AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072821882
192 pages
Éditeur : Gallimard (16/04/2020)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Du Tibet à l'Albanie, du Pakistan à la Mongolie et à travers toute l'Eurasie, Cédric Gras interroge le voyage.
Rite de passage pour la jeunesse occidentale dont il faisait partie. Âge d'or de l'exploration d'un monde qui l'a fait rêver, mais que sa génération a trouvé transfiguré. Le voyage est aussi synonyme d'aventure, de poésie, de solitude ou de l'étude d'une langue.
Comment redécouvrir la Terre au XXIème Siècle?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
lucia-lilas
  06 juin 2018
J'ai seize ans, je suis en Première littéraire et je découvre L'antivoyage de Muriel Cerf : la claque. L'envie de partir, d'aller où le vent me mènera. Je n'irai nulle part. Je passerai mon bac, poursuivrai mes lectures et découvrirai Alexandra David Néel (lue et relue), Nicolas Bouvier, Annemarie Schwarzenbach.
Plus tard Sylvain Tesson, cet été le magnifique Hautes solitudes. Sur les traces des transhumants d'Anne Vallayes.
Là, je viens de finir Saisons du voyage. Et de nouveau, s'empare de moi cette sensation qui s'apparente à de la faim ou plutôt à de la soif. L'impression de se balader le long d'un cours d'eau bien frais un jour de grande chaleur. Juste une envie : se jeter dedans !
Je tiens ça de mon père qui, jusqu'à ce qu'il finisse par se paumer dans des rues qu'il connaissait par coeur à cause de sa maladie de m---- , passait tout son temps à marcher. A peu près n'importe où.
Heureux dehors.
Ma soeur est pareille. Mon frère serait bien aussi dans le même genre. Maintenant que j'y pense, ma mère aussi.
C'est de famille.
Saisons du voyage dit à quel point partir est un besoin vital. « Demain ne pouvait que se trouver ailleurs. » L'auteur, étudiant en géographie, ne tarde pas. Il part. Il part car il s'ennuie. C'est lui qui le dit. Peu importe la destination au fond. Ce qui compte, ce sont les paysages traversés. Ils s'accompagnent d'une terrible prise de conscience : plus rien n'est à découvrir.  Tout a été vu, revu, photographié. Il ne reste plus qu'à marcher « sur les traces de ». Terrible constat : il est arrivé trop tard. Il ne peut que ramasser « les miettes du grand festin de l'exploration ». Sa génération doit se contenter de « lambeaux d'aventure ».
Sans compter que le tourisme de masse et la modernité viennent ternir encore davantage le tableau. On le sent un peu dépité notre Cédric ! Il s'en remettra. Il comprendra qu'on voyage à un instant T et que le monde qui nous est offert à ce moment-là est le nôtre et qu'il faut le prendre comme il est. Pourquoi en vouloir un autre ? Pourquoi toujours penser à ce qu'il y avait avant ? On appartient à une époque. On n'a pas le choix. Oui, maintenant on peut se rendre au Tibet « en wagon pressurisé ». Eh bien, allons-y quand même. Je comprends bien l'amertume de celui ou de celle qui aurait voulu y aller déguisé(e) en mendiant(e). Mais Alexandra David Néel serait, je crois, la première à nous inviter à la sagesse, à la contemplation de nos voisins de compartiment, à leur façon de manger, de dormir, de s'occuper d'eux-mêmes ou de leurs enfants.
« À Luang Prabang, il aurait fallu venir dix ans plus tôt. À La Paz les jeux sont faits. À Iguazu nous sommes des milliers. Je suis un voyageur en retard. »
On sent, dans les premières pages du livre, du dépit, de la colère même peut-être. Parce que le tourisme « proscrit la rencontre et folklorise le dépaysement », parce que le tourisme « ne peut s'immerger dans les lieux qu'il submerge », parce qu'en un mot, il « se moque du monde. »
Mais par la suite, j'ai eu le sentiment, en avançant dans ce récit, que Cédric Gras avait pris conscience qu'au fond, en faisant juste un pas de côté, on pouvait avoir le sentiment d'être seul, enfin dans un lieu où aucun touriste ne va : il suffit « d'éviter les incontournables, les tropismes communs, Ushuaïa, la vallée de Khumbu... », il faut « tracer des perpendiculaires aux circuits des superlatifs, ne pas s'émouvoir à l'unisson de ses pareils. »
Un simple pas de côté, vers un monde « absent de nos écrans, de nos ondes radio, du creux de nos assiettes » par exemple ! Aller là où les gens vous demandent pourquoi vous êtes là, bien persuadés qu'il n'y a pas grand-chose à photographier chez eux.
Pas si difficile que ça finalement. Car, à mon avis, ils sont bien nombreux, les lieux où personne ne va.
Et puis, si c'est possible, ajoutez à cela un petit décalage temporel : « Je me déplace avec les saisons, pas les périodes touristiques et les calendriers décrétés par les ministères, mais celles de la mécanique céleste. »
Et le tour est joué !
Au fond, la sagesse ultime, n'est-ce pas, finalement, accepter d'explorer « SON monde » c'est-à-dire, le monde tel qu'il est dans l'époque qui est la nôtre.
Saisons du voyage est l'histoire, me semble-t-il, d'un itinéraire spirituel, le récit d'une acceptation, celle qui consiste à regarder le monde dans lequel on vit avec ses brouillards de pollution, ses objets en plastique fluo, ses touristes à appareils photo, ses autoroutes infinies, son uniformisation-rouleau-compresseur et à l'accepter tel qu'il est. Je repense soudain à la façon dont Apollinaire dans « Zone » intègre, à sa poésie, le quotidien de son époque : Tour Eiffel, automobiles, enseignes, plaques, journaux, aéroplanes. Oui, c'est cela, Saisons du voyage est l'histoire d'un cheminement vers une forme d'adhésion à ce qui fait notre époque, qu'on le veuille ou non. « Je m'étais vu explorateur, au temps du bureau des Longitudes à l'intitulé si extraordinaire. Je suis devenu un simple voyageur emporté par la vitesse des transports, autour d'une planète rétrécie et uniformisée sous l'hégémonie des plus forts. Je n'en suis pas moins comblé, je ne me suis même jamais véritablement senti floué par l'époque. C'est dans ce monde-là que je me suis plongé la tête la première, pour feuilleter les pages de l'humanité dissemblable ou clonée, déchiffrer les sociétés en éruption et disséquer les pays anesthésiés. Voilà tout le voyage aujourd'hui. Lire le monde, partout, quel que soit ce qu'il nous raconte, observer les yeux grands ouverts. le regard : la vraie définition du voyage. »
C'est un homme « résigné » qui termine l'écriture de ce livre magnifique (et je ne vous ai pas parlé des mille lieux évoqués dans une prose poétique ciselée), « résigné » dans le sens d'apaisé car enfin en accord avec le monde qui est le sien, SON monde, peut-être un homme qui a mûri, qui n'est plus l'enfant qu'il était lors de ses premières escapades, mais quelqu'un qui a compris que le passé appartient au passé, que lui marche dans le présent et que ce présent, si on veut bien le regarder en face, révèle ses beautés à qui est capable de les voir. Un homme qui a compris qu'il ne pourra jamais tout contempler, parce qu'il est humain, qu'il n'a plus vingt ans et que certaines terres lui resteront à jamais inaccessibles.
« Résigné » et heureux.
Capable, un soir d'été, de se laisser porter par la mer « sous la voûte scintillante et démesurée », de contempler le ciel et d'avoir le sentiment profond d'être là où il doit être.
La sagesse ? Oui, ça s'appelle peut-être comme ça ...
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
LettresItBe
  24 avril 2018
Cédric Gras continue d'inscrire son nom dans le catalogue des éditions Stock. Après L'hiver aux trousses publié en 2015 puis Anthracite l'année suivante, le voilà qui revient aux affaires avec Saisons du voyage. Un récit intime, une vision mise à nue sur le voyage et ses déconstructions contemporaines. Vous avez dit mélancolie ? C'est peut-être bien plus que cela… Lettres it be a pris part à ces pérégrinations et vous en rapporte quelques mots.

# La bande-annonce

Du Tibet à l'Albanie, du Pakistan à la Mongolie et à travers toute l'Eurasie, Cédric Gras interroge le voyage. Rite de passage pour la jeunesse occidentale dont il faisait partie. Âge d'or de l'exploration d'un monde qui l'a fait rêver, mais que sa génération a trouvé transfiguré. le voyage est aussi synonyme d'aventure, de poésie, de solitude ou de l'étude d'une langue. Comment redécouvrir la Terre au xxie siècle ?

# L'avis de Lettres it be

C'est un tour du monde le temps d'une vie qui nous est proposé dans ce livre récemment paru du côté des éditions Stock. le tour du monde d'un homme, Cédric Gras, d'abord étudiant en géographie avant de partir vagabonder au gré des pays et des continents. Après avoir fait transparaître son goût pour l'ailleurs dans nombre de ses précédents livres, celui qui a contribué à créer l'Alliance française de Donetsk dès 2011 avant la naissance du conflit entre Russes et Ukrainiens propose cette fois un texte bien plus personnel, entre l'éloge et l'oraison funèbre du voyage.

La mélancolie qui imprègne les pages de ces Saisons du voyage est loin d'en être le seul élément constituant. Au-delà du récit de voyage qui est proposé de temps à autre, au-delà des reproches faits au modernisme galopant qui fait du voyage et de l'évasion un procédé mercatique comme les autres, Cédric Gras montre toute l'étendue de son talent d'auteur. C'est simple : la langue servie dans ce livre respire le travail, l'attention. L'édifice littéraire modeste et sans prétention aucune qui est proposé entre ces pages donne toute l'impression du travail bien fait, attentif, cette même impression qui habite l'observateur devant le travail de l'artisan attablé des heures durant pour ne laisser au hasard le soin de ne terminer aucun détail spécifique. Cédric Gras fait un pas assuré dans la cour des grands auteurs du moment, chaussé de ses bottes crottées d'aventurier. Sylvain Tesson ? Encore mieux, encore plus loin dans les terres vierges de la beauté littéraire.

C'est le récit d'un vagabond, le récit de quelqu'un qui a toujours longé les rails de la sédentarité moderne, refusant d'embarquer dans le moindre wagon, préférant le poids de son sac à dos et l'immanente légèreté de la découverte de l'ailleurs. Cédric Gras signe un livre de non-fiction qui a tout l'air de ce qu'il n'est pas. Difficile de marcher, page après page, dans les pas d'un tel aventurier discret, d'un amoureux de la perdition au-delà des frontières proches. Difficile de se perdre avec lui dans la froideur sibérienne avant de suer à grosses gouttes sous la moiteur asiatique. Saisons du voyage est le cri d'un cygne majestueux, l'un des derniers râles d'une époque tout entière et qui prend ici la plume d'un seul homme. Servi par une langue finement travaillée

Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Carole75
  10 mai 2018
Cédric Gras interroge sur le voyage, et son évolution au cours du temps. Un récit forcément intime et subjectif tant le voyage peut être personnel. « Exploration, découverte, description de quelque chose qu'on suit comme un parcours » : telle est la définition du Larousse. Cédric Gras semble penser que le rôle initiatique du voyage, qui consistait à déchiffrer des terres inconnues pour aller à la rencontre du monde, de l'ailleurs, de l'autre et de soi-même, fait désormais partie d'un temps révolu. Aurait-il alors laissé la place au tourisme, « action de voyager, de visiter un site pour son plaisir », au sens du Larousse?
Si l'auteur reconnaît que le progrès présente des inconvénients (nous rendant certes plus autonome mais aussi plus individualiste) mais aussi des avantages (rendant les voyages plus sécurisés), son regard sur le voyage m'a paru mélancolique et désenchanté. J'ose en avoir une vision plus optimiste : il reste encore des lieux à découvrir pour les yeux innocents de la grande majorité d'entre nous. Mais comme nous le rappelle si bien Cédric Gras, cela implique de prendre son temps, de vagabonder, d'écouter l'autre … même si on ne peut pas toujours apprendre chaque langue des pays dont on part à la découverte, présentée par l'auteur comme une autre forme de voyage. La littérature peut d'ailleurs nous aider aussi, certes différemment, à explorer, découvrir, apprendre, et donc voyager….
En tout cas, merci de nous interroger sur notre façon de voyager à travers ce livre! le tout porté par une plume très poétique. Très bon voyage !
Lien : https://accrochelivres.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nadouch
  09 janvier 2020
Un mélange de récits de voyages et de considérations philosophiques, ethniques, sociales... sur le voyage, la découverte, la rencontre avec les autres civilisations. Comment "découvrir" encore des choses quand tout a déjà été découvert...
Un petit livre pas désagréable à lire, mais peu passionnant, je me suis malheureusement ennuyée...
Commenter  J’apprécie          80
CVolland
  23 décembre 2018
Saison du voyage est un essai sur le voyage plus qu'un récit de voyage. Tibet, Amérique du sud, Asie central, Balkans et surtout Russie. Cédric Gras à beaucoup voyagé, mais la fête est fini. La saison du voyage est terminée, vendu sur l'hôtel du tourisme de masse qu'il conspue tout en s'enivrant des trains bondés par les masses autochtone de contrés exotiques...
Première déception pour ma part dans l'oeuvre de Cédric Gras. Il nous avait habitué dans ses précédant ouvrages à mélanger le récit de voyage avec des anecdotes et informations sur les lieux traversé. On profitait ainsi dans sa très belle écriture tout en enrichissant notre culture. Rien de tel ici.
Certes le style est toujours là et quel style ! Ce n'est d'ailleurs pas un style mais plutôt une langue. La langue de Cédric Gras fait mouche et les tournures de phrases que l'on à envie de relire, de décortiquer voir d'analyser jaillisses à chaque pages et le tout avec naturel, sans artifice sans donner l'impression d'êtres forcé.
Seulement, cet essai, pêche par le fond. Il semble la trentaine à peine passée êtres revenu de tout. Pour lui, rien ne sera plus comme avant. L'âge d'or des globe trotter est dernière nous. le vrai voyage Cédric Gras l'a connu. Vous, vous n'y aurez pas droit. Circulez y à plus rien à voir ! Un désenchantement assez snob, un brun Versaillais, au frontières du mépris de classe, à la limite du bon goût...
J'ai surtout eu du mal à comprendre ou voulait en venir l'auteur. Ainsi je suis "non comprenant" de cet essai mais reviendrais quand même vers cet auteur qui le mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
LeMonde   23 juillet 2018
Saisons du voyage se laisse moins facilement classer dans l’une de ces catégories génériques, et c’est heureux. Récit réflexif, pourrait-on dire, sa forme hybride est à l’image de son propos.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Actualitte   07 mai 2018
Entre errance et itinérance, il raconte avec une grande finesse le voyage et tout ce qui en découle, offrant un regard sur le monde contemporain, à la fois géographique et sociologique. Saisons de voyage, c’est donc aussi la confirmation d’un grand écrivain-explorateur.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeFigaro   13 avril 2018
Forte d'une longue tradition, la confrérie des écrivains voyageurs se perpétue. Plusieurs beaux récits contemporains, dont celui de Cédric Gras, animé par la même soif d'ailleurs, en témoignent.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
romain29romain29   08 mars 2019
Jusqu'à mes dix-huit ans, j'ai écrit et reçu des lettres manuscrites tout en rêvant sur des cartes de papier et dans des livres aux couvertures cartonnées. Ma génération est la dernière à avoir grandi hors la numérisation de tout instant. Nos esprits se forgeaient à l'aube de la révolution de la grande transmission. On dégaine désormais un téléphone pour trouver un lit qu'alors – c'était il y a dix ans seulement- on cherchait dans toute la ville, demandant son chemin et dénichant des adresses périmées depuis des lustres. Les nouvelles technologies ont sonné le glas de l'imprévu et la disparition des péripéties minuscules. Le voyage se lisse , le quotidien se polit d'autant que les combines de débrouillards sont balayés par l'informatisation des administrations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AifelleAifelle   01 mai 2018
Les visages hirsutes préservés de la poussière par des fichus étalaient du bitume fumant et remuaient des graviers. Je n'étais pas venu au Tibet pour ces travailleurs han, dépaysés sur le toit du monde. Il me semblait alors que j'aurais dû leur tenir rigueur d'oeuvrer ainsi à l'agonie du Tibet chéri de l'Occident. Mais on nous offrait un bol de nouilles dans une hospitalité sincère et des sourires par poignées. Je découvrais qu'on pouvait condamner une politique tout en ressentant une profonde empathie pour ceux qui la servent. La pauvreté n'a pas de conscience. Quant au développement dont j'étais le rejeton et que je tentais désespérément de semer en m'enfuyant au bout de la Terre, fallait-il vraiment le déplorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sergio82sergio82   18 janvier 2020
Il faut lire son époque dans les lignes du monde, en ravalant ses envies d'hier. Au chant du cygne, il faut opposer la saveur, amère parfois, des métamorphoses. Le monde est fini, certes, mais il n'est pas figé. il a changé de fond en comble. C'est la géographie qui m'a obligé à regarder les choses bien en face, pour faire parler les paysages les moins romantiques dans des clichés sans art. [...] C'est la géographie qui m'a appris à prendre acte de la réalité et non la fantasmer dans un anachronisme ambulant. c'est elle aussi qui m'a donné des raisons d'aller partout, vers des destinations élues comme les territoires qu'on suppose les plus fades.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lterrigeollterrigeol   22 mars 2020
Je souhaitais que le Tibet apparaisse à mesure de mes pas, qu’il surgisse des déserts de l’Ouest chinois en un rideau de montagnes aussi éblouissant qu’un tableau de Nikolaï Roerich.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Cédric Gras (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Gras
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, Pierre Krause du site Babelio recevait sur la scène de la Griffe Noire trois auteurs, Michel Izard, Cédric Gras et Patrice Franceschi pour nous parler de littérature et de voyages.
La mer des cosmonautes de Cedric Gras aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1000690-romans--la-mer-des-cosmonautes.html
Saisons du voyage de Cédric Gras aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/113030-romans--saisons-du-voyage.html
Adélie, mon amour de Michel Izard aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/146055-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-adelie--mon-amour.html
Ethique du samouraï moderne: Petit manuel de combat pour temps de désarroi de Patrice Franceschi aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/141029-livres-politiques-ethique-du-samourai-moderne---petit-manuel-de-combat-pour-temps-de-desarroi.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Cédric Gras

De quelle nationalité est-il ?

Français
Allemand
Italien
Anglais

6 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Cédric GrasCréer un quiz sur ce livre