AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de mumuboc


mumuboc
  11 décembre 2017
Je suis très troublée et dubitative à la fin de cette lecture faite dans le cadre d'un Comité de Lecture. Pendant une bonne moitié du récit je me suis posée plusieurs fois la question : mais où je me suis embarquée ? C'est lent, fade et sans grand intérêt. 

Mais, heureusement les livres sont un tout et plus j'avançais et plus je pense que sous un aspect assez superficiel avec une intrigue plate et qui n'est traitée que comme un alibi, l'auteur nous plonge dans l'intime, le ressenti, d'Aza, l'héroïne de cette histoire, 16 ans, atteinte de troubles psychiques, de tocs, de son mal-être mais qui sont ceux de l'auteur lui-même. Il y a du vécu dans tout cela....

Aza : il couvre tout l'alphabet, parce que nous voulions que tu saches que t peux être qui tu veux (p49)
C'est une introspection : la spirale infernale qui augmente, qui s'élargit mais qui peut également se réduire et se concentrer sur elle. Maladie psychique, folie, Aza est très lucide sur sa condition, sur sa vie, son devenir et ce qu'elle fait vivre aux autres mais s'aperçoit que les autres n'ont qu'une idée très superficielle de son enfer, mais elle n'en sort pas ou peu.

Adolescente intelligente, hyper informée du fonctionnement du corps humain, souffrant de l'absence de son père décédé, elle analyse, dissèque, se triture les méninges, continuellement, pour tout et grâce à internet trouve les compléments d'informations indispensables pour à alimenter ses obsessions et augmenter son anxiété.

L'amitié sans faille de Daisy, l'amour de Davis sont les piliers de son existence. Ils lui permettent de garder la tête hors de l'eau, de rester dans la réalité et le monde, mais ils devront faire avec ses contradictions, ses rituels, ses sauts d'humeur et ses peurs.

Ils sont des ados de leur temps, d'internet, des réseaux, ils vivent avec leur époque mais sont aussi poètes, sensibles, romantiques, lucides et pudiques quant à leurs sentiments. 

Je garde un sentiment de mal-être de cette jeune fille, de son ressenti, de la conscience qu'elle a de ses troubles, du mécanisme de ses réflexions, comment elle s'accommode de tout cela. Sa vie est une énigme pour ses proches, mais c'est un enfer pour elle. Tout est analysé, disséqué, anticipé. Pas de douceur ni de laisser aller sauf pendant les moments d'observation du ciel, des étoiles, des planètes (un thème récurrent chez cet auteur semble-t-il), ces moments où elle maîtrise tout et rien à la fois.

C'est une quête d'amour : perdu avec son père, léger avec sa mère qui s'inquiète, profond avec ses amis qui ne la comprennent pas toujours.

Et personne ne dit au revoir à moins d'avoir envie de vous revoir
Beaucoup de poèmes, entrecoupés de récits sur des blogs, d'histoire dans l'univers Star Wars.... 

L'intrigue de la disparition du père de Davis n'est qu'un prétexte à l'histoire en fin de compte et c'est plus, il me semble, l'analyse d'une jeune fille sur les obsessions, les tornades d'introspection.

Ce que j'aime profondément dans la science, que même quand on apprend, on n'obtient pas forcément de réponses. Seulement de meilleures questions (p213)
L'auteur a transposé dans le personnage d'Aza une réalité qu'il a connue, vécue et il est intéressant de découvrir "de l'intérieur" le vécu d'une telle pathologie mais la narration n'est pas très vivante et je crains qu'elle ne passionne pas un public adoslescent. Mais sait-on réellement ce que les ados pensent ? Je ne donne que mon ressenti "d'adulte".

La vie n'est qu'une succession de choix entre différentes questions.(p224)
Lien : http://mumudanslebocage.word..
Commenter  J’apprécie          180



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (15)voir plus