AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253138347
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1995)

Note moyenne : 4/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Qui n'a rêvé d'échapper à un " moi " trop connu, et le plus souvent inconfortable, pour entrer dans la peau d'un autre, qu'on s'imagine forcément plus fort et plus heureux ? Ce pouvoir est donné à Fabien. Nouveau Protée, il peut devenir qui lui plaît, corps et âme. Alors commence le grand voyage de la connaissance, car pouvoir être un autre, c'est avoir à sa disposition tous les êtres. Fabien découvre la beauté, l'intelligence, la richesse. Il peut devenir à son gr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
colimasson
  22 juillet 2012
Avec Si j'étais vous… ,Julien Green choisit de s'attaquer à un fantasme sans doute universellement partagé, à un moment ou à un autre de la vie de tout homme : la possibilité de devenir quelqu'un d'autre au gré de ses envies, et de changer de corps à chaque fois que le désir s'en fait sentir.
Fabien est un jeune homme esseulé qui se morfond dans une vie trop étroite à la fois matériellement –car il manque d'argent- mais aussi spirituellement –car il n'est constitué que d'une religion qui a cessé de lui suffire mais qui le cadenasse encore dans des schémas de pensée limitants. Avant de se vouer une haine trop intense, il rêve de pouvoir devenir un autre, comme si un seul changement d'identité sociale pouvait suffire à lui apporter le bonheur.
Un soir, lors d'une de ses nombreuses sorties nocturnes, il croise la route d'un vieil homme qui se présente à lui sous le nom de M. Brittomart. Celui-ci devient sa clé d'accès à d'autres corps, d'autres âmes : d'autres identités. Il suffit à présent d'une formule magique pour que Fabien échange sa place avec celle de n'importe qui d'autre. Il n'hésite pas longtemps et son choix se porte sur celui qui représente pour lui la réussite matérielle : le vieux M. Poujars, son employeur de bureau. Mais la détention d'une fortune suffit-elle à compenser les maux de la vieillesse et les tourments d'une âme veule ? Autant jouir de la force physique et de la beauté animale… de Poujars, Fabien passe à Paul Esménard mais manque de se perdre dans son esprit limité dont les schémas de fonctionnement finissent par le conduire au meurtre. Brittomart intervient avant que Fabien ne commette d'autres catastrophes et lui propose d'investir le corps d'Emmanuel Fruges, un esprit brillant. Peut-être trop ? Son intelligence le mène souvent à l'auto-flagellation. Mais au moins, Fabien ne risque pas d'oublier d'où il vient…
En effet, Julien Green introduit une condition intéressante qui corse les échanges d'identité : Fabien, en passant d'homme en homme, adopte les traits de caractère de son occupant d'origine, et ses souvenirs s'effacent au profit de ceux de sa proie. Mais alors, qui est donc vraiment Fabien, si ni ses caractéristiques, ni ses souvenirs se s'avèrent pérennes dans ce processus d'échange ? La première partie du livre développe essentiellement ces réflexions. le ton, qui était plutôt badin dans les premières pages, surprend alors par sa tournure plus grave. Julien Green nous amène à réfléchir sur les conditions de l'identité bien au-delà de ce qu'une simple histoire d'échanges de corps aurait pu nous porter à imaginer.
Malheureusement, il accole à cette première partie une seconde partie beaucoup moins stimulante. Les conditions étant posées, l'auteur cherche à appliquer le processus d'échange au sein d'une trame dramatique classique à base d'intrigues amoureuses. On change de point de vue : que se passe-t-il lorsque l'amante secrète se trouve confrontée à l'objet de sa passion –investi par l'âme d'un autre ? Après nous avoir poussés à nous interroger sur notre connaissance de nous-même, Julien Green nous interroge sur ce que nous pensons savoir des autres. Malgré des perspectives stimulantes, ce changement de point de vue n'offre rien d'intéressant au lecteur. La réflexion est limitée par les contraintes liées à l'enjeu dramatique : prouver au lecteur que la pauvre Elise, éloignée de force de son amant Camille, le connaît pourtant bien mieux que son épouse légitime Stéphanie. Ceci ayant été démontré, et Julien Green se trouvant satisfait d'avoir pu prouver par la même occasion que la société bourgeoise est remplie de dogmes absurdes, il est temps pour Fabien de retrouver son corps d'origine. La fin relève d'un manque d'imagination aussi décevant que le manque de prise de risques qui caractérise la seconde partie.
Si j'étais vous, Julien Green, je recommencerais cette seconde partie… mais le transfert marche-t-il avec l'identité d'un défunt ?

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Sarah_DD
  04 juin 2008
Ce livre est paru en 1947 et il s'agit d'un écrivain fle je crois. Il y a effectivement des tournures particulières. Au niveau de l'histoire, l'idée est sympa: suite à un pacte, Fabien peut changer de personne, c'est à dire sauter dans le corps d'une autre personne. On fait donc une série de rencontres, de différents types, mais sans tourner en rond, car un problème se pose vite, je ne dis pas lequel.
Commenter  J’apprécie          21
david19721976
  31 mai 2017
On connaît les romans, comme Si j'étais vous...où un être se transpose dans la situation des autres, suivant ses illusions sur ce dont il n'a pas l'expérience et suivant ses désirs qui le poussent sans cesse à la recherche d'autre chose...La poésie amoureuse est également riche de ses désirs de métamorphoses pour plaire à l'être aimé. La métamorphose est un symbole d'identification, chez une personnalité en voie d'individualisation, qui n'a pas encore assumé la totalité de son moi, ni actualisé tous ses pouvoirs.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   31 juillet 2012
- Cette nuit, par une faveur insigne, vous recevrez le don de changer votre personnalité contre celle qu’il vous plaira d’élire : vous deviendrez qui vous voudrez. Toute l’expérience humaine, éparse autour de vous, vous est offerte. D’un être à l’autre, selon le caprice de votre curiosité, vous voyagerez comme le voyageur qui s’arrête dans une ville le temps qu’il faut pour en épuiser les plaisirs ou satisfaire son goût de savoir. Vous ne connaîtrez de la souffrance que ce que vous en voudrez apprendre, et vous jouirez de tous les bonheurs possibles. L’humanité deviendra la bouche par laquelle vous assouvirez vos faims ; ses doigts, son corps, serviront à la dilatation énorme de vos appétits. Fabien, je vous donne le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
colimassoncolimasson   27 juillet 2012
[…] il comprit que ce n’est pas en pressant un livre sur son cœur qu’on s’instruit, mais secrètement il regretta d’en savoir déjà si long, car il lui semblait qu’en apprenant une chose il en désapprenait une autre, et plus belle. Pourtant le goût du savoir lui vint avec les années, mais ce qu’il acquérait en étudiant se payait toujours d’un prix qu’il ne soupçonnait pas et ses maîtres le privaient peu à peu de toutes les ressources que contient ce que nous appelons l’ignorance. A présent il s’entendait à combiner des mots de manière à leur faire dire à peu près tout ce qu’il voulait, mais il ne savait plus parler au vent, ni à la pluie, ni à la lumière que le soleil versait à ses pieds comme avec un seau. Entre lui et tout ce qui ne parle pas le langage humain un grand fossé se creusa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   30 juillet 2012
- […] Vous savez comme moi qu’une des causes majeures de l’ennui est l’étroitesse de notre destinée. Nous nous éveillons chaque matin les mêmes, et c’est en vain que les rêveurs de l’Antiquité ont soutenu que jamais la même personne ne passe deux fois par la même porte. La vérité est que chaque homme est condamné à vivre dans le même corps, à voir par les mêmes yeux, à comprendre et à méditer jusqu’à la mort par le secours du même cerveau. L’ingénieux supplice de l’identité crée un enfer beaucoup plus subtil que le lieu torride inventé par la superstition. Etre éternellement le même n’est pas supportable aux esprits affinés par la réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AmorinaAmorina   30 mars 2014
Entre toutes les souffrances qu'avait connues le monde et dont la somme avait chargé l'âme du Sauveur, il y avait cette souffrance particulière qui était la souffrance d'une jeune fille isolée et perdue au fond d'une grande ville. Du haut de sa croix lointaine, il avait peut-être vu la petite Française agenouillée au pied d'un lit. Entre elle et lui, ce lien existait. Dans ses mains à elle, il n'y avait pas ces clous pareils à d'épouvantables pistils de fer au milieu de fleurs blanches, mais elle avait comme lui une plaie qui se ne voyait pas, dans la poitrine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   13 août 2012
Il aimait vraiment l’enfance ; c’était même ce qu’il y avait en lui de moins atteint, de moins suspect. Les dimanches de communion, les bons jours, comme on disait encore dans sa famille, alors qu’il s’agenouillait à la sainte table, il cherchait à se placer tout près d’un enfant, s’il y en avait un, afin de lui voler un peu de cet amour surnaturel dont il sentait que le petit être était l’objet inconscient ; et, ce soir, il surveillait du coin de l’œil le garçonnet qui chantonnait tout seul et dont il admirait l’innocence comme un spécialiste reconnaît et apprécie le spécimen parfaitement venu d’une espèce rare.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Julien Green (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Green
Julien Green s'entretient avec Viviane Forrester dans A Voix nue.
autres livres classés : mélanie kleinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2036 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre