AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782752909893
112 pages
Éditeur : Phébus (13/02/2014)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 20 notes)
Résumé :
"Cette histoire m’a été contée mille fois. On la raconte dans tous les trains, dans toutes les gares, sur les quais de chaque port. Elle se propage par les routes d’Asie et les pistes d’Afrique, elle se murmure à la bougie dans les contrées sans électricité, elle court par les sentes des montagnes les plus reculées, elle se confie dans les paradis des cocotiers. Elle connaît autant de déclinaisons que de narrateurs. Elle a frappé les grands explorateurs comme les je... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Philbast
  14 septembre 2015
Ce petit livre de nouvelles de voyages est une découverte. Si la nouvelle est un genre un peu méprisé ou à tout le moins oublié dans la littérature française, elle semble ici particulièrement adaptée au récit de voyages.
Le voyage est d'abord une (ou plusieurs) rencontre(s).
Le paradoxe de cette (ou de ces) rencontre(s) est qu'elle ne peut être qu'éphémère pour le voyageur, qui doit repartir. Il en est ainsi de toutes les rencontres y compris, et peut être même surtout, de la rencontre amoureuse. L'amour est ici l'ennemi du voyageur car susceptible de l'interrompre dans sa course éperdue (le voyage pour le voyage ?).
Dans plusieurs des nouvelles, l'amour qui surprend (ou que paradoxalement) recherche un voyageur) est ainsi condamné dés le départ. Le livre sort par ailleurs sur ce thème du risque de machisme qui planait sur lui grâce à une belle voyageuse italienne qui montrera, à la surprise des voyageurs masculins, qu'elle partage la même analyse d'incompatibilité voyage/amour et en tirera les conséquences.
La nouvelle sur le retour est particulièrement glaçante. Le voyageur doit bien rentrer un jour puisque le voyage ne le mène nulle part et qu'il ne cherche à se fixer nulle part. Alors quand l'homme blanc, occidental, a épuisé toutes ses économies, qu'il a fait le tour du monde, il rentre au ralenti chez lui le coeur gros, mais il rentre.
Il en est de même dans une autre nouvelle où un voyageur qui a vécu dans une contrée reculée de l'Inde proche du paradis terrestre, ne peut finalement qu'en partir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BRIGITTEB
  07 février 2018
Je me suis plongée avec plaisir dans la lecture de ces nouvelles, livre qui m'a été offert par une amie voyageuse, et j'avais hâte de découvrir la vision de Cédric Gras sur le thème de l'amour du voyageur nomade. Certes, c'est un livre très agréable à lire, d'une belle écriture parfaitement maîtrisée, qui interroge sur le sens du voyage, autant que sur notre capacité d'aimer.
Finalement il y a deux grandes raisons qui poussent le voyageur à partir : le désir de la découverte et la fuite. Il y a certainement un mélange des deux chez chacun de nous, et c'est dommage que ces deux aspects d'une même chose ne soient pas plus développés. le thème de la fuite n'est abordé ici que d'une manière indirecte, nous privant du même coup d'une certaine émotion. Quel mal y aurait-il à faire preuve de sensibilité ?
J'en attendais un peu plus sur l'amour, celui qui fait vraiment battre le coeur, chavirer, de la passion parfois destructrice, et non de celui qui ne fait que passer, que l'on va « épuiser », comme le dit Cédric.
Pour lui, l'amour est un danger pour le voyageur, il ne fait pas partie de ses plans, c'est une perte de temps et, (pire), une entrave pour celui qui veut se consacrer à de plus "nobles" tâches ! J'ai été gênée parfois par une certaine misogynie : pour Cédric Gras, la femme n'est pas l'égale de l'homme, et l'intérêt exacerbée de cette dernière pour les boutiques de souvenirs et autres frivolités, l'empêche définitivement d'être une compagne de voyage. Entre autre. Bon ! C'est un point de vue, qui engage son auteur sur une pente un peu savonneuse…
Il n'en reste pas moins que ce livre est très agréable à lire, et donne envie de découvrir l'auteur, malgré ses défauts !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
July84
  31 août 2018
Lire ces nouvelles ont été une agréable récréation, c'est une écriture poétique où l'auteur allie humour et nostalgie en nous conduisant aux confins de la terre. C'est léger, sans prétention, parfois joliment enfantin, et on se plaît à parcourir toutes ces histoires toutes si mélancoliques.
D'ailleurs: est-ce la mélancolie qui pousse ces voyageurs à tailler la route où les voyages qui leur procurent cette mélancolie chère à leur coeur?
Je ne saurais dire, pour ce qui est du coeur, il s'emballe parfois, plus ou moins intensement, plus ou moins brièvement, on le laisse rêver aussi dans sa solitude de wanderer car il ne faut pas s'y tromper, la route est l'essence même de la vie de ces aventuriers.
Commenter  J’apprécie          10
CVolland
  10 septembre 2017
Cédric Gras nous ballade autour du monde avec des nouvelles très courtes ayant pour thème l'amour (impossible évidement) et ses différentes déclinaisons.
Après avoir pris du plaisir à lire ses récits de voyages, je me demandais se que cet auteur pouvait donner dans le domaine de la fiction. Et bien je n'ai pas été déçu. Une très belle écriture, pleine de poésies mais sans fioriture ni prétentions excessives. j'y ai trouvé un peu de Zweig dans le style, dans cette manière de poser le décor de l'histoire qui peu parfois êtres plus intéressante que l'histoire elle même.
Vu l'age de Cédric Gras, c'est un auteur à suivre et qui je l'espère nous réserveras de bonne surprise à l'avenir.
Commenter  J’apprécie          10
corally4
  09 janvier 2016
C'est quelques nouvelles- pas toujours de même consistance- nous font découvrir les voyages du narrateur ou autre globe-trotters, et les rencontres faites
Les voyages sont plus ou moins longs dans les pays traversés ; ils ne mènent nulle part.
Les rencontres faites sont fugaces, mais toujours très importantes car elles permettent de mieux appréhender le voyage, ou les autochtones.
Ces voyages sont une fuite du quotidien. Un jour, il faut rentrer, et c'est un moment très douloureux pour ces voyageurs ; l'autre ennemie, est l'amour rencontré. Jamais une aventure amoureuse ne pourra être menée jusqu'au bout.
La dernière nouvelle décrit avec un dur réalisme ce retour.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SepoSepo   20 avril 2014
L'amour est pour le voyageur un des plus grands périls que lui réserve la route, car il frappe au hasard des sentiers et au gré des chemins. Il fait fi des rêves d'ailleurs et des destinations. Il force le vagabond à la halte, il anéantit ses espoirs de lointain. Aucun autre danger ne peut à ce point compromettre une échappée que cette chimie fatale qui agit à la source, en ôtant toute envie, en détournant la flamme, en abaissant le regard. Le corps d'une femme masque toujours l'horizon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   21 décembre 2015
D’angoisse, il se redressait la nuit d’avoir deux choses dans la vie : une fée qu’il voulait épouser et puis les sirènes de la Création. Lorsque nous sommes sensibles à l’appel du grand large, ceux qui nous aiment concluent subitement qu’il est périlleux de nous chérir encore
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   21 décembre 2015
Tourner autour du globe était un voyage sans retour, qui nous ramenait pourtant aux perrons de nos maisons. Ce n’était qu’un détour. Partir autour du monde, c’est s’égarer en rentrant chez soi
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   21 décembre 2015
Katmandou, d’un coup m’était devenu insupportable. Je n’y flânais que dans l’attente du départ. Si l’expectative fait parfois s’accommoder de lieux ou d’amours de passage, le dénouement met brutalement un terme aux compromis éphémères
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   21 décembre 2015
La liberté m’a toujours imposé des œillères. J’ai fait inlassablement la sourde oreille aux sirènes, j’ai évité de couler ma barque d’exil. N’a-t-on pas trop souvent la tentation de s’accommoder des charmes suffisants d’un hasard de la route, renonçant trop tôt aux illusions de nos existences ?
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Cédric Gras (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Gras
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, Pierre Krause du site Babelio recevait sur la scène de la Griffe Noire trois auteurs, Michel Izard, Cédric Gras et Patrice Franceschi pour nous parler de littérature et de voyages.
La mer des cosmonautes de Cedric Gras aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1000690-romans--la-mer-des-cosmonautes.html
Saisons du voyage de Cédric Gras aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/113030-romans--saisons-du-voyage.html
Adélie, mon amour de Michel Izard aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/146055-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-adelie--mon-amour.html
Ethique du samouraï moderne: Petit manuel de combat pour temps de désarroi de Patrice Franceschi aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/141029-livres-politiques-ethique-du-samourai-moderne---petit-manuel-de-combat-pour-temps-de-desarroi.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : nomadismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Cédric Gras

De quelle nationalité est-il ?

Français
Allemand
Italien
Anglais

6 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Cédric GrasCréer un quiz sur ce livre