AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258092730
312 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/02/2013)
3.88/5   8 notes
Résumé :
Il y a d’abord deux couples : Etienne et Georgette Vanderbiest et Lucien et Martine Raskin. Le voisin célibataire Melchior Demeulenaere, virtuose du violoncelle. Et Marie-Laure Bernard, bibliothécaire rêveuse qui ne vit qu’à travers les livres. Tout ce petit monde cohabite en parfaite harmonie à Anderlecht. Mais un jour, la machine se détraque : Etienne surprend Lucien en train de conter fleurette à sa femme. Entre-temps, Etienne est tombé amoureux de Marie-Laure qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
beatriceferon
  27 avril 2015
Tandis qu'elle se penche pour prendre sa mallette dans sa voiture, le docteur Georgette Vanderbiest est égorgée et le corps basculé dans le coffre. Pas plus de quelques minutes et ni vu ni connu.
Est-ce si sûr? La fenêtre de Melchior Demeulenaere surplombe le lieu du crime et, tous les soirs, le musicien joue du violoncelle dans cette pièce. Et puis, le propriétaire du restaurant les Tréteaux remarque la tache étrange qui s'élargit sous le véhicule.
Lilas Klaus et Serge Zwanze vont interroger les proches de la victime. Et on va vite s'apercevoir que tous ont d'inavouables secrets!
Il y a une enquête qui tient en haleine jusqu'aux dernières pages du livre. Mais ce n'est pas elle qui m'intéresse le plus.
Les personnages sont certes des caricatures, mais ils sont amusants et on s'attache à eux. Serge dialogue tous les jours avec la photo de sa femme morte sous ses yeux et tente d'apprivoiser son fils adolescent.
Lilas veut se faire respecter en tant qu'inspecteur. Elle n'aime pas qu'on féminise son titre et qu'on la voie comme une fragile petite bonne femme. Elle a un lourd secret de famille à porter.
Celui que j'aime le mieux est le truculent Stu Debacker. La scène à la Rotonde qui l'oppose à des machistes fachos vaut son pesant de coquilles d'huîtres, même si elle est outrée et invraisemblable. Elle est comique et fait du bien!
On a vraiment bien envie d'aller s'accouder au Père Faro, le « staminei » dont Serge est pratiquement le seul client.
Mais ce que je préfère, c'est que l'auteur nous promène dans les quartiers de Bruxelles. Ici, c'est un endroit que j'aime beaucoup et que je connais bien: Saint Guidon, la Maison d'Erasme et son joli béguinage qui sont mis à l'honneur.
L'auteur nous donne beaucoup d'informations intéressantes sur des lieux peu ou mal connus. Par exemple, je ne savais pas qu'il y avait un sanctuaire marial au Vieux Pannenhuis, qui reproduisait fidèlement la grotte de Lourdes.
Enfin, je trouve très drôles toutes les expressions en bruxellois qu'utilisent les protagonistes.
Donc, je me suis beaucoup amusée en lisant ce roman et je l'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jeannedesaubry
  22 février 2013

On avait déjà suivi dans « Petits Meurtres chez ces Gens-là » le duo de l'inspecteur (ne dites pas l'inspectrice, elle déteste) Lilas Krauss et de l'ex flic Serge Swanze.
En dehors de l'affaire sur laquelle ils se trouvent à travailler ensemble, ils ont un point commun. L'amour de leur progéniture. Plus ou moins sorti de son deuil matrimonial, Swanze s'occupe de Georges, son ado de fils. Lilas, quant à elle, a adopté la petite Méï qu'elle avait sauvé d'un triste destin dans l'opus précédent.
Sur ces bases solides, et alors que Lilas essaie d'oublier qu'elle en pince pour l'ex flic, le duo part à la recherche de l'assassin d'une femme bien sous tous rapports. Neurochirurgienne de renom, gentille, riche mais…moche. Irrémédiablement moche, à tel point que personne n'a jamais cru à l'amour du mari, beau comme un éphèbe. Trop pauvre, le prétendant, trop puissante, la belle famille.
Parmi les proches de la victime, une belle handicapée et son compagnon, kiné. Un musicien fou, qui ne joue que nu devant sa fenêtre pour mieux faire corps avec la musique.
L'intrigue, va, tournicote, sans violence gore, sans débauche de cruauté. On est chez des gens simples, qui aiment manger et boire, dont la vie, solidement assise, parait presque provinciale. On fréquente les estaminets, les parcs, les bibliothèques, des lieux fortement marqués par leur belgitude. Les expressions flamandes qui parsèment le roman donnent une couleur chaleureuse bienvenue aux dialogues où Dulle Griet donne toute leur place aux petits personnages.
[...] la suite sur leblog de Jeanne Desaubry
Lien : http://jeanne.desaubry.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
martinevvb
  03 février 2017
Très pittoresque.
Il est rare de lire un livre qui parle de cette partie de Bruxelles : Anderlecht -qui n'est sans doute connu que par son équipe de foot, et la rue Porselein.
Bon petit polar qui se défend bien malgré une fin un peu abrupte.
Commenter  J’apprécie          00
lila11
  16 janvier 2019
j'ai aimé ce polar belge : l'enquête est sympa, bien ficelée et progresse régulièrement au fil des pages, avec des révélations qui relancent l'histoire.
Les personnages sont attachants et pour certains très atypiques.
Une belle découverte.
Commenter  J’apprécie          00
guilmom
  17 novembre 2013
Excellent suspens avec de bonds rebondissements.
En plus dans les rues de Bruxelles, ce qui donne une couleur locale très sympa.
Commenter  J’apprécie          00


Video de Dulle Griet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dulle Griet
Pieter Bruegel (ca. 1525-1569) compte parmi les artistes les plus connus du 16e siècle. Des tableaux tels que Les Proverbes, Les Jeux d'enfants, Dulle Griet ou La Danse paysanne sont reconnaissables entre tous et appréciés par un très large public. Bruegel est même devenu une référence populaire, pourtant son parcours et sa vie restent peu connus. S'il existe une grande quantité d'ouvrages consacrés à ses oeuvres, on ne connaît pas grand chose de l'homme qu'il a été. Magistrale, cette biographie parue d'abord en néerlandais fait l'objet d'une traduction en français par Marie Hooghe. Si elle invite à mieux connaître un artiste majeur, elle plonge également le lecteur dans une époque charnière humaniste et passionnante.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2215 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre