AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234074495
Éditeur : Stock (20/08/2014)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 36 notes)
Résumé :
En Italie, la ligne la plus droite entre deux points est l'arabesque. Il faudra un jour étudier l'importance du baroque sur le peuple italien, comme le disait Ennio Flaiano. La criminalité s'y décline en trois composantes : attentats et massacres à des fins politiques, corruption transversale à tous les niveaux, différentes mafias. Qui a tiré les ficelles ? La réalité est complexe, insaisissable, perverse. À travers la relation entre don Saverio, jésuite, héritier d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  16 décembre 2015

N°999– Décembre 2015
LES NOUVEAUX MONSTRES (1978- 2014)– Simonetta Greggio - Stock.
Après « La Dolce-Vita » [La Feuille Volante n° 565], Simonetta Greggio reprend le portrait de l'Italie, qu'elle avait laissé après l'assassinat d'Aldo Moro en 1978. On s'en serait un peu douté, le personnage central de ce roman, c'est la Mafia, cette pieuvre qui gangrène tout ce qu'elle touche et notamment la politique et ses cohortes de parasites véreux qui, à tous les niveaux du pouvoir, profitent d'un système juteux. La presse et même le Vatican qu'on attendrait pas forcément ici, font pression sur une population qui, même si elle n'est pas dupe, adule ses dirigeants. En 1993, au plus fort de l'été, Berlusconi était au plus haut dans les sondages, ce qui fait dire à l'auteure, certes sur le ton de l'humour, que dans ce pays « la ligne la plus droite est l'arabesque ». Celui que l'Europe entière s'accorde à regarder comme un triste pantin, inéligible actuellement, refait surface et menace la démocratie. Ici comme ailleurs, tant que les politicards ne sont pas six pieds sous terre, ils chercheront toujours à revenir sur le devant de la scène.
Simonetta Greggio reprend les personnages de son précédent roman, le jésuite Don Saverio, sans doute judicieusement choisi pour les révélations qu'il fait à la journaliste d'investigation, Aria Valfonda qui est aussi sa nièce et qui a peut-être quelques ressemblances avec l'auteure. Il y a entre eux une complicité qui ira s'affirmant dans leur correspondance et leurs rencontres tout au long de ce roman. L'auteure en profite pour évoquer la mort du « Prince Malo », le demi-frère de Saverio pour mettre ce dernier face à ses états d'âme, ses doutes face aux dogmes religieux et aux règles qu'il a embrassés en prononçant ses voeux. Ce roman mêle des secrets de famille avec leur inévitable lot de révélations, non-dits, passions, violences, trahisons, jeunesse et beauté des corps mais aussi les soubresauts meurtriers de l'histoire de la classe politique de cette Italie à la botte de Cosa Nostra, la collusion entre le pouvoir et l'argent, le risque du parti communiste, la loge P2, la naissance de « Forza Italia » en 1994 à la suite de la faillite de la Démocratie Chrétienne, l'ombre inquiétante des Brigades rouges, l'attentat de la gare de Bologne et autres massacres, des mystère et des silences du Vatican dans le blanchiment d'argent omniprésent et omnipotent de la Mafia, et du rôle des papes successifs dans le grand ménage qu'il convenait de faire dans cette institution à la fois rétrograde et conservatrice... Elle met à nu les plaies de ce pays qu'on associe volontiers à la culture, à la beauté des paysages, au farniente ; on aime le peuple italien pour sa langue et son côté baroque mais les tares qu'elle dénonce entachent durablement la démocratie. Un beau gâchis ! On sent, dans les termes qu'elle emploie, et ce malgré la poésie qu'elle met dans ses descriptions, une grande indignation face à la situation de ce pays gangrené par le détournement de l'argent et des marchés publics, les malversations, les carences et la corruption au plus haut sommet de l'État... Elle l'aime passionnément comme sa patrie mais l'a pourtant quitté depuis trente ans.
Il n'y a pas seulement des interrogations sur l'Église à travers ce père jésuite énigmatique et sur les agissements du Vatican, mais son questionnement s'étend aussi à Dieu, sur son silence, son indifférence face à l'injustice et aux crimes qui sont quotidiens, au culte aussi qui lui est rendu dans ce pays très catholique où les assassins pratiquent la peine de mort alors qu'elle est proscrite par les commandements et vont même jusqu'à prier pour l'âme de ceux qu'ils ont fait assassiner.
Ce n'est quand même pas un roman comme les autres puisque, à la place de la traditionnelle et souvent hypocrite formule sacramentelle qui rappelle au lecteur que toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence, elle enfonce le clou et indique au contraire que cette chronique italienne colle au plus près de la réalité, donnant des noms, des dates, révélant des curriculum vitae éloquents, se livrant certes à des interprétations personnelles mais qui ont le mérite d'être pertinentes.
Le style est simple, efficace, souvent poétique et agréable à lire, servant un texte toujours fort bien documenté et précis dans ses révélations et écrit directement en français. Il a constitué pour moi, comme la première fois, un bon moment de lecture.

Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lune
  25 novembre 2014
Le premier livre (Dolce Vita) couvrait 1959-1979.
Voici "Les Nouveaux monstres" (titre éloquent). 1978-2014.
Nous y retrouvons le jésuite Don Saverio et sa petite nièce, journaliste d'investigation.
L'histoire continue : attentats, mafia, corruption, meurtres et politique.
Un chant tragique monte de ces pages livrant l'Italie de Berlusconi et toute la complexité du monde qui l'entoure.
Les faits se précisent, ceux qui nous sont familiers, ceux qu'on nous donne aux infos.
Des noms se rappellent à nous (Moro, Falcone...), le voile se déchire (un peu) qui recouvre le Vatican, l'argent sale, la politique qui va, qui vient avec ses laideurs qu'on soupçonne un peu et qui se révèle beaucoup.
35 ans de l'histoire italienne qui amènent à réfléchir sur le pouvoir et les tares y afférant. 35 ans d'Histoire qui sont autant de leçons à tirer.
Leçons qui pourraient aider à une vie meilleure mais cela est une histoire... je l'espère, je n'y crois pas et je relis les mots d'amour d'Aldo Moro dans sa dernière lettre à sa femme, quelle noblesse, quel pied de nez à la mort pour aider la vie.
Le dernier chapitre porte le titre : "Les belles choses" : une infinie injustice, une infinie tristesse, une infinie envie que la vie soit plus forte, voilà la conclusion de ce livre.
Simonetta Greggio nous fait voir et ressentir tout cela grâce à son écriture, son travail de recherche, en un mot sa passion, qui animent cet immense fresque de l'Italie moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mireille.lefustec
  26 mars 2015
Ce livre est un choc. Je connaissais les tueries des années de plomb, je savais que les dirigeants de tous niveaux avaient des accointances avec la mafia sicilienne Cosa Nostra, mais pas à ce point.
Pas autant de silences, de mensonges, de procès faussés.
Si le peuple italien n'avait que la télévision comme source d'information, alors il était totalement et délibérément désinformé.
"L'auteur reprend la thèse d'une connivence entre les services secrets italiens, sous influence américaine, et de la mafia pour créer une " stratégie de la tension" afin de remobiliser les citoyens autour d'institutions discréditées et d'hommes politiques corrompus. Pas question, en effet, à l'époque, pour les Etats-Unis de laisser basculer l'un des piliers de l'Otan dans le camp communiste.
Bon nombre de serviteurs intègres de l'Etat qui voulaient mettre fin à ce système pervers, hauts fonctionnaires, magistrats ou encore journalistes y laisseront leur vie.
L'auteur déplore que des décombres de la Démocratie chrétienne ait émergé Silvio Berlusconi, qualifié de "caïman" par Nanni Moretti, et qui gouverna l'Italie pendant vingt ans avec les mêmes méthodes." Juillac
Intercalée entre ces pages douloureuses il y a le romanesque. Les personnages tourmentés ne sont pas gais mais il offrent des moments de respiration.
J'admire Simonetta Greggio d'avoir travaillé à révéler des parts de vérité.
Il y a de quoi désespérer des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ManouParis
  22 octobre 2018
À l'enterrement de don Emanuele, neuvième prince de Valfonda et quatorzième comte de Palmieri, un homme déambule, seul, la tête courbée. Saverio est un prêtre jésuite et le demi-frère illégitime du défunt, qui l'a choisi pour héritier. C'est à cette occasion qu'il rencontre Aria, l'une des nièces du prince. Ou plutôt, elle croit le rencontrer. Car lui la connait plus qu'elle ne l'imagine. Il a même été un intime de ses parents, Viola et Santo. Il fut leur ami, le témoin de leur passion et plus encore. Mais Aria l'ignore. Comme bien d'autres choses…
La jeune femme est journaliste et éprise de vérité. Tout ce sur quoi elle s'interroge, enquête, questionne, elle l'écrit dans le journal qu'elle a fondé avec des associés, Lo Specchio Verde. Ses thèmes de prédilection ? La collusion entre la mafia et l'état, l'argent du Vatican, les assassinats commandités. Mais aussi de manière plus générale, le « linge sale » de son pays ; le refus de laisser mourir dans la dignité, les meurtres non élucidés du monstre de Florence, les disparitions… de temps à autre, pour divertir son lectorat hébété par tant de drames, elle ose quelques feuilles sur les actrices, telle Ornella Muti. La narration fait alterner correspondance entre Aria et Saverio au présent, passages narratifs qui évoquent le passé des personnages et des articles du journal d'Aria.
Si je ne suis pas de ceux qui assimile uniquement l'Italie aux pizzas, aux pastas et aux gondoles, je dois avouer que j'ignorais tout ou presque des années de plomb ou des histoires d'argent sale du Vatican et de l'IOR. Or Les nouveaux monstres (1978-2004) parle de tout cela. Des attentats contre le civils perpétrés par l'extrême-gauche et l'extrême-droite, tous aussi sanglants les uns que les autres. de la mafia, du cortège de morts qu'elle charrie derrière et devant elle. Des morts si raffinées, si douces, que vous en serez tout chose : à coup de pendaison forcée, de défenestration, de charges explosives, d'enlèvements, de séquestrations… du sang, des larmes. Et des dossiers de justice dont l'épaisseur n'a d'égal que le vide des condamnations. Il s'agit de juges qui meurent dès qu'ils s'approchent un peu trop près de la vérité, dès que des noms sortent, dès que des réseaux sont mis au jour. de pool anti-mafia trop efficaces, d'hommes qui paient leur courage de leur vie. de Falcone à Borsellino, et ce malgré leurs protections rapprochées. Les journalistes ne sont pas en reste, eux aussi périssent de vouloir écrire ou dire la vérité, car elle dérange trop de monde, de la mafia aux politiciens corrompus, des grandes entreprises qui se servent au passage, à l'état qui ne dit mot mais consent. Alors oui, même si cette lecture fut particulièrement démoralisante, je peux affirmer que j'ai appris beaucoup grâce à elle. Ce livre est un hommage à tous ceux qui se sont battus, qui se battent encore, pour qu'un jour l'Italie soit débarrassée du système mafieux. Pour qu'enfin elle tourne la page de la violence, qui a pris d'autres formes aujourd'hui, mais n'est pas moins présente.
En revanche, je suis plus dubitative sur la manière employée par l'auteure pour mener à bien son projet. J'ai trouvé qu'il y avait un décalage trop important entre les parties narratives et les articles du journal fictif. le va et vient n'a pas fonctionné pour moi, essentiellement parce que j'ai trouvé que Simonetta Greggio était bien meilleure écrivaine que journaliste. C'est à dire que les passages narrés sont de meilleure facture que quand elle prend la plume d'Aria. Si l'on est pas italien, si l'on ne s'est pas intéressé à l'histoire du pays, il est parfois pénible de suivre le propos de la journaliste. Je me suis franchement ennuyée à certains moments. Si j'ai entrepris de nombreuses recherches pour comprendre ce que je lisais (et dans l'optique de rédiger ma critique), je doute que tous les lecteurs posent leur livre toutes les cinq minutes pour aller sur Google (ou autre). Certes, les cinquante dernières pages du livre sont consacrées à des notices biographiques, à un lexique des sigles et acronymes. Mais j'ai déploré malgré tout un manque de pédagogie dans la manière de raconter les faits historiques, un manque de fluidité qui dessert le roman. Il aurait peut-être fallu en dire moins, mais mieux. Ou choisir entre la non-fiction et le roman. C'est d'autant plus dommage que la langue est belle quand elle évoque les sentiments de Viola et Santo, ou de Saverio et Aria. J'ai été émue, touchée par ces personnages humains qui s'aiment, se déchirent, aspirent à la justice. La ténacité d'Aria est à l'image de nombre d'hommes et de femmes qui se sont battus pour faire avancer l'Italie vers plus de lumière, moins de corruption, d'argent sale et d'inégalité.
Parce qu'il hésite trop, à mon sens, entre document et fiction, Les Nouveaux monstres (1978-2004) n'a pas rempli toutes mes attentes. Si l'auteure réussit à faire vibrer son lecteur et à l'intéresser à son pays, l'amoncellement des sujets abordés risque de lui tourner la tête et le laisser soulagé de reposer le livre, enfin achevé.

Lien : http://manouselivre.com/les-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fx1
  14 octobre 2014
Voila un livre fort , brillant et courageux .
Fort parcequ'ici le ton n'est pas à la demie mesure .
On est clairement devant un témoignage qui revient sur toute une époque de l'Italie , ce pays si paradoxal.
L'on à pas de différences de ton entre les différents sujets abordés ici , c'est un bilan impartial que l'auteur livre .
Brillant , ce livre l'est oui .
Il aurait ètait simple de faire dans le "populaire" sur ce sujet là , privilégiant de ce fait la forme aux dépends du fond .
L'auteur ne fait pas le choix de la facilité et aborde avec le méme sèrieux et le méme souci de profondeur toutes les thématiques de son livre .
Le style est beau , on se laisse porter pendant cette découverte de l'Italie contemporaine .
Un livre courageux oui .
A l'image de Saviano , voila un auteur qui ose aborder des sujets tabous en Italie , qui ose attaquer frontalement Berlusconi .
Oui , voila une oeuvre qui mérite largement qu'on le découvre et que l'on plonge par là méme dans l'Italie contemporaine .
Une trés belle oeuvre , à découvir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (2)
LeFigaro   03 octobre 2014
La force de ce livre tient dans son style, dramatique, qui ne sombre jamais dans le mélo mais va vers la lumière.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama   01 octobre 2014
Il y a de la rage dans ce livre, de l'indignation et de l'amour pour un pays que l'auteur quitta voici trente ans, et qu'elle continue de regarder avec autant d'effarement que de passion.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
BibaliceBibalice   12 août 2014
Bien sûr, j'ai peur. Parce que je sais que que quelque chose de terrible va survenir, et j'ignore comment conjurer le désastre. L'église d'à côté sonne les matines et moi, je cache ma tête sous mes oreillers, prise d'un tremblement incontrôlable. Les cloches provoquent sur moi cet effet depuis toute petite, sans que je ne puisse me l'expliquer. Puis j'ai entendu ma mère pleurer. Je l'ai cherchée dans le salon et la cuisine, mais, bien sûr, il n'y avait personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AdemyAdemy   05 novembre 2014
La vie, c'est la femme qui t'aime, le vent dans les cheveux, le soleil sur le visage, le soleil sur le visage, la proménade nocturne avec un ami. La vie, c'est aussi la femme aue tu aimes et qui te quitte, une journée de pluie, un ami qui te déçoit. Mais ce qui m'est resté, ce n'est pas la vie, c'est seulement un acharnement obstiné et insensé à maintenir actives des fonctions biologiques....
Où est-il, le Dieu de ceux qui prient de toutes leurs forces, de tout leur coeur? Ecoute t-il les pleurs, envoie t-il un ange miséricordieux pour une caresse? Lorsqu'on a l'impression qu'on nous déchire quelque chose à l'intérieur, lentement, avec application, et que mourir ou vivre n'a plus d'importance tant la souffrance est immense, où est le Dieu auquel on croit? D'où vient la résignation? Ne reste t-il la rage contre le monde et le destin, contre la vie même?....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mireille.lefustecmireille.lefustec   26 mars 2015
Ouvrir la boîte de Pandore signifiait mettre au jour les collusions criminelles entre certaines parties de l'Etat, des sections des services secrets, les branches dévoyées de la franc-maçonnerie, les représentants de l'extrême droite terroristes, des cercles entrepreneuriaux et financiers.
Commenter  J’apprécie          90
BibaliceBibalice   12 août 2014
Les morts restent morts. Frissons du souvenir, mémoire-frisson des herbes rouges, odeurs de terre remuée. En bras de chemise, peau hérissée d'aube, yeux cernés, fuyant le sommeil qui me fuit, courbé sous ce ciel d'amande amère. Mes ombres font si peu de bruit, à peine le doux murmure d'une feuille tombée. Tranchez-moi la tête, ôtez-moi le coeur que je cesse d'entendre leurs voix. Rien ne sert de fermer les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Herve-LionelHerve-Lionel   15 décembre 2015
En Italie, la ligne la plus directe entre deux points est l'arabesque. Il faudra un jour étudier l'importance du baroque sur le peuple italien.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Simonetta Greggio (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simonetta Greggio
Maison de la poésie (4 juin 2019) - Texte et Lecture de Alban Lefranc, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution mai 2019).
Le Dictionnaire des mots parfaits :
Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets.
Auteurs : Nathalie Azoulai, Dominique Barbéris, Marcel Bénabou, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bordes, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Pascal Commère, Seyhmus Dagtekin, Jacques Damade, François Debluë, Frédérique Deghelt, Jean-Michel Delacomptée, Jean-Philippe Domecq, Suzanne Doppelt, Max Dorra, Christian Doumet, Renaud Ego, Pierrette Fleutiaux, Hélène Frappat, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Jacques Jouet, Pierre Jourde, Cécile Ladjali, Marie-Hélène Lafon, Frank Lanot, Bertrand Leclair, Alban Lefranc, Sylvie Lemonnier, Arrigo Lessana, Alain Leygonie, Jean-Pierre Martin, Nicolas Mathieu, Jérôme Meizoz, Gilles Ortlieb, Véronique Ovaldé, Guillaume Poix, Didier Pourquery, Christophe Pradeau, Henri Raynal, Philippe Renonçay, Pascale Roze, Jean-Baptiste de Seynes, François Taillandier, Yoann Thommerel, Laurence Werner David, Julie Wolkenstein, Valérie Zenatti
+ Lire la suite
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..