AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226441010
160 pages
Éditeur : Albin Michel (21/08/2019)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 14 notes)
Résumé :
De nos jours, sur les bords du lac de Zurich, Anna, une danseuse mondaine et mariée, croise Gurkan, un jeune jardinier kurde. La conversation s’engage à propos du petit chien qui accompagne Anna et qu’elle a ramené d’Algérie. Les deux inconnus se plaisent, se revoient, deviennent amants, puis se quittent. Pour Anna, familière du jeu de la séduction, c’est une aventure comme tant d’autres qui s’achève, du moins le croit-elle. Car avec l’été s’installe une étrange sen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  10 octobre 2019
Au bord du lac de Zurich, à la terrasse d'un café, Gürkan, un jardinier kurde, d'origine turque, essaie de capter l'attention d'Anna, ex-ballerine, en attirant son chien avec un biscuit.
Anna est une grande séductrice et est mariée à un médecin.
Très vite, ils vont devenir amants et vivre une aventure, comme Anna en a vécu déjà bien d'autres. Mais Gürkan va devoir rentrer chez lui à L., dans le canton d'Argovie, à quarante minutes en train de Zurich, son travail prenant fin. Ce ne sera qu'au bout de quelques jours qu'Anna va ressentir un manque, manque qui va devenir de plus en plus important. Elle finira par partir à sa recherche et le retrouvera. En fait, de ce qui n'aurait dû être qu'une passade sans suite, quelque chose en fait une histoire.
Ce court roman est avant tout un roman psychologique dans lequel Dana Grigorcea analyse avec délicatesse les sentiments et surtout les sensations qu'éprouve Anna au fil de cette rela-tion.
Si au début, il s'agit d'une banale aventure, d'une distraction pour rompre la monotonie de la vie, bien vite, Anna va découvrir le vide de son existence, lors de l'absence de Gürkan. L'amour va alors métamorphoser sa vie.
Le récit en lui-même ne m'a pas particulièrement accrochée car je n'y ai trouvé qu'une quelconque histoire d'amour entre deux êtres que tout sépare. La vie bourgeoise, fastueuse et un peu dissolue que mène Anna montre bien sûr que l'argent ne suffit pas toujours au bonheur, même si...
Ce que j'ai aimé dans ce roman, ce sont les descriptions enchanteresses des abords du lac de Zurich où cet amour va prendre naissance. Mais, ce qui m'a avant tout permis de traverser ce récit, c'est l'hommage que rend cette écrivaine à l'art qu'est la danse et par là même, le rapport au corps, à la sensualité. Elle a su trouver les mots justes pour arriver à donner vie à la fois au corps et aux sentiments.
Ce sera donc un avis mitigé avec d'une part, une histoire d'amour parmi tant d'autres et, d'autre part, une fraîcheur de style et un beau rendu sensoriel.
À noter que La dame au petit chien arabe est un hommage libre à la nouvelle "La dame au petit chien " d'Anton Tchekhov publiée en 1899, qu'à mon grand regret, je n'ai pas lue.
Livre découvert grâce aux Explorateurs de la Rentrée littéraire 2019 de Lecteurs.com.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          843
Zakuro
  27 octobre 2019
Cet après-midi, sous un soleil printanier, je suis allée me promener au bord du lac de Zurich et c'était sublime ! le vent léger sur le feuillage encore vert des arbres, le clapotis de l'eau et au loin le bruit tranquille de la circulation.
J'ai rencontré un couple qui se promenait main dans la main, un petit chien entre eux.
Ils ont prononcé leur prénom Anna, Gürkan, lui la regardant de ses yeux brillants, elle droite et altière ne faisait que frôler le sol de ses pas de ballerine.
Elle ne savait pas encore qu'elle était amoureuse, lui voulait être heureux. Ils jouaient ensemble la chorégraphie parfaite de la grãce et des illusions.
Je me suis blottie dans la douce beauté nostalgique de ce texte, à son rythme lent et aérien qui flirte avec la danse, les arts, les fleurs, et l'amour impromptu au beau milieu de la représentation d'une vie.
"Le bonheur n'est-il pas dans le pressentiment fugace de sa fin".
Commenter  J’apprécie          340
ninachevalier
  19 décembre 2019
Dana Grigorcea campe son intrigue à Zurich, « petite cité lacustre au charme exotique ».
Anna aime promener son petit chien en bordure du lac et boire son «  matcha latte », servi avec des biscuits, dont les miettes font le régal de son chien. Un jour, attablé à ses côtés, Gürkan, jardinier, séduit par sa silhouette délicate, ses gestes gracieux, tente une approche en attirant le toutou !
Une rencontre qui va bouleverser la vie d'Anna, rompre sa monotonie.
Anna, est une ballerine à la carrière conséquente si l'on en juge par tous les tableaux affichés dans la salle d'attente de son mari médecin (qui la représentent sur scène dans des rôles phares).
Un couple qui aime recevoir avec champagne, véritable « fontaine de jouvence ». Mais Anna est une femme libre qui vient de succomber au charme de cet inconnu à la voix envoûtante. Elle aime croquer la vie sur le champ. Ils se plaisent, s'apprivoisent, se revoient, flirtent. Fougueux baisers, étreintes…Leurs mains ne se quittent plus. Leur bonheur irradie tant que les gens qui les croisent sourient de les voir si épris l'un de l'autre .
Le jeune kurde initie son amante à une danse folklorique au son de la darbouka.
Cette liaison extra-conjugale est vécue avec un sentiment d'égarement, de culpabilité pour Gürkan, (marié et père), alors qu'Anna, volage, n'éprouve aucun scrupule. Elle vit cette passion intensément, mais ne sera-t-elle qu'un feu de paille ? En voyage à Venise, Anna, oisive, s'ennuie et devient insomniaque. Elle réalise très vite qu'elle est habitée par Gürkan, ressent la morsure de l'absence et éprouve un désir ardent de le revoir pour combler ce vide. Va-t-elle réussir à le retrouver ? Vont-ils reprendre leur pas de deux ?
Anna serait-elle comme Louise de Vilmorin qui n'aime que les commencements ?
Dana Grigorcea situe son récit au printemps, moment où la nature renaît et réveille les sens des protagonistes et en été où les corps se dénudent, dans un décor idyllique, sur les rives du lac.
L'auteur ausculte le sentiment amoureux, met en exergue la sensualité des corps, leur souplesse
Une romance très rythmée, baignée de soleil, qui met en scène une chorégraphie pleine de délicatesse, d'élégance, de légèreté, sous le signe de Tchekov. « La certitude d'avoir été, un jour aimé, c'est l'envol définitif du coeur dans la lumière », pense Bobin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
traversay
  06 décembre 2019
La dame au petit chien arabe offre au lecteur une parenthèse appréciable quand on lit plutôt des pavés, regorgeant de personnages et de tumulte. le très court roman, presque une nouvelle, de Dana Grigorcea, native de Bucarest mais vivant en Suisse depuis plusieurs années et écrivant en allemand, est tout empreint de luxe, calme et volupté. Son héroïne, danseuse étoile à la vie mondaine très développée, s'ennuie quelque peu sur les bords du lac de Zurich et ce ne sont pas ses amants, de passage, qui lui rendent la vie vraiment plus passionnante. Jusqu'à ce qu'elle rencontre un jardinier kurde dont le regard ténébreux et la douceur vont la charmer et peut-être même la conduire sur les rives de la passion. Hommage discret à Tchekhov, La dame au petit chien arabe est une oeuvre tout en délicatesse et en sensibilité qui prend son temps pour décrire des paysages enchanteurs et la psychologie d'une femme au charme évanescent. Une histoire de sentiments, joliment racontée, au caractère intemporel et sans coups de théâtres ni drames, qui s'évanouit en son dénouement à la manière d'un coucher de soleil sur le lac de Zurich. La promenade en compagnie de la danseuse et du jardinier était agréable mais ne laissera pas un souvenir autrement marquant.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
rosacalifronia
  07 septembre 2019
Anna est mariée et fréquente le "beau monde". Hormis sa passion pour la danse classique - qui est justement son métier - elle s'ennuie dans les soirées mondaines. Lors de l'une de ses promenades avec son chien, elle rencontre Gürkan, jardinier. D'abord classée sans suite comme toutes ses aventures extra-conjugales, la relation avec ce jeune kurde va peu à peu prendre une place plus importante. C'est ce sentiment d'attachement délicat, du manque de l'autre qui est rendu ici non sans un hommage à Tchekhov.
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (1)
Culturebox   23 août 2019
La dame au petit chien arabe, n’a pas plus de prétention que de nous prendre légèrement par la main, et nous faire passer un moment hors du temps, hors de la réalité, comme figés dans les eaux du lac de Zürich.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
CancieCancie   11 octobre 2019
Quand elle descendait la petite échelle qui menait au lac, Anna prêtait attention au friselis de l'eau autour de son corps, au froid piquant, aux petites plumes de cygne qui flottaient vers elle, au reflet du ciel bleu à la surface, à cette foule de détails qu'il convient de retenir quand on pense qu'on est heureux.
Commenter  J’apprécie          420
CancieCancie   13 octobre 2019
Le champagne est une fontaine de jouvence, se disait-on les uns aux autres en remplissant de nouveau les verres, et le mari d'Anna, qui était tout de même docteur, énonçait le verdict médical : le champagne stimule la circulation sanguine, améliore le fonctionnement des vaisseaux, fait baisser la tension et empêche la formation des caillots, il aide à prévenir l'infarctus du myocarde et les attaques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
CancieCancie   13 octobre 2019
Ils parlaient de petits riens, de choses vécues, d'anecdotes tirées des journaux gratuits, ils riaient et se taisaient, se tenaient bien fort par la main. Et tous deux se disaient que jamais ils n'avaient été aussi près de la vie.
Commenter  J’apprécie          442
rkhettaouirkhettaoui   22 septembre 2019
Et elle se disait
aussi qu’il n’est pas donné aux humains de saisir autant de beauté et que nous manquons
de l’humilité nécessaire pour prendre la beauté comme elle vient. Non, on veut la
saisir d’une façon ou d’une autre, se l’approprier, se disait Anna. Mais on n’y arrive
pas, comment le pourrait-on ? Et cette impuissance dérange au plus haut point. Alors
on voudrait en être distraite aussitôt, par des bavardages et des confidences, par
l’indignation et l’apaisement, par toutes sortes de lectures futiles – être distraite
aussi du bar de la plage ou d’une liaison scandaleuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CancieCancie   13 octobre 2019
Les plus beaux villages suisses sont ceux où l'on ne fait que passer, déclara un ami pendant le trajet en train, parce qu'on ne s'y sent pas encore à l'étroit.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Dana Grigorcea (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dana Grigorcea
Découvrez les auteurs de notre Rentrée littéraire vous présenter leur roman en vidéo. Le 27 mai dernier, à la Maison de l'Amérique latine, Tommy Orange, Dana Grigorcea, Sana Krasikov, Victoria Mas, Bruno de Cessole, Franck Pavloff, Emmanuelle Favier, Eric-Emmanuel Schmitt, Frédéric Gros, Fatou Diome, Sébastien Spitzer, Alexis Michalik et Amélie Nothomb vous en disaient plus en avant-première sur leur prochain livre !
Découvrir tous les livres de notre Rentrée: https://www.albin-michel.fr/rentree-litteraire-2019
autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4061 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre