas vraiment secondaires, dont le nombre doit avoisiner la centaine (pas de panique, il y a une liste complète des protagonistes à la fin du livre, même si, étonnamment, la clarté de l'écriture de l'autrice fait qu'il n'est finalement pas utile de la consulter). Au-delà de ses innombrables et très romanesques péripéties et drames, Les secrets de Ciempozuelos s'impose comme le digne successeur des 4 premiers opus de la série orchestrée par Almudena Grandes. C'est le portrait terrible d'une Espagne isolée du reste de l'Europe, encore marquée la haine entre les deux camps de la guerre et sous le joug d'un pouvoir obscurantiste dans une société figée et sinistre. Dans une atmosphère aussi délétère, l'humanité qui coule dans les veines de deux de ses héros (Germán et María), combattants contre l'ombre, avec leurs faibles moyens, est la source de lumière qui rend le livre tellement attachant et émouvant. le testament littéraire d'Almudena ne pouvait être autre.

Lien : https://cinephile-m-etait-co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Valmyvoyou_lit
  09 mai 2022
En 1939, Germán Velázquez a fui le régime de Franco et s'est exilé en Suisse. Il a été hébergé par un psychiatre juif, qui, avec sa famille avait quitté l'Allemagne et le régime nazi. Il a lui-même suivi des études de psychiatrie et il a partagé les douleurs de ceux qui l'ont accueilli. Fin 1953, il assiste à un colloque de neuropsychiatrie à Vienne. Son intervention porte sur les essais cliniques de la chlorpromazine, le premier neuroleptique de l'Histoire. Il est alors abordé par José Luis Robles, un psychiatre espagnol. Ce dernier, qui était l'élève du père de Germán et qui est, maintenant, directeur de l'asile pour femmes de Ciempozuelos, lui propose de lancer un programme fondé sur la chlorpromazine, dans l'établissement qu'il dirige. Exalté par ces promesses de défi professionnel et l'envie de revoir sa famille, ainsi que son pays, Germán accepte, malgré l'inquiétude de ses proches. L'Espagne est une dictature et les positions de son père contre le franquisme l'ont conduit à la mort. Malgré sa joie de revoir son fils, sa mère espère qu'il ne revient pas pour elle, elle ne se pardonnerait pas qu'il gâche sa vie pour elle. « Pendant quinze ans, chaque jour, je m'étais senti coupable de ne pas avoir gâché ma vie. » (p. 34)

A Ciempozuelos, Germán retrouve une patiente de son père : Aurora Rodríguez Carballeira. Ce 9 juin 1933, alors qu'il était âgé de treize ans, il lui avait ouvert la porte du cabinet. Il avait dit à son père qu'un « monsieur normal et une dame très bizarre » (p. 38) souhaitaient le voir. Une heure plus tôt, doña Aurora avait tué sa fille, de quatre balles dans la tête. Ce jour-là, Germán a découvert sa vocation : il sera psychiatre, comme son père. En 1954, il découvre que la plus célèbre infanticide d'Espagne, celle qui l'a fasciné à treize ans et qui a été au coeur de discussions passionnantes avec son père, est internée dans la chambre 19. Il demande, alors, à être son médecin.

Il rencontre, également, María Castejón. Petite fille des jardiniers de l'asile, elle a grandi dans l'enceinte de l'établissement. Elle est aide-soignante. Pendant ses pauses, elle fait la lecture à celle qui lui a appris à lire et à écrire : Aurora Rodríguez Carballeira.

Les liens entre le psychiatre, la patiente et l'aide-soignante comportent de nombreuses ramifications. Aussi, ils sont les trois narrateurs de l'histoire. Leurs voix alternent.

La plus grande place est offerte à Germán. En effet, son récit est exploré sous différents angles. Avec son père, il a découvert la psychiatrie. Il a aussi connu les dangers de la dictature, à travers le terrible destin de celui-ci, mais il a goûté à la liberté, en Suisse. En vivant avec les Godstein, il a découvert que les chaînes intérieures ne se brisent pas, qu'elles suivent les exilés. Ils lui ont montré que les dictatures portent différents noms, mais que les tortures et les morts en sont le prix. le fait d'avoir vécu quinze ans, loin de son pays qu'il aime, lui donne un oeil acéré sur le régime, mais aussi sur le pouvoir religieux et sur la morale dispensée par ces deux ordres. Il est meurtri par les injustices et le manque d'humanité qu'il constate. Il agit à son niveau et est déchiré de ne pas pouvoir faire plus pour soulager les peines et surtout pour les empêcher de se produire. Enfin, sa formation médicale entoure ses observations de connaissances scientifiques et d'un examen pertinent du monde dans lequel il évolue. Sa voix est émouvante et passionnante. Il m'a, énormément, touchée, par les batailles qu'il tente de mener, par son empathie et par son humanité. J'ai, aussi, été fascinée par sa manière de raconter les faits. En effet, cette période de l'Histoire espagnole est dense et complexe. Pourtant, sa description et son analyse éclairent les évènements historiques et les décryptent, avec émotion, rigueur et honnêteté.

La perception d'Aurora Rodríguez Carballeira est marquée du spectre de la maladie mentale et de l'enfermement. Ce personnage a réellement existé. C'est une meurtrière que la folie empêche de comprendre la gravité de son acte. Elle justifie celui-ci par des croyances fantasmagoriques. Pourtant, elle est fascinante, car malgré l'effroi qu'elle m'a inspiré, j'ai été captivée par l'historique de la construction de sa prison psychique. Enfin, j'ai été touchée par les connaissances qu'elle a transmises à María.

Cette dernière est extrêmement touchante. En recherche d'affection, elle est très dévouée. Elle est aussi naïve, car elle a passé la plus grande partie de sa vie, dans les murs de l'asile. La compagnie rassurante de Germán lui permet de s'ouvrir petit à petit. Mais la morale veille…

De nombreux personnages évoluent en parallèle de ces trois protagonistes. La liste est reprise à la fin du livre. Contrairement à l'ouvrage précédent de l'auteure, je n'ai pas ressenti le besoin de la consulter, pendant la lecture, car toutes les informations nécessaires sont insérées dans le texte et les portraits sont très précis. le contexte historique foisonnant est, également, très développé. J'ai ressenti fortement l'obscurantisme et la terreur qui régnaient dans l'Espagne franquiste, combattus par le courage de ceux qui, dans l'ombre, luttaient contre le régime. Les secrets de Ciempozuelos est une fresque fascinante et émouvante. Ce roman s'inscrit dans une grande oeuvre découpée en six opus. Celui-ci est le cinquième et débute en 1954. Hélas, Almudena Grandes est décédée, en novembre 2021, avant que ne soit achevé le sixième. Cependant, chaque tome peut se lire seul et la conclusion n'est pas ouverte. Rien ne laisse présager une suite.

J'ai adoré cette fresque captivante, elle est d'une grande richesse historique et humaine.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fredaillesagu
  16 juin 2022
Un roman historique, international sans le vouloir, certes. Mais surtout un roman sur les femmes durant la dictature de Franco des années 50; trois protagoniste qui parlent à la première personne, qui se côtoient, chacun avec son propre vécu. C'est un roman archi bien monté. Parti sur l'histoire vraie d'une femme très intelligente et très cultivée - doña Aurora, - qui assassina sa propre fille archi surdouée. Jugée puis condamnée, elle fut finalement internée dans l'hôpital psychiatrique de Ciempozuelos . C'est dans cet hôpital qu'arrive Román en 1954, fils de dissident, exilé de Suisse. Il va (re)découvrir son pays où la couche franquiste a sédimenté pendant presque 20 ans. Il y rencontre María, l'assistante qui s'occupe d'Aurora depuis toujours, depuis son enfance où elle lui apprit à lire et à compter, à lui ouvrir l'esprit sur le monde. Pour María simple fille au service de tous dans cet hospice, c'est un rare privilège, voire une offense au système en place. C'est aussi l'histoire de son destin, elle se retrouve enceinte, avorte clandestinement (grâce à l'aide Roman), jusqu'au jour où la mère supérieure la fait chanter : elle doit épouser un libidineux fermier ou sera jetée à la rue. C'est l'arrivée des premiers anti dépresseurs dans l'hôpital. le succès de cette thérapie fera des jaloux et la "direction" finira par suspendre le protocole médical. Ce roman est une saga historique très bien articulée dans un bon style littéraire. Lisez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LaLibreBelgique   18 août 2022
Saisissante et remarquable plongée dans l’Espagne des années 50. La dictature sous un angle rarement abordé.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   22 avril 2022
Le cinquième roman du cycle sur l’Espagne d’après-guerre de l’écrivaine espagnole Almudena Grandes, disparue en 2021, entraîne dans un asile où végète une mère infanticide dont la paranoïa est aussi celle de tout un pays.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MauvaisespritMauvaisesprit   08 août 2022
Une fois n'est pas coutume: c'est une bonne idée de l'éditeur français d'avoir changer le titre : le titre espagnol, "La mère de Frankenstein" pouvait en effrayer plus d'un,moi, le premier. Mais comme je suis depuis deux ans un lecteur et admirateur d'Almudena Grandes je suis passé
par dessus ce peu d'appétit pour ce titre et une fois de plus j'ai eu raison. Certes, l'immersion dans un asile de fou et dans la desespérante Espagne franquiste des annés 50 ne prête pas souvent à sourire, mais on est emporté par le style,les allers et retours, l'empathie pour les personnages. Dans la version espagnole, page 528, j'ai chialé comme un gosse. Et je ne l'ai pas regretté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Almudena Grandes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Almudena Grandes
Nous avons échangé avec Anne Plantagenet, traductrice française d'Almudena Grandes, à l'occasion de la sortie des « Secrets de Ciempozuelos ». Elle nous dévoile entre autres sa rencontre avec Almudena Grandes, se confie sur son travail de traductrice et adresse un dernier mot à cette grande écrivaine.
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
389 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre