AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782723494687
168 pages
Glénat (01/04/2015)
3.36/5   29 notes
Résumé :
Paris, 1920. Clara Goldschmidt, une jeune et brillante femme de lettres, entre comme traductrice à la revue Action, où elle ne passe pas inaperçue. C'est en fréquentant les milieux d'avant-garde qu'elle fait la rencontre d'un certain André Malraux, avec qui elle va rapidement se marier. Intellectuelle, libre, créative, Clara va cependant réaliser tout le poids de la misogynie de son époque et de son mari. Alors qu'elle l'initie aux arts d'autres civilisations comme ... >Voir plus
Que lire après Avant l'heure du tigre : La voie MalrauxVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Si l'écrivain et homme politique André Malraux est célèbre, sa (première) femme Clara l'est moins. Et pourtant que d'aventures ont vécues ce couple dans les premières années de leur mariage ! C'est ce que révèle ce très beau roman graphique sous titré « la Voie Malraux ».

En 1920, la jeune, riche et indépendante Clara Goldschmidt devient traductrice pour la revue Action. Elle est appréciée pour son intelligence et sa grande culture. Bientôt, elle fait la connaissance d'André Malraux. Dans ces années-là, une jeune fille « de si bonne famille » ne peut pas avoir de relation sans perdre son honneur : Malraux la demande donc rapidement en mariage. En dépit de ses grandes qualités intellectuelles, Clara est parfois rabaissée par ce mari misogyne, qui oublie que c'est elle qui l'initie aux arts d'autres civilisations, notamment les Khmers d'Angkor Vat. Ruinés, ils décident de partir en Indochine. Officiellement, ce sera un voyage d'études philanthropique. Officieusement, ils pourront se remettre à flot, en volant des bas-reliefs anciens…

Librement inspiré de l'ouvrage de Clara, « Nos vingt ans », la BD retrace les premières années tumultueuses de ce couple : c'est tout simplement passionnant ! En la lisant, j'ai découvert une femme, Clara Malraux, grande intellectuelle, amoureuse, passionnée, à la fois libre et entièrement dévouée à son mari. En la mettant au premier plan, l'ouvrage propose un autre point de vue sur la biographie de Malraux. Son mariage avec le futur grand homme ne sera pas de tout repos et comme le dit l'expression, ce sera pour le meilleur comme pour le pire.

Les deux auteurs de cette BD, au scénario Virginie Greiner et pour les dessins, Daphné Collignon, ont allié leurs forces pour faire de cette BD une réussite. le graphisme élégant de Daphné Collignon réalise un portrait de femme avec beaucoup de charme. J'ai adoré découvrir le destin tumultueux de Clara, tout en admirant ses coiffures de garçonne, son regard tour à tour étonné, agacé ou séduit par son alter égo Malraux. Les cases sont resserrées autour d'elle, au point de transformer le mari en second rôle ! Beaucoup de gros plans sur son visage, au plus près de ses émotions. le noir et blanc magnifie ce travail, des planches somptueuses, notamment celles qui dépeignent la découverte des temples d'Angkor. Un très bel album !

Lien : http://blogs.lexpress.fr/les..
Commenter  J’apprécie          90
Il convient tout d'abord de vous avouer que Malraux, en dehors de son aura, je ne connaissais pas vraiment. Bien évidemment, j'ai en tête le fameux "Entre ici, Jean Moulin..." déclamé devant le Panthéon, ainsi que le titre de son prix Goncourt en 1933, La condition humaine. Mais qui était vraiment l'homme ? Je ne le savais pas. le sais-je plus après cette lecture ? A peine. Car le personnage dépeint dans cette histoire ne m'a pas laissé une bonne image : un peu escroc, très misogyne, André Malraux apparaît comme une caricature, comme un personnage de roman qu'on imagine mal se hisser dans les hautes sphères de l'Etat.

Avant l'heure du tigre revient particulièrement sur la rencontre de Clara et d'André, la découverte des arts asiatiques par Malraux grâce à Clara, et l'idée d'André de partir au Cambodge récupérer quelques statues qui pourraient bien être revendues en Occident pour refaire les finances du couple. Car oui, tout ministre qu'il fut, Malraux fut condamné à plusieurs mois de prison pour avoir tenté de faire du trafic d'oeuvres d'art issues des temples khmers. Sur ce point, je regrette d'ailleurs la fin que j'ai trouvé trop brève. On apprend comment Clara met tout en oeuvre pour sauver sa peau et rentrer en Europe, quelques lignes suggèrent une mobilisation d'artistes pour réduire la peine de son mari, mais le tout en deux planches, emballé c'est pesé au revoir !

Côté dessin, je n'arrive toujours pas à dire si j'ai aimé ce trait noir et blanc peu flatteur pour les visages mais qui, finalement, donne un certain charmes aux paysages, et notamment aux temples khmers. Disons que cet album m'aura moins marqué par son côté artistique que par la personnalité de Malraux : j'oscille désormais entre vouloir mieux connaître cet homme qui m'est pour le moment très antipathique (mais ses manipulations cachent évidemment un homme de grand talent, sinon comment aurait-il eu la carrière qu'on lui connaît, et ses entrées au Panthéon ?!) et ne plus avoir envie d'en entendre parler tant sa personnalité m'énerve et m'agace !

Dans tous les cas, s'il ne s'agit pas d'un coup de coeur, voilà un album très intéressant, qui aura eu le mérite de me questionner et de lever le voile sur un personnage en allant au delà des représentations que j'en avais... Mais aussi de dresser le portrait d'une femme de l'entre-deux-guerre en recherche d'indépendance, au caractère suffisamment fort pour s'opposer à celui de son mari.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
Commenter  J’apprécie          10
Je suis grande fan du travail de Daphné Collignon. J'adore son trait de crayon, sa façon de ciseler une bouche, la proximité des visages qui prennent la place entière dans la case, de la richesse de ses décors. Qu'elle utilise le monochrome ou la touche de couleur, je ne sais dire mais je suis totalement fascinée. L'ouvrage nous parle de la période entre 1921 et 1924 pendant laquelle André Malraux était marié à Clara Goldshmidt. Malraux apparaît imbuvable, egocentré, misogyne à souhait et pourtant Clara, intelligente, cultivée l'aime. Parce que Malraux a fait un mauvais placement avec l'argent de sa femme, ils décident de se remplumer en volant des statues kmer sous couvert de faire découvrir au monde inculte l'art cambodgien. Rien que ça ! Mais on connaît l'histoire ! En 1923, Ils seront appréhendé à Phnom Phen et assignés à résidence. Clara sera relâchée en 1924 et Malraux 1 an et demi plus tard grâce à Clara qui a sollicité les intellectuels les plus influents à Paris.
D'une Clara petite bourgeoise mais sensible et d'un Malraux voleur mais charismatique, nous avons là un beau couple d'escrocs !
Bon, je suis encore et toujours sous le charme de la graphie, des livres signés Daphné Collignon, encore réussi avec celui-là !
Commenter  J’apprécie          00
Comment un imposteur, voire escroc et misogyne a pu se retrouver ministre de la culture ?
Quelles que soient les époques, la mémoire est courte en politique. Pas sûr que ce personnage aurait eu accès aujourd'hui à une carrière politique.
Virginie Greiner a choisi une période peu reluisante dans le parcours de Malraux, et cet épisode éclaire toute l‘ambiguïté du personnage.
Les dessins de Daphné Collignon présente avec justesse ce roman tout en noir et blanc.
Un regret pour le traitement des visages, avec la taille exagérée des yeux. Ils me font penser aux portraits niais de Francisque Poulbot ou au maniérisme en usage dans les mangas.
Avant l'heure du tigre aurait pu se dispenser de cet effet, mais heureusement le roman graphique a bien d'autres qualités.
Commenter  J’apprécie          10
La BD amène à tout, la preuve je viens de lire une adaptation de la biographie de l'épouse d'André Malraux. Oui, je sais, balancé comme ça, ça peut effectivement ne pas paraitre super excitant, mais détrompez-vous, outre un portrait d'une époque qui semble fort lointaine aujourd'hui ne serait-ce que niveau moeurs, on apprend que l'auteur de la Condition Humaine (superbe bouquin au passage, c'est assez rare que je vous en conseille un vous remarquerez) s'était mis dans la tête d'aller piller des temples cambodgiens afin de revendre des statues. Inutile de vous préciser qu'entre Malraux et Indiana Jones il y a un gouffre et que les choses se sont assez mal passées pour lui…et pour Clara, son épouse, jeune femme forte, intellectuelle et indépendante, véritable héroïne de ce one-shot (Malraux passe clairement pour un mufle machiste et borné) Mais pour être tout à fait honnête, ce qui m'avait attiré sur ce titre (j'ai gardé le meilleur pour la fin) c'est le trait semi réaliste fin et expressif, délicieusement old school de Daphné Collignon dont je suivrais dorénavant le travail avec attention. Un conseil d'écoute musicale et une interview de la scénariste par là: http://bobd.over-blog.com/2015/06/madame-malraux-avant-l-heure-du-tigre-vs-fallen-angel.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/20..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
BDZoom
05 juin 2015
En choisissant le noir et blanc, Daphné Collignon réussit le tour de force de donner matière à ces forêts et à ces temples, sans oublier qu’elle mène les personnages avec un art du portrait très expressif.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Sceneario
14 avril 2015
Un très bel album que je vous conseille à parcourir et reparcourir, ne serait ce que pour admirer les planches de Daphné Collignon !!!
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest
07 avril 2015
Sublimé par un élégant trait à l'encre de Chine, ce roman graphique en épure noir et blanc a le souffle épique des films d'il y a presque cent ans et jette un coup de projecteur sans concession sur la face obscure d'un couple mythique. Du pur cinéma en bande dessinée.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ANDRE SALMON : Cette fichue guerre a détruit toutes les valeurs qui faisaient l’Ancien Monde. C’est à nous que sont donnés les moyens de rendre l’espace à nouveau habitable… grâce à l’Art ! A notre Art…
CLARA GOLDSCHMIDT : Oui, vous avez raison. Comme vous le dites si bien : « Les Hommes auront vécu un jour selon leur cœur… »
Commenter  J’apprécie          50
ANDRÉ MALRAUX : Je ne serai pas un écrivain. L’amateur est supérieur à celui qui crée. L’homme qui sait comment il convient de jouir de la vie et des créations des autres est l’artiste suprême ! …
Commenter  J’apprécie          70
ANDRÉ MALRAUX : L’art doit donner conscience aux hommes de la grandeur qu’ils ignorent en eux.
Commenter  J’apprécie          90
CLARA GOLDSCHMIDT : Ah, comme c’est agréable d’être intelligente ! On plait aux hommes intelligents.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : dépaysementVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (56) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5162 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}