AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253139114
Éditeur : Le Livre de Poche (01/02/1996)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Blanche s'est tuée par amour, laissant derrière elle une petite fille de onze ans, Elisabeth. Celle-ci s'enfuit de chez sa cousine qui l'a recueillie. Élevée chez les Lerat, un couple à la fois médiocre et charitable, elle est une jeune fille lorsque resurgit son père, M. Edme, qui l'emmène dans sa propriété de Fontfroide où il a fondé une sorte de communauté spirituelle. Commencé dans l'enfer des passions familiales, le destin d'Élisabeth peut-il trouver là un nouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
araucaria
26 novembre 2012
Roman captivant que j'ai lu avec passion. Mon premier livre de cet auteur. Une belle découverte.
Lien : http://araucaria.20six.fr
Commenter  J’apprécie          290
Henriette
24 mai 2011
J'ai vraiment beaucoup aimé toute la première partie du livre, portrait à la Dickens d'une petite orpheline grandissante.
Les personnages sont très finement décrits et surtout, ils ont des types de personnalité assez rares en littérature, notamment l'héroïne - à chaque fois qu'on est tenté de s'apitoyer sur son sort, un détail rappelle sa force (voire sa froideur...) et la pitié passe.
Malheureusement, après 2/3 très prenants, le roman sombre dans une espèce de mise en scène tragi-comique, avant une fin franchement grotesque, qui ne correspond pas du tout à l'esprit du reste du livre et en gâche la lecture.
Commenter  J’apprécie          40
sophdel5
11 novembre 2010
C'est un livre qui, au début, est un mélange d'Oliver Twist et d'Harry Potter. Il faut attendre la page 100 pour se sentir emporté et avoir envie de continuer. Là, il a des allures de l'Auberge de la Jamaïque, de Daphné du Maurier : la jeune héroïne se trouve dans une maison dont les hôtes semblent avoir une façon de vivre étrange... le suspense nous tient jusqu'à une fin... décevante, comme si l'auteur n'avait pas trouvé mieux.
Une livre correct mais... étrange.
Commenter  J’apprécie          50
cynnartiste
15 janvier 2017
Livre sur lequel j'ai fait mon mémoire de maîtrise dont le titre est: " l'écriture du labyrinthe de Minuit de Julien Green".
Dans la lignée de Kafka, Green sait perdre son lecteur par une atmosphère onirique. le lecteur se trouve tout comme son héroine, Elisabeth perdu au beau milieu de données descriptives.
Déroutant!
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
Peek-the-BooksPeek-the-Books14 juillet 2012
P79
Lorsqu'elle fut seule et que le pas de Rose se fut éloigné dans le corridor, Elisabeth s'agenouilla sur la couverture et demeura immobile. Elle espérait qu'en ne bougeant pas le calme lui reviendrait, mais sa crainte était si forte et si profonde qu'il lui semblait entendre le bruit de son propre coeur battant sous les revers de son manteau. La peur d'un enfant est un monde dont les grandes personnes ne connaissent guère la configuration ténébreuse ; il a son ciel et ses abîmes, ciel sans étoiles, abîmes sans aurores. Le voyageur de dix ans s'enfonce malgré lui dans ce pays nocturne où le silence parle et l'ombre voit ; il sait qu'un regard luit au seuil des cavernes et que le long des chemins obscurs des cris lui seront jetés à l'oreille. Les mains à la tête et le dos rond, Elisabeth tenta de se faire plus petite, de retenir son souffle, comme pour échapper à l'attention de l'ennemi invisible. Si brave qu'elle fût en présence des humains, toute sa vaillance la quittait dès que mourait la lampe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zanonizanoni16 août 2017
-En déplaçant les heures de votre vie quotidienne, poursuivit M.Edme, en faisant du jour la nuit, et de la nuit le jour, j'ai réussi parfois à vous faire pénétrer jusqu'au seuil d'un domaine qui reste caché à l'humanité normale. Dans le plus rebelle d'entre vous, il y a un dormeur qui obéit à ma voix. Plus souvent que vous ne le croiriez, vous vous êtes promenés avec moi sur des routes où le bruit de nos pas ne résonnait plus. Vous ne savez pas qui je suis. Vous savez moins encore qui vous êtes. Je me trouve ici pour vous le dire et vous mener là où vous serez heureux à jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PenelopePenelope23 avril 2011
Tout à coup elle eut peur. Sa main droite crispée sur la manche d'un couteau s'arracha de la poche où elle le tenait caché depuis une heure, et le geste fut fait avant qu'elle s'en rendit compte, tellement elle y avait songé. Du premier coup, la pointe trouva l'endroit que les doigts avaient touché dans la voiture, sous les revers du manteau. La violence du choc la fit tomber à genoux et elle resta ainsi un court instant avant de s'abattre. Au-dessus d'elle, le mouchoir qui s'était échappée de sa main palpitait dans le vent comme l'aile d'un grand oiseau blessé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zanonizanoni12 août 2017
Son visage prit une couleur cireuse comme si la mort, en passant près d'elle, la couvrait de son ombre. (...)
De temps en temps, une phrase d'une netteté cruelle arrivait jusque-là. (...)
A mesure que progressait le récit de sa tante, Elisabeth sentait croître en elle le mépris de cette personne bavarde et, par une obscure divination des choses, elle lui en voulait de ce que Blanche était morte.
Commenter  J’apprécie          20
zanonizanoni26 août 2017
-Mes amis, le bonheur est là, reprit M. Edme quand son cousin eut disparu. celle que vous allez voir est le gage visible que nous accorde le pays mystérieux où je veux vous conduire. L'autre nuit, j'ai vu Elisabeth pour la première fois depuis son enfance. Elle dormait. Dans ses traits délicats, j'ai distingué les traits spirituels que les sens nous cachent et reconnu la marque secrète des prédestinés. Aux regards de ceux qui voient, cette enfant se meut dans un brouillard de lumière. Par les entiers du rêve, elle pénètre au coeur des régions lointaines où le souvenir de notre monde s'efface, puis elle s'éveille et elle oublie, mais il y a au fond d'elle-même, enveloppé dans toutes les illusions de la chair, quelque chose d'inconnu qui dort. Elle ne le sait pas. cependant elle soupçonne cette présence à la fois douce et redoutable, elle devine que troubler le dormeur, c'est ébranler la vie du corps, et que le libérer, c'est mourir, mais elle saura lui parler et elle entendra ses réponses sans épouvante. Avec elle, nous irons par-delà les déserts du mensonge. Déjà l'air autour de nous vibre et bourdonne sous la pulsation de l'invisible. Ecoutez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Julien Green (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Green
Le 6 septembre 1900 naissait, à Paris, Julien Green, l'auteur, entre autres, d'un fabuleux Journal de 19 tomes
https://www.babelio.com/auteur/Julien-Green/3791
autres livres classés : étrangeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre