AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782354081539
160 pages
Mnémos (02/03/2013)
4.19/5   16 notes
Résumé :
Une année alternative de la vie de Jules Verne dirigée par Raphaël Granier de Cassagnac avec la collaboration de Jeanne A. Debats, Raphaël Albert et Johan Héliot.
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique

« Cinq semaines en ballon », « Vingt mille lieues sous les mers », « Le tour du monde en 80 jours »... Qui ne connait pas aujourd'hui Jules Verne et son oeuvre ? C'est à cet auteur jouissant aujourd'hui d'une impressionnante popularité partout dans le monde que les éditions Mnémos ont choisi de rendre hommage avec « Un an dans les airs », bel ouvrage né de la collaboration de quatre auteurs et d'un dessinateur.

Le concept est simple et néanmoins enthousiasmant : relater le voyage qui aurait inspiré à Jules Verne les principales idées de ses « Voyages extraordinaires ». Nous voilà donc lancé à la découverte de Célesterre, cité dans le ciel réunissant les plus grands esprits du XIXe et dans laquelle débarque l'écrivain ainsi que trois autres compagnons de voyage. Raphaël Albert prête ainsi sa voix à Nadar, aéronaute et photographe français féru d'aventure ; Jeanne A Debats à Julie Servadac, mystérieuse passagère dont les charmes ne sont pas sans laissés indifférents ses compagnons de voyage masculins ; Raphaël Granier de Cassagnac au journaliste Philippe Daryl ; et enfin Johan Héliot au grand Jules Verne. Chacun des auteurs prend tour à tour la parole afin de relater son ressenti, ses rencontres et ses découvertes, et chaque intervention s'accompagne d'une illustration signée Nicolas Fructus qui nous donne de magnifiques aperçus de la cité de Célesterre ainsi que de ses principaux occupants.

Constituée d'un agrégat de ballons et autres machines volantes, la cité de Célesterre a pour particularité, outre celle de se situer loin du sol et d'évoluer au gré des vents, de concentrer parmi sa population certains des meilleurs experts dans tous les domaines possibles, de la musique à la botanique en passant par l'ingénierie, la médecine... L'objectif est noble : procéder à tout un ensemble d'expérimentations afin de pouvoir ensuite appliquer les expériences concluantes à la Terre qui s'en trouverait pacifiée, unifiée. Suffisance alimentaire, langage et religion universels, énergie accessible à tous..., voilà le type de projets auxquels s'attèlent les habitants de cette cité volante. L'idée ne manque pas d'attrait et c'est avec curiosité que l'on fait connaissance avec certains des habitants tels que Nikola Tesla, grand inventeur célèbre pour ses travaux sur l'électricité, ou encore le chimiste Eugène Turpin. On peut également saluer l'important travail de recherche effectué par les auteurs qui nous bombardent de références et d'informations aussi bien historiques que scientifiques et bien évidemment littéraires.

N'allez cependant pas croire que l'ouvrage se limite à une « visite guidée » de la cité, car si la découverte de Celesterre est effectivement ce qui occupe la plus grande partie de l'ouvrage, celui-ci n'en est pas pour autant dépourvu d'intrigue. Au fur et à mesure que sont dévoilés des extraits des carnets de bord consignés par les quatre protagonistes, le lecteur découvre en effet les secrets et motivations des quatre protagonistes, dont certains nous réservent bien des surprises... Les mystères planant autour de la personnalité du capitaine, du maître ingénieur ou encore de Julie constituent d'ailleurs souvent les passages les plus intéressants. En ce qui concerne les points négatifs, je mentionnerai surtout quelques répétitions qui en viennent parfois à lasser (un même événement nous étant relaté du point de vue de plusieurs des protagonistes). On pourrait également regretter un léger manque d'exotisme, tant du point de vue de la conception de cette cité volante que des graphismes qui, bien que très beaux, n'en dévoilent malgré tout pas assez pour véritablement fasciner le lecteur.

Malgré ces quelques bémols, « Un an dans les airs » reste un ouvrage remarquable, basé sur une idée originale habillement mise en scène par les quatre auteurs dont la collaboration semble fonctionner à merveille. Une chose est sûr, vous n'aurez qu'une envie une fois la dernière page refermée : découvrir ou vous replonger dans les oeuvres de Jules Verne !

Commenter  J’apprécie          190

En Résumé : Un An dans les Airs se révèle être un livre vraiment magnifique et immersif qui nous plonge, d'une part, dans une histoire qui se révèle palpitante, pleine d'aventures et de surprises avec aussi son lot de réflexions vraiment intéressante ; et d'autre part dans la découverte d'une cité dans les airs utopique qui se révèle vraiment saisissante et fascinante. Les graphismes de Nicolas Fructus se révèlent toujours aussi magnifiques et offrent une représentation vraiment sublime de cette histoire, de ces lieux et des personnages. Les héros se révèlent vraiment soignés, complexes et surtout la plume des auteurs qui les représente colle parfaitement. On sent aussi au fil des pages tout le respect pour l'univers et l'oeuvre de Jules Verne. Mon seul regret vient des interventions de Philippe Daryl qui tombent parfois légèrement dans le catalogage à mon goût, mais franchement rien de dérangeant. Attention une fois la dernière page tournée on a envie de replonger dans les livres de Verne.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.


Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          221

Un très beau livre pour un superbe voyage !

Il y a des livres comme ça qu'on laisse dans la bibliothèque pendant longtemps. Puis un jour, suite à une occasion particulière (genre une dédicace d'un des auteurs), on le ressort puis on le lit… et là, c'est le drame : mais pourquoi ne l'ai-je pas lu avant ?

Un an dans les airs est un super beau livre ! Les illustrations de Nicolas Fructus sont sublimes et rendent à merveille l'ambiance, les décors et les personnages de cet ouvrage. Même quand je ne l'avais pas encore lu, je prenais plaisir à le feuilleter.

De plus, j'avoue que j'ai trouvé excellente l'idée d'un trombinoscope des nombreux personnages qui peuplent cette aventure en début et fin d'ouvrage.

Mais si le livre est beau à regarder, est-il bon à lire ?

La réponse est oui sans hésiter !

Nous suivons les aventures de quatre héros (respectivement les quatre auteur.e.s de livre) : Jules Verne que je n'ai pas besoin de présenter ; Nadar, photographie et aéronaute ; Philippe Daryl, journaliste, homme politique et écrivain ; ainsi que Julie Servadac (que je n'ai pas du tout aimé, mais c'est parce qu'elle fait de l'oeil à l'UN de mes personnages préférés, mais je n'ai dirais pas plus pour pas spoiler… Et non, je ne suis pas jalouse !) à bord d'une cité volante, Celesterre.

Le livre se compose des récits de ces personnages qui tiennent des carnets de bords. Chaque auteur.e.s incarne à merveille son personnage qu'on n'identifie rien qu'à la plume.

Ces protagonistes vont rencontrer tout un panel d'autres personnes réelles pour certaines (comme Tesla) ou encore littéralement inspiré par des héros des romans de Jules Vernes. Et avec ce point, on touche à l'un des aspects les plus sympas de ce livre.

L'ensemble de l'ouvrage est composé de référence à l'ouvrage de l'auteur nantais. Mais dans le récit, Verne est « un jeune » auteur (bien que déjà connu) et ce sont les habitants de la ville céleste qui lui inspireront les futurs personnages de ces romans à venir. J'ai adoré le jeu que les auteurs ont mis en place dans ce livre. On sent qu'ils ont bossé la bibliographie de Verne pour proposer ce patchwork érudit.

Les quatre héros atterrissent sur une ville céleste, habitée par toute une horde d'ouvrier, de prodiges, de scientifiques souhaitant vivre loin de la terre. L'ensemble est une expérience de vie particulière.

Les intrigues de ce livre sont très bien conçues. En effet, on comprend vite que certains personnages ne sont pas là par hasard et ne sont pas forcément bien intentionnés.

Ce que j'ai aimé, c'est aussi de voir cette utopie céleste se dégrader au fur et à mesure du voyage. En effet, quand les héros arrivent, Zif de Sil est un endroit formidable, au-delà des conventions ou hors de porté des États qui se préparent à la guerre. C'est aussi un lieu de paix, de recherche scientifique et d'égalité… Mais hélas, on se rend vite compte que les conventions sociales de la terre se sont importées (peuple vs élite), les mauvaises intentions des uns et des autres se dévoilent…

Outre les journaux de bord, l'ensemble de l'ouvrage propose des petits encarts sur certains personnages, sur certains éléments relatifs aux (futurs) oeuvres de Verne ou encore à certains points évoqués par les quatre protagonistes.

La fin de l'ouvrage propose deux planisphères retraçant le voyage, une petite chronologie post-celesterienne ainsi qu'un index avec toutes les oeuvres de Vernes qui ont été utilisés.

Ceci dit, il y a quand même quelques défauts.

On ne voit pas assez le prince Dakkar… Oui, c'est très personnel comme remarque (comprendra qui pourra). Et Julie lui tourne autour… grrr…

Non, sérieusement. le livre propose un an dans les airs. Les journaux de bord des quatre personnages ne sont pas datés, mais une bannière au ¾ des pages indique les dates et la zone géographique. Mais hélas, on a tendance à les oublier. du coup, on passe parfois à côté de l'aspect voyage.

Dans le même ordre d'idée, j'ai trouvé que les protagonistes n'insistent pas assez sur les lieux qu'ils visitent, mais c'est très personnel.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré cette lecture ! Voyage, aventure, mystère ! L'oeuvre de Jules Verne jouit ici d'un véritable hommage, avec un travail énorme de la part des auteur.e.s.

Les amoureux des textes verniens ne pourront qu'aimer ce livre ! Beau et Bon !

A découvrir sans modération !

Commenter  J’apprécie          10

Nos auteurs et illustrateur ont imaginé un voyage extraordinaire réalisé par Jules Verne. Non un Nième voyage imaginaire, mais un voyage qu'il aurait réellement fait pendant un an aux quatre coins du monde. Nadar, Jules Verne Julie Servadac, Philippe Daryl (plus connu sous le nom de André Laurie). 4 narrateurs, 4 écrivains. Ça c'est une bonne idée. C'est même un point fort. Mais...

Je n'ai pas vraiment adhéré. Pourquoi ? me direz-vous. L'histoire racontée, je pense, à laquelle je n'ai pas trouvé grand intérêt. Chacun des héros écrit un journal. Longtemps après l'aventure, Philippe Daryl, le dernier survivant, sélectionne les meilleurs passages des journaux constituer ce texte... qui ne sera publié que longtemps après sa mort. Ça, c'est le cadre. La plupart des intervention de Daryl sont placées en bas de page et j'avoue plus d'une fois oublié de les lire. Oui, la maquette est belle, mais l'organisation des textes dans les pages ont gêner ma lecture.

Par ailleurs, les portraits dessinés par Nicolas Fructus ne m'ont pas plu alors que j'ai trouvé ces autres illustrations superbes. Et pour les différents protagonistes, j'ai largement préféré le choix de photos anciennes sensées représenter tous ces personnages. J'ai été un peu moins convaincu par le nu de Julie Servadac. Elle n'est sensée avoir seulement 16 ans au moment des faits, mais sur la photo choisie, je pense plutôt à une jeune femme de 20/25 ans. Bon. Il est vrai que je n'ai eu l'occasion de voir beaucoup de jeunes filles de 16 ans nues ;-) Ceci explique peut-être cela.

En bref : Un livre agréable à regarder mais dont la narration déconstruite par l'intervention de quatre héros/narrateurs ne m'a pas convaincu. Je le rouvrirai pour regarder les plus belles des illustrations. Ce sera sans doute l'occasion de relire quelques passages. Mais je ne le relirai jamais de bout en bout.


Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          40

Pour résumer, Un an dans les airs est un roman graphique beau, bien écrit, bien mené. L'imaginaire y est riche. Il donne envie de s'envoler, de partir, de voyager, de découvrir, d'innover... Tout en offrant une intrigue digne de ce nom. Attention, au moment de refermer l'ouvrage, vous aurez furieusement envie de plonger dans un roman de Jules Verne. Bref, ce livre est extraordinaire ;-)

Chronique complète sur le blog !


Lien : http://unpapillondanslalune...
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (3) Ajouter une citation

Au crépuscule de mon existence je ressens l'absolue nécessité de coucher sur ces pages ma version des faits qui se déroulèrent de 1869 à 1870 et qui inspirèrent si profondément mon maître et néanmoins rival en écriture. Jules Verne. Quand j'en aurait terminé, j'enfermerai ce cahier dans la malle où je conserve les carnets que mes trois compagnons rédigèrent à l'époque, avec les photographies que nous fîmes alors, et les croquis que nous réalisâmes depuis. Si vous lisez ces documents, vous découvrirez l'incroyable aventure que nous vécûmes ensemble. Jules Verne, Julie Servadac, Nadar et moi-même. Une année formidable passée à naviguer dans les airs en compagnie des hommes les plus éclairés de ce temps.

Commenter  J’apprécie          110

Inutile, je sais bien entendu qui vous êtes. J'apprécie vos Voyages Extraordinaires, monsieur Verne, encore que je leur reproche de manquer singulièrement d'héroïnes ! Seriez-vous quelque peu misogyne, comme le sont la plupart de vos confrères en écriture ?

Commenter  J’apprécie          10

J'espère cependant n'en pas devenir coquette, il ne manquerait que cela à la liste de mes défauts.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Raphaël Granier de Cassagnac (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Granier de Cassagnac
Festival des Utopiales à Nantes.
RENCONTRE AVEC CÉLINE GUIVARCH
Le bouleversement climatique est le plus grand défi auquel l'humanité a jamais été confrontée. Ils et elles sont de plus en plus nombreux et nombreuses à se rassembler pour le relever, comme en témoigne Céline Guivarch, ingénieure, directrice de recherches et co-autrice du dernier volet du rapport du GIEC. Rencontre avec celle qui modélise l'impact du changement climatique…
Avec : Céline Guivarch Modération : Raphaël Granier de Cassagnac
autres livres classés : steampunkVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus




Quiz Voir plus

Le temps de la SF

D'un chapitre à l'autre, l'Empire romain traverse les époques, jusqu'à l'ère contemporaine. Dans cette histoire alternative, l'Empire romain n'est pas détruit au Ve siècle et continue à asseoir sa puissance et à étendre ses frontières jusqu'en 1970.

Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick
Roma Æterna de Robert Silverberg
La Machine à explorer le temps de H. G. Wells
Replay de Ken Grimwood
Rêve de fer de Norman Spinrad
La Patrouille du temps de Poul Anderson
La Fin de l'Éternité d'Isaac Asimov
Les Voies d'Anubis de Tim Powers
Sans parler du chien de Connie Willis
Une porte sur l'été de Robert A. Heinlein

10 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : temps qui passe , temps , uchronie , science-fiction , voyage dans le temps , steampunk , paradoxe temporel , sfffCréer un quiz sur ce livre