AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757865137
Éditeur : Points (13/04/2017)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Considéré comme le dernier des grands explorateurs victoriens, Perey Harrison Fawcett était de ceux qui s'aventuraient dans des contrées inconnues avec pour seules armes une machette, une boussole et une ferveur quasi mystique. Ce colonel passionné d'aventures avait déjà acquis de son vivant l'étoffe d'un héros : ses expéditions légendaires, suivies par une presse avide d'exploits, fascinaient le monde entier. Lorsqu'il engage en 1925 une expédition au cœur de l'Ama... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  10 avril 2017
J'ai dévoré ce livre qui est un mélange entre un récit de voyage moderne, un condensé d'explorations scientifiques datant du siècle dernier, la biographie d'un homme extraordinaire : le Colonel Fawcett et une enquête minutieuse et palpitante pour découvrir ce qu'il est réellement arrivé à cet explorateur chevronné porté disparu en Amazonie en 1925.
Cet homme obsédé par les explorations et le dépassement de soi a inspiré Conan Doyle dans son roman "Le monde perdu" et plus tard il a également été la source d'inspiration du personnage d'Indiana Jones.
Dans la foulée, l'auteur nous raconte l'histoire d'une cité mythique qui serait située au coeur de l'Amazonie et pour laquelle des centaines d'hommes, dont Fawcett, auraient risqué leur vie : la cité de Z.
Cet ouvrage est passionnant de bout en bout, que l'auteur nous raconte sa propre obsession pour cette cité ou celle de nombreux explorateurs avant lui.
David Grann a fait un travail de recherche fabuleux à partir de documents anciens issus de la Société Royale de Géographie de Londres, il a compilé des centaines de lettres que Fawcett a écrit à sa famille, à ses amis, à ses partenaires, il a réuni des documents inédits d'un intérêt indéniable.
Ne se contentant pas d'un travail documentaire, l'auteur s'est lui-même rendu sur les lieux mêmes de la disparition de Fawcett, il nous raconte ses préparatifs et son voyage en Amazonie sur les traces tant de Fawcett que de la mystérieuse cité de Z.
Ce récit est extrêmement vivant et actuel, la somme phénoménale des documents retrouvés apportant un éclairage nouveau sur la vie d'un homme hors du commun.
Le livre se lit comme une enquête haletante parsemée d'indices, le lecteur est pris dans une spirale où il a autant envie de découvrir ce qu'il est advenu de cet explorateur que de savoir si la fameuse cité de Z existe bel et bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
dourvach
  10 septembre 2017
Quel livre merveilleux aux dignes allures de "Chasse au trésor" dans ce royaume terrifiant de nos pires cauchemars botaniques, zoologiques et microbiologiques...
Allons-y donc pour cette nouvelle [*] critique babélienne de "The Lost City of Z" (2009) de David GRANN, heureux journaliste érudit du "New Yorker" - ouvrage documentaire et presque encyclopédique (25 chapitres et une dense bibliographie) traduit en français dès 2010 [éd. Robert Laffont puis éd. de poche coll. "Points" Seuil, 2017 - prix : 7,95 euros].
On connait l'un des développements récents de ce récit : il forme la très riche matière narrative du 6ème film "The Lost City of Z" [2017] du réalisateur new-yorkais James GRAY, ce merveilleux artiste perfectionniste qui réalisa successivement "Little Odessa"[1994], "The Yards"[2000], "We own the Night"[2007], "Two lovers"[2008] et "The Immigrant"[2013]...
On voit que les foules ne semblent guère se bousculer en France pour offrir à cet ouvrage un succès mérité... Dommage, une fois de plus !
Le mystère, c'est bien sûr la personnalité de "Percy" (Percival) Harrison Fawcett qui suivit son intuition et ses rêves de gamin jusqu'au drame ("romantique", seulement vu de l'extérieur) que fut sa disparition dans la jungle amazonienne, son fils aîné et le copain de lycée de ce dernier étant les deux autres sacrifiés de son rêve fou : retrouver une civilisation disparue sous les frondaisons vertes, Cité mythique que Fawcett dénomma du nom de code de "Z".
Un ouvrage passionnant de bout en bout, qui n'épargne aucun détail médical "éclairant"... On constate que l'auteur paye de sa personne pour se rendre lui aussi sur les lieux où fut aperçu pour la dernière fois l'explorateur mandaté par la Royal Geographic Society (créée en 1830 à London, of course !).
Grann s'équipa donc hardiment (dans une sorte de "Vieux Campeur" new-yorkais, de la taille d'un entrepôt industriel : un chapitre plein d'un humour poétique surréaliste façon Prévert & Breton) pour connaître lui aussi "de visu" le fameux "Camp du Cheval Mort" dans l'enfer vert de la zône frontalière entre Brésil, Pérou et Bolivie...
Gray montre dans les derniers plans de son film éponyme le drame intérieur vécu par Nina, l'épouse de Fawcett qui attendit leur retour depuis cette fatidique année 1925 et s'étiola...
Grann, lui, passe pudiquement sur l'effarement de sa propre épouse lorsqu'il lui fait part de son projet d' "excursion" au royaume des chauves-souris vampires, piranas, piums, anacondas et autres charmantes bestioles ...
Tout est fouillé, précis, passionnant, jusqu'aux récits des conquistadores relus par Grann (on retrouve le fameux moine" Gaspar de Carvajal" qui fut l'un des personnages-clés de "Aguirre la colère de Dieu" de Werner Herzog [1972] et bien sûr ce fou abruti d' "Aguirre" qui finit heureusement trucidé par ses compagnons de radeau sur un bras de l'Amazone aux eaux immobiles...).
L'oeuvre d'un grand professionnel du journalisme qui offrit plusieurs années de sa vie à ce rêve fou : ressusciter l'obsession d'un autre rêveur fou (impitoyable avec soi comme avec tous ses compagnons de galère : Cf. l'épisode James Murray...), disparu 80 ans plus tôt...
"Z" existe-t-elle ? On rêvera encore comme Fawcett à ses colonnes de pierre, ses fragments de poteries... Ni Grann, ni Gray - également honnêtes et fascinés - ne peuvent ni n'ont réellement envie de nous répondre...
&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&
[*] Gloire à l'impact du film de James Gray ! Puisqu'en huit années d'existence de la traduction française du livre [en 2010], on trouvait sur "Babelio" seulement 7 critiques de l'ouvrage (au 10/09/2017) mais depuis la "divine" sortie de son adaptation cinématographique, 7 nouvelles critiques s'y sont ajoutées en une seule année, soit 14 à ce jour [actualisation de notre critique faite ce 15/08/2018].
Lien : http://fleuvlitterature.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Folfaerie
  11 mai 2010
Voilà un livre qui m'a réellement passionnée. J'avoue que je me suis réjouie de faire ce voyage en Amazonie, confortablement installée dans mon fauteuil... Que nous sommes loin des descriptions romantiques des voyages d'exploration que je lisais dans les romans de Conan Doyle, Haggard ou Rice Burroughs !

Le journaliste américain, David Grann, a décidé de tenter d'élucider le mystère de la disparition d'un fameux explorateur anglais, star à son époque, et qui ne revint jamais de sa quête dans la forêt amazonienne.
Depuis des années, Percy Harrison Fawcett était obsédé par l'idée de trouver les traces d'une antique cité, baptisée cité Z, perdue au coeur de la jungle d'Amazonie. Il y consacra l'essentiel de sa vie, partant avec des expéditions différentes, se basant sur des témoignages anciens, des manuscrits.
Il partait pour de longs mois, et nul ne savait jamais s'il reviendrait de ses dangereuses expéditions. Longtemps, la chance l'accompagna. Même s'il endurait la faim, il semblait d'une étonnante résisitance et était peu sensible aux maladies tropicales. Son passé militaire et cette santé de fer faisaient de Fawcett un homme plutôt dur, intolérant et sourd aux faiblesses d'autrui. Ses compagnons se divisaient en deux catégories : on l'admirait ou on le détestait !
Malgré la charge d'une famille, Fawcett avait constamment la bougeotte, et vivait dans l'unique but de faire une découverte extraordinaire.
Soutenu par la société royale de géographie, cet amateur enthousiaste et rigoureux fit de nombreuses découvertes cartographiques qui lui valurent le respect et l'admiration. Mais son obsession pour Z finit par occulter tout le reste...

Pour peu que l'on soit familier avec les oeuvres citées plus haut, on imagine sans peine la figure héroïque de Percy Fawcett, coiffé de son Stetson, fier et inébranlable, un Indiana Jones de l'ère victorienne. le voici se frayant un chemin dans la jungle à coups de machette, bravant toutes sortes de dangers pour trouver enfin les ruines d'une cité grandiose... Quel homme n'a jamais été tenté de retrouver les traces de l'El Dorado ?
Oui mais voilà, l'exploration à la fin du XIXème et au début du XXème n'a rien de romantique. Les forêts sont denses et impénétrables, le gibier s'y fait rare alors que les insectes sont légion. Les malheureux explorateurs se font piquer, sucer le sang, attaquer par des myriades d'insectes qui véhiculent des maladies plus horribles les unes que les autres. La faim est terrible et rend fou. Ceux qui parviennent à garder leur raison et qui ont la chance de tenir sur leurs jambes doivent encore compter avec les tribus hostiles qui attendent les blancs de pied ferme : une fléchette empoisonnée et terminée l'aventure !
Il faut dire qu'on les comprend : l'histoire des indigènes d'Amérique du sud se résume à une succession de massacres, de spoliations, on les réduit en esclavage, on leur transmet des maladies... bref, une horreur qui a débuté avec l'arrivée des Conquistadors et qui a perduré jusqu'à l'époque de Fawcett (et encore aujourd'hui d'ailleurs).
Mais cet homme particulièrement dur et volontaire avait deux immenses qualités : il était bon avec les animaux et comprenait et respectait les tribus Amérindiennes. C'était loin d'être le cas pour tous les autres...

Par ailleurs, j'ai également apprécié le regard porté aujourd'hui par le journaliste qui a été irrésistiblement attiré par cette extraordinaire épopée. de la date de la disparition de Fawcett, 1925, à aujourd'hui, un grand nombre d'aventuriers, de scientifiques et d'explorateurs se sont lancés à sa recherche pour le retrouver. Certains ont disparus, avalés par la forêt, les autres sont revenus bredouilles et en piteux état. Et au fil des années, on voit l'Amazonie changer inexorablement. Elle finit par perdre une grande partie de son mystère, à certains endroits la forêt n'existe plus, c'est tout un monde qui disparaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Pois0n
  05 février 2018
The Lost City of Z est un de ces bouquins qui marquent. Pourtant, au premier abord, il n'est pas très engageant. le premier chapitre commence presque à la fin de l'histoire, au moment du départ de Percy Fawcett pour sa dernière expédition. Puis l'on passe à un chapitre sur une autre expédition en 1996, où l'on apprend d'emblée comment les choses se sont terminées : ni l'explorateur, ni aucun de ses compagnons n'ont jamais reparu, donnant lieu à une quête sans fin pour savoir ce qu'il leur est arrivé... et si, oui ou non, la cité perdue qui obsédait Fawcett a existé. Mais, là encore, le récit tourne court, et l'on se retrouve à lire le début des recherches de l'auteur, en 2005.
Autant dire que lorsque l'on s'attend à lire une chasse au trésor historique, on ne peut qu'être dérouté par ce début décousu. le roman gardera cette structure tout du long, alternant entre la biographie pure et l'avancement des recherches de David Grann en parallèle. Au final, ce parti pris est probablement le meilleur possible, l'enquête apportant des pauses bienvenues et toujours bien placées entre les grandes parties du récit. Il fallait assurément un certain talent pour rendre à la fois cohérentes et digestes 400 pages de descriptions historiques pointues. Sous la plume de David Grann, la leçon d'histoire, loin d'être rébarbative, s'avère d'abord immersive, puis simplement prenante et ce, bien que l'on connaisse d'avance la fin de l'histoire. Paysages grandioses, moiteur de la jungle, grandeur et décadence des civilisations se succèdent avec fluidité. le dépaysement est total. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le mode de fonctionnement de la Société royale de géographie, sur les conditions de survie éprouvantes dans la jungle (y compris dans les détails les moins ragoûtants), sur les courants de pensée scientifiques du début du 20e siècle ; grâce à un épluchage minutieux de documents d'époque. En ce qui concerne les dialogues, tout ce que l'on lit ici est authentique, issu des correspondances que l'auteur a consultées. Pas une seule page du livre n'est dépourvue de références en bas de page, témoignant du travail de titan, de fourmi, qu'a nécessité sa rédaction. Et si ça ne suffit pas, la très imposante bibliographie donnée en fin d'ouvrage achève de convaincre. Ce travail d'enquête fait partie intégrante du livre, haletant même parfois cocasse (quand un mec qui ne fait jamais de sport se pointe dans un magasin spécialisé en vue de partir dans la jungle en mode yolo total, ça vaut le détour). Petit à petit, David Grann cesse d'être un simple journaliste, puis un simple biographe, pour en venir à lui aussi « choper le virus » et se lancer à corps perdu dans la recherche de Fawcett et de Z. Et le lecteur se fait embarquer avec lui. Entre passé et présent, les récits s'entremêlent, les chemins se superposent, Grann marche dans les pas de Fawcett, dans l'espoir de comprendre ce qu'il lui est arrivé. Pense-t-il vraiment pouvoir réussir là où tant d'autres avant lui ont échoué ? Probablement pas. Il cherche, c'est tout, et verra bien où ça le mène.
The Lost City of Z n'est donc pas un roman d'aventures. Pas seulement une biographie. Il est aussi et surtout une ode à la poursuite d'un but, au désir de trouver des réponses ; l'élan même qui a animé les explorateurs de la Société royale de géographie prêts à risquer leur vie dans les contrées les plus inhospitalières, Fawcett dans sa quête de Z, les dizaines de personnes s'étant lancées à la recherche de son expédition, David Grann inclus, ou même Nina, tournée vers le spiritisme en désespoir de cause.
Ne vous laissez pas berner par son début pas franchement passionnant, The Lost City of Z, plongée dans les méandres de la curiosité humaine, est une très belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
soukee
  15 mai 2010

Êtes-vous prêts à plonger en plein coeur de l'Amazonie et vivre au rythme des expéditions de Fawcett ? Ce documentaire est absolument incroyable ! Moi qui aimais bien les aventures d'Indiana Jones, aussi bien pour leur aspect archéologique (bien que fictif) que pour le côté périlleux de l'exploration, j'étais à dix mille lieues de penser à tout ce qu'impliquait une expédition dans des contrées inconnues.
Le côté hostile de la nature ne m'avait bien sûr pas échappé, même si j'étais loin de me douter du nombre de dangers qui guettaient un explorateur, notamment avec les insectes (entre les asticots qui grandissent sous la peau, les tiques qui font infecter les plaies, les nuées de moustiques qui piquent chaque centimètre carré de peau qui dépasse...), la forêt elle-même (les marécages plein de piranhas mais aussi de poissons tout petits qui s'insèrent dans les orifices corporels et s'accrochent à la peau en vidant l'organisme de son sang....) ou encore les peuplades qui vivent reculées dans la forêt et regardent arriver avec méfiance des explorateurs.
David Grann emmène le lecteur entre le passé et le présent, relatant avec beaucoup de précision l'étendue des recherches menées au début du XXe par divers explorateurs, dont Fawcett. le récit des expéditions du célèbre explorateur, très détaillé grâce aux multiples références que l'auteur a pu glaner au fil de ses recherches, permet au lecteur de s'immerger complétement dans le projet fou de découvrir cette mystérieuse cité. le lecteur n'attend qu'une seule chose : savoir si oui ou non Fawcett avait raison de croire en l'existence de vestiges d'une civilisation en plein coeur de l'Amazonie, et si David Grann, qui s'enfonce lui même dans cette forêt hostile près de quatre-vingts ans après, en trouvera la trace.
Je n'ai pas pu lâcher ce livre, encore une fois, passionnée par le récit de la vie de cet homme à la volonté hors du commun et par l'engouement qu'il a su faire susciter à son égard au fil des années. David Grann a réalisé ici un travail de recherche considérable et nous donne à lire un récit extrêmement documenté, tant historiquement que scientifiquement. A lire pour en savoir plus sur cet explorateur génial autant que monomaniaque, mais aussi en apprendre un peu plus sur l'histoire de la cartographie d'une partie de l'Amérique latine et les progrès techniques de cette époque.
Lien : http://bouquinbourg.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Blandine54Blandine54   15 avril 2017
En outre, la banquise et la jungle amazonienne ne requièrent pas nécessairement les mêmes compétences d'explorateur. De fait, elles sont, à bien des égards, totalement opposées. L'explorateur polaire endure des températures allant jusqu'à moins soixante-dix degrés et vit sans fin les mêmes terreurs : terreur des engelures, terreur de la glace qui cède, terreur du scorbut. Il ne voit que neige et glace, neige et glace - une implacable désolation. L'horreur psychologique ? Savoir que ce paysage ne changera jamais. Le défi ? Supporter, comme un prisonnier à l'isolement, la privation sensorielle. En revanche, les sens de l'explorateur amazonien, immergé dans son chaudron de chaleur, sont sans cesse assaillis. Au lieu de la glace, il y a la pluie, et partout un nouveau danger : un moustique porteur de paludisme, un serpent, une araignée, un piranha... ou une lance. L'esprit vit la terreur d'un état de siège permanent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pois0nPois0n   04 février 2018
En effet, si les Echocas semblent démunis face aux maladies d'importation européenne, telle la rougeole (sans doute, d'après l'explorateur, l'une des raisons pour lesquelles ils ont encore une population limitée), ils disposent en revanche de toute une panoplie d'herbes médicinales et de traitements peu orthodoxes pour se prémunir contre les agressions quotidiennes de la jungle. Ils sont même passés maîtres dans l'art d'éliminer les asticots qui torturèrent Murray. « Les Echocas faisaient, avec la langue, un curieux petit bruit de sifflet et, aussitôt, la tête de la larve émergeait du bouton, écrit Fawcett. L'Indien pressait alors rapidement la plaie et l'intrus était éjecté. » Il ajoute : « J'ai fait des bruits de succion, j'ai sifflé, j'ai protesté et même joué de la flûte à mes asticots, sans obtenir aucun résultat. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Blandine54Blandine54   12 avril 2017
[...] en dépit de toute sa faune et sa flore, l'Amazonie est ennemie de la vie humaine. Les pluies, les inondations, les assauts du soleil vident le sol de ses nutriments vitaux et rendent impossible une agriculture à grande échelle. Pour Betty Meggers comme pour d'autres scientifiques, dans un environnement aussi inhospitalier, seules ont pu survivre de petites tribus nomades. La terre est si peu nourricière, dit-elle, que même lorsque ces dernières réussissaient à maîtriser l'attrition naturelle due à la faim ou aux maladies, il leur fallait encore trouver des "substituts culturels" pour contrôler leur population - notamment tuer les leurs. En effet, certains Indiens commettaient des infanticides, abandonnaient leurs malades dans la jungle, se livraient à des guerres ou à de sanglantes vendettas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
grisettegrisette   08 juillet 2010
Le Continent perdu m'avait renseigné sur cette créature qui a l'apparence d'un cure-dent presque translucide. Plus redouté que le piranha, le candiru compte parmi les rares bestioles du monde à se nourrir exclusivement de sang. On l'appelle aussi 'poisson vampire du Brésil'. D'ordinaire, il se loge dans les branchies d'un autre poisson et lui suce le sang, mais il ne dédaigne pas non plus les orifices humains : vagins (..)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Blandine54Blandine54   12 avril 2017
La Société est au service de l'Empire britannique, toutefois sa mission tranche sur celle que s'assignaient les conquistadors du temps des grandes découvertes, tel Christophe Colomb : eux entreprenaient leurs expéditions au nom de Dieu, de l'or et de la gloire. La société royale de géographie, elle, explore par amour de l'exploration - et au nom d'un tout nouveau dieu : la Science.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de David Grann (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Grann
Animation réalisée par l'Agence à l'occasion de la publication de «La note américaine» de David Grann publié aux Éditions Globe.
autres livres classés : amazonieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
592 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .