AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264058757
Éditeur : 10-18 (21/05/2015)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Londres, 1867, le mal rôde dans les rues... alors que l'inspecteur Ben Ross de Scotland Yard rentre chez lui un samedi soir d'octobre, le fog tourbillonne et l'enveloppe comme une bête vivante.
Lorsque le brouillard se lève le lendemain matin, une femme gît assassinée dans Green Park. Allegra Benedict était la belle épouse italienne d'un marchand d'art de Piccadilly.
Mais qu'avait-elle été faire à Londres cet après-midi, et pourquoi avait-elle été vend... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  08 janvier 2017
Vous êtes fan des romans d'Anne Perry qui se déroulent à l'époque victorienne mais vous les avez déjà tous lus ?
Jetez-vous sur la série d'Ann Granger, l'inspecteur Ben Ross et sa femme Lizzie sont tout à fait à la hauteur et mènent des enquêtes avec brio dans un Londres sombre, où les taudis succèdent aux grandes avenues, où l'on rencontre des aristocrates désoeuvrés tout autant que des prostituées, où l'on se promène dans des parcs, où l'on voyage en première classe, où l'on se rend à des soirées mais aussi à des réunions prônant la tempérance.
Dans ce volume une femme est retrouvée assassinée dans un parc, elle s'était perdue quelques heures plus tôt dans le brouillard typique de Londres, alors qu'elle faisait des courses avec sa dame de compagnie.
La morte étant la femme d'un riche marchand d'art, l'inspecteur est prié de résoudre cette affaire au plus vite.
L'auteur décrit avec minutie l'ambiance victorienne, on ressent le froid, le brouillard et l'humidité, on voit bien les différences entre les riches habitant dans des maisons confortables, servis par toute une cohorte de domestiques et les pauvres qui survivent dans les bas-quartiers, obligés de gagner trois sous en effectuant de viles besognes sans espoir de s'en sortir.
L'aspect sociologique n'est jamais oublié dans cette série, on y voit comment les pauvres vivent dans des taudis insalubres appartenant à des riches, comment des prédicateurs récoltent des fonds auprès des femmes de l'aristocratie au profit des orphelins, des malades ou autres, quand ce n'est pas pour remplir leur propre bourse, comment certains s'arrogent le droit de juger la conduite de leur voisin et amis et se font juges...
Un roman où l'intrigue tient bien la route et où la ville de Londres est un personnage à elle-seule.
Une lecture très agréable et hautement addictive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
iris29
  14 mars 2016
Troisième enquête du couple Lizzie et Ben Ross, désormais mariés , une série policière historique qui a pour cadre l'Angleterre ,sous le règne de la Reine Victoria.
On est en Octobre 1867, et le "Fog" empêche tout Londonien d'y voir à plus de 3 mètres. Une créature surnommée " le Spectre "terrorise les prostituées la nuit, tandis qu'une femme est retrouvée étranglée dans Green Park , pas très loin de Buckingham Palace . La victime , outre le fait qu'elle était très belle et très jeune, était une personne "de qualité"(!) , l'épouse adorée d'un galeriste réputé . Alors que l'inspecteur Benjamin Ross, se heurte à la bonne société pour les besoins de son enquête, sa femme Lizzie accompagne sa bonne , à une réunion animée par un prédicateur, un peu trop beau et charismatique pour être honnête. Il est à noter que l'épouse adorée et sa dame de compagnie connaissaient ce jeune homme ...
On ne "rentre" pas dans un roman d'Ann Granger en ayant l'espoir d'y trouver un immense suspens ...On y vivra plutôt au rythme lent d'une époque régie par des codes et de sévères principes moraux . C'est fascinant et instructif et cela m'avait donné envie il y a quelques mois de me plonger dans une biographie de la Reine Victoria, puis dans celle de la reine Elizabeth... .
[Une petite expression qui m'amuse et que l'on retrouve dans d'autres romans (ayant pour cadre cette époque) : "de qualité " , (utilisée également avec humour dans les séries de Gail Carriger ].
Mais, je m'interroge sur cette série ,commencée en 2006, qui ( je trouve), emprunte un peu (beaucoup !) à la série d' Anne Perry "Charlotte et Thomas Pitt" crée en 1979... .Comme ici , il s'agit d'un couple : lui est inspecteur de police et elle, (issue de la grande bourgeoisie ) , l'aide dans ses enquêtes . Chaque tome aborde, sous prétexte d'un meurtre , un pan social de la société Victorienne (féminisme, politique, domesticité, aristocratie, pauvreté , religion , etc..) . Du coup , je suis très déçue du virage abordé par Ann Granger car à part le nom des héros, la similitude est troublante depuis que nos deux enquêteurs sont mariés ...
On retrouve même les descriptions du brouillard Londonien , comme point de départ dans certaines enquêtes d'Agatha Christie ou Patricia Wenthworth ...
Reste une lecture agréable et très "dépaysante", pour nous lecteurs du 21° siècle.. . Ainsi qu'une très jolie couverture dont l'illustration (regardez bien au dessus du prénom Ann), représentant une loupe et une ombrelle entrelacées , a fait se pâmer l'artiste qui sommeille en moi..." Vite, mes sels" !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
lecottageauxlivresFanny
  12 juin 2015
Dans ce troisième tome des aventures de Lizzie et Ben Ross, notre couple de héros, désormais marié et logeant à Londres, se trouve confronté à une nouvelle séries de meurtres.
Ann Granger plante dès le premier chapitre le décor des rues de Londres enveloppées par le fog et dans lesquelles il est dangereux de se déplacer. Alors qu'il rentre chez lui, Ben Ross entend une femme qui court et qui semble fuir quelque chose ou quelqu'un. Il heurte une jeune prostituée qui dit avoir été attaquée, comme d'autres de ses camarades, par le spectre de la Tamise qui n'apparaît que les soirs de brouillard. Ben ne croit pas à ces histoires à dormir debout et tente de rassurer la jeune fille. le lendemain matin, alors que le brouillard a disparu, le corps d'une jeune femme appartenant à une classe sociale élevée est retrouvé dans Green Park. Allegra Benedict était très belle et elle était l'épouse d'un riche marchand d'art. Ben commence son enquête. Bessie, la femme à tout faire du couple Ross, affirme bien connaître la dame de compagnie d'Allegra Benedict. Elle a rencontré Miss Marchwood dans un groupe qui lutte contre l'alcool et ses dérives et qu'elle fréquente le dimanche. Lizzie, accompagnée par Bessie, intègre ce groupe pour se rapprocher de Miss Marchwood et pour mener son enquête en toute discrétion. Alors que les recherches de Ben n'avancent pas, il apprend par Daisy, la jeune prostituée au début du roman, qu'une de ses amies a disparu depuis une semaine. S'ajoute à cela le silence obstiné de Miss Marchwood qui semble être terrifiée par quelqu'un ou par quelque chose.
Ce fut un véritable plaisir de retrouver notre couple british! Tout comme les deux premiers volets, ce roman fut vraiment plaisant à lire. J'ai retrouvé tous les éléments déjà apprécié dans les autres romans: le cadre anglais, la fin du XIXe siècle, l'intrigue et les personnages attachants. Cette enquête est surtout menée par Ben et Lizzie est plus absente que dans les précédents tomes. Cerise sur le gâteau: comme pour les volets précédents, la couverture est très belle.
Si vous n'avez pas encore rencontré le couple Ross, foncez !
Lien : http://lecottageauxlivres.ha..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
belette2911
  11 septembre 2016
Londres est envahie par un brouillard dense, jaune : le smog !
Ce néologisme issu de l'anglais smoke, fumée et de fog, brouillard empêche la plupart des gens d'y voir à 50 centimètres et notre inspecteur benjamin Ross a bien du mal à se repérer sur le pont de Waterloo (morne plaine).
Ce qui devait arriver arriva, bardaf, ce fut l'embardée dans une prostituée échevelée (ça rime) qui a tout l'air de fuir quelque chose… le spectre de la Tamise !
Fuyez pauvres prostituées, ce spectre vous cherche, posant ses doigts froids sur vos gorges chaudes et profondes…
Notre inspecteur n'était pas un lapereau de six semaines sait pertinemment bien que les spectres, ça n'existe pas ! Mais il tend tout de même l'oreille à cette ombre qui rôde et qui s'en prend aux prostituées, 21 ans avant le terrible Jack The Ripper !
Nouveauté dans ce troisième opus : Benjamin Ross et Elizabeth Martin sont mariés et les lecteurs n'ont même pas été invité à la noce. Ça, c'est pas bien !
Par contre, ce que j'ai aimé, c'est que cet opus mette plus en avant l'enquête de Ben Ross que celle de sa femme et que contrairement au tome 2, on ait une véritable enquête de police et pas une résolution qui tombe toute cuite dans le giron de notre Lizzie.
On plonge cette fois-ci dans un groupe où un pasteur assez joli môme nous prône la tempérance qui n'est pas, comme certains pourraient le croire, une nouvelle pratique sexuelle mais plutôt le fait de consommer les boissons alcoolisées, non pas avec modération, mais avec abstinence ! Là, j'en vois quelques uns qui sont horrifiés, déjà.
Et Bessie, la fidèle bonne des Ross fait partie de ce groupe d'illuminés, qui, bien que partant du constat réel que l'abus d'alcool fragilise encore plus les populations pauvres et qu'il faille les en détourner, en arrive à l'exagération avec l'interdiction même d'une bière en soupant après une rude journée de travail ! Hé ho, hein bon !
Un meurtre par strangulation dans un parc rempli de smog, une belle jeune fille italienne, un mari éploré et suspect, une dame de compagnie qui ne nous dit pas tout, une société qui prône la tempérance avec un peu trop de zèle et un pasteur trop beau que Lizzie regarde d'un oeil torve.
L'enquête est bien menée, les fausses pistes nous font perdre la tête, surtout avec deux affaires distinctes et des meurtres de femmes dont on n'arrive pas à trouver le mobile.
Comme pour les autres tomes, les chapitres s'alternent avec les points de vue de Ben et de Lizzie qui, le soir devant le feu, mettront en commun leurs indices, leurs découvertes, leurs théories, leurs déductions et tout ce qu'ils auront besoin pour résoudre l'enquête.
Certes, on notera des grosses similitudes avec la série « Thomas et Charlotte Pitt », même si ici, on fréquente un peu moins la haute bourgeoisie puisque Lizzie n'en fait pas partie, que ce n'est pas tout à fait la même époque (20 ans plus tôt), mais l'auteur explore aussi la société victorienne, ses travers, ses problèmes…
Ici, on met en lumière cette société bourgeoise qui critique l'alcoolisme des pauvres, qui s'insurge des prostituées et de leur commerce du sexe (alors qu'on le sait, les bourgeois sont des cochons qui aiment s'encanailler avec les putes), une société qui se sent toute fière d'aider les plus démunis mais se fout pas mal des gens ou des enfants qui triment dans les usines de coton de Manchester…
Bref, nous sommes face au portrait d'une société anglaise hypocrite, bourrée de préjugés, qui hurle au scandale comme une vierge effarouchée pour tout et n'importe quoi, qui veut que l'on trouve le coupable du crime, mais qui ne veut surtout pas être dérangée par une enquête de ces rustres de policiers car ça risquerait de bouleverser leurs petites habitudes ou pire, d'exhumer des secrets pas très reluisants.
Plus que des hypocrites, j'ai croisé une cohorte de gens d'une mauvaise foi crasse.
Au final, c'est une série et une lecture plaisante, on ne se prend pas la tête, j'adore les romans qui ont pour cadre l'Angleterre victorienne et je trouve les personnages attachants.
(3,5/5)

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
DrunkennessBooks
  07 août 2015
Si j'avais été plus qu'emballée par les deux premières enquêtes de Lizzie Martin et Ben Ross, ce troisième tome m'a laissé sur ma faim.
Après une journée de brouillard, le corps sans vie d'Allegra Benedict est retrouvé dans un parc cossu de Londres. Si le meurtre ne fait aucun doute, l'inspecteur Ross va vite s'apercevoir que la bonne société à laquelle appartenait la victime entend bien sauvegarder les apparences et se protéger des interrogations que l'enquête pourrait soulever. Cette enquête va d'ailleurs se révéler bien plus complexe que prévu entre un prédicateur trop parfait pour être honnête, une société de tempérance trop zélée et un mystérieux spectre qui vient terroriser les prostituées aux abords de la Tamise…
La construction de l'intrigue est la même que dans les précédents tomes. Les chapitres alternent successivement entre les points de vue de Ben et de Lizzie qui mettront en commun leurs déductions et leurs découvertes pour résoudre l'enquête.
Le début de ma lecture était un peu confus et déroutant. Comme l'annonce le quatrième de couverture, Ben et Lizzie se sont mariés mais le livre ne contient aucune allusion à ce mariage ni aux événements qui se sont déroulés entre les deux tomes. D'ailleurs on ne sait pas trop à quel intervalle les deux affaires se situent. Malgré tout, l'intrigue imaginée par Ann Granger, notamment dans la seconde partie du roman, est riche en rebondissements et en coups de théâtre. Si certains éléments sont prévisibles dès les premières pages, d'autres sont beaucoup plus inattendus et retiennent l'attention du lecteur.
Contrairement aux tomes précédents, les chapitres racontés par Ben sont nombreux. Mais cela ne veut pas dire que Lizzie est en retrait. Au contraire, j'ai parfois l'impression que sans l'aide de sa femme, le brave inspecteur Ross ne résoudrait pas beaucoup d'enquêtes ! D'ailleurs à plusieurs reprises, je me suis demandée s'ils étaient vraiment mariés. Pas un geste d'affection ou une discussion qui n'ait trait à l'enquête entre eux ! C'est dommage car cela aurait apporté plus de profondeurs à ces deux personnages et aurait permis de démarquer ce tome des précédents.
Au final, j'ai trouvé les personnages secondaires beaucoup plus complexes et fascinants que l'inspecteur et sa femme. L'auteur nous dresse le portrait d'une société anglaise hypocrite et pleine de préjugés qui crie au scandale pour tout et n'importe quoi mais qui ne veut surtout pas être dérangée par une enquête de police qui risquerait de bouleverser ses petites habitudes et de dévoiler ses secrets les moins reluisants. Ce qui serait bien dommage quand, soi-même, on ne rate pas une occasion de critiquer le comportement et le mode de vie des classes les plus pauvres !
L'écriture d'Ann Granger est toujours aussi fluide. le ton est soutenu sans être pédant ou incompréhensible. du coup, on rentre plus facilement dans cette histoire qui se déroule au XIXe siècle. L'auteur décrit avec beaucoup de justesse les préoccupations de la population de l'époque ainsi que les avancées scientifiques et techniques.
Bref, pour moi ce troisième tome n'est pas à la hauteur des précédents. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne constitue pas une bonne lecture. L'auteur, une fois encore, réussit à construire une intrigue qui tient le lecteur en haleine du début à la fin grâce à des personnages secondaires complexes et fascinants et cela, malgré le manque de charisme de ses protagonistes principaux.
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   01 juin 2015
Un jour, j'ai croisé le chemin d'un homme qui s’apprêtait a commettre un meurtre. Sur le moment, je ne le savais pas. Et peut-etre que lui non plus. Peut-être que ce qui allait devenir un crime n’était encore qu'une pensée brumeuse, un délire de son esprit malsain. S'il avait déjà pris sa décision, il aurait encore pu être révulsé par l'horreur de la chose, un sursaut de dégout aurait pu l’éloigner de l'abime. Une parole aurait pu suffire. J'aurais pu le retarder, ne serais-ce que pour lui demander ou il allait et lui dire de prendre garde ; c'est ainsi que les policiers sont censés s'adresser a leurs concitoyens. Il avait encore le temps pour réfléchir. Il aurait pu changer d'avis, si j'avais parler. Mais nous nous sommes croisés tels des navires dans la nuit, et une femme a perdu la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   13 mars 2016
Partout je voyais des signes de deuil .Tous les tableaux sur les murs , ainsi que le grand miroir , étaient recouverts d'un voile noir . J'eus l'audace d'ouvrir une porte et de jeter un coup d'oeil dans la pièce , un salon. De nouveau , rideaux tirés , tableaux et miroirs voilés ... même les pieds du piano à queue avaient été cérémonieusement masqués . Pas étonnant que la maison soit si sombre .
Commenter  J’apprécie          150
iris29iris29   14 mars 2016
"... Je faisais le tour d'Europe habituel , vous savez" .
C'était une habitude des classes privilégiées . On envoyait les jeunes gens à l'étranger pour y parachever leur éducation , parfois avec un tuteur chargé de les garder à l'oeil . Toutefois , pendant ce temps , les jeunes gens de ma classe sociale étaient occupés à gagner leur vie , comme ils le faisaient depuis l'enfance .
Commenter  J’apprécie          130
iris29iris29   14 mars 2016
- Une femme ! rugit Holland . Etrangler quelqu'un ! Une autre femme ... avec une corde ?
Hors de question .
..
- Je ne dis pas que c'est impossible . Mais ce n'est pas l'oeuvre d'une femme , croyez-moi . Les femmes sont des créatures subtiles , monsieur . De l'arsenic dans le sucrier, voilà leur style .
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   12 mars 2016
- Que se passe-t-il ?
- Un cadavre . Un cadavre d'une personne de qualité .
- Où l'a-t-on trouvé ? demandai-je , tout en me dirigeant vers le bureau de Dunn, Morris sur mes talons .
- Green Park, m'informa-t-il .
- Oh, un cadre de qualité , fis-je remarquer ,surpris .
Commenter  J’apprécie          140
Video de Ann Granger (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Granger
Interview Ann Granger (en anglais)
autres livres classés : époque victorienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Un intérêt particulier pour les morts" d'Ann Granger.

Quel est le nom de famille de Frank ?

Tibbett
Parry
Martin
Caterton

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Un intérêt particulier pour les morts de Ann GrangerCréer un quiz sur ce livre
.. ..