AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Wazlib


Wazlib
  18 octobre 2017
J'ai beaucoup d'amour pour les livres de John Green.
Ce n'est pas un auteur parfait (il n'y a jamais eu d'auteurs parfaits), il peut même frôler l'agacement par moment, tant les reproches qu'on peut porter à son égard sont continuellement les mêmes: John Green a cette particularité de livrer des ouvrages très "ressemblants". Que l'on ne méprenne pas ce que je viens de dire: les thèmes sont tous différents, et Green explore via le regard adolescent, toujours un peu naïf en n'étant pas encore nostalgique, des routes extrêmement variées et intéressantes. Mais nous allons le voir par la suite: les "ficelles" de son écriture sont toujours les mêmes. Ce qui me donne envie de dire qu'on peut vite considérer John Green comme un génie, et cela dure le temps qu'apparaisse la lassitude.

"Tortues à l'infini" est donc un livre maturé, extrêmement attendu par les fans, et peut-être encore plus par l'auteur lui-même. Car vous l'avez sûrement compris, c'est dans cet ouvrage que l'on traite d'un sujet cher à l'auteur: l'anxiété, les troubles obsessionnels-compulsifs et plus globalement les pathologies psychiatriques (versant névrose, rien de psychotique non plus).
Alors j'ai été tout de suite extrêmement impatient. Etant en médecine et souhaitant m'orienter en fin d'année vers la sublime et absconse spécialité qu'est la psychiatrie, j'étais effectivement très curieux de lire la vision de ces troubles par John Green, auteur malin s'il en est.
Et je dois avouer que le résultat fut mitigé. D'une manière générale, je conserve l'idée que "Tortues à l'infini" est un bon livre, et ne nourris d'ailleurs aucun doute quant à sa réception critique et publique. Là où le bat blesse, je trouve, est lorsque l'on met ce livre aux côtés des autres déjà lus. Et j'ai trouvé (c'est un avis là, bien sûr, très personnel) que de un, ce livre n'est pas le plus réussi de cet auteur et de deux, la lassitude, si fine soit-elle, pointait peut-être le bout de son nez (mais le bout du bout du bout de son nez, d'accord?).

Aza est une narratrice agréable, notamment par son originalité, à ses dépends. Être dans ces pages, c'est accepter de rentrer dans un monde ritualisé où le moindre contact peut mener à une diarrhée, la moindre diarrhée à un traitement antibiotique, et le moindre antibiotique à la célèbre et peu fréquente infection par Clostridium difficile. Et pour éviter cela, il faut vous purger: arracher le pansement sur votre doigt, gratter la croûte, appuyer dessus pour faire sortir du sang. Si c'est du sang, ça va, mais évidemment, si le sang est un peu dilué ou n'a pas sa couleur habituelle, alors vous allez vous mettre du gel antibactérien. Et ainsi de suite...
La plausibilité médicale, évidemment, ne tient pas. Mais ce n'est en rien important, puisque nous sommes dans la tête d'Aza, et dans son monde, les règles sont celles-ci. Quel malheur, à bien y réfléchir, qu'Aza ne soit pas celle qui établit ces règles.
Alors oui, c'est passionnant au départ. La souffrance est palpable, formidablement bien retranscrite. Aza nous trimballe dans une spirale d'absurde qui ne cesse de se resserrer en son centre et d'étreindre la réalité d'Aza. Il y a de quoi paniquer.
Davis est également attachant. Ployant souvent sur le risque de devenir caricatural, John Green parvient à lui offrir quelques scènes très joliment pensées qui achèveront d'emporter l'adhérence du lecteur. Et évidemment, l'histoire qui se dessine entre Aza et lui fonctionne et nous fait fondre. Et porte le livre, par ailleurs.
Daisy est nettement moins réussie. Personnage bruyant et aux traits caractériels ultra-épais, elle m'a plus fait penser à ces adolescents décrits par les deux auteurs féminines de "Flocons d'Amour" qu'à des personnages de John Green. La comparaison est dure (vous pouvez vous référer à ma critique de Flocons d'Amour si vous voulez souffrir avec moi) et volontairement extravagante, puisque Daisy n'est pas non plus au stade de non-crédibilité. Deuxième personnage, pour le coup assez franchement loupé: la mère d'Aza, pour laquelle j'ai trouvé les dialogues de John Green assez maladroits. Si son inquiétude est évidemment convaincante, c'est plus dans ces moments où elle ne se ronge pas les sangs qu'elle parait improbable. Mais bon, passons.

Si le livre est assurément un page-turner de grande qualité (je l'ai lu en à peine deux jours!), je lui trouve malheureusement quelques aspérités malheureuses. Et je ne me voile pas la face: ces fameuses "aspérités" sont celles que je pouvais déjà deviner dans les précédents livres de notre cher John. Je m'explique: j'ai l'impression que John Green a réuni exactement les mêmes ingrédients qui ont fait le succès de ses livres précédents, mais avec moins de retenue qu'auparavant. Ainsi tout est là: le personnage principal qui va se redécouvrir à travers une relation amoureuse (très réussie par ailleurs), le/la meilleur(e) ami(e) explosif avec des centres d'intérêts ou activités farfelus (ici, Daisy qui écrit des fanfictions de Star Wars à succès), des métaphores filées à travers tout le livre (ici: l'image de la spirale, la temporalité floue et magnifique du firmament), des citations en grand nombre (très diverses, dans cet ouvrage et très bien choisies!), etc... Je pourrai évidemment développer en comparant avec ces anciens livres, si vous le souhaiter, mais je pense que vous percevez ce dont je parle si vous êtes adepte de l'auteur. le problème, ici, c'est que le tout n'est pas forcément harmonieux. Ainsi, les citations à foison font flirter nos deux tourtereaux à la limite de la grandiloquence, la meilleure amie explosive est presque caricaturale, le thème principal surexploité, et ainsi de suite...

Alors attention! Je note ceci car je veux livrer ici une critique honnête du livre. Mais cela n'en reste pas moins un superbe roman, extrêmement agréable à lire et dépeignant (une fois de plus!) l'adolescence et ses tourments à la quasi-perfection! On passe un très bon moment, et je vous l'assure: je suis dès à présent impatient que John Green écrive son prochain bouquin.
Et sans m'étendre, je voulais noter en passant la grande intelligence de la fin du livre. Si l'intrigue à proprement parler n'a pas un dénouement fou, le final de notre Aza, et ses paroles à la fin du livre sont magnifiques, rappelant que John Green, je le répète, est effroyablement malin.

Alors, je vous conseille ce livre. Je lui ai préféré "Qui es-tu Alaska?", "Nos Etoiles Contraires" et même "La Face Cachée de Margo". Mais aucun doute sur le fait que "Tortues à l'infini" est un très bon roman, et qu'il sera retenu comme tel. J'espère simplement que pour son prochain ouvrage, John Green sortira des sentiers qu'il s'est lui-même tracés, et me surprendra un peu plus.
Commenter  J’apprécie          202



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (10)voir plus