AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Pavans (Traducteur)
ISBN : 2864245191
Éditeur : Métailié (15/10/2004)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Lorsque Godwin Baxter découvre à la morgue de Glasgow le corps d'une jeune femme suicidée enceinte de près de neuf mois, il est pris d'un furieux désir de la rendre à la vie en utilisant le cerveau du fœtus. Fils naturel du grand chirurgien Sir Colin, il va effectuer une greffe étonnante qui fera d'elle Bella Baxter, femme d'une vitalité exceptionnelle.

McCandless, son ami et condisciple de la faculté de médecine, en tombe éperdument amoureux. Ni le l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
mjaubrycoin
  26 août 2017
Ce livre est un OVNI magnifiquement mis en page par les Éditions Rivage, alternant les différentes parties du texte, les illustrations issues de la plume de l'auteur, les reproductions de gravures d'époque qui évoquent les collages de Max Ernst (mais aussi ceux de Geluck dans sa célèbre série le Chat).
Amusant, intelligent, ce roman "gothique "présente une critique sans concession de la société victorienne et met en avant ses travers, imperméabilité entre les classes sociales, rejet impitoyable des pauvres et des exclus, mépris des femmes tenues sous là coupe de leurs pères ou maris et cantonnées à une quasi servilité de fait.
Plusieurs récits se succèdent pour présenter l'intrigue : d'abord celui de l'auteur qui annonce la découverte d'un livre unique relatant une fantastique histoire, le texte d'Archibald Mac Candless racontant l'extraordinaire expérience à laquelle s'est livrée son ami Godwin Baxter qui a réussi à rendre la vie à la splendide Bella, puis les aventures de cette dernière à travers le monde narrées avec un humour féroce qui fait la part belle à la critique sociale, et enfin la confession de Victoria qui paraît réintroduire la rationalité mais ne fait en fait que contribuer à égarer délicieusement le lecteur dans sa recherche de la vérité.
Bien sûr on ne peut qu'évoquer les sources célèbres telles le Frankenstein de Mary Shelley ou le Pygmalion de G.B Shaw mais le tour de force d'Alasdair Gray est d'avoir habilement mélange les genres et présente le portrait d'une femme d'exception l'une des premières à avoir exercé la médecine tout en forçant l'admiration par son absence de préjugés,son féminisme révolutionnaire et son profond désir de changer le monde pour le rendre meilleur.
Une belle découverte que cet auteur écossais plein d'humour et de talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cryssilda
  30 mai 2008
Pauvres Créatures d'Alasdair Gray
Editions Métailié Suites, 283 pages
- Ecosse -

Godwin Baxter est un petit génie de la science. Lorsque qu'une femme enceinte de huit mois se donne la mort par noyade, il décide de greffer le cerveau du foetus dans le corps de la jeune femme pour lui redonner la vie. le roman raconte la renaissance de cette femme à Glasgow et son ré-apprentissage de la vie dans la société victorienne.

Ce livre est absolument excellent! L'auteur a un univers totalement loufoque qu'il laisse s'épanouir à travers la littérature. Il a un regard très cynique sur la société écossaise et anglaise de l'époque et d'aujourd'hui, avec cet humour non pas seulement british, mais totalement écossais, plein de franchise et de dérision.
Il a une imagination débordante et son intrigue, bien que déjantée et complexe, ne laisse place à aucune omission, il pense au moindre détail.
Le récit est le manuscrit de Archie McCandless qui raconte l'histoire de Bella, que l'auteur, Alasdair Gray, aurait retrouvé et qu'il publie. Après le texte, il y a tout d'abord un démenti de Bella sur cette histoire, puis il y a toute une partie de repères historiques qui justifient et rendent l'histoire crédible de la part de l'auteur. Si bien qu'à la fin, je me suis surprise à penser : Ok, qui dois-je croire? Avant de réaliser que je ne devais croire personne, car ce livre n'est qu'un roman!
J'ai adoré le personnage de Bella, toute en fraîcheur et en naïveté, ainsi que sa vision simpliste du monde, sa façon de s'exprimer etc... J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Godwin, personnage, ou plutôt créature insondable, dès qu'on nous le décrit, on a l'impression de le voir se déformer et grandir devant nos yeux.
Ce livre m'a beaucoup fait penser à Frankenstein, et comme le dit à la fin Bella, ce n'est qu'une parodie cynique de la littérature et du monde victorien, mais une très habile parodie.

A noté que le roman est parsemé de dessins de l'auteur - L'illustration de la couverture est de l'auteur également.

Gros coup de coeur!

Cryssilda
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
maltese
  23 septembre 2010
Faux roman gothique, construction littéraire éminemment subtile, ce livre se veut la révélation par Alasdair Gray d'un écrit du docteur Archibald McCandless, racontant son expérience et sa vie auprès de Godwin Baxter et d'une "créature" à laquelle celui-ci a donnée vie, Bella Baxter.
Gray agrémente ce texte retrouvé dans une rue de Glasgow d'une introduction mais aussi d'une lettre de Bella livrant sa version des faits, de notes sur les deux textes et d'illustrations.
Bien sûr, on pense à Frankenstein et à sa créature tout au long de ce roman extrêmement fin et drôle mais c'est aussi la société victorienne qui est brocardée de manière très intelligente et notamment la condition des femmes à l'époque, "pauvres créatures" sans réelle valeur entre les mains des hommes.
Commenter  J’apprécie          20
zakfm
  21 août 2015
Un véritable traité philosophique qui décortique notre société avec lucidité et sévérité. Ceci sous le couvert d'un pastique de roman fantastique fin XIX°. La lettre de Bella qui raconte sa fugue amoureuse est le passage un peu trop long qui a failli me faire poser ce roman très satyrique.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Alasdair Gray (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alasdair Gray
Comédie du Livre 2012 - Le dimanche 03 juin 2012 au Centre Rabelais Animé par Vincent Dussol
La littérature écossaise ne ressemble à aucune autre : humour très noir, goût du fantastique et mise en question de l’ordre social – souvent décrit comme celui de la domination, de la prédation et de l’injustice -, confiance dans les pouvoirs du langage et de l’écriture comme moyens d’émancipation, capacité à dynamiter et subvertir la langue anglaise : autour de l’École de Glasgow et de ses fondateurs, James Kelman et Alasdair Gray, avec la participation de deux représentants de la nouvelle génération d’écrivains écossais, Louise Welsh et Alan Warner, et en présence de Keith Dixon, éditeur de la collection écossaise aux éditions Métailié. Une rencontre pour découvrir ou redécouvrir une des littératures les plus inventives et géniales de notre temps.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13740 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre