AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marcelle Sibon (Traducteur)
EAN : 9782221107119
378 pages
Éditeur : Robert Laffont (15/11/2007)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Avec ce portrait d’un aventurier «au bout du rouleau,» c’est le déclin de l’homme moderne que Graham Greene dessine.

Querry a perdu la foi – la foi en Dieu, la foi en son amour pour les femmes, la foi en sa vocation d’architecte qui construit des églises… Pour échapper à sa condition de « mort-vivant » et – qui sait ? – pour retrouver un sens à sa vie, il fuit son quotidien de nanti pour l’Afrique aux mille masques. Il échoue au Congo belge, dans une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Thrinecis
  29 août 2020
Publié en 1960, la saison des pluies est mon premier Graham Greene et probablement le dernier car je n'ai que très modérément apprécié ce roman : le roman est pour moi beaucoup trop "daté" et l'expression des doutes philosophico-religieux qui imprègne le livre m'a profondément ennuyée.
Bien que Graham Greene se soit attaché à ne pas situer précisément l'intrigue, ni à utiliser les véritables noms des villes, l'action se déroule au Congo belge dans les années 50.
Querry, un architecte français qui s'est acquis à la fois une grande célébrité en bâtissant des cathédrales mais aussi une réputation un peu sulfureuse en raison de quelques scandales avec des femmes, vient, sur un coup de tête, se réfugier dans une léproserie dirigée par des missionnaires catholiques. Fatigué de sa célébrité, lassé de tout, des femmes, de son métier, et même de la vie, Querry n'aspire plus qu'à la tranquillité, à la paix de l'âme et ne veut surtout pas être reconnu. Les prêtres l'accueillent sans lui poser de questions et Querry, peu à peu, partage leur quotidien en essayant de se rendre un peu utile. Mais un jour, un journaliste venu faire un reportage dans la région, l'identifie. En mal de scoop, le journaliste commence à le harceler pour obtenir une interview du "grand Querry" et en brosser un portrait exagérément louangeur. Querry s'en agace et, sans le vouloir, enclenche les rouages du drame à venir...
Restent de ce roman quelques personnages plus intéressants que le héros lui-même comme le médecin de la léproserie, qui s'attache davantage à soigner les lépreux et à rechercher des moyens de combattre la maladie que de devenir un nouvel Albert Schweitzer, et le Père Supérieur des missionnaires, plus attentif à faciliter le quotidien des lépreux qu'à les convertir à tout prix.
Challenge multi-défis 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Bouteyalamer
  08 mars 2021
Un roman difficile sur le tædium vitae, l'ennui et sa dimension religieuse, l'acédie, ici nommée aridité. Querry/Greene est un architecte célèbre, bâtisseur de cathédrale, considéré comme une figure catholique, qui fuit sa vie et son monde au fin fond de l'Afrique. le ton est donné dès la première phrase : « Parodiant Descartes, le passager de la cabine écrivit dans son journal intime : “je me sens mal à l'aise, donc je suis”, puis il demeura, la plume à la main, n'ayant plus rien à noter » (p 19). Fuite dans la mauvaise direction puisqu'il voyage dans le bateau d'un évêque congolais et arrive dans une léproserie gérée par des religieux. On lui attribue un boy nommé Deo Gratias, il construit un hôpital puis une église, il est harcelé par un chrétien hypocrite et un journaliste caricatural qui veulent faire de lui un saint laïque. Tout cela finit en catastrophe.
Greene est adroit et sait maintenir l'attention. Il fait rebondir les dialogues sur le devoir, l'engagement moral et l'empathie avec le docteur Colin, athée, - c'est lui le saint laïque, infatigable et discret (on pense au docteur Rieux de la peste). L'histoire est pénible mais se lit avec curiosité pour ses rebondissements, sa rosserie, ses sarcasmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jmb33320
  20 octobre 2018
Je n'avais pas lu quoi que ce soit de Graham Greene depuis au moins trente-cinq ans, à part, il y a peu, son autobiographie si peu diserte mais marquante, « Une sorte de vie ». Celle-ci m'avait donné envie de revenir à son oeuvre de fiction.
J'ai ressenti beaucoup d'agacement à la lecture de ce roman extrêmement verbeux et bourré de situations que je juge invraisemblables. Je m'attendais évidemment à une part de questionnement sur le Bien et le Mal, l'Amour bienveillance contre l'amour des corps, les croyances contre la dureté du réel. Mais à ce point-là, sûrement pas…
Peut-être ces questionnements, qui m'ont semblé si terriblement vieillis, ne nous sont plus du tout intelligibles, tant nos sociétés occidentales déchristianisées ont changé depuis les années cinquante.
Mais même en essayant de faire la part des choses, j'ai eu presque constamment l'impression d'être dans une très mauvaise pièce de théâtre, emphatique et boursouflée, où tous les personnages boivent trop et étalent leurs états d'âme ad nauseam.
Il y quand même de temps en temps un peu d'humour, quelques observations assez touchantes sur la vie dans cette léproserie Congolaise de l'après-guerre. Mais c'est beaucoup trop peu pour sauver ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fklevesque
  21 novembre 2016
Un ouvrage magnifique et merveilleusement bien écrit. Un récit d'un autre temps au coeur duquel un homme s'est égaré dans ses passions récusant Dieu, l'Amour de son prochain, l'amour entre homme et femme et le sens de la vie. Ce n'est que face à lui-même, à la souffrance silencieuse qui l'entoure, près de personnages parfois aussi tranchés que lui mais aux antipodes de ses positions, qu'il se découvrira en hésitant à mettre un nom sur les sentiments. Il est vrai, il y a longtemps, l'Afrique et le service des plus démunis permettait de tels face à face. Les choses sont aujourd'hui bien différentes. Heureusement, des ouvrages comme celui-ci peuvent participer à l'éveil de l'Etre de chacun.Par la prise de conscience des choses même quand les mots ne peuvent être prononcés.
Un très beau et bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          40
LecturesdeVoyage
  04 octobre 2018
« A Burnt-Out Case » de Graham Greene, traduit de manière un rien surprenante sous le titre de « La Saison des Pluies » en français, peut à première vue apparaître comme offrant un contraste au roman de Conrad. A la fin de la période coloniale, un architecte européen, célèbre mais poursuivi par des rumeurs de scandale, remonte un fleuve congolais à bord d'un bateau pour chercher refuge dans une léproserie. Il s'y fait oublier en aidant le médecin et les missionnaires à soigner les malades. En dépit de son désir d'une vie calme et retirée, il est malgré lui, rattrapé par le scandale et le drame. C'est un excellent roman, mais une fois encore les Congolais y font figure de faire-valoir, cantonnés dans des rôles de lépreux et chauffeurs.
Lien : http://www.lecturesdevoyage...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BouteyalamerBouteyalamer   08 mars 2021
Ceux qui épousent Dieu, pensa-t-il, finissent par se domestiquer, eux aussi, et forment un ménage aussi popote que tous les autres. Le mot “amour” n’est plus que le baiser du bout des lèvres appartenant au rituel de la messe, et “Ave Maria” ressemble au mot “chérie” par lequel on commence une lettre. Ce mariage, de même que les mariages du monde, ne tient que par les habitudes et les goûts qu’ils ont en commun avec Dieu : le goût de Dieu étant d’être adoré et leur goût étant d’adorer, mais seulement à certaines heures, aussi régulières que l’étreinte du samedi soir des banlieusards.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BouteyalamerBouteyalamer   08 mars 2021
Le gouverneur était un homme très petit à qui sa myopie donnait un aspect d’intensité morale ; physiquement, il avait l’air de chercher protection auprès de sa femme mais, semblable en ceci aux petites nations, fier de sa culture, il supportait mal le rôle de satellite.
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   26 mai 2015
Les êtres humains ne touchent plus assez ma sensibilité pour que je fasse quelque chose pour eux par pitié.
Commenter  J’apprécie          51

Videos de Graham Greene (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Graham Greene
Brighton Rock (2011), un drame anglais réalisé par Rowan Joffe avec Sam Riley, Andrea Riseborough et Helen Mirren. Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Graham Greene, in english in the text !

Orient Express ?

Orient Express Train
Stamboul Train

5 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Graham GreeneCréer un quiz sur ce livre