AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Frédégonde, la sanguinaire tome 1 sur 2
EAN : 9782756067483
Delcourt (08/10/2014)
3.33/5   36 notes
Résumé :
560. Frédégonde, belle ambitieuse issue de la paysannerie, est devenue la suivante de la reine Audevère, épouse de Chilpéric. Cette situation ne lui suffit pas. Elle séduit le roi et obtient de lui la promesse secrète d'un mariage. Alors qu'elle intrigue pour se débarrasser de la reine en titre, ses ambitions vont être contrariées par le désir de Chilpéric de conclure une alliance avec une princesse wisigothe...
Que lire après Frédégonde, la sanguinaire, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,33

sur 36 notes
5
0 avis
4
3 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
2 avis
Tremblez, nobles gens, voici venue Frédégonde la sanguinaire...

Après avoir évincé Audovère, la première épouse de Chilpéric, Frédégonde s'est taillée une place de choix auprès de ce dernier. Elle est sa maîtresse en titre et entend bien devenir plus encore. Reine...

Siegebert, le frère de Chilpéric, épouse Brunehaut, princesse venue de Tolède, belle et intelligente. En frère jaloux, Chilpéric convoite la soeur de cette dernière, Galswinthe ; ce qui ne manque pas d'attiser la colère de notre terrible Frédégonde.

Les auteurs ont donc choisi d'occulter toute une partie de la jeunesse de Frédégonde, ce moment de sa vie où paysanne gauloise puis servante d'Audovère, elle apparait plus humaine et peut être plus vulnérable.
Ainsi, cet album qui ne rend guère hommage à la fameuse reine ( et pour cause !) n'y va pas par quatre chemins. Frédégonde est présentée comme cruelle, cupide, assoiffée de pouvoir et prête à tout pour parvenir à ses fins.
Certes, au regard de ce que nous savons d'elle, ce portrait est justifié. Cependant, j'ai trouvé que cela manquait d'un peu de nuances. On frôle parfois le "too much" lorsque le scénariste fait dire à Frédégonde au cours d'une partie de chasse : " C'est un tel plaisir de sentir ce liquide chaud et épais couler entre mes doigts", en parlant du sang d'un animal tué.

Espérons que ce manque de subtilité se fasse moins sentir dans le deuxième tome.
Affaire à suivre !
Commenter  J’apprécie          260
An 560. le roi franc Sigebert épouse la princesse wisigoth Brunehaut, forgeant ainsi une puissante alliance. Son frère Chilpéric rêve de faire de même et Galswinthe, seconde fille du roi de Tolède ferait l'affaire. Seulement voilà, sa concubine Frédégonde ne l'entend pas de cette oreille. Née de basse extraction elle entend s'élever au titre de reine que Chilpéric lui a promis. Pour arriver à ses fins elle sera prête à tout, quitte à écrire l'histoire de son règne en lettres de sang.

Il est sympa de découvrir l'histoire de ses reines qui ont marqués L Histoire, pas forcément dans le bon sens du terme d'ailleurs. Surtout que je ne connaissais pas celle de Frédégonte.
Après cette BD reste sympa mais sans plus. le scénario manque de dynamisme et connait quelques lenteurs. de plus les personnages ne sont pas assez complexes. Frédégonte est dépeinte entièrement noire. Simple et cruelle, sans autre motivation que son ambition plate de devenir reine. C'est une sale garce point.
Les autres personnages sont tout aussi fades. le roi Chilpéric brutal, grossier. Galswinthe pure et naive qui se laisse faire par Frédégonde. Jusqu'à l'amant de cette dernière qui ne sert à rien (enfin pour le moment).

Les dessins sont un peu à l'image du scénario. Sympas mais sans plus. Manquant de punch, d'âme, de finesse. Les personnages sont trop peu facile à reconnaitre.

En conclusion peut mieux faire. Tout juste la moyenne.
L'histoire de Frédégonde sera conclue, normalement, dans le deuxième tome.
Commenter  J’apprécie          140
Critique des tomes 1 et 2. le moins qu'on puisse dire est que l'histoire des royaumes francs racontées par Virginie Greiner manque singulièrement de subtilité : il y a des méchants et des gentils. Pour faire encore plus simple, c'est la sanguinaire Frénégonde contre la blanche Brunehaut. Déjà que l'historiographie officielle n'est pas très tendre avec les deux reines, ici c'est le choix de la caricature qui est fait. Cette bande dessinée ne constitue donc même pas une bonne première approche de la succession de Clovis car les raccourcis sont trop nombreux dans ce récit linéaire et l'histoire est tronquée (devait-il y avoir un tome 3 qui n'a jamais été écrit et dessiné ?) puisque le tome 2 s'achève alors que le futur Clotaire II est encore un bébé. Frédégonde joue encore un rôle important dans les guerres entre Neustrie et Austrasie.
Je crains que la collection Reines de sang n'incite à en rajouter des louches sur la légende noire de ces femmes, indéniablement opiniâtre et vindicative, se débattant dans une société brutale.
En ce qui concerne les dessins, bien que trop lisses à mon goût, j'ai apprécié les portraits mais pas beaucoup les plans larges (surtout dans le tome 1) qui manquent de détails et semblent restés à l'état d'esquisses colorées.
Commenter  J’apprécie          80
Ce premier tome de la biographie de Frédégonde brosse le contexte historique : le royaume des francs a été divisé en trois parties à la mort du fils de Clovis. On va s'intéresser particulièrement à la Neustrie (à l'ouest entre Seine et Loire, ayant pour capitale Soissons) dirigée par Chipéric 1er, époux de Frédégonde et à l'Austrasie (le Nord-est de la France, ayant pour capitale Metz), dirigée par Siegebert 1er, époux de la reine Brunehilde. Un troisième frère, Gontran, règne sur la Burgondie depuis Orléans.

Ce premier tome oppose les deux reines sanglantes, Brunehilde et Frédégonde. Brunehaut est présentée comme une “vraie princesse”, fille du roi de Tolède et apportant une alliance solide à Siegebert, éduquée et sensible, intéressée par la politique et la gestion du royaume. Elle est opposée à Frédégonde, concubine de Chilpéric, issue de la paysannerie,se frayant un chemin à la force de sa sensualité et intéressée par l'exercice du pouvoir et par la reconnaissance sociale.

Chilpéric 1er, souhaitant obtenir autant de prestige que son frère dans son mariage épouse la soeur de Brunehaut : Galswinthe. le tome tourne ensuite autour de l'affrontement entre ces deux femmes.

Le trait m'a semblé un peu forcé et les motivations des deux reines un peu clichés. Ça ne gêne pas la lecture mais pose des questions sur l'exactitude des faits racontés. Mais sinon, une belle lecture qui donne envie d'en apprendre plus et qui questionne quand même sur le mode de vie de l'époque.
Commenter  J’apprécie          50
Frédégonde est sans doute moins connue que Aliénor d'Aquitaine et Isabelle de France et cette BD a le mérite de la remettre sur le devant de la scène.
C'est à mon sens la principale qualité de cet ouvrage.
Il faut dire que cette période de l'histoire est mal documentée et peu propice aux femmes. Si Frédégonde est passée à la postérité, c'est grâce à sa réputation épouvantable qui justifie sa présence dans cette série de BD.
Pour le reste, le scénario, terriblement manichéen, manque de punch et de finesse.
Le dessin ne m'a pas plu, il est froid et inégal. Il manque de profondeur et, si les gros plans s'en sortent encore, les scènes plus globales tiennent plutôt du croquis par moment.
J'ai également été peu convaincue par la mise en couleur un peu lourde.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (3)
BulledEncre
09 février 2015
Si le récit pris en cours de route fait plonger le lecteur directement au cœur de l’intrigue, il est à regretter que tout un pan de l’histoire de cette reine impitoyable soit laissé de côté. En dehors de ce petit bémol, cette bande dessinée historique est très prenante et riche en événements. Le lecteur peut (re)découvrir le destin de cette reine de basse extraction qui s’est hissée au pouvoir par son intelligence et sa détermination.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi
12 novembre 2014
Passé la véracité historique, un peu mise à mal, mieux vaut se concentrer sur ce qui, après tout, n’est pas une thèse sur le sujet mais une bande dessinée historique. Et pour tout dire, on s’ennuie ferme avant d’être finalement agacé par l’angle narratif choisi.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario
03 novembre 2014
Un très bon suspense dans cette intrigue. Même si vous connaissez la fin, vous arrivez à avoir le frisson pour ce qui attend certains des personnages.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FRÉDÉGONDE
Je te fais honte, c'est ça ?! Je ne suis pas assez noble pour le GRAND Chilpéric ?!

CHILPÉRIC
Qui es-tu pour oser me parler sur ce ton ? N'oublie pas ! Tu n'es qu'une petite paysanne ayant su s'attirer les faveurs du roi en jouant du croupion !
Commenter  J’apprécie          20
le premier devoir d'une reine est de ne jamais sous-estimer ses adversaires
Commenter  J’apprécie          80
Souviens-toi des leçons de père: Le premier devoir d'une reine est de ne jamais sous-estimer ses adversaires...
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (83) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5162 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}