AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811208798
Éditeur : Milady (23/11/2012)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 298 notes)
Résumé :
Quel amateur de Jane Austen n'a pas rêvé un jour de revivre Orgueil et préjugés à travers les yeux de son énigmatique héros ? Dans ce journal, auquel Darcy confie ses sentiments naissants et contradictoires pour la charmante Elizabeth Bennet, Amanda Grange donne la parole à ce personnage ô combien charismatique. Un récit teinté de nostalgie mené avec brio.

Quatrième de couverture :
"La seule chose qui me hante alors que j'écris est le regard qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (108) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  08 avril 2014
Concernant ce livre, si je ne veux pas mourir assassinée sur cette toile, je ne peux pas me contenter de dire qu'il s'agit de pipi de chat, encore faut-il que j'argumente mon propos. Ce n'est certes pas par plaisir sadique que je sors ainsi les griffes mais par honnêteté intellectuelle. Celles et ceux qui me connaissent n'ont plus à être convaincus de mon intérêt profond pour l'oeuvre de Jane Austen et jusqu'à présent, si j'ai toujours freiné des quatre fers devant la perspective de lire des romans "para-austeniens" qu'un intérêt sincère pour la période et/ou une envie non moins sincère de gagner quelque argent ont poussé certains auteurs à commettre, c'était en raison d'un pressentiment funeste qui vient tout juste de trouver sa justification.
Les romans de Jane Austen sont des merveilles de maîtrise stylistique, d'humour, de psychologie et d'évasion. C'est le parfait équilibre de ces composantes, liées par le charme d'une plume affirmée, qui en fait la grandeur, l'atemporalité et la notoriété méritée. Or, le roman de Mrs Grange ne contient aucune de ces composantes fondamentales et est dénué de tout éclat. C'est sans aucun talent que l'auteur s'est lancée dans l'exercice de nous décrire le point de vue de Darcy, héros du célèbre "Orgueil et Préjugés" et soupirant d'Elizabeth Bennet. le seul dessein de traiter les lecteurs avec complaisance a guidé Amanda Grange dans son entreprise. Partant de là, la facilité semble avoir été de mise, la rigueur reléguée au placard et les scrupules étouffés sous le poids d'un titre racoleur.
Sur la forme comme sur le fond, c'est un fiasco.
Sur la forme.
Sans être diplômé "maître es Austen", il suffit d'avoir lu "Orgueil et Préjugé" pour savoir que Jane Austen aime mettre à l'honneur ses principaux protagonistes à travers leurs vertus et leurs talents. Un gentleman de l'envergure, de la fortune et de la personnalité d'un Fitzwilliam Darcy n'entreprendrait un journal que pour y rapporter les faits marquants de son existence dans un style à la fois viril et élégant mais certainement pas pour y collecter les indignes cancans et propos sucrés de son cercle, ni les menus faits et gestes futiles et inintéressants de son entourage. Mrs Grange nous dévoile ici sa totale incompréhension du personnage dont elle prétend interpréter les pensées et les sentiments. Un Fitzwilliam Darcy ne reporterait pas non plus ses échanges avec tel ou tel de ses proches en "ouvrant les guillemets, à la ligne, tiret" et pour rien au monde il ne réécrirait dans son journal les lettres écrites ou reçues par lui ! Cette forme stylistique est totalement ridicule et ne peut manquer de faire lever le sourcil à tout lecteur ayant un peu de bon sens et de respect pour le système narratif. Par définition, un journal relève d'une narration antérieure et utiliser le dialogue dans sa forme vivante en fait une narration spontanée, pour un résultat totalement discordant qui rend le récit peu crédible et la lecture inconfortable. le vocabulaire basique et la simplicité syntaxique de l'ensemble du récit en font un roman plus que médiocre digne, selon moi, de figurer dans la collection Harlequin.
Sur le fond.
L'humour et la finesse qui caractérisent si bien l'écriture de Jane Austen sont totalement absents du "Journal de Mr Darcy" et le style très pauvre ne rend pas justice à l'homme accompli et lettré qu'est le maître de Pemberley ni à son style qui nous fut pourtant parfaitement révélé par la longue lettre qu'il écrivit à Elizabeth pour se laver des deux accusations dont elle l'avait injustement chargé. Toute cette entreprise ne semble donc qu'une tentative pour justifier le comportement jugé odieux de Darcy envers Elizabeth, lui ôtant avec acharnement tout le mystère qui le caractérise et qui contribue à faire de la relation des deux amants une succession de malheureuses méprises pleine d'intérêt et de passion. En définitive, ce roman n'apporte aucun complément et encore moins d'approfondissement à la connaissance que l'on peut avoir de Darcy et de ses rapports avec Elizabeth. Rendre Darcy plus "normal" et moins antipathique n'accroît en rien son magnétisme et sa séduction, bien au contraire…
En vérité, si on a vraiment lu "Orgueil et Préjugés", on reconnaîtra à Jane Austen d'avoir donné elle-même le point de vue de Darcy dans son roman qui, bien qu'étant essentiellement narré du côté "Bennet", s'équilibre parfaitement et donne très suffisamment d'indices et d'informations concernant les sentiments et les opinions des protagonistes de "l'autre bord" sans qu'il soit utile à une Amanda Grange de se lancer dans une initiative commerciale stérile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7819
juliette2a
  27 décembre 2012
Ce journal est un vrai petit bijou ! C'est un tel plaisir de renouer avec mon roman préféré mais avec cette fois-ci la vision du mari idéal, M. Darcy. J'ai dévoré ce livre, la fraîcheur des pages qui défilaient sans que je m'en aperçoive, et surtout l'écriture de Darcy ! Au fil des pages, nous suivons la révélation de ses sentiments pour Elizabeth Bennet, héroïne d'"Orgueil et Préjugés", puis sa passion qu'il se doit de cacher et enfin, sa déclaration toujours aussi somptueuse même après tant de relecture...Je ne m'attendais pas à tant de profondeur, de passion de la part de M. Darcy, et j'ai été agréablement surprise par ce journal qui dévoile tellement de sincérité. Je me suis même retrouvée à plusieurs reprises dans la peau de Darcy !
En outre, d'autres personnages, comme Anne de Bourgh, m'ont apparus plus chaleureux. Enfin, Jane, Charles Bingley, Georgiana, M. et Mrs. Gardiner sont restés aussi parfaits qu'avant.

Que rajouter de plus ? le charme de "Fitzwilliam Darcy" reste intense et la beauté de Pemberley est toujours aussi merveilleuse !
Ainsi, cette ouverture du roman de Jane Austen m'a vraiment marquée, oeuvre passionnante, digne du talent de Jane, et qui laissera à jamais M. Darcy comme un véritable prince charmant, mais surtout un mythe littéraire de qualité.
Pour les inconditionnels de Jane (et de Darcy) qui ne seront absolument pas déçus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Northanger
  12 mai 2013
J'ai lu le roman de Jane Austen il y a quelques années et je relis rarement le même livre. La solution était donc toute trouvée pour retourner à Pemberley, Netherfield park et Longbourn : lire le journal du personnage, imaginé par Amanda Grange. Auteur de romances, elle a également écrit le journal du Colonel Brandon (Raison et sentiments) et celui de Mr Knightley (Emma). J'ai par ailleurs découvert que l'univers austenien était abondamment représenté dans la littérature contemporaine avec notamment Elizabeth Aston (Les filles de Mr Darcy) et Jennifer Becton (Charlotte Collins, Caroline Bingley) pour ne citer qu'elles.
Revisiter Orgueil et Préjugés du point de vue du soupirant d'Elizabeth Bennet était un pari risqué. Difficile de ne pas sombrer dans le sentimentalisme à l'eau de rose ou la paraphrase. Et pourtant, Amanda Grange a parfaitement réussi à restituer l'atmosphère du roman ! On sent une grande connaissance du récit et des personnages.
De brèves notations presque administratives – qui correspondent bien au tempérament du personnage – en billets d'humeur, les articles du journal sont plus ou moins étoffés, offrant par instants des scènes romanesques qui raviront les fans de Jane Austen – la scène du bal à Meryton, le rhume de Jane, la demande en mariage... On découvre un Mr Darcy certes austère et rigoureux, mais finalement soucieux de son image et du bien-être de ses proches. La psychologie des personnages est finement dessinée et en harmonie avec l'univers du roman de Jane Austen. On perçoit bien les tourments amoureux qui agitent ce personnage si rigide en apparence ainsi que la progression de ses sentiments. Comme chez Jane Austen, Darcy est arrogant et soucieux du respect de la distinction des classes, Elizabeth vive, enjouée et facétieuse
le style est sobre et limpide, ce qui coïncide bien, à mon goût, avec le genre du journal. Dommage cependant qu'on n'ait pas davantage de descriptions – lorsque Darcy et Bingley visitent Netherfield par exemple - pour s'immerger totalement dans l'ambiance de l'époque, mais à vrai dire, je n'en ai pas vraiment le souvenir chez Austen non plus.
J'ai apprécié le fait de pouvoir vivre les premiers mois du mariage de Darcy et Elizabeth, c'est un choix avisé d'aller au-delà de ce que le roman nous donne à voir. de plus, Amanda Grange s'attache également aux figures secondaires telles que Charlotte Lucas, Georgiana et le colonel Fitzwilliam, nous laissant pressentir ce que l'avenir leur réserve... Bref, un beau moment de lecture que je ne peux que recommander à ceux qui ont apprécié Orgueil et préjugés !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
wentworth23
  28 décembre 2012
Que dire de plus que ce qui a déjà été écrit!
Parfait.
On retrouve tout l'univers austénien, la cohérence avec l'intrigue et le caractère des protagonistes d'Orgueil et préjugés a été respecté, l'auteur a parfaitement su préservé le texte original.
Elle ne s'est permise des extrapolations qu'à la toute fin du journal, après le mariage d'Elizabeth et de Darcy et celles-ci restent dans la même veine que l'oeuvre originale.
J'attend avec impatience la publication en français des journaux de Mr Knightley, d'Edmund Bertram, d'Henri Tilney, de Wickham, du Colonel Brandon (il parait le 26 février) et surtout celui du Caiptaine Wentworth.
Commenter  J’apprécie          220
reveline
  17 février 2013
Amanda Grange n'est certes pas Jane Austen, un seul coup d'oeil au style proposé suffit à s'en rendre compte mais le livre est agréable et rapide à lire. La traduction française de Claire Allouch est pleine d'allant et de dynamisme.
Evidemment, l'histoire du roman est universellement connue, et, si comme moi, vous êtes une inconditionnelle d'Orgueil & Préjugés, vous n'aurez que peu de surprises pendant votre lecture. Néanmoins, un éclairage nouveau est apporté à l'intrigue. Qui n'a jamais rêvé d'être dans la tête de l'irrésistible Fitzwilliam Darcy, de voguer parmi ses pensées les plus secrétes ? Pas moi en tout cas, bien au contraire. Je peux d'ailleurs affirmer qu'Amanda Grange a exaucé l'un de mes plus chers voeux de lectrice. Merci à elle !
Indéniablement, le regard Darcy sur le déroulement de l'intrigue apporte quelque chose de savoureux. Il permet de mieux cerner la personnalité du personnage, de comprendre davantage ses réactions tout en éclairant d'un jour nouveau les zones d'ombre laissées dans le roman original. Ainsi nous avons le plaisir d'assister en détails à certaines scènes à peine évoquées par Jane Austen (comme les prémisses des différends entre Darcy et Wickham ou les tractations autour du mariage de Lydia) et même de voir à quoi s'occupe Darcy lors de ses séjours à Londres, Rosings ou Pemberley, lorsque la vie le tient éloigné de Longbourn et de Lizzie. Amanda Grange nous permet d'entrer réellement dans l'entourage du gentleman et nous convie à assister aux moindres faits de la vie quotidienne d'un lord anglais fortuné au XIXème siècle.
Le fait que la chronologie des événements soit scrupuleusement respectée, de même que la psychologie des personnages créés par J. Austen, qui ne souffrent d'aucun manquement par rapport aux originaux, rend le roman particulièrement immersif et prenant. Il est impossible de le fermer avant l'épilogue. Car la bonne idée d'Amanda Grange est de nous donner à lire l'après-mariage de Darcy et d'Elizabeth.
De plus, les petites touches d'humour ajoutées çà et là, notamment dans la dernière partie du roman, là, où affranchie de l'original, l'auteure est en roue libre et se « lâche » véritablement, apportent une réelle plus-value à l'ensemble. Les derniers chapitres du livre, inédits et purement du fait d' A. Grange puisqu'ils ne reprennent en rien le roman original, nous permettent de sentir le plaisir que prend l'auteure à revisiter Pride & Prejudice. On y découvre un couple trés épris, taquin et sensuel. Amanda Grange ose mettre en avant l'aspect plus « charnel » de nos jeunes mariés, chose que Jane Austen ne pouvait se permettre d'écrire à l'époque.
Seul bémol : le procèdé narratif choisi par l'auteure, le journal intime (ou de bord), m'a semblé assez peu judicieux, disons, qu'il me parait de prime abord bien frustrant. Cette forme de narration provoque en effet un éparpillement trop prononcé de l'action. Chaque journée nous est contée en seulement 5 ou 6 phrases ou à l'inverse sur plusieurs pages, ce qui crée un certain déséquilibre dans l'intrigue. J'aurai préféré un vrai roman reprenant la trame du classique de Jane Austen rédigé du point de vue de Darcy (comme S. Meyer avait commencé à le faire dans Midnight sun).
Toutefois, force m'est de reconnaitre que j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture acidulée comme un bonbon à la bergamote et rien que pour le bonheur de retrouver Elizabeth et Darcy, l'un des couples les plus charismatiques de la littérature victorienne, ce roman vaut l'achat et la lecture
Lien : http://ladelyrante.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
mathilde08mathilde08   08 janvier 2013
- Vous êtes trop généreuse pour jouer avec mes sentiments. Si les vôtres sont toujours semblables à ce qu'ils étaient en avril dernier, dites-le moi sans plus attendre. Mon affection et mes voeux sont toujours les mêmes. Mais un mot de vous suffira à me faire taire à jamais.
Il sembla s'écouler une éternité avant qu'elle ne réponde.
- Mes sentiments sont si différents...
Je respirai plus librement.
- ... que je suis reconnaissante que vous puissiez encore m'aimez...
Un sourire me monta aux lèvres
- ... désormais je reçois vos témoignages d'affection avec gratitude... et plaisir...
- Je vous aime depuis si longtemps, répliquai-je en posant avec délice la main sur celle qu'elle venait de glisser à on bras. Je pensais que c'était sans espoir. J'ai essayé de vous oublier, mais c'était impossible. [...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Page999Page999   24 février 2014
- La maison vous a-t-elle plu ? demanda Mrs Gardiner.
- Oui, beaucoup, répondit Jane. Elle est un peu plus petite que Netherfield, mais reste de bonne taille.
- Plus petite que Netherfield ? s'écria Mrs Bennet en entrant dans la pièce. Cela ne peut convenir.
- Mais elle est proche de Pemberley objecta Jane.
- Il est vrai que c'est un point positif. Ainsi je pourrai rendre visite à toutes les deux en même temps. Je peux séjourner d'abord chez Lizzy, puis venir chez vous ma chère Jane. La route est longue jusqu'au Derbyshire pour aller voir une de ses filles, mais semble courte pour en retrouver deux. Je pense que je serai tout le temps près de vous.
- J'ai trouvé le parc un peu petit, avança Bingley en lançant un regard à Jane.
- Et les combles sont en piteux état, ajouta celle-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NorthangerNorthanger   12 mai 2013
Elle ne ressemble à aucune femme que je connaisse. Elle n'est pas d'une grande beauté, pourtant je m'aperçois que je préfère contempler son visage à aucun autre. Elle ne déborde pas de grâce, pourtant ses manières m'enchantent plus que celles d'aucune autre. Elle n'est pas instruite, mais son intelligence lui permet de débattre avec animation.
Commenter  J’apprécie          140
DrunkennessBooksDrunkennessBooks   31 août 2014
- Vous préférez peut-être la lecture aux musées ?
- Pas spécialement, murmura-t-elle. Les livres sont très difficiles, n’est-ce pas ? Ils contiennent tant de mots !
- C’est l’un de leurs défauts, on ne saurait le nier.
Elizabeth aurait souri à cette remarque, mais c’est d’une voix dénuée d’humour que Miss Farnham chuchota :
- C’est exactement ce que je pense.
Commenter  J’apprécie          110
ArlavorArlavor   11 décembre 2012
Bien que Mrs Gardiner nous observât tous deux, je ne tentai pas de dissimuler mon admiration pour sa nièce. Au contraire, qu'elle le sache! J'aurais aimé que le monde entier en fut témoin. Je suis amoureux d'Elizabeth Bennet!
Commenter  J’apprécie          140
autres livres classés : austenerieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3500 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..