AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070130460
Éditeur : Gallimard (11/10/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Né en 1930, Amédée Lucien Astrafolli va devenir, très jeune, une figure originale des lettres françaises. Il s'illustre dans la défense de l'atticisme (idéal littéraire et linguistique qui se réfère à l'élégance, au goût de la juste mesure et à la sobriété des grands écrivains attiques), face aux assauts des « asianistes », ces barbares prêts à brader les attraits raffinés de la rhétorique classique contre une illusion de modernité. Face à lui, Astrafolli va trouver... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
lautrus
  22 novembre 2014
Historiquement, l'atticisme est un terme de la rhétorique classique des écrivains attiques, concis dans les expressions, refus d'utilisé des métaphores outrées.
L'asiatisme est celle des grecs d'Asie mineure, qui s'expriment avec emphase, style ampoulé et fleuri.
Ces termes ont été repris par les humanistes à la renaissance et à partir du XVIIIème, l'atticisme devient une idéologie politique, et philosophique avec Voltaire qui le défini comme l'essence du goût français classique en opposition avec l'asiatisme qui est le mauvais goût étranger et défini par lui comme le baroque.
Eugène Green (fondateur en 1977 du théâtre de la Sapience qui cherche à faire revivre le théâtre baroque par l'art de la déclamation qui repose sur l'art du rythme, l'accent et la prononciation du langage parlé de l'époque, la mise en scène frontale face au roi, l'éclairage à la bougie, etc...), nous livre ici une satire des milieux universitaires français dans toute leur vanité, hypocrisie, ridicule, un examen de la société française qui tourne autour du langage à travers 3 personnages que nous suivons de leurs naissances à maintenant.
Deux personnages s'opposent, l'un attistique, Amédée Lucien Astrafolli - l'autre asianiste, Marie Albane de la Gonnerie née de Courtembart, et un troisième, Julien Tertre, qui s'interpose entre les deux premiers.
Amédée Lucien Astrafolli, est un original costumé et pérruqué façon 17ème qui tient Voltaire pour le plus grand des poètes français. Très jeune il s'illustre dans les lettres françaises et mène une carrière dans les institutions les plus établies.
Président de « l'académie de la perpétuelle jeunesse », fondée par Mazarin dans le but régir et propager le goût français il tient salon tous les jeudis entouré de ses trois muses.
Homosexuel et radin, il épouse Melle de Pompembrinque sous le régime de la communauté des biens et la séparation des chambres.
Face à lui, Marie Albane de la Gonnerie, ex égérie des barricades soixante-huitarde, une sémiologue féministe et révolutionnaire.
Finalement l'opposition d'Amédée et d'Albane est illusoire. Issue tous les deux du même milieu bourgeois, ils obtiennent tous deux le pouvoir par le langage.
Ces deux monstres, destinés à faire rire, mais tout de même des monstres finissent par tomber d'accord face au troisième personnage, Julien Tertre, le seul de souche française dans la cité des pivoines où il demeure, représentant une jeunesse confronté au réel, et loin des querelles intellectuelles et des mondanités.
Il créé avec ses amis « l'académie des sensibles » et ils produisent des Pastorales où ils introduisent des mots du 93, qui sont des vocables (issues du tzigane donc du sanscrit) qu'ils ont « naturalisés » et couramment utilisés par les jeunes des cités.
Ce qui choque la » Perpétuelle jeunesse » qui considèrent cette littérature réactionnaire et qu'il est de son devoir de combattre.
Bref, un livre à contre-courant, inclassable, hilarant et brillant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
5Arabella
  19 mai 2019
Dans ce roman, Eugène Green persifle les moeurs intellectuelles françaises. S'affronte un tenant de la tradition, et une chantre féministe de la modernité. Qui finalement issus des mêmes milieux, ne sont pas si opposés que cela. Et les deux attitudes ne sont finalement que des attitudes, au service d'une pensée sans substance et sans aucune originalité ni vigueur.
Le propos n'est pas injustifié, c'est pas moments amusant, mais cela reste juste une satire, une charge contre. C'est bien écrit, mais cela reste un petit livre pas indispensable.
Je suis un peu déçue, j'attendais mieux d'Eugène Green. Peut être dans un autre livre....
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Lexpress   04 février 2013
Une plume alerte et affûtée. Il s'agit d'une tranche de vie sarcastique, d'un persiflage baroque moquant avec panache les querelles idéologiques et les rites sociaux du monde intellectuel parisien.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
colimassoncolimasson   02 février 2013
Marie-Albane lança une nouvelle croisade : celle de la féminisation des noms de métier. Si le poète Marc Chloros avait exprimé cette exigence au nom de l'harmonie universelle, l'inventrice de la métalittérature condamnait ce raisonnement comme obscurantiste et réactionnaire. Selon elle, la féminisation des termes était plutôt une étape essentielle dans le renversement de l'ordre bourgeois.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Eugene Green (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugene Green
Eugène Green -Shakespeare ou La lumière des ombres : un portrait subjectif
autres livres classés : satireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre