AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226392092
Éditeur : Albin Michel (02/05/2018)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Valettesangpages
  09 mai 2018
Bon...
Je pourrai te la jouer grande chronique avec tout le tralala...
Je pourrai te dire que depuis 24 ans, Grangé et moi c'est une histoire d'amour et que même si parfois on n'était pas toujours d'accord, ce 13ème est une vraie apothéose de son talent...
Je pourrai te dire que "La terre des morts" est une plongée en apnée dans le monde du SM, bondage, Shibari, perversions et autres réjouissances...
Je pourrai d'ailleurs te dire que c'est cru et qu'il pourrait tout de même te déranger si tu as une âme sensible...
Je pourrai te dire que c'est aussi un plongeon dans l'art contemporain et que ce mélange du porno hard et de l'art à quelque chose de vraiment troublant...
Je pourrai te dire que comme toujours les personnages sont travaillés à la perfection...
Je pourrai te faire, d'ailleurs, un descriptif complet des personnages avec toute la psychologie qui va avec...
Je pourrai te parler de son style nerveux, direct et intense, de son génie mais aussi de sa capacité à fixer les images sur ta rétine en version indélébile...
Je pourrai te dire que je me suis fait mener en bateau et que ce sera pareil pour toi...
Je pourrai te dire que la trame est excellente et le final juste parfait...
Je pourrai te dire que je l'ai lu en 2 jours et ce juste parce que je ne voulais pas laisser mes enfants crever de faim...
Mais je peux te dire quand même que j'ai inventé un prétexte pour ne pas aller voir l'intégralité du match de foot de mon fils pour pouvoir le finir...
Je pourrai te dire que c'est un one-shot et que j'adore ce fait-là...
Je pourrai te dire que comme à son habitude, il fait un petit passage en Suisse...
je pourrai te dire beaucoup de choses...
Mais à quoi bon ?
Pas moyen de te faire comprendre l'essence même du truc...
Rien qui ne paraisse pas insipide...
Alors j'arrête mon blabla et te dis qu'une chose:
LIS-LE ! C'est juste MAGISTRAL !!!
Du Grand - gé !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          267
FleurDuBien
  06 mai 2018
Le dernier cru "Grangé" est excellent, je le dis tout de go, sans fioritures.
Chaque année, je me procure le dernier opus de ce maître du thriller.
Et encore une fois, j'ai bien fait.
Lecture addictive, je n'ai pu le lâcher qu'une fois terminé.
Intrigue passionnante, et la fin est incroyable.
Ce maître du suspens nous emmène où il veut !
Alors oui, parfois c'est un peu tiré par les cheveux, mais globalement vous pouvez y aller les yeux fermés.
Un seul petit bémol : La surenchère de la violence.
Je ne vais pas commencer mon petit couplet ou refrain sur cette surenchère, je ne suis pas un perdreau de l'année comme on dit, j'ai bientôt cinquante balais, mais franchement, ce milieu du porno est bien dégueu ! J'ai appris certaines "choses" que je ne soupçonnais même pas ! Au moins, j'aurai appris certaines pratiques peu ragoutantes, âmes sensibles s'abstenir !
Et puis tout de même, il faut bien avouer que, tel Chattam (que je ne lis plus), Grangé s'est mis lui aussi à cette surenchère de la violence, comme si d'année en année, ses thrillers devenaient de plus en plus violents, lui qui, justement nous épargnait certains détails. Mais on donne à manger aux gens ce qu'ils veulent manger, et les lecteurs visiblement aiment l'ultraviolence.
Ce n'est pas ma tasse de thé, certes, mais à part cela, c'est réellement un excellent thriller avec rebondissements de folie et fin hallucinante (même sans champignons...).
Fans de Grangé, allez-y, vous ne serez pas déçus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Selvegem
  21 juin 2018
Je ne pouvais décemment pas manquer ce dernier roman de Jean-Christophe Grangé !
Après qu'un collègue ne parvienne pas à résoudre un enquête, le commandant Corso est appelé sur une série de meurtres. Des meurtres avec des strip-teaseuses comme victimes, et mis en scène de manière plus que particulière. Si, au début, Corso pensait résoudre l'affaire facilement, le temps va lui prouver qu'il a tort. Surtout lorsque le suspect principal, avec l'aide de son avocate, va glisser entre les mailles du filet...
Jean-Christophe Grangé fait partie de ces auteurs de thriller dont j'attends impatiemment les livres, en compagnie de Maxime Chattam et Franck Thilliez. Alors, j'ai compté les jours me séparant de la sortie de la terre des morts, pour finalement me jeter sur son roman dès sa sortie !
Avec La terre des morts, Jean-Christophe Grangé nous plonge dans le domaine de la nuit et du sexe, avec l'univers des strip-teaseuses mais surtout avec le domaine du « sexe dur », et particulièrement le SM. Ce n'est pas un univers dont je suis très familière, alors j'étais curieuse de voir comment cela allait être traité ici. Je préfère prévenir que si vous êtes plutôt novices, il faut un temps d'adaptation. le SM décrit ici est vraiment très dur, souvent malsain et dérangeant. Cela ne correspond à la réalité – ou à la majeure partie de la réalité de cette sexualité – et les descriptions de certaines scènes peuvent être vraiment dures. Il faut donc un temps d'adaptation avant de véritablement rentrer dans le récit !
De plus, Jean-Christophe Grangé présente une structure narrative différente de ses précédents romans. Ici, pas de tandem entre flics, mais plutôt une représentation de l'affrontement typique entre le « méchant » et le « gentil ». Dès le début, nous allons avoir un suspect principal, que Corso va tenter de coincer par tout les moyens possibles. Nous allons assister à l'enquête initiale, à la découverte des indices, à l'arrestation... Mais surtout au procès, un passage que j'ai énormément apprécié !
(Voir mon avis complet sur mon blog.)
Lien : https://chezlechatducheshire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Bigalow
  06 mai 2018
J'ai été bien baladé par Jean-Christophe Grangé tout au long de ma lecture. C'est un fait indiscutable, il a le don pour servir des rebondissements improbables, mais qui font leur effet.
Le postulat de départ est une enquête dans le milieu du sadomasochisme, du bondage et autres pratiques sexuelles assez peu ragoûtantes, pour verser dans l'euphémisme. L'auteur a fait des recherches poussées sur le sujet, pour délivrer une impression de plongée dans ces milieux un peu underground. Je pense qu'il y est très bien arrivé, étant donné le malaise que certaines scènes m'ont procuré. Mais il se trouve que l'intrigue est bien plus complexe, et possède des ramifications plus obscures (oui c'est possible).
A un moment, j'ai cru deviner le coupable, mais il faut toujours se méfier de ses intuitions quand on lit un policier, surtout écrit par Jean-Christophe Grangé. Ce que j'ai trouvé intéressant, c'est le fait que .
D'ailleurs, le héros peut presque être comme un miroir du lecteur de polar. Il pense avoir trouvé le coupable, fait face à des indices contradictoires, se trompe souvent, et finalement trouve la solution, mais sur le fil, bien aidé par un deus ex machina.
Petit bémol sur certains passages, comme , qui à mon sens font un peu remplissage.
En dépit de cela, j'ai passé un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Verdure35
  20 juin 2018

J'avais cru lire quelque part que J.C.Grange était en perte de vitesse : Foutaises !
En quelques heures, c'était lu et digéré.
Pas de personnage récurent, mais un flic cabossé par la vie et ce depuis sa petite enfance.
Deux prostituées retrouvées assassinées, leur visage digne d'un Goya, et un pseudo peintre pour bobos, ancien taulard de son état.
S'engage une lutte à mort entre ces deux hommes, tout cela dans un milieu glauque(c'est léger comme mot) dans les bas-fonds de la capitale.Ce que je pensais connaître des pratiques SM pourrait tenir dans un album pour bambins;la perversité et les mots crus forment de courts chapitres qui secouent le lecteur.
Bref une plongée dans les tréfonds de l'âme humaine déconseillée aux âmes sensibles.
Commenter  J’apprécie          130

critiques presse (2)
LeFigaro   25 mai 2018
Le nouveau thriller du maître français nous emmène dans des mondes interlopes, sur les traces d'un tueur sadique. Âmes sensibles s'abstenir !

Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   23 mai 2018
Pourquoi ce roman n'est-il pas aussi enthousiasmant qu'on aurait pu l'espérer ? Peut-être justement parce que tout est si bien huilé, si bien documenté, si bien nourri de tout ce que l'on peut attendre d'un polar, que l'on finit par s'ennuyer, comme devant un objet trop usiné, un crime trop parfait.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MysterfoolMysterfool   21 juin 2018
Célibataire, il ne vivait que pour ses plans nocturnes. Sa devise : « Une femme par soir, un match par week-end. »
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   17 juin 2018
Et elle voulait beaucoup plus.
Ce qu’il avait pris pour le sommet de la perversité n’était pour elle qu’un amuse-bouche. Alors seulement il avait saisi à quel point elle était dangereuse. Il avait aussi capté la vérité sur son ancienne vie conjugale. Le mari violent, le salopard à qui Corso s’était chargé de gâcher la vie à sa sortie de prison (agent de probation briefé, travail de sape continuel quand le gars cherchait du boulot, menaces permanentes…), n’était qu’une victime. Un époux aux ordres, qui avait dû assouvir l’appétit détraqué de la Bulgare. C’était elle qui exigeait d’être battue, brûlée, pendue… Elle qui menait la danse de mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   17 juin 2018
Pour le reste, ce côté provisoire lui plaisait – il lui rappelait son statut de paria, d’exilé perpétuel.
Né tout en bas de la pile, à la lettre X, comme Nina Vice, squatteur de foyers et de familles d’accueil durant son enfance, puis chien errant de sa propre adolescence, Corso n’avait jamais su se fixer ni s’adapter. Voleur, drogué, asocial, il avait été sauvé in extremis par Catherine Bompart, qui l’avait pris sous son aile et lui avait permis de réussir la seule chose dont il était fier (avec son fils) : sa carrière de flic.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   17 juin 2018
Corso était toujours troublé lorsqu’il croisait un personnage qui avait la gueule de l’emploi. Il savait qu’il ne devait pas s’y fier mais tout de même, il aimait, quand elle était avérée, cette forme de franchise.
Mathieu Veranne avait une tête de satyre.
Commenter  J’apprécie          00
RootRoot   07 juin 2018
Paris sous le soleil, c’est pas mal, mais Paris sous la pluie, c’est carrément l’apothéose. Ses ruisseaux vivants, ses trottoirs laqués, son ciel noir qui transforme chaque immeuble en bloc pâle, presque fluorescent, avec ses ornements de façade en guise de lignes de vie. Si vous vous abritez dans un café, vous éprouvez alors le pur bonheur d’être entièrement revêtu par la ville, niché en son sein, derrière des vitres piquées de pluie. Dans ces moments-là, Corso avait l’impression de saisir l’essence même de sa ville, celle des amoureux et des crapules, des rendez-vous galants et des coupe-gorge, des complots ésotériques et des crimes passionnels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Christophe Grangé (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Grangé
Flash info en direct de Grenoble où nous retrouvons Jacques Vandroux pour nous parler de la nouvelle enquête du capitaine Nadia Barka !
À chaque sacrifice son rituel, à chaque tueur son obsession. Grenoble, mois de juin. le corps d?une jeune femme est découvert dans l?ancien baptistère. Très vite, l?autopsie révèle que l?assassin a retiré le coeur de sa victime. Quelques jours plus tard, un second cadavre va plonger la ville dans la psychose. Meurtres rituels ? Actes d?un dément ? Saisis de l?enquête, le capitaine Nadia Barka et son équipe ne disposent d?aucun indice, si ce n?est du témoignage surprenant de Julien Lombard, qui se dit averti des disparitions et des meurtres par d?étranges visions. Mythomane, illuminé ou piste providentielle ? La policière, en proie au doute, va devoir s?appuyer sur des alliés parfois singuliers pour tenter de stopper ce tueur à l?efficacité redoutable. Une enquête du capitaine Nadia Barka. Un thriller dans la lignée de Jean-Christophe Grangé et de Dan Brown. Un auteur plébiscité par les lecteurs avec déjà plus de 400 000 exemplaires vendus.
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox



Quiz Voir plus

Jean-Christophe Grangé et qqs uns de ses titres (polar, thriller)

Année de naissance de Grangé ?

1941
1951
1961
1971

8 questions
184 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Christophe GrangéCréer un quiz sur ce livre
. .