AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2711201112
Éditeur : Les Arènes (06/11/2019)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Xavier Brulein, ancien militaire de retour du Moyen-Orient, est écroué après une rixe sanglante dans un bar. En prison, il rencontre Abu Brahim, prédicateur islamiste, l'un des cerveaux du terrible « attentat de la Grand-Place ». Seul membre de son réseau capturé, Brahim est convaincu d'avoir été sacrifié.
Converti avant sa remise en liberté, Xavier devient Abu Kassem, adoptant l'un des noms du Prophète de l'Islam. Il infiltre une cellule terroriste pour déma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
nathavh
  17 février 2020
Kenan Görgün est un écrivain belge d'origine turque, il a grandi à Molenbeek, il nous propose un roman explosif, exigeant et interpellant.
L'action se passe à Bruxelles qui est un personnage à part entière dans le roman. le prologue est magnifique, il nous décrit merveilleusement bien le canal de Bruxelles, la frontière entre le nord et le sud de la ville.
C'est un roman noir, très noir qui traite d'un sujet difficile ; le terrorisme, le radicalisme, les attentats, l'extrême droite et les failles humaines.
Comment un homme devient-il un guerrier ?
Comment une telle détermination à passer à l'acte peut-elle naître ?
Comment un fils musulman ou belge peut-il basculer et devenir un assassin ?
C'est une partie de ces questions qui sont abordées avec brio, comme si, l'auteur était entré dans la tête et la pensée du radicaliste. Ce récit au vocabulaire riche est exigeant, il demande attention et suscite multiples réflexions mais est indispensable. Quelle claque !
D'une part Xavier Brulein, belge d'origine, une enfance dans un quartier défavorisé, des parents peu présents. Il sera très tôt livré à lui-même, victime d'un certain racisme, celui de ses origines sociales et de la pauvreté. Peu ou pas d'éducation, livré à lui-même, un mal être naissant.
Les barrières disparaîtront le temps de l'armée, il s'engagera quatre années au Moyen Orient dans le conflit Irakien. Peu après son retour, il agressera très violemment un homme pour une fille qu'il connaît à peine, très jeune il se retrouvera cinq années en prison.
Xavier Brulein y rencontrera Brahim Ben Lakdar, le responsable et cerveau d'un sanglant attentat à Bruxelles, à son contact il deviendra Abu Kassem.
Lorsqu'il sort de prison, il a en tête une mission qui aura lieu dans 56 jours, c'est son but ultime. Sans le savoir il est devenu l'outil de la vengenace d'Abu Brahim qui veut se venger de ses frères qui l'ont abandonné et dénoncé en prison.
Abu Brahim sortira lui aussi de prison avec un bracelet électronique pour vice de procédure ... Il retrouvera la liberté , enfin peut-on parler de liberté car seule une heure de sortie est autorisée par jour ! Sa mère Kadija est la seule à lui avoir rendu visite durant sa détention, elle a préparé son retour mais dévastée cherche à comprendre qui est son fils ? Qu'a-t-elle raté ? Comment est-il devenu un assassin lui le bon fils musulman ?
Cette fiction est d'un réalisme surprenant, c'est comme si l'auteur était dans la tête des protagonistes, il nous décrit avec brio dans une écriture magistrale, dure, les différentes étapes qui poussent au changement. Fragilités, doutes, méprise pour en arriver à la haine et à la détermination d'un projet horrible, inhumain. Il met également en évidence l'absence de mots, de culture , le manque de discernement comme une des causes du radicalisme.
C'est puissant. A lire !
Ma note : 9/10
Lien : https://nathavh49.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
j.dewilde
  08 janvier 2020
Le second discipleKenan Görgün – Equinox Les Arènes 2019
Si je devais choisir un et un seul livre parmi tous ceux que j'ai lus en cette année 2019, ce serait le second disciple. Il y a plein de raisons à ce choix : la puissance narrative, une intrigue machiavélique, un suspense dingue et les nombreuses questions qui assaillent le lecteur pendant et après qu'il a refermé ce livre 1.
Certains feront le choix de se détourner de cette lecture exigeante parce qu'il y est question de terrorisme, de radicalisme et d'attentats. Je comprends. Cependant, c'est sans doute la toute première fois qu'un romancier, et donc auteur de fiction, réussit à me faire découvrir un autre versant de ces questions complexes. Je luis en suis sincèrement reconnaissant.
Pour ma part, cette lecture m'a accaparé tout entier et pas seulement parce que les événements se déroulent à Bruxelles et dans la désormais célèbre commune de Molenbeek dont mes amis français massacrent l'orthographe et la prononciation. Ils ne sont pas les seuls, j'en conviens.
Le livre s'ouvre sur un prologue qui consacre le canal Bruxelles-Charleroi comme un personnage à part entière. Des pages sublimes. Effectivement, aussi loin que je m'en souvienne, cette voie d'eau a toujours exercé une sorte de fascination en ce sens qu'elle est la frontière entre le nord et le sud de la capitale. Et les gens qui habitent au sud du canal ne sont pas les mêmes que ceux qui habitent au nord du canal. Rien n'est pareil. Kenan Görgün est né et a grandi à Molenbeek, il connaît son sujet sur le bout des doigts et peut donc en parler en toute légitimité. Pour ma part, j'ai pas mal roulé ma bosse dans les quartiers du nord de Bruxelles – il n'y a pas que Molenbeek – mais Molenbeek est la commune qui compte de loin le plus grand nombre d'habitants issus de l'immigration marocaine et j'avais pour habitude de dire : « Aujourd'hui, je bosse de l'autre côté du canal ».
Xavier Brulein est un Belge pure souche. Il a grandi dans le quartier des Cinq Blocs, barres d'immeubles délaissées par les autorités. Xavier Brulein, un Belge victime de racisme, celui des origines sociales et du fric. Xavier Brulein, un mec qui aime sortir, boire, fumer et draguer. Xavier Brulein, qui s'est engagé dans l'armée pour aller combattre au Moyen-Orient. A l'armée, pas de racisme, les inégalités disparaissent. Trois mois après sa démobilisation, Xavier Brulein perd le contrôle. Pour une fille qu'il connaît à peine, la soeur d'un pote, il massacre un client qui avait des vues sur la fille. Il est incarcéré.
Comme le relate l'auteur dans un entretien sur une radio belge, la prison, ce n'est pas la jungle, c'est tout le contraire. Certes, on y règle des comptes, on tabasse mais la violence est avant tout un outil hiérarchique. La prison est un univers très structuré, très codifié. La prison est aussi un vase clos, toutes les idées, à défaut de pouvoir s'échapper, germent dans les cellules, les douches, à la cantine, pendant la promenade. C'est ainsi que Xavier Brulein tombe littéralement sous la coupe d'Abu Brahim, responsable et cerveau du terrible attentat commis sur la Grand-Place. Abu Brahim est amer. Il est convaincu d'avoir été trahi par les siens. Il n'a plus qu'un seul et unique objectif : se venger en retrouvant les membres du réseau qui l'ont balancé. Xavier sera son bras armé. Il va mettre toute son énergie dans la manipulation, donc dans la radicalisation du jeune homme. Effectivement, Xavier Brulein devient Abu Kassem et constitue, dès sa sortie de prison, une arme redoutable, discrète, infaillible. Un cerveau, aussi, parce qu'il possède une intelligence et une détermination hors normes. Ressembler à un homme ordinaire sans l'être. Là réside son atout majeur. Tout son être ne tend plus que vers la mission à accomplir.
Abu Kassem n'est pas le seul chargé de mission. Dans l'ombre, d'autres mouvances, sordides et floues, s'activent. Elles obéissent et se nourrissent de la même haine.
Libéré sous strictes conditions et bracelet électronique pour vice de procédure, Abu Brahim intègre sous escorte policière un appartement que sa mère s'est débrouillée pour trouver et arranger (pas de domicile, pas de liberté conditionnelle). Mère courage, Kadija, 69 ans, qui, pendant cinq ans, s'est farci la visite hebdomadaire de trente minutes pour laquelle elle devait arriver deux heures à l'avance. « Elle n'avait pas l'orgueil mal placé ta mère, comme trop de gens chez vous. Elle osait fouiller les torts, les failles, fouiller tout ce qui lui tombait entre les mains, parce qu'elle devait comprendre ou devenir folle… Est-ce qu'elles mettent leur fierté de côté, ces « mères de terroristes » qui causent dans les médias pour dire comme leurs fils étaient gentils et serviables et blabla, le décalage entre ce qu'elles disent et ce qu'ils ont fait…C'est la fierté qui parle ! A quoi vont servir les mères musulmanes si elles ne font qu'ajouter des mensonges aux mensonges que les gens se racontent déjà sur eux-mêmes ? Si les mères ne se jettent pas au feu les premières, qui le fera ?...Toutes ces Invitations à Prendre la Parole, ces micros pleurnichards que ta mère a dû repousser pour se concentrer sur son travail d'honnêteté. Tes propres enfants t'en ont voulu, uma : tu devais parler aux journalistes, aux télés, aux radios qui se bousculaient devant la maison. Tu devais leur dire, à tous, que vous n'aviez rien à voir avec ce qu'avait fait le mouton noir, la brebis galeuse. Mais qui, alors, avait à voir ? »
Dans l'entretien, il est aussi question de la responsabilité de la fabrication du monstre. Vers où, vers qui se tourner ? Qui pointer du doigt ? Ce serait trop simple et carrément simpliste. En cela, la démarche de la mère d'Abu Brahim est saine et cohérente. Elle veut comprendre comment et pourquoi son fils est passé de musulman à assassin. Il n'est pas certain qu'elle trouve les réponses mais sa démarche est essentielle.
Les grands absents, ce sont les livres et les mots. Quand on n'a pas les mots, on avale et on recrache ceux que d'autres ont choisi de nous mettre en bouche. L'absence de mots, l'absence de livres nous prive de libre arbitre et d'esprit critique. Kenan Görgün dit d'ailleurs que dans les milieux qu'il fréquente, personne ne lit, pas même ses romans.
Je pourrais vous parler pendant des heures de ce second disciple tant ce bouquin ouvre des brèches, interpelle et donne des angles de vue inédits. J'espère vous avoir donné envie de le lire car en plus des qualités énumérées plus haut, l'écriture de Kenan Görgün est magistrale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mome35
  30 décembre 2019
La page de couverture et le titre étaient accrocheurs. le résumé au dos incitait à l'achat et à la lecture. L'auteur Kenan Görgün, Belge d'origine turque est brillant, à la fois cultivé et doué d'un vocabulaire astronomique, d'une écriture dure, difficile, mais aussi imagée hélas inabordable pour le péquin moyen. Et c'est là que le bât blesse. Ce livre s'adresse d'abord à une tranche d'intellectuels qui n'achète pas de romans de gare.
Pour avouer, j'ai moi-même eu du mal à entrer en phase avec ce texte, malgré l'attrait du sujet, du scénario, de l'intrigue. Au-delà d'un prologue interminable qui situe l'unité de lieu, Moleenbeck et son environnement (connu pour avoir été un foyer du terrorisme en Europe), Kenan Görgün nous fait entrer dans le cerveau de deux êtres perdus, déracinés socialement et familialement. Deux hommes jeunes sortis de prison. le premier Brahim a été l'un des cerveaux d'un attentat terroriste sur la Grand Place de Bruxelles, l'autre pour une rixe dans un bar et un tabassage en règle d'un homme qui « ennuyait » verbalement sa compagne du moment. Ancien militaire, Xavier a une grosse dose d'agressivité sinon de brutalité qu'il régule dans des sports de combat. Les deux êtres vont se trouver et s'apprécier derrière les barreaux et le premier va endoctriner le second. Converti, à sa sortie de taule, Xavier devenu Abu Kassem va devenir le bras armé de Abu Brahim en liberté conditionnelle pour vice de procédure (difficile de croire à une telle chance). Mais nanti d'un bracelet électronique et peu libre de ses mouvements puisqu'il ne peut sortir qu'une seule heure par jour de 17 à 18 heures.
De ce scénario qui doit aboutir à un nouvel attentat sanglant : « en comparaison, le 11 septembre sera l'enfance de l'art, » et permettre à Abu Brahim de savoir dans son réseau qui l'a trahi ou, éventuellement, pourquoi on l'a abandonné, K.G. se sert pour écrire une thèse, sa thèse sur l'extrémisme, le Djihad, les actes terroristes. C'est ainsi une litanie (diarrhée ?) philosophique, sur le pourquoi et le comment. Des pages et des pages parfois (souvent) ennuyeuses qui prennent le pas sur l'action parce que trop cérébrales. Des chapitres (qui se différencient par une composition en italique) en analepses aident à avancer vers un dénouement qui ne sera pas, bien entendu, celui que les deux personnages centraux avaient envisagé. Les 109 dernières pages du livre 3 laissent ainsi la place (enfin) à l'action après les réflexions et la fin sera dramatique. Les aphorismes « l'arroseur arrosé » ou « est pris qui croyait prendre » prennent toute leur importance. A un moment de son oeuvre, K.G. parle « d'un Docteur Jekill qui ne sera jamais totalement un Mister Hyde et inversement. » Il s'agit là du propos majeur du roman. Ebranlés dans leurs convictions et devenus victimes colatérales, Brahim se souvient alors qu'il a - pratiquement - assassiné le père et ruiné mentalement sa famille et Xavier qu'il a perdu la seule personne qui comptait.
Ce livre est le premier tome d'une trilogie. Malgré ses qualités, je ne sais si ses défauts m'inciteront à prolonger un exercice de lecture très (trop) ardu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
taxidriver
  10 janvier 2020
Le second disciple de Kenan Görgün chez Équinoxe Les Arènes
La surprise de cette rentrée , un roman très noir coup de point , l'auteur belge d'origine turc nous parle de terrorisme avec un réalisme déstabilisant, on va suivre deux protagonistes principaux .
Il y a Vincent qui est en ancien militaire, suite à une rixe dans un bar il se retrouve en prison , en prison il rencontre Abu Brahim qui est en prison pour terrorisme, il est le commanditaire d'un gros attentat , celui-ci va endoctriner Vincent qui deviendra Abu Kassem , l'arme absolu du terrorisme....
Vincent sort de prison et compte bien réussir sa nouvelle mission , un attentat , qui fera date !!!!
Ce qui saute aux yeux très rapidement dans ce roman c'est le style de Görgün, il te pete à la gueule !!! En fait il a eu la capacité de changer de style d'écriture selon que l'on suit Abu Kassem ( avec un style vif et incisif, pour le côté militaire, sur de lui, de sa mission, de sa certitude d'être dans la bonne direction) , que l'on suit Abu Brahim ( avec une narration à la 2ème personne du singulier, on se met à la place du narrateur, qui lui parle nous , se parle-t-il a lui même, ou peut-être Dieu lui même, ou avec des parties écrites en italique avec des flashs back qui nous font découvrir l'attentat de la grande place de Abu Brahim , et plein d'autres petits détails de l'histoire ( mais chut je vous laisse découvrir )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lalitote
  21 décembre 2019
A première vue, ce livre ne m'attirait pas vraiment avec pour thème principal le terrorisme, l'islamisme tout cela dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles, très peu pour moi. Alors autant vous dire que je serai passé à côté d'un livre de ouf. Non seulement une fois que j'ai mis le nez dedans j'avais beaucoup de mal à arrêter mais en plus j'ai passé une bonne partie de ma semaine avec les deux protagonistes dans la tête. La construction se fait autour de deux hommes que la prison a rapproché, de telle façon que l'un est devenu le disciple de l'autre. L'autre, un islamiste radicalisé ayant un attentat sanglant à son actif. Ce que j'ai apprécié c'est que l'auteur nous parle de ces deux hommes avec vérité. Petit à petit le lecteur va entrer dans leur vie, comprendre, ce qu'ils ont vécu, d'où ils viennent, ce qu'ils ressentent et ça c'est déjà très fort en émotion. Je dois dire que le personnage de Xavier avec sa dualité intérieure m'a énormément touché. Un homme si jeune avec un passé lourd comme des valises qu'il se trimballe partout où il va. Alors bravo pour la psychologie bien travaillée et crédible des personnages. Une plongée sans concession dans un autre monde. Il y a un côté « tel est pris qui croyait prendre » brillement mis en place, j'ai trouvé ce scénario incroyablement tordus et je ne vous parle pas du style de l'auteur qui est intense, puissant et tout bonnement explosif. Une véritable révélation sur le cheminement d'une conversion à l'islam d'un ancien militaire c'est beau et inquiétant. Tout au long du récit on sent que l'on va vers quelque chose d'horrible mais quoi, où comment et pourquoi ne sous sont dévoilés qu'au compte goutte et cette montée de la tension est juste jubilatoire. de l'écriture dure et réaliste à effet coup de poing, à peine adoucie d'une pointe de romance qui nous tord le coeur. Mon dernier coup de coeur de l'année 2019. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LeSoir   03 janvier 2020
Dans ce thriller acéré comme une lame qu’est « Le second disciple », le Belge Kenan Görgün assène avec force et efficacité sa vision de cette crise d’identité qui mène au terrorisme.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
nathavhnathavh   17 février 2020
Est-ce que la haine c'est l'absence d'amour, ou autre chose encore ? Et qu'est-ce qui est le plus grave ? Qu'est-ce qui est le plus difficile à vivre, à endurer, qu'est-ce qui est, à la longue, le plus destructeur : la haine ou l'absence d'amour ? Et quelqu'un qui hait peut-il encore réaliser qu'il vit non seulement dans la haine mais aussi dans l'absence d'amour ?
Commenter  J’apprécie          40
nathavhnathavh   17 février 2020
La méprise se répète, s'amplifie, s'aggrave, tragique. La méprise est une maladie. Elle infeste une ville après l'autre. Elle dresse des peuples les uns contre les autres. Elle tue et fait tuer. Des âmes égarées croient servir Dieu. Des âmes perdues confondent le Jugement dernier avec leurs erreurs de jugement. Il n'y a plus d'antidote. Il n'y a plus de remède de cheval. Un acte foudroyant qui ramènera l'Histoire à zéro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   17 février 2020
Vous avez accepté la privation, vous en avez fait une base philosophique et elle a cessé de ronger votre personnalité. Xavier vous a permis de saisir une vérité qui vaudrait partout et toujours : le seul truc dont on n'allait jamais vous priver, c'est la privation. Le manque deviendrait la force.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   17 février 2020
Les gens n'enterrent jamais leurs différences en même temps que leurs morts. Ni leur désir plus ou moins avoué de battre le feu par le feu. Ceux qui surmontent la haine sont des êtres exceptionnels. Et les pertes exceptionnels ne courent pas les rues.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   17 février 2020
C'est confondre la came et l'effet - tu l'as expérimenté à la mosquée : ce n'est pas parce que tu croyais plus fort que tu as fréquenté plus souvent la mosquée, c'est parce que tu as fréquenté plus souvent la mosquée que tu t'es mis à croire plus fort.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Kenan Görgün (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenan Görgün
Rencontre littéraire avec Kenan Gorgün à la bibliothèque Sésame - 25 février 2014
autres livres classés : islamismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1798 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre