AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B081T8KDSM
89 pages
Névrosée (21/11/2019)
4.5/5   1 notes
Résumé :
Le regard ironique d'une Parisienne du XIXe siècle sur les moeurs de la petite bourgeoisie bruxelloise...Mme Van Zee, parisienne, a épousé un ingénieur belge. Entre deux missions, ils s'arrêtent à Bruxelles. Devant y demeurer peu de temps, ils emménagent dans la maison familiale. Isolée et mal à l’aise entre la mère et les sœurs de son époux, elle se confie à sa mère dans une longue lettre.Une pétillante analyse des mœurs bruxelloises. Des réflexions qui demeurent t... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Avec beaucoup d'humour, l'auteure nous entraîne au coeur d'une maison bourgeoise du 19e siècle. Jolie jeune femme aux idées en avance sur son temps, Lydie se retrouve coincée chez une veuve dont les deux filles aînées sont toujours célibataires. Incultes, jalouses et méchantes, elles passent leur temps en commérages. L'arrivée de cette jeune femme cultivée, éduquée, joviale leur fait de l'ombre et elles en deviennent désagréables et médisantes. Seul la benjamine, âgée de 16 ans et qui rêve de devenir institutrice est ravie de sa présence réconfortant. Mais dans ce milieu, travailler est inconcevable pour une femme, sauf si elle est de mauvaise réputation.

L'arrivée d'un lointain cousin de passage à Bruxelles devient la bouffée d'air frais qu'elle n'espérait plus. Mais jeune papa, veuf et riche, il va attirer les convoitises de ces trois harpies et rendre l'atmosphère encore plus lourde que d'ordinaire.

J'ai aimé ce récit à l'écriture soignée et finement ciselée où l'on découvre les traditions et mode de vie d'une époque révolue où l'on demandait à une femme de savoir tenir une maison, d'être discrète et bonne épouse. L'auteure met dans la bouche de son héroïne parisienne tous les griefs qu'elle éprouve envers la bonne société de son époque, toute de faux semblants et de bassesses. Elle a aussi la dent dure contre les Bruxellois qui refusent d'apprendre la langue des « paysans du nord » mais engagent du personnel de maison flamand parce que plus dur à la tâche et plus docile.

Dans un style moderne, Caroline Gravière écrit là un récit féministe et un plaidoyer pour la liberté des femmes, à commencer par celle de s'instruire et de travailler si elle le souhaite. Être dépendante de son mari lui semble incongru et dépassé. Quand on sait que l'auteure est morte en 1878, on comprend toute la modernité du propos. Caroline Gravière a d'ailleurs milité pour les droits de la femme à l'éducation et à l'émancipation sociale.

Une belle découverte que ce court roman que les éditions Névrosée ont republié. Cette jeune maison d'édition belge s'est d'ailleurs donnée comme mission de rééditer des femmes de lettres belges oubliées ou méconnues. Je pense que j'en lirai d'autres.

Commenter  J’apprécie          80


Lire un extrait
autres livres classés : modes de viesVoir plus

Autres livres de Caroline Gravière (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
451 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre