AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226392092
Éditeur : Albin Michel (02/05/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.73/5 (sur 313 notes)
Résumé :
[LIVRE AUDIO]

Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertig... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (108) Voir plus Ajouter une critique
Sylviegeo
  20 juillet 2018
Je ne vais pas me faire aimer mais qu'est-ce que j'ai rigolé. Oui car je viens de lire une farce. Une farce grotesque, perverse mais une grosse farce.
Nous sommes loin des Rivières pourpres ou encore du Vol des cigognes. Cette caricature de flic, super héros, qui sait tout faire avec cette attitude inutile c'est juste non. Bon alors vous voyez que je n'ai pas embarquée du tout dans ce récit précipité, cliché, où l'on dirait que l'action doit cadrer avec les phrases choc de l'auteur. Et ces surnoms donnés à chacun , c'est obligé ? Pour moi, il n'y a absolument rien de crédible dans ce roman. Tout est faux, tout est risible, tout est insensé. Pourtant, il y avait matière. Mais ce genre de traitement, juste une grosse farce ou comme il est dit en page 539: "Il opta pour un scénario de film." Mais ajoutons que c'est un film de série Z...
Commenter  J’apprécie          6017
Sangpages
  09 mai 2018
Bon...
Je pourrai te la jouer grande chronique avec tout le tralala...
Je pourrai te dire que depuis 24 ans, Grangé et moi c'est une histoire d'amour et que même si parfois on n'était pas toujours d'accord, ce 13ème est une vraie apothéose de son talent...
Je pourrai te dire que "La terre des morts" est une plongée en apnée dans le monde du SM, bondage, Shibari, perversions et autres réjouissances...
Je pourrai d'ailleurs te dire que c'est cru et qu'il pourrait tout de même te déranger si tu as une âme sensible...
Je pourrai te dire que c'est aussi un plongeon dans l'art contemporain et que ce mélange du porno hard et de l'art à quelque chose de vraiment troublant...
Je pourrai te dire que comme toujours les personnages sont travaillés à la perfection...
Je pourrai te faire, d'ailleurs, un descriptif complet des personnages avec toute la psychologie qui va avec...
Je pourrai te parler de son style nerveux, direct et intense, de son génie mais aussi de sa capacité à fixer les images sur ta rétine en version indélébile...
Je pourrai te dire que je me suis fait mener en bateau et que ce sera pareil pour toi...
Je pourrai te dire que la trame est excellente et le final juste parfait...
Je pourrai te dire que je l'ai lu en 2 jours et ce juste parce que je ne voulais pas laisser mes enfants crever de faim...
Mais je peux te dire quand même que j'ai inventé un prétexte pour ne pas aller voir l'intégralité du match de foot de mon fils pour pouvoir le finir...
Je pourrai te dire que c'est un one-shot et que j'adore ce fait-là...
Je pourrai te dire que comme à son habitude, il fait un petit passage en Suisse...
je pourrai te dire beaucoup de choses...
Mais à quoi bon ?
Pas moyen de te faire comprendre l'essence même du truc...
Rien qui ne paraisse pas insipide...
Alors j'arrête mon blabla et te dis qu'une chose:
LIS-LE ! C'est juste MAGISTRAL !!!
Du Grand - gé !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5213
FleurDuBien
  06 mai 2018
Le dernier cru "Grangé" est excellent, je le dis tout de go, sans fioritures.
Chaque année, je me procure le dernier opus de ce maître du thriller.
Et encore une fois, j'ai bien fait.
Lecture addictive, je n'ai pu le lâcher qu'une fois terminé.
Intrigue passionnante, et la fin est incroyable.
Ce maître du suspens nous emmène où il veut !
Alors oui, parfois c'est un peu tiré par les cheveux, mais globalement vous pouvez y aller les yeux fermés.
Un seul petit bémol : La surenchère de la violence.
Je ne vais pas commencer mon petit couplet ou refrain sur cette surenchère, je ne suis pas un perdreau de l'année comme on dit, j'ai bientôt cinquante balais, mais franchement, ce milieu du porno est bien dégueu ! J'ai appris certaines "choses" que je ne soupçonnais même pas ! Au moins, j'aurai appris certaines pratiques peu ragoutantes, âmes sensibles s'abstenir !
Et puis tout de même, il faut bien avouer que, tel Chattam (que je ne lis plus), Grangé s'est mis lui aussi à cette surenchère de la violence, comme si d'année en année, ses thrillers devenaient de plus en plus violents, lui qui, justement nous épargnait certains détails. Mais on donne à manger aux gens ce qu'ils veulent manger, et les lecteurs visiblement aiment l'ultraviolence.
Ce n'est pas ma tasse de thé, certes, mais à part cela, c'est réellement un excellent thriller avec rebondissements de folie et fin hallucinante (même sans champignons...).
Fans de Grangé, allez-y, vous ne serez pas déçus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
umezzu
  21 août 2018
J'aimais bien le Grangé des débuts : habille faiseur de thriller et capable de lancer des histoires improbables. Mais plus le temps passe, plus il semble engagé dans un concours de noirceur et de violence gratuite avec ses confrères. C'est un peu à qui parmi les auteurs de thrillers français se montrera le plus cauchemardesque.
Grangé met d'ailleurs la barre très haut avec ce roman : SM extrême, milieu glauque, personnages lourdement atteints psychologiquement, nécrophilie… Oups…
Il y rajoute le commandant de police Corso, chef de groupe crime à la PJ, meneur de bal bien peu sympathique. C'est vrai que Grangé a rarement créé des héros suscitant l'empathie, mais là on peut se demander comment qui que ce soit pourrait supporter un tel rustre. D'ailleurs il est en instance de divorce d'une cinglée.
La totale. J'ai failli laisser le roman au bout de soixante dix pages. J'ai tenu. Cela s'améliore un peu quand, passé les scènes de crime et le détail de la vie sexuelle des uns et des autres, Corso daigne mener une enquête. Mais cela reste bien faiblard.
Curieux aussi que Grangé ne sache inventer que des policiers se comportant comme des truands, piétinant le code pénal et passant à côté de beaucoup de chose.
En se repassant la liste des intervenants de l'histoire, pas un ne se comporte normalement. Pas un n'a pas un secret enfoui. Pas un ressemble de prés ou loin à votre voisin de palier (ou si c'est le cas envisagez le déménagement fissa).
L'intrigue est si extrême, qu'à la fin on continue de se demander pourquoi il était si nécessaire de pousser les personnages dans telles horreurs. le schéma que Grangé finit par dévoiler était déjà en lui même horrifique.
Reste donc le sentiment d'une lecture pesante, pas plaisante, et ne menant pas bien loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
kitou94170
  02 avril 2019
«Les rivières pourpres » de Jean-Christophe GRANGE reste pour moi un souvenir inoubliable de lecture ainsi qu'une vraie rencontre avec un des meilleurs auteurs français de thrillers.
Ayant lu presque tout ses romans, j'ai par la suite été soit ravie soit assez déçue.
Alors qu'en est-il de « La terre des morts » ? C'est clair pour moi GRANGE is back !! Voici du vrai, du dur, du pur GRANGE digne des rivières pourpres.
Dans ce dernier opus, nous suivons Stéphane Corso, Commandant de police au 36, quai des Orfèvres, totalement borderline et fracassé par la vie, chargé d'enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses. Très vite, un suspect se dessine pour lui. Philippe Sobieski, sadique, pervers, obsédé, ex-taulard, assassin violeur mais totalement réhabilité grâce à l'art : en effet, celui-ci est devenu un peintre très talentueux dont les nombreux fans s'extasient littéralement devant sa peinture.
Pas facile pour eux alors de l'imaginer en tueur implacable dont la jouissance se définit uniquement à travers le Mal à l'état pur. Un combat à mort va démarrer pour Corso contre son principal suspect dans lequel le Commandant se perdra lui-même car on le sait bien un assassin peut en cacher un autre.
Ce duel est une vraie plongée dans l'horreur. En effet, dans « La terre des morts » l'auteur nous plonge directement en apnée dans le monde du porno, du SM, du shibari, du bondage japonais, des perversions les plus dures et atroces ! Bref il envoie du lourd, voire du très lourd.
Ames sensibles s'abstenir et passez vite votre chemin.
Il m'a été totalement impossible de lâcher ma lecture avant la fin. L'intrigue est passionnante et l'auteur nous ballade où il veut. Que dire du style : dur, à la limite du soutenable parfois, percutant et hautement cinématographique. Cette plongée du côté le plus sombre de l'âme humaine est totalement jouissif !
Alors oui certains diront trop c'est trop ! Mais franchement un thriller reste un thriller ! Personne n'est obligé de les lire ! Et là tous les ingrédients sont là : des chapitres courts, un style incisif, des personnages musclés, une enquête complexe avec rebondissements assurés et une fin assez inattendue ! Un film en puissance voire une série ?
En ce qui me concerne j'en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

critiques presse (2)
LeFigaro   25 mai 2018
Le nouveau thriller du maître français nous emmène dans des mondes interlopes, sur les traces d'un tueur sadique. Âmes sensibles s'abstenir !

Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   23 mai 2018
Pourquoi ce roman n'est-il pas aussi enthousiasmant qu'on aurait pu l'espérer ? Peut-être justement parce que tout est si bien huilé, si bien documenté, si bien nourri de tout ce que l'on peut attendre d'un polar, que l'on finit par s'ennuyer, comme devant un objet trop usiné, un crime trop parfait.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   29 juillet 2018
- Une fois devant le juge, avec tes états de service de super-flic et ton look de loubard, tu vas pas faire long feu.
- J'ai un look de loubard, moi ?
Barbie ne prit pas la peine de répondre.
- Et j'ose pas imaginer ce que vont dire les amis d'Emiliya.
- J'ai rien à me reprocher.
- Bien sûr que non, mais comment dire, c'est toute ta présence qui fout un malaise.
Corso essaya de déglutir. Barbie en profitait pour vider son sac :
- Tu bois pas, mais comme un mec qui sort des AA. Tu te drogues pas, mais c'est parce que t'as toujours pas fini d'éliminer ce que tu t'es envoyé dans ta jeunesse. T'es du côté de la justice, mais on dirait que c'est pour t'éviter la taule. Quand tu fais de l'humour, c'est toujours involontaire, et quand tu dragues, on dirait un interrogatoire. Les rares fois où je t'ai vu vraiment à l'aise, c'est avec une arme à la main.
- C'est tout ?
- Non.T'es en train de divorcer, comme la moitié de Paris, mais on dirait qu'un attentat terroriste se prépare et que les victimes vont tomber par dizaines.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   02 août 2018
L'esthétique anglaise lui avait toujours fait penser à une décoration de Noël : avec ses devantures marquées de lettres dorées, ses cabines et ses bus rouges, ses poignées de portes cuivrées, ses "bobbies" avec leur drôle de bombe sur la tête, Londres recelait un parfum de féerie précieuse, un air de clochettes et de paquets-cadeaux déposés au pied du sapin.
C'est exactement l'impression qui le saisit en sortant de la gare de St Pancras. Londres avait beau avoir basculé dans le troisième millénaire avec ses blocs de verre et d'acier, ses bâtiments spectaculaires conçus par des génies de l'architecture, la place qui se déployait sous ses yeux lui rappelait plutôt une boîte de chocolats avec ses papiers dorés et ses motifs d'argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   29 juillet 2018
Tuer deux hommes en une nuit - ses sixième et septième en dix-huit années de service -, ce n'était pas rien. D'ordinaire, pour digérer un tel traumatisme, il suivait un rituel : il filait à Saint-Jacques-du Haut-Pas, le première église qu'il avait découverte à Paris quand il s'était enfin libéré de sa banlieue, et il implorait le pardon de Dieu.
Bien que flic, bien que conscient de l'omniprésence du mal en tout homme, il ne démordait pas de sa vision optimiste du cosmos, incluant une cinquième force fondamentale : l'amour. Voilà pourquoi, dans le silence de la paroisse chargée d'encens, il se livrait à un auto-exorcisme après que le sang eut coulé. A force de prières et d'implorations, il essayait d'étouffer les démons qui l'habitaient, lui, et qui une fois encore, s'étaient réveillés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
murielanmurielan   24 octobre 2018
Corso essaya de déglutir. Barbie en profitait pour vider son sac :
- Tu bois pas, mais comme un mec qui sort des AA. Tu te drogues pas, mais c'est parce que t'as toujours pas fini d'éliminer ce que tu t'es envoyé dans ta jeunesse. T'es du côté de la justice, mais on dirait que c'est pour t'éviter la taule. Quand tu fais de l'humour, c'est toujours involontaire, et quand tu dragues, on dirait un interrogatoire. Les rares fois où je t'ai vraiment senti à l'aise, c'est une arme à la main.
- C'est tout ?
- Non. T'es en train de divorcer, comme la moitié de Paris, mais on dirait qu'un attentat terroriste se prépare et que les victimes vont tomber par dizaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   01 août 2018
Gare du Nord. Le quartier battait tous les records de bordel, de vacarme, de pollution. On n'avait jamais cessé ici de pousser les murs, de construire des annexes, de creuser des souterrains... Résultat, les alentours étaient une sorte de chaos permanent. Impossible de comprendre le sens de circulation : voitures au coude à coude, artères trop étroites, carrefours frappés de non-sens... La gare du Nord, c'était comme une île protégée par de forts courants marins : on croyait l'approcher mais elle s'éloignait aussitôt, on manœuvrait de nouveau pour encore une fois la voir reculer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jean-Christophe Grangé (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Grangé
Le Maître c'est lui... La proie c'est vous. Découvrez le nouveau roman de Jean-Christophe Grangé : https://www.albin-michel.fr/ouvrages/la-derniere-chasse-9782226439413
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jean-Christophe Grangé et qqs uns de ses titres (polar, thriller)

Année de naissance de Grangé ?

1941
1951
1961
1971

8 questions
196 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Christophe GrangéCréer un quiz sur ce livre
.. ..