AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259191883
397 pages
Éditeur : Plon (30/11/-1)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Nous sommes en 1858, à Tours. Au cours d'un grand bal, Julie Guiet de la Gravière fait son entrée dans le monde, sous la conduite de sa tante Hortense, une femme splendide très à la mode. Agée de dix-huit ans, issue d'une noblesse désargentée, Julie chavire bien des coeurs.

C'est pourtant Gustave G., un bourgeois un peu terne, qui obtient sa main. Julie se coule avec facilité dans sa nouvelle vie de femme mariée. Oubliées les rêveries de jeun... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ladesiderienne
  25 avril 2020
Encore un livre qui sans le confinement ne serait peut-être jamais sorti de ma PAL, heureux hasard car je ne regrette pas cette rencontre fortuite avec ces dames de la Loire.
D'abord un petit mot sur l'auteure dont le nom ne parlera qu'aux plus âgés des lecteurs. Ménie Grégoire, journaliste très attachée à la condition féminine, fut surtout une voix sur RTL. Dans son émission radiophonique "Allo Ménie !", elle a répondu pendant 14 ans (1967/1981) aux questions de centaines d'auditeurs, en prêtant une écoute attentive principalement à des femmes qui l'interrogeaient sur les problèmes liés à leur intimité, fait innovant pour l'époque.
Tourangelle, par sa mère, l'auteure situe son roman dans une région qu'elle affectionne, entre Tours et Chinon. Cette histoire est celle, romancée, de sa grand-mère Julie, personnage qui l'avait marquée alors qu'elle était enfant. En cachette de ses proches, cette dernière avait en effet réussi à faire publier 17 romans à succès sous un pseudonyme féminin, ce qui n'était pas encore dans les us de l'époque en cette deuxième moitié du XIXème siècle (cf George Sand).
A 18 ans, issue d'une noblesse ruinée, Julie Guiet de la Gravière est mariée à Gustave G., un bourgeois de Chinon dont elle aura deux filles. Elle connaîtra la passion avec Edouard, un artiste-peintre parisien. Avoir une liaison, écrire et publier des romans, voilà des choses que la bonne société tourangelle n'accorde pas aux femmes. Heureusement, c'est à Paris que Julie vivra sa double vie tout en menant une existence respectable sur les bords de la Loire.
Ménie Grégoire propose avec ce titre à la fois un roman du terroir qui sait mettre en valeur la superbe Touraine et ses spécialités vinicoles et culinaires mais aussi un roman historique car elle nous fait traverser le Second Empire, la guerre de 1870 et la Commune de Paris. Mais il s'agit surtout d'un hommage aux femmes, celles d'un siècle passé où les velléités de liberté féminine n'en sont qu'à leurs premiers balbutiements à Paris et n'ont pas encore gagné la lointaine province. Comme l'auteure le dit elle-même en postface :
"Bref, j'ai tenté de faire revivre une femme du passé parmi des millions, avec leur éducation, leurs interdits et leurs angoisses, leurs révoltes et leurs résignations, leurs ignorances et leurs luttes secrètes, mais aussi avec leurs rêves, leurs désirs, leurs passions, leurs tentations... sans oublier la coquetterie, la mode, la frivolité, la séduction ou les arts d'agrément, seuls plaisirs autorisés."
J'ai beaucoup aimé suivre Julie tout au long de sa vie et voir son évolution pour échapper au carcan de cette bourgeoisie provinciale. J'ai découvert avec elle le milieu intellectuel et artistique parisien, plus ouvert aux libertés féminines. J'ai traversé avec elle l'Histoire de France de cette deuxième partie de siècle. J'ai apprécié l'élégance de l'écriture de l'auteure où transparait son éternel combat pour les femmes à travers le caractère de son personnage principal.
Je viens de découvrir que "Les Dames de la Loire", titre auquel j'accorde un 17/20, est en réalité une trilogie et que l'aventure se poursuit ensuite avec celle de Marie, la fille aînée de Julie dans "La fortune de Marie". Ne l'ayant pas dans ma PAL, j'espère la trouver à la médiathèque, lorsque le confinement fera partie des mauvais souvenirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
MelissaChelle
  28 août 2020
J'ai lu ce livre d'époque avec plaisir et difficulté. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire et à suivre l'héroïne principale ( Julie ) car au départ, son histoire me semblait plutôt insignifiante. J'ai tout de même apprécié quelques passages, ces dialogues d'époque, ces coutumes dévoilées au fil des pages, le fil de cette vie qui change et qui vieillit de chapitre en chapitre. Julie et son amant, si brûlante mais si discrète, si bien élevée, même trop parfois. On voit grandir ses filles, Eugénie et Marie. On s'attache à Gustave, son mari. Je trouve dommage que la fin du récit soit ponctuée d'autant de morts, en effet ils meurent les uns après les autres, mais il est vrai que dans le temps on ne faisait pas de vieux os. J'ai moins aimé les passages politique mais je crois que dans tous les livres j'ai du mal avec ça. J'ai découvert la Touraine et si un jour je la visite, je penserai à Julie.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   07 décembre 2016
Le papier crissait et le livre apparut, couverture grise fatiguée, hérissé de petites marques en papier. Julie tentait de déchiffrer le titre à l'envers : "Futures épouses" par le chanoine... C'était écrit trop petit, mais peu importait.
- Tu y trouveras tout ce qu'il faut savoir sur ton rôle de mère et d'épouse, dont ma pauvre sœur aurait sûrement souhaité d'informer à la veille d'un si grand jour.
Le geste de tante Marthe pour offrir ce trésor était si solennel que Julie resta sans voix : c'était gros, plusieurs centaines de pages que d'autres jeunes filles avaient coupées, lues, méditées. Julie avait pensé à tout : frivolités, futilités, mondanités et apparence, sauf à l'énigme du mariage, ce dont personne ne parlait. (...)
Obligations, voilà ! Julie tournait la page, puis d'autres, pas d’explications, rien ! Elle feuilletait, de chapitre en chapitre : L'éducation à la chasteté, Le rôle de la mère, Le culte de la pureté, L'organisation de la piété, La méditation des mystères...
Mystères, voilà ! Elle sautait à la page quarante-trois. Non, c'était le mystère de la conception immaculée du Christ dans le sein de Marie. Elle sauta les "écueils intimes" (coquetterie, toilette, romans, bals, théâtre, vie mondaine), toujours rien sur les fameuses "obligations".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   25 avril 2020
- Mon tableau est sûrement ce que j'ai fait de plus achevé. C'est un cri de l'âme, traité d'un trait novateur où se fondent les lumières incendiaires et celles de la passion. La vérité, c'est qu'on ne veut pas se souvenir de ces "années terribles". Il m'aurait fallu, comme les autres, faire rêver d'un avenir tranquille et mesquin, avec des jeunes filles au piano et d'heureuses mères parmi leurs bambins. Faire semblant en somme, ce que je ne saurai jamais faire.
Julie écoutait, désolée, le tableau était là, dans l'atelier, il était si bouleversant qu’Édouard l'avait tourné vers le mur.
- Ces années terribles, mon amie, sont maintenant pour l'histoire, pas pour nous. Mais nous, les peintres comme les poètes, sommes des témoins, et si les témoins sont musclés, bâillonnés, il n'y a que mensonge et ignorance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   22 avril 2020
Marie gardait sa fameuse chevelure blonde qu'il fallait des heures pour brosser chaque soir, mais gourmande, elle mangeait trop et ne cessait de grossir. Autant il était facile d'habiller Eugénie avec des riens et d'en faire une petite merveille, autant Marie désespérait les couturières et leurs charmants tissus. Elle avait un goût déplorable et aurait toujours voulu choisir les pieds-de-poule géants ou les écossais multicolores.
- Mademoiselle Marie, il faut être mince pour ça ! Et si vous voulez être belle, il vous faudra une taille de cinquante-cinq centimètres, comme votre maman.
- Mais moi, je serai célèbre, et pour cela, la taille n'a rien à voir, répondait sèchement Marie qui ne doutait de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   20 avril 2020
C'est ainsi, et sans l'avoir cherché, que Julie apprit le mariage de Blaise de T., "ce coureur de dot", "ce maudit garçon" disait à l'envi les mères déçues :
- Il paraît qu'il a été refusé par les Barathon, mais d'après Mlle Cloque, il est accepté par les Riot et il épouserait l'aînée.
- Élise Riot ? dit étourdiment Julie, ce n'est pas possible. Je la connais, elle est laide et bien trop grosse. A Marmoutiers, on l'appelait la pomme !
- Il n'y a pas de fille laide chez un gros notaire, ma chère, glissa Hortense dans son oreille avec un clin d’œil, ajoutant vivement.
- Je suis d’ailleurs très au courant, chère mademoiselle, la petite est ravie et éclate de fierté. Elle sera trompée toute sa vie. Elle l'est déjà !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   20 avril 2020
Octave Pillet se leva péniblement, alourdi par le cognac, et conclut :
- Nous vivons une époque formidable, je vois chaque jour naître quelque nouveauté : chaque semaine la création de quelque nouvelle fabrique, des jeunes hommes courageux qui révolutionnent les engrais agricoles. Notre siècle sera celui du progrès et aujourd'hui, le seul ennemi, c'est l'ignorance !
Tante Marthe qui s'agitait en fouillant son sac de macramé pour trouver un mouchoir et s'éponger, osa enfin quelques mots, de sa voix d'éternelle pensionnaire :
- Attention Octave ! L'instruction ne consiste pas à savoir lire et écrire. Il faut qu'elle s'appuie sur une bonne éducation morale. A notre époque (elle leva les yeux au ciel), mieux vaudrait ne rien savoir que faire de mauvaises lectures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Video de Ménie Grégoire (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ménie Grégoire
Voir l'émission : https://www.web-tv-culture.com//emission/adele-breau-frangines-51791.html
Avant d'être en vitrine des librairies, Adèle Bréau a elle-même travaillé dans l'édition après avoir suivi des études de lettres. Malgré son attirance pour l'écriture, elle n'osa pas profiter de cette période pour publier elle-même, se sentant vampirisée par le talent des auteurs qu'elle côtoyait dans la maison qui l'employait . Puis, ce fut l'aventure journalistique, essentiellement dans le numérique. Elle fut notamment rédactrice en chef du site elle.fr.
Mais voilà, grande lectrice elle-même, toujours à écrire quelques bribes de texte, attentive aux évolutions de la société et, entre autre, à la place de la femme, à l'image de sa grand-mère, la journaliste et romancière Ménie Grégoire, la jeune femme se lance enfin dans l'écriture à l'occasion d'un congé maternité. Ainsi naît « La cour des grandes » en 2015, formidable roman choral mettant en scène 4 parisiennes d'une quarantaine d'années, à l'heure des choix. Fort du succès de ce titre, gardant les personnages clés de ce premier opus, deux autres titres suivront formant ainsi une trilogie pour laquelle une adaptation TV est en cours.
Toujours dans l'esprit de la douce mélancolie, des souvenirs tendres et amers et du temps qui passe, tout en gardant une écriture pleine d'optimisme et de fantaisie, Adèle Bréau confirme en 2019 avec « L'odeur de la colle en pot ».
La voici cet été avec ce nouveau titre « Frangines ». Quittant le décor parisien de ses précédents romans, la jeune romancière nous entraine en Provence dans le joli village de St rémy. Trois soeurs, Mathilde, Violette, Louise, de retour dans la maison des vacances où la maman Jeanne vit seule. C'est le premier été des retrouvailles depuis que leur père est parti. Entre leur vie de femme, leur mari ou leurs amours, leur boulot, les gamins, les tracas du quotidien, nos trois femmes se retrouvent comme au temps de leur enfance. A l'ombre des oliviers, dans l'absence du père, les souvenirs jaillissent, les bons comme les mauvais.
Entre rires et larmes, abordant des sujets de société qui nous touchent tous, dans une belle ambiance estivale, on se laisse agréablement embarquer dans cette histoire de famille où l'on s'aime autant que l'on se déchire.
« Frangines », le nouveau roman d'Adèle Bréau est publié chez JC Lattès.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2051 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre