AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070270467
Éditeur : Flammarion (31/12/1998)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
A dix-sept ans, élève de philosophie au lycée d'Alger, Albert Camus eut pour professeur Jean Grenier. Ainsi commença une amitié qui devait durer toujours. Et Camus a dit lui-même assez souvent l'influence qu'avait eu, sur sa pensée et sur son style, l'auteur des "Iles".
Le livre qu'écrit aujourd'hui Jean Grenier n'est ni une biographie ni un commentaire de l'oeuvre de Camus.
C'est une suite de souvenirs strictement personnels, un témoignage dont la dis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
fanfanouche24
  07 décembre 2013
Une relecture au bout de quelques années !!!! puisque j'ai lu la première fois ce texte de souvenirs de Jean Grenier, sur son élève, Albert camus, en 1982...
L'enthousiasme et l'intérêt sont aussi forts, à ce jour... je ne voudrai pas jouer les "prescripteurs rasoirs"...Mais je trouve que ce volume serait précieux à connaître, à plus d'un titre, en abordant les textes et la philosophie de Camus.
En tout premier , ce qui me frappe à cette redécouverte... ce sont la grande discrétion et sobriété de Jean Grenier, l'Ami le plus ancien et le plus proche de Camus, en rédigeant ces "Souvenirs". Il ne se met jamais en avant, alors que l'homme est talentueux, a réalisé de son côté, un parcours d'écriture non négligeable...et a fortement influencé Camus ( ce qu'il a souvent répété lui-même, à propos de son professeur de philosophie)
Dans ces lignes, il réalise avec moult discrétion, un portrait de Camus, extrêmement précis, en parlant de ses engagements, de ses interrogations sur la politique, la religion; l'Algérie, la création littéraire, etc. ses coups de coeur en Littérature qui sont toujours liés à une humanité profonde des écrivains, en question...
Trop de passages soulignés au fil de cette "re-lecture"... le choix est plus que difficile pour illustrer cette note de lecture:
- "Je vois bien pourquoi la voix d'Albert camus -porte-. il n'a pas de réticence, d'-a parte-, de -mezza voce-, de sous-entendu. Voilà d'abord: il dit ce qu'il a à dire, directement. pas de finasserie (...) Ensuite il se donne entièrement dans ce qu'il dit... (...)
Or si jamais Albert Camus a cru à une "mission", cette conception a pris chez lui un caractère particulier: l'écriture, la parole, tout ce qui était-expression- avait d'autant plus d'importance pour lui que la culture lui avait été une révélation. Vivant dans un milieu peu aisé (dont on a exagéré la gêne) entre une mère silencieuse, un oncle sourd et peu communicatif, une grand-mère qui ne parlait que pour les besoins de la vie courante il ne pouvait qu'être surpris, puis ébloui, par les splendeurs de la vie révélées par les livres. Aussi la bibliothèque populaire consultée à certaines heures, l'école, le lycée, l'université lui ouvrirent-t-ils un monde enchanté.
Enchanté ? Non, ce terme n'est pas juste: il faut dire plutôt une terre promise, ou mieux: le dévoilement d'une réflexion du genre humain tout entier sur la condition qui lui était faite. (...)
Aussi le respect- on devrait dire la vénération- pour ce qu'on appelle aujourd'hui la culture est-elle plus grande et peut-elle entraîner des conséquences infiniment plus importantes chez quelqu'un qui n'a pas vécu dans un milieu dit cultivé dans son enfance, qui n'a pas vu manier des livres autour de lui. Celui-là a plus de chances que d'autres de ne pas traiter les choses de l'esprit comme des objets de prostitution, passant d'un auteur à l'autre par pur caprice, ou bien les classant sous des étiquettes et les rangeant sous vitrine, par souci d'érudition.

Dilettante ou rat de bibliothèque, voilà ce qu'on devient facilement quand on a fréquenté un peu trop les milieux littéraires ou qu'on a fait la chasse aux diplômes. si l'on échappe à ces deux dangers, on a des chances de trouver dans la culture un incomparable d' exaltation de soi-même et des autres.. (pp.159-160-161-162)
Un très beau livre d'amitié, de fidélité , d'admiration, mais aussi empreint d'une grande pudeur à l'égard de son jeune élève, rencontré en classe de philosophie, à l'âge de 17 ans... devenu Prix Nobel de Littérature, qu'il a accompagné ensuite fidèlement au fil des années. Leur correspondance , leurs amis-écrivains communs, dont Louis Guilloux, René char, et tant d'autres en témoignent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   07 décembre 2013
Les livres qui l'ont touché le plus dans son adolescence, comme étant les plus proches de lui furent, je crois bien, -La douleur- d'André de Richaud et -La Maison du peuple- de Louis Guilloux. Il se retrouvait dans ces livres d'amis à moi. Il a dit dans une préface à -Compagnons- de Guilloux pourquoi il avait été touché par ces sortes de livres, où une enfance démunie, et parfois déchirée a servi d'aliment à une œuvre, et a fait découvrir un trésor dans ce qui pour tant d'autres aurait paru une chose à cacher et à oublier. Tout le génie de Gorki n'a-t-il pas été de ne jamais perdre de vue ce qui l'avait tant fait souffrir et de changer le malheur en beauté, comme si celle-ci ne pouvait entrer en nous que par une blessure , (p. 82-83)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   08 décembre 2013
Albert Camus fut un des premiers à éprouver l'injustice commise à l'égard des Arabes. Non pas qu'il vît tous les arabes en blanc et tous les français en noir. Il faut lui savoir un grand gré de cette retenue dans le jugement à un âge où la précipitation est de règle (et c'est l'inverse ensuite)
Je me rappelle comme, beaucoup plus tard, à ma demande : "pourquoi ne choisissez-vous pas d'habiter une belle maison à la campagne ou au bord de la mer en Algérie, puisque vous êtes maintenant à même d'acheter une résidence de votre choix et que vous êtes si attaché à votre pays ?", il me répondit, d'un air contraint: "C'est parce qu'il y a les arabes", ne voulant pas dire que les arabes le gênaient par leur présence mais par le fait qu'ils avaient été dépossédés- sans qu'il fût question de la nature et des limites de cette dépossession. L'on comprend sa délicatesse. Et il est regrettable qu'elle ait été si mal appréciée d'un côté puis de l'autre.
Je me contente de relater ici une conversation qui résume le passé. (pp.170-171)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ivredelivresivredelivres   26 février 2011
Le désir de grandeur, la nostalgie de la noblesse apparaissaient même dans le choix des choses qui l’entouraient. Sa réserve naturelle n’excluait pas son don de sympathie ; elle donnait à son noli me tangere une simple valeur de défense contre le banal et l’indigne et conférait encore plus de prix à son estime et à son amitié
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24fanfanouche24   07 décembre 2013
A son retour d'Amérique, Albert Camus se remit à son livre: -La Peste-. Mais il eut toutes les peines du monde à le terminer. Il n'en était pas content. Il doutait de ce livre. C'est aussi qu'il doutait de lui-même. la célébrité qu'il avait acquise ne le grisait pas. Il ne la regrettait pas à coup sûr; rester inconnu, lorsqu'on publie est malsain, pensait-il. Et dans la plupart des cas il n'avait pas tort. Toujours est-il que le succès avait dépassé ses plus grandes espérances, au point de le gêner maintenant. Peut-être le nouveau livre en gestation décevrait-il les lecteurs comme il le décevait lui-même. On est surpris de voir qu'un doute ait pu naître à propos d'un ouvrage qui fut si bien accueilli et continue d'être lu passionnément. Mais Albert Camus était sujet à des crises de découragement qui auraient bien étonné ceux qui ne le connaissaient que comme auteur.
Il aurait bien voulu aussi n'être pas harcelé par les sergents recruteurs des partis et des Eglises, hors desquels, disait-il, on ne vous laisse pas en paix. Il tenait à une indépendance que tous se refusaient à lui accorder. (p. 66)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
oranoran   06 août 2016
Lourmarin 26 mai 1959
Cher ami,
Je n'ai pas assez d'imagination pour souhaiter d'être un autre. Mais il m'arrive de regretter de n'être pas meilleur. Quand on est jeune, on croit au progrès personnel et qu'à force de décisions ou d'emplois du temps on viendra à bout de ses défauts. Et puis, à 45 ans on se retrouve tel qu'on était au départ, ou à peu près, moins la croyance au progrès. Bref, il faut vivre avec soi-même. Belle vérité !
AC
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean Grenier (2) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oh boy!

Qui sont les personnages principaux?

Tom et Jerry
Siméon, Morgane et Venise
Jacques et Jacquie
Eckel et Jeckel

7 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Oh, boy ! de Marie-Aude MurailCréer un quiz sur ce livre