AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Tortues à l'infini (66)

Liphe
Liphe   08 novembre 2017
Je n'ai rien contre les gens inquiets. S'inquièter est la bonne façon de voir le monde. La vie est inquiètante.
Commenter  J’apprécie          120
Analire
Analire   27 novembre 2017
Je n'ai rien contre les gens inquiets. S'inquiéter est la bonne façon de voir le monde. La vie est inquiétante.
Commenter  J’apprécie          110
Analire
Analire   29 novembre 2017
J'aime être dehors la nuit. Ça me procure une drôle d'impression, comme le mal du pays mais sans être loin de chez soi. C'est plutôt agréable.
Commenter  J’apprécie          100
mumuboc
mumuboc   11 décembre 2017
La vie n'est qu'une succession de choix entre différentes questions.(p224)
Commenter  J’apprécie          80
Analire
Analire   02 décembre 2017
J'ai repensé à sa question, quand il m'a demandé si j'étais déjà tombée amoureuse. Quelle drôle d'expression : tomber amoureuse, comme si "amoureuse" était une mer dans laquelle on se noyait ou une ville qui vous absorbait. On ne "tombe" dans aucun autre sentiment - on ne tombe pas ami ou colérique ou d'espoir. La seule chose possible est : tomber amoureux.
Commenter  J’apprécie          80
asnico
asnico   02 décembre 2017
Environ quatre-vingts millions de microbes en moyenne étaient échangés au cours d'un baiser (p 186)
Commenter  J’apprécie          70
Marie123
Marie123   01 janvier 2018
— À quoi tu penses ?
— Je pense que c’est trop beau pour être vrai, a-t-il répondu.
— Quoi ?
— Toi.
Commenter  J’apprécie          60
Analire
Analire   01 décembre 2017
Lui : Et le truc, c'est que, quand on perd quelqu'un, on se rend compte qu'on finira par perdre tout le monde.
Moi : Très juste. Et une fois qu'on le sait, on ne peut jamais l'oublier.
Commenter  J’apprécie          60
asnico
asnico   29 novembre 2017
Le problème avec une spirale, c'est que si on se laisse prendre à l'intérieur, ça ne s'arrête jamais. Elle continue de se resserrer à l'infini. (p 18)
Commenter  J’apprécie          60
Analire
Analire   08 décembre 2017
Les pas de ma mère
Étaient si légers
Que je ne l'ai pas entendue partir.
Commenter  J’apprécie          50




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle