AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782354883430
244 pages
Éditeur : Gulf Stream Editeur (03/10/2016)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Abandonnée par Wilfried au coeur des Highlands, Aurore est revenue infirme d'Ecosse. Elle se reconstruit difficilement. Résolue à ne plus jamais entendre parler de lui, une suite de révélations la pousse pourtant à retrouver sa piste. Elle s'aperçoit peu à peu qu'elle s'est trompée sur son compte.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  11 décembre 2016
Aurore, vingt ans, est tombée amoureuse du beau Wilfred, un comédien qui peine à trouver des rôles et se retrouve souvent dans la dèche. Nombreux sont les copains à qui il doit de l'argent. D'ailleurs il vient rapidement s'installer chez Aurore et vit à ses crochets. C'est elle qui va financer leurs vacances d'été en Ecosse - un séjour qui semble sonner le glas de leur histoire. La jeune femme rentrera en France seule et blessée - moralement et physiquement.
J'ai apprécié la première partie qui présente les étapes de reconstruction après le drame et l'accident, le courage et l'orgueil d'Aurore - à la fois freins et moteurs de sa guérison. L'auteur écrit très bien, le style recherché laisse supposer que ce roman s'adresse à de grands adolescents. Mais lorsque l'histoire prend des allures de thriller, l'intrigue m'a semblé aussi tordue et invraisemblable qu'un livre d'aventure formaté pour enfants.
Quant au dénouement, il est encore plus abracadabrant...
Merci à Babelio et aux éditions Gulf Stream.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
► PS à propos de l'éditeur : en mai 2016, un auteur jeunesse est condamné au tribunal correctionnel pour pédopornographie. En conséquence, Gulf Stream, maison éditrice de quatre de ses romans, « décide de suspendre la commercialisation de ses livres. »
Aussi, je trouve malvenue la publicité pour son dernier roman en fin d'ouvrage, après le texte de 'La boiteuse'.
Problème de date d'impression ? Présomption d'innocence ? Business avant tout ? 😒
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Pinklychee
  02 janvier 2017
Quand j'ai commencé ce livre, je ne savais pas trop où je mettais les pieds. le début m'a laissée perplexe, au milieu de ce couple qui n'en est plus un, et qui même n'en a jamais vraiment été un à mes yeux.
Nous suivons donc Aurore et Wilfred dans leur voyage au coeur des Highlands. Nous avons droit à quelques flashbacks qui nous permettent d'assister à leur rencontre et aux débuts de leur idylle.
Elle est étudiante et lui comédien. On assiste au début de leur histoire, à leur installation ensemble, pourtant dès le début j'ai senti que quelque chose clochait. Aurore m'a semblé bien naïve, j'ai eu plusieurs fois envie de la secouer, de lui dire "hého regarde un peu autour de toi, tu vois pas que ton Wilfred il te prend pour une conne?" parce que bon, le Wilfred, il a pas l'air très attaché à elle quand même.
Il s'installe avec elle par commodité, hop plus de loyer à payer, plus d'ennuis, pas besoin de trouver un pote chez qui loger, tout bénéf'! Aurore prend tout à charge, elle se tait, trop heureuse d'avoir quelqu'un, sans voir que le type profite d'elle et abuse de sa gentillesse. Bref, un vrai parasite quoi!
Puis le voilà qui lance cette idée de voyage en Ecosse et Aurore accepte, toute heureuse. Si au début tout va bien, très vite Wilfred devient taciturne, il ne parle plus à sa compagne, prend des appels téléphoniques dans son dos, et Aurore en vient à maudire ce voyage qui devient un vrai calvaire. Elle comprend que ce séjour sonne le glas de leur histoire et décide du coup de reprendre l'avion plus tôt.
Mais voilà qu'au beau milieu de la lande, elle chute et se brise la cheville. Elle pousse un Wilfred totalement paniqué à aller chercher du secours, sauf que le temps passe et qu'il ne revient pas.
Retrouvée par hasard par un couple de randonneurs allemands, c'est à eux qu'Aurore doit sa survie. Revenue de ce voyage handicapée, elle décide de tourner définitivement le dos à cette histoire et ne veut plus entendre parler de Wilfred.
Très honnêtement, je ne peux que comprendre l'envie d'Aurore de tourner la page: leur histoire était franchement bancale et même un poil toxique! Sauf que, bien sûr, cela ne va pas se passer comme prévu, puisque malgré ses efforts le mystère Wilfred continue de la hanter.
Il a en effet disparu et à force même elle trouve cela inquiétant. N'ayant pas vraiment le choix, elle se retrouve à remonter sa piste, et ce qu'elle va découvrir va un peu la forcer à changer d'opinion sur son ancien compagnon.
Au fond, ce livre est construit un peu comme un jeu de miroirs. Nous n'avons que le point de vue d'Aurore, puisque c'est elle la narratrice. du coup, comme elle, on se retrouve à détester Wilfred pour ses absences, ses silences, et son comportement égoïste.
Sauf que voilà, les apparences sont trompeuses, comme elle va l'apprendre à ses dépens. Wilfred n'est pas forcément le salaud qu'on pourrait croire, et plein de petites choses mises bout à bout vont forcer Aurore à enquêter sur la disparition inquiétante de Wilfred, mais aussi sur ce qu'il s'est passé sur la lande.
Aurore va aller de surprise en surprise, et ce jeu de piste pour retrouver Wilfred va lui permettre de grandir et même à la fin de s'en retrouver métamorphosée.
Car la jeune fille ne va pas bien: à son retour de la lande, elle se renferme sur elle-même, s'apitoie sur son sort, elle se montre désagréable et même méchante avec ses proches. Son handicap l'a considérablement aigrie, elle refuse de sortir, se sent la cible des regards, bref elle vit mal la situation, et même si je ne peux que la comprendre, pour autant je ne cautionne pas son comportement.
Aurore en veut à la terre entière à cause de ce qui s'est passé en Ecosse, de sa cheville brisée, et même je pense de son abandon par Wilfred. Sauf qu'elle a un peu tendance à oublier que ses proches et ses amis ne sont pas responsables de son malheur. Oui Aurore a souffert, oui elle est fragile, je comprends cette souffrance, mais au point de se venger sur les autres, je dis non.
Elle en vient à en vouloir aux gens de s'apitoyer sur leurs malheurs et de les lui raconter, alors qu'elle a tellement plus souffert qu'eux! Comment peuvent-ils comparer leurs petits maux à sa cheville irrémédiablement brisée?
C'est une chose que je ne supporte pas (mais n'ayant jamais été dans ce genre de situation, qui sait comment je réagirais moi aussi?): les gens qui s'imaginent que les souffrances des autres n'ont pas d'importance en regard des leurs. Cette Aurore-là, égoïste et renfermée, m'a profondément déplu. le pire, c'est qu'elle en est consciente, mais qu'elle n'arrive pas se sortir de cette spirale infernale.
Notre héroïne passe donc par plusieurs stades et peu à peu elle va se reconstruire, s'ouvrir de nouveau aux autres et arrêter d'en vouloir à la terre entière. Elle va s'apercevoir qu'elle ne se définit pas que par son handicap, et que malgré celui-ci elle peut attirer l'attention des hommes et même retrouver une certaine indépendance, notamment dans l'eau. Mais le chemin est long, et pour pardonner il lui faudra faire face à de douloureux souvenirs.
Pour moi, le petit bémol de cette histoire c'est sa fin. Je l'ai trouvée un peu précipitée, et il est dommage qu'Aurore ne soit que passive. Je m'explique: elle apprend toute la vérité au sujet de Wilfred par l'intermédiaire d'un autre personnage, quand pour ma part, j'aurais préféré une conversation face à face.
Dommage également que le personnage du père ne soit pas plus étoffé, que sa déviance nous soit une fois encore raconté par un autre, j'aurais tant aimé que ce trait de caractère s'affiche au vu de tous!
Mais là encore, il s'agit d'apparences qu'il faut à tout prix sauvegarder, même si pour cela il faut sacrifier le bonheur des autres.
Autre bémol, le côté thriller, que j'ai eu du mal à ressentir. J'ai plus eu l'impression de lire une tranche de vie, l'histoire d'une jeune fille un peu perdue qui se reconstruit peu peu après avoir vécu un drame. L'action arrive tardivement et j'ai eu du mal à adhérer à l'idée de vengeance collective.
Mis à part ces deux petits points négatifs, La boiteuse d'est révélé être un roman assez addictif, je l'ai souvent reposé puisque je l'ai lu en plein pendant les fêtes, mais l'envie d'y revenir était souvent très forte elle aussi. L'auteur a su m'emmener dans son univers, j'ai passé un très bon moment et c'est tout ce que je demandais.
Lien : http://pinklychee-millepages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livresquement
  22 novembre 2016
Je remercie Babelio et aux éditions Gulf Stream pour cet envoi.
La Boiteuse est un roman très surprenant qui met en scène Aurore qui, lors d'un voyage en Ecosse avec son copain Wilfred, tombe et se blesse gravement. Et, Wilfred, au lieu d'aller chercher des secours, l'abandonne là. de retour en France, brisée, Aurore va tenter de se reconstruire malgré sa nouvelle infirmité. C'est un livre qui se passe en deux temps; le premier temps consiste à suivre Aurore dans cette nouvelle vie où elle doit réapprendre à marcher, à s'amuser, à aimer… Car, en plus d'être à présent boiteuse, Aurore a le coeur brisé de l'abandon de Wilfred. Cette première partie est davantage introspective, on s'intéresse aux sentiments de la jeune fille et, par flash-backs, à son passé avec Wilfred.
Dans un second temps, l'histoire prend la forme d'un thriller, Aurore cherchant à savoir ce qu'il est advenu de Wilfred, lui qui a disparu depuis leur voyage en Ecosse. Même si j'ai aimé le côté thriller, je n'ai pas complètement été convaincue par la fin. Bien qu'elle apporte toutes les réponses aux questions du lecteur, je l'ai trouvée trop rapide et impersonnelle.
Si je disais que le livre est surprenant, c'est parce qu'il a un ton particulier, une certaine poésie se dégageant de la tristesse d'Aurore. L'écriture de Françoise Grad m'a également semblé singulière (pour ce type de roman du moins) et je trouve qu'elle donne beaucoup de charme à l'histoire. Il faut dire qu'il y a assez peu de dialogues et beaucoup de descriptions de lieux ou des sentiments d'Aurore.
Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est justement l'atmosphère qui se dégage de ce livre. Une partie de l'intrigue se passe en Ecosse, où les descriptions des lieux sont à la fois fascinantes et inquiétantes. Ce lieu, qu'on imagine empreint de mystères, accentue également l'isolement des personnages, l'endroit semblant si désert et la nature si présente.
Le personnage d'Aurore est très intéressant de par son évolution, qui au centre de la première partie, comme je le disais. D'abord bouleversée, elle passe ensuite par plein d'émotions (colère contre Wilfred de l'avoir abandonnée, lassitude de voir ses amis s'éloigner d'elle…). Même si je ne me suis pas particulièrement attachée à elle, j'ai trouvé qu'elle gérait les choses avec beaucoup de maturité. Wilfred, lui, est absolument antipathique et on a bien de la peine à comprendre comment Aurore a pu tomber amoureuse de lui. En revanche, j'ai adoré l'un des personnages secondaires, Martin, qui est d'une gentillesse incroyable.
En conclusion : Un livre à l'atmosphère étrange qui m'a plu, en partie grâce au décor et à l'écriture de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
soso3591
  11 décembre 2016
Mon avis: J'ai découvert ce roman dans ma box livresque du mois d'octobre. Un roman plutôt sympa, mais avec une fin qui ne m'a pas enchantée...
La boiteuse, surnom qu'Aurore s'est donné après son accident en Ecosse. Après une chute vertigineuse dans un fossé, Aurore est délaissée par son copain avec qui elle était partie. Gravement blessée la jeune femme pense que sa dernière heure est arrivée. Un couple la retrouve et lui sauve la vie. de retour seule en France atteinte physiquement et psychologiquement, Aurore ne sera plus la même. Comment son copain avec qui elle a passé de bons moments en France a pu lui faire une chose pareil? Pourquoi Wilfried, s'est volatilisé dans la nature sans un mot?
Aurore sent que quelque chose ne va pas. Malgré une certaine distance qui s'est installée entre les amoureux pendant leur vacances en Ecosse, elle pense que le jeune homme lui cache des choses. Aurore ressasse dans sa tête tous les événements survenus depuis qu'elle connait Wielfried. Après avoir retrouvé une lettre et des indices laissés par Wilfried dans son appartement la jeune femme se fait suivre. Persécuter par un jeune homme qui veut lui aussi retrouver Wilfried, la jeune femme a peur et tente de fuir le danger. Avec l'aide d'un ami, Aurore retournera en Ecosse. Ce qu'elle découvrira là bas la laissera sans voix...
J'ai beaucoup apprécié l'histoire. On vit les choses en même temps que l'héroïne. Plus on avance dans la lecture plus on a hâte de connaitre le fin de mot de l'histoire. Dans ce roman il n'y a pas de temps mort, le suspense m'a tenu en haleine! Aurore est une jeune femme entière et courageuse. On a envie de rentrer dans l'histoire pour lui venir en aide. Wilfried est peu présent dans le récit mais on sent très vite que quelque chose ne va pas.
Bien que j'ai aimé la trame de l'histoire, la fin a été décevante.. Quand on arrive à la conclusion finale les choses se précipitent et on a pas le temps de dire ouf que le livre est déjà fini... Les explications sont là mais je ne pensais pas lire une fin aussi brutale, je ne m'y attendais pas du tout...
En bref: Je ne connaissais pas cet auteur. J'ai bien aimé sa plume et son style. Une belle histoire, on ne s'ennuie pas. Une fin assez brutale et rapide. En lisant ce livre je me suis imaginée la fin.. et je dois dire que cette fin proposée par l'auteur ne m'a pas convaincue... Je n'en dis pas plus sinon il n'y aura plus de surprises pour vous ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nenvyal
  31 décembre 2016
Merci à Babelio et aux éditions Gulf Stream de m'avoir permis de donner mon avis ! =D
En lisant le résumé, je ne pensais pas que l'histoire du roman allait prendre ce genre de chemin. Je n'imaginais absolument pas ça. Je suis un peu divisée, le début est un peu long avec une Aurore psychologiquement « détruite » mais après ça devient plus intéressant (quand Aurore énerve plus en fait =P)
Aurore part avec son ami, Wilfred en Ecosse. Sauf que le voyage de rêve vire au cauchemar, Wilfred a abandonné Aurore infirme… Pourquoi a-t-il fait ça ? Tout en voyant une Aurore évoluer au fil des pages, nous allons découvrir petit à petit la personnalité de Wilfred et le pourquoi du comment il en est arrivé là. ;)
Il est un peu long à démarrer. C'est intéressant de voir Aurore avant son accident. C'est une jeune femme insouciante vivant dans une bulle sans pour autant oublier le monde alentour. Elle aime bien son cocoon et son enfance ne l'a pas vraiment aidé. =/
Le roman est coupé en plusieurs parties. Ça monte en crescendo à chaque partie car nous apprenons un peu plus ce qu'il s'est passé avant, pendant et après. Je me répète mais c'était vraiment long et un peu barbant car les états d'âmes d'Aurore m'énervaient un peu. Elle est dans le déni, naïve, mais elle a surtout peur d'être seule. Tout le long elle va se réveiller et voir que finalement être curieux ça peut être bien. =P Elle se laisse guider, ce qui n'est pas mal en soi mais chez elle y a un truc qui cloche. =P
Wilfred, c'est Wilfred. Qu'est-ce qu'il a ? Qu'est-ce qu'il cache ?
Sans imaginer ça comme roman, j'ai pris de plus en plus plaisir à le lire. Je voulais découvrir la vérité, passer un grand cap, je n'arrêtais pas de tourner les pages. Aurore m'a vraiment cassée les pieds, après son accident, elle est infâme, logique d'ailleurs, mais personne, PERSONNE ne la bouge. L'autrice a bien mis en avant son état psychologique, ses besoins, sa vie meurtrie et son « renouveau » (j'ai la Reine des Neiges en tête du coup-là, oops). Sa convalescence est dure et va avoir un coup de fouet à un moment donné. Aurore sera déterminée tout en ayant une peur bleue de découvrir la vérité sur Wilfred. Heureusement qu'un personnage est là. ;) Elle va faire une sorte de mise au point. =P Elle va se découvrir, prendre conscience de plus de choses également et essayer d'accepter d'autres éléments, événements. Elle m'a tapée sur le système quand elle est dans sa « phase » je me plains. Je ne dis pas que ce n'est pas bien, c'est génial d'ailleurs, mais j'aurais aimé rentrer dans le roman et la secouer comme pas possible. A la fin, elle serait morte du coup tellement je l'aurais secoué. =P
Il y a plusieurs personnages secondaires à des degrés différents, qui vont plus ou moins aider, dynamiser notre héroïne.
Parallèlement, nous lecteur nous avons de la chance, nous avons d'autres éléments mais on n'en veut encore. Après la phase « psychologiquement détruite, y en a marre de tout » de Aurore, ça devient de plus en plus intéressant dans l'histoire principale. On a notre lot de découverte et je suis restée super idiote à la fin. BÂTARD ! CONNARD ! Oops. Nous comprenons beaucoup mieux des choix, des comportements. Il y a des petits indices ici et là mais c'est vrai j'étais dans une phase « pas envie de lire » et une héroïne casse bonbon ne m'a pas aidé. =P
J'aime beaucoup le style de l'autrice, une écriture métaphorique, un brin poétique, imagé. Ca allégeait le récit quand Aurore était casse pied. Un peu mélancolique aussi je dirais, Aurore, pas l'écriture hein !
Y a un passage où on se dit que ça finit bêtement, remarquez même l'héroïne a compris ! =P En prime, j'ai mieux compris la couverture après ma lecture. =)

C'est un roman psychologique avec une héroïne brisée, fragile, casse bonbon. le roman est long a débuté mais une fois un cap passé, nous n'arrêtons pas de tourner les pages. On veut découvrir la vérité et savoir comment tout ce petit monde va s'en sortir sur tous les plans. ;)
Lien : http://de-fil-en-histoire.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Ricochet   06 janvier 2017
Un drôle de roman très bien écrit, mais aux ressorts à mon goût mal ajustés.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
letilleulletilleul   27 septembre 2016
Ma solitude a pris alors un tour radical, comme si j’étais la seule rescapée d’un cataclysme. C’est à ce moment-là que j’ai cessé de guetter les bruits, de fixer le chemin, c’est à ce moment-là que l’espoir d’un secours m’a quittée.
Il était neuf heures du soir, Wilfred ne viendrait plus. Je n’aurais pu dire pourquoi cette certitude se glissait en moi comme un serpent froid entre mes omoplates. Seulement que je savais que mon salut ne passerait plus par lui ; une évidence monstrueuse qui ne me révoltait même pas.
Wilfred ne viendrait plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ZilizZiliz   10 décembre 2016
J'ai remis au lendemain l'explication que nous n'aurions pas. Puis j'ai ployé sous une vague de désir tremblant qui m'a fermé les yeux.
Car mon désir pour Wilfred, contrairement à ceux que j'avais connus auparavant, était un désir poignant où se mêlaient l'appel de mon corps et un attendrissement mélancolique, plus puissant, plus voluptueux qu'aucun autre.
Plus tard, tandis qu'il plongeait à mes côtés dans un sommeil épais, je me suis collée contre son dos, humant l'odeur de foin de sa nuque, mes bras noués autour de sa taille, et ne souhaitant rien d'autre que sa présence auprès de moi.
Le monde avait retrouvé sa densité, sa bienveillance ; je ne voulais plus penser, seulement savourer la fin de la terrible peur que j'avais eue de le perdre.
(p. 55)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   13 décembre 2016
Dans sa main, il tenait l'ouvrage qu'il devait me prêter et ses longs doigts palpaient la couverture, s'introduisaient parmi les pages ou le claquaient sur sa cuisse. Tout en ne perdant pas un mot de ses explications, je suivais le jeu de ses doigts sur le livre, et ce jeu me troublait comme celui de doigts sur un corps ; leur agilité, leur autorité, leur grâce, les détachaient de sa personne pour devenir aussi autonomes qu'un être à part entière auquel j'aurais voulu être livrée moi-même.
(p. 44-45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   12 décembre 2016
Je ne m'attarderai pas sur les semaines que j'ai passées à mon retour [...] dans une maison de rééducation de la banlieue parisienne.
A vingt ans, j'y ai fait l'apprentissage des futures délices de la maison de retraite. Les pensionnaires de cet établissement, sans avoir pour autant tous les cheveux bancs, y traînaient soit leurs douleurs, soit leur tristesse, parfois même leur agressivité.
J'y ai vécu dans une banlieue non seulement de la capitale, mais aussi de la vie.
(p. 81)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
helenetarjahelenetarja   10 janvier 2017
J'ai baissé mes yeux sur ma cheville à laquelle je ne pensais plus. J'étais et je resterais la boiteuse. Mais le temps où je ne l'étais pas encore se brouillait maintenant dans ma mémoire, tout mêlé à une époque, sur le fond, plus triste que l'actuelle. J'avais aimé, intacte, un garçon incapable de m'aimer. Aujourd'hui j'étais aimée d'un garçon qui m'aimait telle que j'étais.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..