AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253241959
384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (12/05/2021)
  Existe en édition audio
4.36/5   1690 notes
Résumé :
L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place. L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu. L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui ba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (402) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 1690 notes
5
261 avis
4
91 avis
3
17 avis
2
7 avis
1
0 avis

Ladybirdy
  18 juillet 2020
Quand j'ouvre un roman de Vivi, j'ai toujours peur de ce qui m'attend. Soit j'aime beaucoup soit pas du tout. Les montagnes russes. Ici, j'ai plutôt beaucoup aimé. Pas de guimauve dégoulinante mais une histoire réaliste et profonde avec de très beaux passages.
Élise est certainement le personnage qui m'a le plus touchée, elle qui a consacré toute sa vie à ses enfants, maintenant qu'ils sont grands et partis, qu'elle n'est plus qu'une mère à la retraite, elle doit se pelotonner dans ses souvenirs et grignoter un peu de moments doux comme elle peut.
On n'imagine pas comme les années filent à toute allure à côté de nos enfants. Hier ils sont nés, aujourd'hui ils papillonnent à gauche à droite. On passe de mère à temps plein à mère à la retraite. On se dit (oui, oui, je confirme!) je penserai à moi plus tard, et puis l'épicentre de nos occupations retourne vers nos enfants. Et un jour, on se retrouve seule à jouer son plus beau rôle dans la nostalgie.
À côté d'Elise qui ferme la porte de sa vie de mère, Lili l'ouvre à pas feutrés dans le service de néotat où elle vient d'accoucher prématurément.
Un livre qui émeut, des phrases qui ne peuvent que résonner en chaque mère. Une écriture à la fois tendre et juste. Je craignais une happy end facile et dégoulinante mais non, il y a un équilibre dans tout le livre qui respecte le sérieux des deux sujets.
Un bon moment de lecture qui n'apporte pas de solutions clés sur porte mais a au moins le mérite d'apporter de la clairvoyance et un peu de réconfort dans tous ces moments doux à disposition quand on veut bien les voir et les accueillir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1178
Supermaman64
  06 juillet 2020
Lili va enfin devenir maman. Mais elle ne se doute pas des épreuves que la néonatalogie lui réserve.
Elise se retrouve seule après le départ de ses enfants, pour leur vie d'adulte. Elle découvre une association de câlineurs en néonatologie qui comble le vide qu'ils ont laissé.
Gros coup de coeur pour cette histoire. J'en ai encore les larmes aux yeux et la chair de poule... Difficile de lire un autre livre dans la foulée tant celui-ci prend aux tripes. J'ai ri, j'ai pleuré bref j'ai adoré du début à la fin et je l'ai dévoré.
Commenter  J’apprécie          7611
La_Bibliotheque_de_Juju
  19 juin 2020
En équilibre. Sur ce fil fragile.
 
Virginie Grimaldi est une équilibriste des mots, des sentiments. Comme nulle autre, elle vacille entre tendresse et nostalgie. Entre rire et larmes. Entre semi-vérités et clair-obscur.
Les romans se suivent, ne se ressemblent pas. Je me demande toujours si la magie sera encore là. Et à chaque fois, ça fonctionne. Il se passe quelque chose. Comme lorsqu'une émotion monte, à l'intérieur de soi. On ne se l'explique pas. On se laisse juste submerger tout à coup par l'indéfinissable.
Virginie Grimaldi te raconte un peu ta vie, comme souvent et ça fait souvent mouche. Elle te parle de ces petites choses qui font le vrai, qui rendent si précieuse la lecture de ses romans.
Lily vient de donner la vie. Une vie fragile, sur le fil, tiens, justement. Une vie prématurée, quel drôle de mot. Son bébé arrivé si vite qu'il va falloir s'armer de courage.
Elise, elle, a cinquante ans et apprivoise le silence de l'appartement maintenant que les enfants sont partis. Enfin, il lui reste Edouard, quand même, ce chien qui m'a tant fait sourire !
Deux mères. Deux femmes. Deux jolis chemins. Deux bouleversements intimes.
Une ode aux soignants, aux persévérants, à ceux qui aident la vie à naître et qui luttent pour elle. Une ode aux mamans, aux bienveillantes, aux coeurs qui éclatent. Un roman tendre, entre sourire et larmichette.
 
Oui, Virginie Grimaldi est une funambule des mots, des émotions.
 
Dans ce monde en équilibre, sur un fil dangereusement, lamentablement fragile, Virginie Grimaldi part, la fleur au fusil, semer ces graines dont nous avons terriblement besoin : la tendresse, la vérité et l'amour des autres. Sans tricher. Sans posture.
Il y a des guerres qui se mènent en douceur et qui pourtant, à leur façon, changent un peu le monde.
Alors, merci, merci de tout mon coeur, Virginie, car au bout du chemin, il ne nous restera que ces moments doux pour nous souvenir que la route fut belle.
Tous ces moments doux et nos vies qui défilent. Avec tes mots saupoudrés dessus.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          715
sylviedoc
  10 février 2021
Ah, comme j'avais besoin d'un livre plein de tendresse, d'émotion et d'amour ! Mais pas une romance, attention, ça je me limite à une par semestre environ sinon je fais une overdose ! J'ai donc choisi ce roman de Virginie Grimaldi parce que j'en connaissais le sujet grâce aux magnifiques critiques de mes amies @Ladybirdy, @Saiwhisper et @magalette qui m'ont donné envie de le lire, et aussi parce que je l'ai emprunté à la bib' depuis des mois et il va bien falloir le rendre quand même !
C'est mon cinquième V.G., et je ne m'en lasse pas. Je me demande souvent, quand je lis des remarques du genre " c'est du roman de gare, de la sous-littérature, c'est mal écrit, aucun talent, zéro intérêt", j'en passe et des pires, si ces personnes certainement bien plus cultivées et plus intelligentes que moi ont déjà lu l'un de ses romans ? Parce que moi, à chaque fois, je tombe sous le charme, je "marche" à fond, et il n'est pas rare que la larme perle à un moment ou un autre. Et ça n'a pas loupé cette fois non plus, j'ai été tellement émue par les personnages que j'ai terminé façon fontaine, heureusement que je ne travaillais pas aujourd'hui, mes élèves auraient cru que j'étais malade !
Qu'est-ce qui m'a touchée ? D'abord le personnage d'Elise, auquel je me suis bien sûr identifiée, même si mes bébés à moi ont quitté le nid depuis respectivement 14 et 11 ans. Bon, elle est un peu lourde Elise, à leur envoyer des textos anxieux à tout bout de champ, mais comme je la comprends ! Et elle est vraiment seule (avec le chien Edouard tout de même), moi j'avais encore le papa, je suis chanceuse ! Je me suis sentie moins proche de Lili, n'étant pas passée par l'épreuve de la prématurité, par contre je me suis dit que les conditions de visite avaient bien changé depuis la naissance d'une de mes soeurs, en 1968, au septième mois de grossesse de ma mère. C'était une grande prématurée pour l'époque, et elle a passé deux mois en couveuse, sans aucun contact direct avec ses parents, juste du visuel derrière une vitre. Moi je ne l'ai rencontrée qu'à son retour à la maison, et j'avais tellement peur de la casser ! Mais j'ai très vite du apprendre à m'en occuper...
En tout cas j'ai été surprise d'apprendre l'existence des "câlineurs", ces bénévoles qui viennent prodiguer de la tendresse aux prématurés dont les parents ne peuvent pas venir souvent. Dans le récit, Elise qui cherche à s'occuper pendant son temps désormais "vide d'enfants" devient câlineuse dans la maternité où Lili a accouché prématurément. On fera connaissance avec le personnel, le plus souvent dévoué et très humain (à une exception près cependant !), et avec les autres parents de "prémas", désignés par "le papa de Clément", "la maman des triplés", etc. Même le bébé de Lili n'est pas nommé (Lili s'adresse directement à lui quand elle est narratrice). Cela m'a paru un peu bizarre, mais je m'y suis vite habituée. On comprend le pourquoi à la fin.
J'ai vraiment trouvé dans ce livre ce que je lui demandais, et j'en ressors apaisée, déstressée (enfin disons un peu moins stressée), et ce soir quand j'ai appelé ma fille du Sud, je lui ai raconté que j'ai lu un V.G. (c'est elle qui m'a fait connaître), elle m'a dit "Ah, c'est pour ça que tu es de meilleure humeur que la semaine dernière !" Et c'est vrai, ce roman m'a fait du bien, n'en déplaise aux détracteurs de "feelgood", ce terme que je réfute parce que je le trouve bien trop réducteur appliqué à cette auteure. J'ai lu les remerciements, parce que ce n'était pas juste une litanie de noms, elle y explique réellement la genèse de ce livre, ce qui le rend encore plus authentique et touchant.
Je ne peux que recommander cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5222
jeunejane
  09 janvier 2021
Elise doit affronter le départ de ses grands enfants. Sa fille en Angleterre, son fils à Paris. Très difficile d'autant plus que son mari l'a quittée quinze ans auparavant. Pas le choix, elle va devoir se reconstruire un emploi du temps en dehors du travail. Elle choisira un cours de danse et une activité bénévole une fois par semaine : "les câlineurs". Cela consiste à bercer et cajoler des mini-bébés nés prématurémént pendant les heures où leurs parents sont absents.
Parallèlement, nous faisons connaissance avec Lili ,qui accouche dans la même clinique, d'un bébé prématuré.
Lili et Elise ne se croiseront pourtant pas.
Nous parcourrons les premières semaines stressantes de cette petite nouvelle famille. J'en ai appris pas mal comme le fait que certains bébés doivent réapprendre à manger, à téter. Ils serrent contre eux une pieuvre en crochet fabriquée par des bénévoles. Cela leur rappelle le cordon ombilical. le dévouement des infirmières est très bien exprimé par Virginie Grimaldi ainsi que le vide laissé par les grands enfants quand ils quittent le foyer et veulent vivre leur vie.
L'auteure parcourt la vie d'une maman à merveille.
Surtout, elle insiste sur le caractère permanent du dévouement d'une maman même quand celle-ci a réussi à amadouer sa vie de maman sans les enfants et qu'ils reviennent dès qu'ils ont un gros souci.
Très vraie cette analyse des deux mamans, l'une jeune, l'une qui croit avoir fini son parcours.
Tout ceci ponctué par l'humour de plus en plus présent et pétillant dans les livres de l'auteure.
Un seul petit défaut : un livre qui se lit trop vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570

Citations et extraits (282) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld09   06 décembre 2021
C’est pratique, la colère, pour camoufler la tristesse ou la peur, pour ensevelir la culpabilité ou la honte. C’est l’émotion joker, qui prend la place de celles qui nous encombrent et nous permet de mieux encaisser, tout en nous transformant en parfaits tyrans.
Commenter  J’apprécie          30
DeboDebbyDeboDebby   30 novembre 2021
Une fois passés, les moments doux ne disparaissent pas. Quelque part, au fond de nous, ils durent pour toujours. On les appelle les souvenirs.
Commenter  J’apprécie          40
DeboDebbyDeboDebby   30 novembre 2021
- J'aimerais être aussi libre que toi. Aller où mes envies me guident, me débarrasser de ces injonctions qui m'encombrent. Je rêve de voyager, par exemple, mais je serais incapable de partir seule.
- Tu es ton seul frein. La seule personne qui a l'obligation de te rendre heureuse, c'est toi.
Commenter  J’apprécie          00
DeboDebbyDeboDebby   30 novembre 2021
ça viendra, finit-elle par affirmer. Un jour, tu n'attendras plus des autres qu'ils te rendent heureuse. Tu te feras ce cadeau toute seule.
Commenter  J’apprécie          10
Annabelle31Annabelle31   04 juillet 2020
Vous avez mis au monde votre fille, mais pas uniquement. J’ai la joie de vous présenter votre petit deuxième : il s’appelle Angoisse. C’est un enfant vorace, qui se nourrit essentiellement de larmes, de peur et de colère, à toute heure, à tout endroit, il n’est jamais rassasié. Il souffre du syndrome d’abandon, il ne tolère pas qu’on le laisse seul, la nuit, le jour, il sera là, près de vous. Il se peut que vous le trouviez également égocentrique, c’est normal. Il a besoin de toute l’attention, toute la lumière. Pour s’en assurer, il se manifeste régulièrement, avec une nette préférence pour les moments où on ne s’y attend pas. Je ne vous cache pas qu’il n’est pas facile à vivre, mais c’est la tradition. Il est offert à tous les nouveaux parents, en guise de bienvenue. C’est le secret le mieux gardé de la parentalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Virginie Grimaldi (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Grimaldi
Dans le cadre du festival Lire en Poche 2021, rencontre avec Virginie Grimaldi sur le thème "Clair-obscur de vies". Entretien avec Hubert Artus.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/recherche?requete=Virginie%20Grimaldi
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1223 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..