AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782278082049
48 pages
Didier Jeunesse (02/11/2016)
4.4/5   31 notes
Résumé :
Une petite fille évoque son enfance douce et protégée auprès de sa maman, avant que celle-ci ne soit reprise par la terre… Commence alors pour l’enfant une odyssée à la recherche d’un autre monde, tout autour, plus grand, pour retrouver les mots et renaître à la vie, différemment, grâce à une rencontre et au dessin.

Toute la richesse de l’univers graphique d’Ilya Green, dans une palette de couleurs douces, pour traiter d’un sujet émouvant : la dispari... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 31 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

QueLire
  02 décembre 2016
Dans cet album autobiographique, Ilya Green nous parle de la disparition d'un être cher. L'histoire d'une petite fille qui perd sa maman et qui malgré sa peine, apprendra peu à peu à reprendre le cours de sa vie et à s'ouvrir à nouveau aux autres. Un album qui m'a fait pleurer.
Tout autour, retrace le dur chemin qui mène du deuil à la renaissance
La petite fille de l'album est aimée et choyée. Elle a une vie paisible faite de jeux d'enfants et de moments de tendresse avec sa maman. Les jours passent sans qu'elle ne s'en aperçoive, la mélodie tranquille du bonheur qui passe pour s'arrêter net. Sa maman est malade, la maladie gagne et l'emporte laissant sur son chemin un vide qui fait de la petite fille paisible, une petite fille solitaire. Mais une rencontre et un dessin l'aideront à reprendre goût à la vie. 
Mon avis :
C'est un album magnifique qu'Ilya Green nous offre là. Une illustratrice que j'avais découverte l'année dernière avec « Jazz sous la lune », album-CD toujours aux éditions Didier Jeunesse. Une compilation de jazz appréciée de toute la famille qui passe en boucle à la maison, surtout en cette période de fêtes qui approche.
Cette album, mélange de textes poétiques et d'illustrations représentant le chemin parcouru par un enfant touché par le deuil sonne si juste que j'en ai eu les larmes aux yeux. Bizarrement ce n'est pas quand l'enfant perd sa maman que j'ai pleuré, mais quand elle reprend confiance en la vie.
Les textes sont comme suspendus dans le temps, ils nous laissent suffisamment de place pour aborder ce délicat sujet avec notre propre sensibilité. Les illustrations, elles, reflètent bien le coup de crayon d'Ilya Green, de la couleur, des gros traits et ici, un air de campagne des années 80. Pas que nos campagnes aient changé, mais on a l'impression de regarder ces champs, ces arbres et ses moutons comme s'ils avaient été filmés à l'époque.
C'est une véritable ligne du temps qui est retracée dans tout autour, le bonheur passé en présence de l'être aimé, la douleur présente causée par la perte et l'espoir naissant d'un futur qui reprend vie.
Cet album est un vrai coup de coeur, car il m'a profondément touchée. Au-delà du thème et des illustrations, c'est un très bel objet avec une couverture noire magnifique ornée de branches d'arbres dans les tons de doré. On retrouve dans certaines pages, ce même duo de couleurs qui fonctionne très bien avec toutes les teintes d'ocre, de beige et d'orangé que l'on retrouve dans le reste du livre.
Pourquoi cette lecture ?
C'est un album que j'ai choisi dans le catalogue des éditions Didier Jeunesse pour le sujet. Sincèrement, je n'avais pas fait le rapprochement avec l'illustratrice de Jazz sous la lune que j'ai toujours à la maison.  J'ai aussi été attirée par le design de l'album que je trouvais très élégant.

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Lagagne
  04 décembre 2016
Cet album est une pure merveille ! On sent qu'il s'agit d'un album très personnel de la part d'Ilya Green.
Une petite fille est le centre de l'univers, et sa mère en est le point de gravité. Mais un jour les ombres viennent la reprendre. L'auteur met tout son talent au service de cette histoire sensible du deuil et de sa reconstruction, qui passe par l'acceptation et la reprise de la vie, mais aussi le besoin de s'exprimer, la naissance du besoin d'écrire, de dessiner.
On retrouve tout ce qu'on aime chez Ilya Green : les papiers découpés, les dessins sensibles au crayon, les spirales, les feuilles nervurées, les joues roses, les couleurs éclatantes sur fond noir, les vêtements à motifs, la nature, les arbres... Et je ne saurai dire pourquoi, mais tout cela me semble avoir encore atteint un niveau supérieur d'aboutissement. Tout est merveilleusement à sa place, chaque mot, chaque dessin, chaque couleur, chaque ombre, chaque trait.
Oui, je suis fan de cet album.
Commenter  J’apprécie          130
adtraviata
  15 novembre 2016
J'ai déjà admiré l'illustratrice Ilya Green dans Jazz sous la lune ; dans ce très bel album au format à l'italienne, à la couverture dorée à chaud, elle raconte et elle illustre à la fois. Elle se fait conteuse pour nous confier la tendresse qui a entouré son enfance et nous chuchoter le départ de sa maman, retournée à la terre. Entre noir et blanc, la petite fille oscille, avant d'oser sortir du cocon maternel pour aller à la rencontre du monde « tout autour », accompagnée de son mouton dans son bateau de papier.
Cet album est d'une douceur… très touchante. Il parle de deuil, de résilience grâce à la rencontre et par là l'ouverture à toutes les différences, grâce au dessin aussi. C'est très émouvant d'observer sur le papier comment Ilya Green dessinait quand elle était enfant : son univers en noir et blanc était déjà très graphique. Son évocation de la traversée du deuil sur un bateau de papier est très riche visuellement, les motifs végétaux et marins s'enchevêtrent, rivalisent de couleurs, les symboles sont évidents dans leu délicatesse. J'aime beaucoup les fleurs qui s'épanouissent au coin inférieur des pages, en écho aux illustrations pleine page.
C'est un album précieux, à lire et à offrir aux enfants dès l'âge de cinq ans.
Lien : http://desmotsetdesnotes.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
bouma
  23 octobre 2017
Ilya Green signe ici un album très fort émotionnellement. Car plus loin que le thème, le deuil de la mère, la solitude face au chagrin, c'est sa manière de le raconter textuellement et graphiquement parlant qui m'a touchée. On sent toute la force des sentiments de ce livre autobiographique.
Avec des mots simples qui créent des images (le retour à la terre, l'arbre de vie, le dessin comme remède), l'auteure permet une compréhension rapide. le lecteur peut pourtant se dérober à la tristesse évoquée s'il le souhaite en se tournant vers les éléments fantastiques de l'histoire. La charge affective s'allège alors en offrant un récit plus onirique, moins ancré dans le réel et donc plus facile à accepter pour des enfants notamment...
Le talent graphique d'Ilya Green n'est plus à démontrer (en tout cas pour moi). On retrouve la douceur de ses visages, les collages de motifs récurrents et la luminosité de ces précédents albums. Se rajoute à cela, un nouveau trait, plus proche de l'enfance, presque calligraphique pour moi (fait avec des gros pinceaux encrés) pour exprimer en fin d'ouvrage la saveur d'un moyen de communication trouvé et adhéré.
Cet album dense en terme de pages et riche en émotion complète parfaitement l'oeuvre d'Ilya Green et finit sur un clin d'oeil à un autre de ses ouvrages : Mon arbre.
Lien : http://boumabib.fr/2017/06/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Eden_Zorjunn
  02 août 2017
Présent sur une grille en médiathèque, cet album m'a intrigué. Qu'est-ce que fait cette enfant avec des plumes dans les cheveux ? Pourquoi ces points dorés sur la couverture ?
Le lecteur devient une petite fille qui vit avec sa maman et est en harmonie avec son environnement. Tout va bien jusqu'à l'apparition d'ombres. Celles-ci sont des représentations de la maladie. Il n'est pas dit si c'est juste la mère qui est malade ou la Terre par son intermédiaire. le thème de la mort est abordé en douceur.
Dans la naissance de l'arbre sur la tombe de l'adulte, la réincarnation est présente. La jeune fille fait preuve de courage. Elle fait face au deuil et se tourne vers l'avenir.
Les illustrations faites en dessin et collage de papier sont d'une grande douceur. L'ensemble est harmonieux. Cela donne envie de toujours aller plus loin.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Ricochet   12 janvier 2017
Esthétique, exigeant, profond, le livre ne laisse pas indifférent, que l'on soit enfant ou adulte.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
QueLireQueLire   02 décembre 2016
C'est là que j'ai poussé
entre les immortelles et les moutons,
préparant des potions de terre, de feuilles et de sorcières,
fabriquant des bateaux de papier,
frêles embarcations de mon imaginaire...

Et puis, un matin,
une ombre est apparue sur la main de ma mère.
Puis une autre.

J'ai regardé en l'air
et les nuages n'étaient pas là.
J'ai regardé la terre
et j'ai vu que les ombres venaient de là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Blandine54Blandine54   07 novembre 2017
Alors, j'ai dessiné son visage.
J'ai dessiné la vie,
j'ai dessiné le monde
autour de moi.
Commenter  J’apprécie          90
LilizLiliz   26 février 2017
Je ne sais rien faire pour arrêter ça.
La terre la reprend.
C'est un corps de pierre à sa place
et tout un monde enterré,
là.
Commenter  J’apprécie          60
boumabouma   23 octobre 2017
C’est là que j’ai poussé,
entre les immortelles et les moutons,
préparant des potions de terre, de feuilles et de sorcière,
fabriquant des bateaux de papier,
frêles embarcations de mon imaginaire…

Et puis, un matin,
une ombre est apparue sur la main de ma mère.
Puis une autre.
Commenter  J’apprécie          10
ClioInoClioIno   20 juin 2019
J'ai dessiné mon arbre et dedans ma maman.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Ilya Green (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ilya Green
Ceilin Poggi nous invite à la suivre en studio et chez elle pour un moment de poésie et de douceur. Film réalisé par Aurore Doudoux.
À propos de Balladines et Chansons douces : Un répertoire original et tendre, mariant chanson française et standards de jazz ! Huit chansons intemporelles, de Jacques Brel, Henri Salvador ou Jacques Higelin, interprétées avec émotion par la chanteuse Ceilin Poggi, accompagnée du grand pianiste de jazz Thierry Eliez. Ilya Green enchante cette sélection musicale par ses illustrations si tendres.
Pour en savoir plus : https://didier-jeunesse.com/collections/livres-disques-comptines-chansons/balladines-et-chansons-douces-9782278098200
+ Lire la suite
autres livres classés : deuilVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1282 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre