AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764406681
Éditeur : Québec Amérique (01/01/2009)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 16 notes)
Résumé :
À 16 ans, Maxime a déjà tout un dossier. Au sortir de deux séjours en centre d'accueil, le voilà libre... ou à peu près. Décidé à ne pas retourner vivre chez sa mère, il accepte de participer à un programme expérimental de réhabilitation. Méfiant et rusé, cet adolescent au passé compliqué tentera d'abord de saisir le fonctionnement du curieux centre dans lequel il doit passer l'été. Un centre qui, il se l'est bien promis, n'aura pas sa peau. Contraint au silence, ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
melanieL408
  05 décembre 2012
La Cagoule : un livre captivant!
Ce roman, écrit par François Gravel, nous permet de vivre une aventure assez spéciale. L'histoire est mystérieuse et aborde beaucoup le sujet de la drogue.
Arrêté pour trafic de drogue, Max, un adolescent de 16 ans qui n'en a jamais consommé, doit passer tout son été dans un centre expérimental de réadaptation qui se situe au fond des bois. Caché sous sa cagoule, il essaye de comprendre comment ce centre fonctionne tout en respectant les règles demandées. le seul problème, c'est que ce centre utilise des méthodes un peu spéciales...
Selon moi, ce livre est intéressant et les personnages sont très attachants. C'est captivant du début, jusqu'à la fin. Une histoire très touchante avec un sujet quand même difficile à écrire et je trouve que François Gravel a fait un excellent travail. La seule affaire que j'ai moins aimée du livre est que parfois il y avait des passages qui n'étaient pas très clairs.
Bref, J'ai bien aimé ce livre. L'histoire n'était pas difficile à lire. Ce que j'ai aimé de ce livre c'est que les personnages étaient très spéciaux. J'ai également aimé ce roman parce qu'il y avait toujours du suspense. Il y avait beaucoup de détails dans ce livre et j'ai vraiment aimé cela. L'écriture est soigné et le livre se lisait très facilement, de plus ce n'était pas trop long. La qualité du français convenait au livre et il n'y avait pas de mots compliqués. Je ne changerai pas ce livre parce que l'auteur a très bien écrit ce roman.
Melanie L
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Cielvariable
  17 avril 2013
Roman jeunesse très mystérieux avec beaucoup de suspense. de plus, cela se déroule dans le domaine de la délinquance juvénile et de la drogue, thème peu exploité en littérature jeunesse québécoise. Tout au long du roman, on se demande dans quel pétrin le personnage principal s'est retrouvé. Pourquoi les surveillants du camp de redressement se montrent-ils si peu rigoureux? Cet étrange personnage qui parle constamment seul est-il vraiment digne de confiance? Qu'est-ce qui se cache vraiment dans ce camp? Pourquoi un juge l'a-t-il envoyé là-bas?
Pistes d'exploration pédagogique
Réfléchir aux liens entre la criminalité, la drogue et le cercle vicieux de la violence en consultant des sources pertinentes d’information.
Dresser le portrait psychologique du personnage principal. Identifier ses stratégies pour survivre dans le monde qui est le sien.
Commenter  J’apprécie          100
TheDude3
  16 novembre 2016
Lisez ma description!
Premièrement, je vais présenter le livre que j'ai lu et il se nomme « La cagoule », ce livre a été écrit par François Gravel et je l'ai adorée. L'histoire, mais en valeur le jeune Maxime « Max » dans un tas de problèmes étrange, malheureusement les problèmes dans lesquels il s'est mis touchent le propos de la drogue. Max va être envoyé dans une sorte de prison pour mineur et il va devoir faire les activités physiques demandées pour éliminer les toxines dans son sang, tous en gardant le silence. Max va avoir des problèmes avec la drogue, car il a un « dealer » de drogue qui lui oblige de vendre de la drogue à ses clients et vu qu'il n'a pas de père et sa mère est une droguer qui se fou de son fils, personne ne va empêcher le « dealer » de profiter de Max (pour le moment).
Finalement, j'ai aimé ce livre, car le vocabulaire n'est pas sorcier et les personnages sont simples, mais efficaces. Je vous le conseille.

By: The Dude
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Fatpotato
  16 novembre 2016
Un centre de silence
Une histoire de vendre des contrebandes illégales pour avoir de l'argent pour vivre .Un roman fantastique écrit par François Gravel nommée «La Cagoule» raconte l'histoire d'un jeune homme de seize ans nommée Maxime qui livre des contrebandes illégales d'un certain Kevin juste pour se faire de un peu d'argent de poche.
Premièrement, j'ai très bien aimé ce roman et je le recommande aux adolescents et aux adultes seulement. le thème, les personnages, le vocabulaire utilisé fait de ce livre un roman très bien fait. J'ai vraiment adorée le thème principal de ce livre qui est entourer par de la violence silencieuse qui est très bien choisi dans le contexte de ce roman et de comment l'histoire se déroule. Ensuite j'ai aussi bien aimé le vocabulaire utiliser dans ce roman car, le vocabulaire utilisais étai bien place pour le public a qui ce roman ce pressante car il y a eu peu de mots violent et des mots normal.
Bref, ce livre était un des meilleures que J'ai lu mais si vous voulez un roman qui a peu de violence mais qui a une histoire intéressante, je vous conseille fortement de lire «La Cagoule» comme roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MOMO123
  06 novembre 2015
Très bonne lecture, intrigue soutenue, personnage principal attachant.
Commenter  J’apprécie          32
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   22 mai 2012
On frappe encore. Trois petits coups, très faibles. Des policiers ne seraient sûrement pas aussi discrets. Ceux qui venaient régulièrement chez ma mère étaient plutôt du genre à défoncer les portes... Je décide de mettre la cigarette dans ma poche, même si c’est la pire des solutions. J’essaierai de m’en débarrasser à la première occasion.
J’ouvre la porte.
Un garçon se tient devant moi. Il doit avoir seize ou dix-sept ans. Des anneaux dans le nez, les oreilles, les lèvres, les joues. Coupe mohawk. Un collier clouté autour du cou. Je le dépasse d’une bonne tête, mais il est tellement large qu’il est quasiment carré. Ce gars-là devrait jouer au football : on lui donnerait le ballon, et il foncerait droit devant lui. Il faucherait tous ses adversaires, comme une boule de quilles.
— Salut, dit-il.
— Salut.
— Crois-tu à ça, toi, les requins?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
CielvariableCielvariable   13 avril 2018
Quand j’arrivais en retard parce que ma mère avait oublié de me réveiller, ou quand j’avais oublié mes shorts et que je ne pouvais pas aller au cours d’éducation physique, c’était pareil: va réfléchir à la bibliothèque, Max. Pour eux, c’était une punition.

C’est comme ça que j’ai appris à aimer les livres. Je prenais n’importe quoi, des trucs sur les automobiles, les vampires, les records, n’importe quoi, et j’apprenais plein de mots sans même m’en apercevoir. J’ai une super mémoire pour les mots et l’orthographe. Je suis fait comme ça, c’est tout. Je vois un mot une fois, et il va tout de suite se ranger dans mon disque dur. À l’école, ça me causait souvent des problèmes. Quand les professeurs faisaient des fautes au tableau, je les détectais tout de suite. Au début, je levais parfois la main pour le dire, mais ils n’aimaient pas ça du tout. Ils me disaient que j’étais impoli... et ils me renvoyaient à la bibliothèque pour réfléchir.

Alors, j’y retournais, je lisais des revues ou des romans et j’apprenais encore plein de mots nouveaux sans m’en apercevoir. C’était tant mieux pour moi parce que c’est quand même commode de savoir des mots. Ça peut toujours servir quand on ne peut ni se battre ni courir vite. Mais plus j’en apprenais, plus je devais me retenir quand les professeurs faisaient des fautes au tableau. Tout ça pour dire que j’ai appris beaucoup de mots à l’école, mais que ce n’était pas grâce aux professeurs.

C’est aussi comme ça que j’ai appris qu’il vaut mieux se taire le plus souvent possible. S’il est vrai que le silence est d’or, je deviendrai sûrement très riche un de ces jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   13 avril 2018
— Comment t’appelles-tu? demande la juge en me regardant par-dessus ses lunettes en demi-lunes.

C’est une grosse femme blonde, trop maquillée, et qui sent le parfum bon marché. Elle ne ressemble tellement pas à une juge que j’hésite deux secondes avant de répondre à sa question. Le délai est trop long pour l’agent correctionnel qui se tient à mes côtés, semble-t-il, puisqu’il me donne un coup de coude dans les côtes pour me faire réagir. À lui voir l’air, je devine qu’il ne demanderait pas mieux que de me tabasser sérieusement si je lui en donnais l’occasion.

— La madame veut savoir ton nom, le jeune! Réponds!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   13 avril 2018
Quand j’étais petit, j’imaginais que ce pont était une rampe de lancement qui projetait les automobiles dans un paradis de verdure. Je croyais qu’il y avait tout plein de belles maisons de l’autre côté, des manoirs de riches comme on en voit dans les films américains, avec un panier de basket dans chaque entrée de garage, une piscine dans chaque cour, des arbres immenses dans lesquels on peut se construire des cabanes, et des vendeurs de crème glacée à chaque coin de rue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   13 avril 2018
Quand on m’a conduit du centre de détention au tribunal pour jeunes, on m’a lié les mains dans le dos avec une simple attache en plastique. Il paraît que ça coûte moins cher que les bonnes vieilles menottes en métal, et que c’est tout aussi solide. C’est sans doute vrai. C’est aussi très humiliant: je regarde ce petit bout de plastique de rien du tout qui suffisait pourtant à m’immobiliser, et je me sens aussi important qu’un sac vert abandonné sur le trottoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de François Gravel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Gravel
Rencontre avec François Gravel - La magie de Super Hakim
autres livres classés : drogueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1706 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre