AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782843447105
200 pages
Le Bélial' (27/08/2015)
3.74/5   114 notes
Résumé :
Il y a d'abord Harrison, qui, adolescent, a échappé à une telle horreur qu'on en a fait un héros de romans. Et puis Stan, sauvé des griffes d'une abomination familiale l'ayant pour partie dévoré vif. Barbara, bien sûr, qui a croisé le chemin du plus infâme des tueurs en série et semble convaincue que ce dernier a gravé sur ses os les motifs d'un secret indicible. La jeune et belle Greta, aussi, qui a fui les mystères d'une révélation eschatologique et pense conserve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 114 notes
5
9 avis
4
17 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis

boudicca
  26 mars 2021
Deuxième ouvrage de Daryl Gregory publié en France après le succès de « L'éducation de Stony Mayhall », « Nous allons tous très bien merci » est une novella pour le moins atypique puisqu'elle commence d'une certaine manière par la fin. On y rencontre en effet cinq personnages plus ou moins étranges qui ont tous vécu une rencontre traumatisante avec une créature fantastique peu sympathique, de la puissance aquatique malfaisante en passant par l'esprit pyromane sans oublier l'araignée mangeuse d'hommes ou le tortionnaire mi-homme mi-requin. Or, l'originalité du roman vient du fait qu'il ne s'attache pas vraiment à décrire ces rencontres par le détail, mais plutôt à raconter l'histoire des personnages une fois leur épreuve terminée. Que se passe-t-il après le clap de fin ? Dans quel état se trouve les protagonistes après avoir vécu une aventure qui les dépasse ? Comment continuer à vivre après avoir été confronté à des créatures aussi terrifiantes, en sachant pertinemment qu'elles existent toujours en périphérie de notre monde ? C'est à ces questions que tente de répondre ici Daryl Gregory qui, pour se faire, a eu la brillante idée de nous convier à une thérapie de groupe. Réunis par les soins d'une psychologue spécialisée dans les questions surnaturelles, nos cinq victimes vont devoir vaincre leur réticences et leur réserve à parler du calvaire qu'ils ont vécu afin de pouvoir commencer à guérir. le pitch est assez savoureux, et le reste du récit est à l'avenant puisqu'il se dévore avec une déconcertante rapidité.
Tous les personnages sont développés avec soin et possèdent des particularités qui nous les rendent immédiatement sympathique, même si certains cachent leurs fêlures mieux que d'autres. Harrison, par exemple, est un jeune homme à priori tout à fait banal si ce n'est qu'il a été confronté, adolescent, à une créature marine digne des grands anciens de Chtulhu et qu'il est devenu de ce fait le héros d'une saga littéraire contant ses exploits (son histoire a d'ailleurs véritablement été développée depuis dans un autre roman de l'auteur paru en 2020 : « Harrison Harrison »). Stan, lui, a perdu ses deux jambes et ses deux bras après avoir été capturé par une famille cannibale qui a fait la une de la presse à sensation il y a plusieurs années. Persuadé que tout le monde le regarde avec dégoût, il compense son insécurité permanente par une attitude outrageuse et une tendance un peu agaçante à monopoliser la parole. Barbara, elle, est tout l'inverse : mère de famille en apparence calme et posée, elle est néanmoins hantée par le message gravé aux prix de grandes souffrances sur ses os par une créature appelée le scrimshander, et dont elle ignore le contenu. Viennent enfin Martin et Greta : le premier est perdu dans un monde de réalité virtuelle dans lequel il a développé la capacité de voir les monstres évoluant à la lisière de notre monde, et dont il n'ose à présent plus sortir ; la seconde est une jeune fille taiseuse qui refuse de parler de ce qu'elle a vécu mais qui porte sur son corps les marques témoignant d'une rencontre incontestable avec le surnaturel.
L'intrigue, elle, suit son cours à un rythme de croisière agréable, alternant rebondissements et moments intimistes propices aux révélations sur le passé des personnages. A noter que le mode de narration choisi est un peu particulier puisque les chapitres se focalisent chaque fois sur un personnage différent qui commence à la première personne du pluriel, avant que le point de vue ne s'éloigne peu à peu jusqu'à passer à la troisième personne du singulier. Un peu déroutant au début, ce procédé se révèle finalement astucieux puisqu'il permet de multiplier les angles de vue tout en plaçant le groupe, et non pas chacun des individus qui le compose, au centre du récit. Les interactions et les relations forgées entre les uns et les autres constituent d'ailleurs tout le sel du roman, et on prend autant de plaisir à les voir se chicaner, s'entre-aider et se faire peu à peu confiance qu'on en prend à découvrir l'origine de leur traumatisme. A ce sujet, la référence à Lovecraft et à ses Grands Anciens saute évidemment aux yeux, sans que cet hommage ne prenne pour autant trop de place dans l'intrigue et n'éclipse les particularités propres à l'univers fantastique de l'auteur. Ce dernier est d'ailleurs parvenu à instaurer une atmosphère inquiétante du plus bel effet et qui se révèle d'autant plus intrigante que les personnages se montrent finalement peu loquaces dès qu'il s'agit de décrire leur interaction avec le surnaturel.
Si vous vous êtes toujours demandés ce que devenait le héros une fois ses aventures terminées, vous allez adorer cette novella ! La thérapie de groupe mise en scène par Daryl Gregory fonctionne à merveille et parvient sans mal à captiver le lecteur qui appréciera également l'ambiance un peu oppressante qui imprègne le récit, ainsi que la diversité des profils des protagonistes. Une vraie réussite, que vous pouvez prolonger si ce n'est pas encore fait avec le roman écrit par l'auteur dans le même univers : « Harrison Harisson ».
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Shan_Ze
  16 janvier 2017
Un étrange roman que celui-ci… Un groupe de parole assez spécial est formé par le docteur Jan Sayer. Les personnes qui le composent sont des rescapés de l'horreur. Ce qu'ils ont vécu est assez traumatisant aussi bien émotionnellement que physiquement. Les détails de leur vie sont donnés petit à petit, l'auteur les présente graduellement en même temps, qu'une nouvelle horreur se dessine…
J'avais entendu parler de ce petit livre, je m'attendais à tout autre chose mais leurs vies si touchées et fragiles attirent l'attention. J'aurais aimé en savoir plus sur eux, ça reste parfois un peu léger. Chacune personne semble à la limite entre vie et ténèbres… L'interview de l'auteur à la fin du livre donne une lumière intéressante sur la construction du livre.
Un auteur à relire.
Commenter  J’apprécie          250
BlackWolf
  31 août 2015
En Résumé : J'ai passé un agréable moment de lecture avec ce court roman qui, certes, n'a pas complètement répondu à mes attentes, mais qui ne manque pas de se révéler entrainante, percutante et efficace. L'ambiance fantastique qui se développe lentement, se révèle vraiment intéressant, ajoutant une touche d'étrangeté et de mystère à l'ensemble qui colle parfaitement à ce récit qui oscille entre humour, frisson et action. Je trouve juste dommage que tout l'aspect original de l'ensemble, lié à cette thérapie et aux développement de ses personnages brisés en tant que héros, se retrouve figé à la moitié du récit une fois que la chasse aux monstres prend de l'ampleur. Surtout que les personnages ont un énorme potentiel et pouvoir en développer six n'est pas toujours facile. Cela n'empêche pas cette seconde partie de se révéler solide, pleine d'adrénaline et de rebondissements et qui fait qu'on tourne tout de même les pages avec plaisir. La plume de l'auteur se révèle toujours aussi fluide, entrainante et s'amuse avec la narration offrant une voix à chaque personnages mais aussi au « nous ». Je lirai avec plaisir d'autres écrits de l'auteur en tout cas.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Joualvert
  17 octobre 2017
Amadoué par une couverture en errant sur Babelio (celle de l'édition le Bélial, pas la version poche), puis alléché par le pitch sous-jacent, et enfin conforté par la faible épaisseur de l'objet, je me suis payé une petite (et relative) nouveauté, chose que je fais somme toute assez peu, ayant malencontreusement trop chômé par le passé et étant réduit à faire du rattrapage plus souvent qu'autrement avec des auteurs déjà actifs au siècle dernier et souvent même actuellement sous forme d'ossements ou de poussière impalpable.
Un auteur assez récemment dévoilé donc, spécialement dans la francophonie, nous offre ici une poignée d'inadaptés qui vont apprendre à se connaître et former des liens dans le cadre d'une thérapie de groupe. Tous ont vécu des expériences hautement traumatisantes et peinent à mener une vie normale, balançant sur le seuil de la folie. Chacun, à son rythme, va nous dévoiler sa fascinante et horrifique histoire, et Dieu seul sait ce qui résultera de cette démarche.
Peut-on, dans les années 2010, écrire une histoire de monstres efficace qui renouvelle et actualise le genre ? Ce livre prouve que oui. L'escapade valait le coup et je garderai un oeil sur le responsable. Très charmant petit roman (quoique foncièrement morbide et sanguinolent).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MonsieurLoup
  12 novembre 2016
Après avoir adoré sa nouvelle dans l'anthologie des Utopiales de 2015, ce court roman ne fait que confirmer une chose : il FAUT que je lise ses autres bouquins !
Au-delà d'une jolie couverture (Aurélien Police oblige) qui donne le ton, et d'un pitch génial pour lequel j'aurais tué pour en avoir l'idée moi-même, c'est un récit prenant qui s'offre à nous, impossible à lâcher. Heureusement alors qu'il fasse moins de 200 pages.
Sa taille joue-elle d'ailleurs en sa défaveur ? Nullement à mon sens. On est immergé dès le début dans le récit et surtout dans la psyché des personnages qui se débattent tant bien que mal avec leur démon et essaient de se reconstruire et vivre après ce que chacun a vécu. L'empathie se crée à mesure que nous les accompagnons, tout en cherchant ce que peuvent cacher les non-dits lorsqu'ils s'expriment les premiers temps au groupe.
L'action n'est pas pour autant mise de côté, surtout en deuxième moité de roman, ne laissant que peu voire pas de temps mort.
On se surprend à rire par moment (surtout grâce au caractère de Stan), à frissonner face à des passages plus effrayants même si l'auteur ne sombre jamais dans le gore ou le trash. Mais le tout reste à chaque page complètement fascinant.
Les thématiques s'avèrent passionnantes, l'auteur s'attardant surtout sur les tropes du genre horrifique à travers le point de vue des victimes survivantes, évoquant également la théorie du monomythe de Campbell pour mieux la retourner. Tout au long du récit, on retrouve l'empreinte, l'influence, l'hommage et les clins d'oeil à des grands films ou romans d'horreur et de fantastique/épouvante.
Au niveau du style, celui-ci sait se faire fluide et prenant, immersif et bien senti.
Le jeu du passage d'une narration débutant par un "nous" pour se fondre dans un "je" s'avère troublant les premiers temps, puis on finit par comprendre que ce "nous" correspond au groupe lui-même, devenu une entité à part entière, un héros qui a lui aussi droit à la parole, avant de se fragmenter en "je" dès qu'on suit un peu plus le point de vue d'un des protagonistes.
La fin n'est pas complètement fermée à une suite, même si le roman tient bien tout seul sans laisser de sentiment de frustration. Mais le plaisir serait réel de retrouver ces personnages.
Une sorte de prequel-spin-off young adulte sur l'un des personnages, Harrison Squared, a d'ailleurs vu le jour, prolongeant un peu plus ce jeu de mise en abîme de Nous allons tous très bien, merci. En espérant une traduction prochainement.
En bref : petit texte, gros gros coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
VerdorieVerdorie   28 août 2015
Elle savait depuis un moment déjà que son mari et ses enfants n'avaient pas besoin d'elle. Oh, peut-être qu'ils l'aimaient, mais de là à avoir besoin d'elle ? Ce qui leur manquerait, ce serait les repas qu'elle leur préparait, les rendez-vous qu'elle prenait à leur place, les bulletins qu'elle signait. Elle se chargeait du calendrier et des expéditions au pressing, gardait le compte de la pointure en permanente évolution des garçons, découpait les carottes, remplissait les bouteilles d'eau, ôtait les fibres de lin bleu du filtre du sèche-linge. Des activités d'entretien, en somme, facilement exécutables par n'importe qui. Pour les choses essentielles, les mâles de la maison pouvaient compter les uns sur les autres. Ils formaient une seule et même entité, une meute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
VerdorieVerdorie   27 août 2015
[...], il se pourrait que j'entretienne l'idée d'étouffer mon nihilisme. Juste un peu. Pas parce que la vie n'est pas dénuée de sens - ça me paraît incontestable -, mais parce qu'avoir en permanence conscience de sa futilité m'épuise... L'oublier un moment ne me dérangerait pas. J'aimerais pouvoir sentir le vent sur mon visage et me dire l'espace d'une minute que ce n'est pas parce que je suis en train de tomber d'une falaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Erik35Erik35   07 septembre 2020
Un monstre débarque dans notre quotidien. Les simples mortels se battent, font preuve d'un grand courage, en vain. Le monstre commence par tuer les méchants, puis les gentils, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un. Le Dernier Garçon ou la Dernière Fille. Le combat final éclate. Le Dernier subit de graves blessures, mais il triomphe in extremis du monstre. Ce n'est que plus tard qu'il ou elle comprendra l'ultime ruse de son ennemi : il a été profondément marqué, et sa conscience de la vérité ne va faire que croître, comme une infection. Le Dernier sait désormais que le monstre n'est pas mort, seulement banni de l'autre côté. Où il attend le pouvoir de se faufiler de nouveau dans notre monde. La prochaine fois, il prendra peut-être la forme d'un dément aimant jouer du couteau, ou d'une bête pleine de crocs, ou d'une indicible masse de tentacules. Le monstre aux mille et un visages. Les détails ne revêtent une quelconque importance que pour ses victimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
kikiberard22kikiberard22   09 mai 2021
Les cicatrices recouvraient sa peau depuis la base de son cou jusqu'à la taille de son jean. même ses seins, des seins compacts de joggeuse, étaient couvert de lignes, de volutes... Au bout d'un moment, elle se tourna pour lui montrer son dos. Il n'y avait pas plus de deux centimètres de peau intacte. Elle était une Torah, un labyrinthe vivant.
"les soeurs m'ont offert ma première marque lorsque j'avais sept ans",dit elle. Elle se retourna à nouveau, lui désigna un rectangle minuscule sur son biceps gauche. "Celle-la, c'était mon anniversaire. J'étais si heureuse".
_ Heureuse, répéta-t-il avec perplexité.
Ma mère s'était déja décorée. sauf qu'il s'agissait de tatouages, pas de cicatrices, et rien de ...mystique. Mais ils étaient si colorés ! Je me souviens quand je les suivais du doigt, le nez contre sa peau, fixant les images si fort que j'avais l'impression d'y tomber. Bon dieu, je les adorais. Elle enrichissait régulièrement sa collection. Parfois, elle me laissait l'accompagner.
Je me souviens du vrombissement des aiguilles, des minuscules perles de sang. Une fois, je lui avait demandé si ca faisait mal. Et elle m'avait dit :
" Bien sur, chérie. Tout ce qui est beau fait mal."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
maylibelmaylibel   11 décembre 2015
Il se pourrait que j'entretienne l'idée d'étouffer mon nihilisme. Juste un peu. Pas parce que la vie n'est pas dénuée de sens - ça me paraît incontestable -, mais parce qu'avoir en permanence conscience de sa futilité m'épuise... L'oublier un moment ne me dérangerait pas. J'aimerais pouvoir sentir le vent sur mon visage et me dire l'espace d'une minute que ce n'est pas parce que je suis en train de tomber d'une falaise.
- Vous sous-entendez que vous aimeriez être heureux ?
- Ouais. C’est ça.
(p. 16-17)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Daryl Gregory (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daryl Gregory
Interview de Daryl Gregory par Actusf aux Utopiales 2015.
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3966 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre