AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246784968
206 pages
Grasset (02/03/2011)
3.68/5   208 notes
Résumé :
"Maintenant que j'ai appris à le connaître, je l'aime et il m'effraie tout à la fois. Lui et sa mère vont trop loin, mais tous deux ont eu raison de mes résistances..."Une simple annonce sur les murs de la faculté a sorti Louis de sa léthargie pour le précipiter sur la plage de son enfance à la rencontre d'une mère et de son fils, deux êtres hors du commun qui vont bouleverser sa vie et l'amener à affronter ce qui dormait au plus profond de lui-même.

... >Voir plus
Que lire après Un garçon singulierVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 208 notes
5
13 avis
4
21 avis
3
13 avis
2
4 avis
1
0 avis
Une histoire courte, une histoire d'un mois, avec des retours sur les souvenirs du passé. Un garçon singulier, un autre jeune homme singulier, une mère singulière, une situation singulière...
Chacun de nous est différent de l'autre. Un laps de temps dans la vie qui peut faire évoluer la vie, voilà pour moi le résumé de cette histoire poétique.
Qui est emprisonné dans le carcan de la vie ? La liberté de vivre, de se souvenir, de profiter du temps présent.
C'est l'histoire d'un jeune homme qui vit dans le passé, dans ses souvenirs et qui est pendant un court instant de la vie confronté au présent. Ce présent lui permettra peut être de vivre sa vie.
Cette histoire n'apporte aucune réponse. C'est un moment à lire, à apprécier, à découvrir, le tout sans se poser de questions, juste vivre ce qui est à vivre...
Commenter  J’apprécie          560
C'est encore l'histoire d'une amitié qui s'établit entre Louis, étudiant mais qui ne sait pas très bien quelle voie choisir et tombe sur une petite annonce : un couple cherche quelqu'un pour s'occuper de Iannis, son fils singulier dans le village d'Horville où il a passé ses vacances pendant plusieurs années lorsqu'il était enfant.

J'ai un ressenti curieux, une gêne vis-à-vis du comportement des parents envers leur fils, ado de seize ans, très certainement autiste dont on veut se débarrasser pour le mettre en institution car il est trop encombrant. On le nourrit, on le lave, on affronte les accès d'angoisse. Mais aucun signe d'affection, ils traînent un boulet en gros.

Ils confient ce gardiennage à Louis pour respirer, pour que la mère puisse écrire tranquillement ses livres érotiques. D'autres personnes ont essayé de s'occuper de Iannis mais n'ont jamais tenu très longtemps.

On a donc un retour aux sources pour Louis, qui part à la quête d'un passé enfoui si profondément qu'il ne se manifeste que dans les rêves. On sent qu'il s'est passé quelque chose d'important.

J'ai aimé l'évolution de Louis, jeune étudiant réservé timide, on l'appelle le grand taciturne, qui parvient à pénétrer dans l'univers de cet ado qui est capable de réaliser beaucoup plus de choses que ne l'imaginent ses parents :

« Quand ils ne m'appelaient pas le grand taciturne, mes parents, comme l'auteur de l'annonce, disaient de moi que j'étais un garçon singulier. Ma tendance à la solitude les inquiétait : enfant, je ne me mêlais pas aux jeux des autres et à l'adolescence, je préférais la compagnie de mes auteurs favoris à toute autre ». P 15

Leur évolution à deux avec les souvenirs du passé qui veut revenir à la surface pour l'un tandis que l'autre perçoit des émotions tel un médium, il n'a pas besoin des mots pour se faire comprendre. Entre eux se tisse un lien fort qui réserve des surprises à la fin.

Cette complicité qui s'établit, se construit, ces deux vies qui s'interpénètrent m'ont plu, mais la mère m'a vraiment horripilée avec son côté nymphomane qui traque Louis d'une façon très glauque et j'avoue qu'elle a gâché le plaisir de cette lecture. J'éprouve quelques difficultés avec certains personnages féminins de Philippe Grimbert (cf. ma critique de « La petite robe de Paul »).

Un texte plein de mélancolie, des souvenirs qui tentent de se frayer un passage, alternant le présent et le passé (en italique), qui m'ont davantage marquée. Donc, une lecture qui me laisse une impression mitigée, ne sachant même pas si j'ai aimé ou non; je vais donc arrêter, pour l'instant du moins, l'exploration de l'univers de l'auteur.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          370
J'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce livre, atmosphère feutrée qui a pour décor les bords de mer en Normandie. Un garçon singulier est la rencontre entre Louis, étudiant qui n'arrive pas à s'affirmer , qui ne trouve pas sa place et Iannis , adolescent autiste.
Louis va pendant un mois jouer le rôle de babysitter . Un lien va rapidement se créer entre ces deux êtres « singuliers ». Ils vont réussir à s'apprivoiser. Ce lien est beau, touchant et montre combien le respect, l'écoute de l'autre peut se faire sans parole.
Au contact de Iannis, mais aussi d'Hélène, la mère de Iannis, et de Horville, station balnéaire ,Louis va se remémorer des souvenirs d'enfance, grandir, se transformer.
Philippe Grimbert nous décrit des relations humaines aux contours flous qui nous bousculent, nous troublent.
Commenter  J’apprécie          393
Un livre intéressant agréable à lire qui nous fait vivre la réalité avec un adolescent handicapé et nous plonge dans les souvenirs d'enfance du narrateur. Une belle écriture, très fluide. Un roman que j'ai apprécié. Cependant ce texte n'égale pas la qualité de "Un secret" du même auteur, il n'a pas la même puissance, mais il reste cependant un livre à lire, une belle découverte.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          420
Louis répond à une petite annonce pour s'occuper d'un "garçon singulier" parcequ'elle entre en résonnance avec sa propre histoire. La rencontre entre Louis , jeune adulte qui peine à s'affirmer et trouver sa voie et Iannis, qu'on devine autiste même si l'étiquette est évitée avec pudeur , est décrite elle aussi de façon "singulière" et sensible par P.Grimbert. J'ai été touchée par la façon dont la relation s'instaure et gomme rapidement l'asymétrie de l'aidant et du malade. La situation est complexifiée par la présence de la mère de Iannis qui est elle même en souffrance et cherche à s'en protéger à travers un comportement déroutant. Les fantômes du passé viennent aussi participer à ce "presque huis clos" et renforcent l'intensité du portrait psychologique de Louis. L'ambiance et souvent pesante et même angoissante mais la fin offre un vent de liberté et une belle bouffée d'oxygène.
Commenter  J’apprécie          271

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Dans le lit une forme se devinait, entortillée dans les couvertures. Iannis dormait en position foetale, deux doigts enfoncés dans la bouche et je ne distinguais de lui qu'un profil délicat découpé sur l'oreiller. Une pointe du col de son pyjama masquait sa joue et seul un pli très marqué entre ses sourcils indiquait une tension que le sommeil même ne pouvait apaiser. Je fus saisi par la beauté de ce visage auréolé d'une masse de cheveux blonds, par la longueur de ses cils et la ligne de son nez, quand je m'attendais à un faciès déformé par les troubles psychiques.
Commenter  J’apprécie          430
Qu’un grain se glisse dans la blessure si mal refermée et tout bascule : amours, rêves, certitudes. Notre chemin se perd sous le sable, pierre sans mémoire qui coule entre nos doigts, chair des destins fragiles, ciment des châteaux éphémères. P 41
Commenter  J’apprécie          250
Ce que nous croyons découvrir, nous l'avons toujours su. On n'oublie rien, ni l'éclair de lassitude, ni le mot chuchoté derrière la cloison ou la pâleur entrevue d'une peau. Nous n'avons jamais chassé de notre mémoire ces quelques syllabes, nous avons gardé au plus profond de nous ce geste regretté : c'est de cette part aveugle que nous dépendons, vivante, insistante, c'est elle qui a décidé de notre destinée.
Commenter  J’apprécie          70
L'essentiel n'est pas que je pense à toi - chacun peut bien penser à qui il veut en faisant l'amour - mais que tu le saches... et que je sache que tu le sais !
Commenter  J’apprécie          191
Nous avons laissé un peu de chair sur la terre de notre enfance, un de nos cheveux entre les pierres d'un chemin, des fragments de notre peau sur l'écorce d'un arbre, un soupçon de larmes ou de sang sur le sol d'un jardin. Des fleurs s'y sont nourries de notre mémoire. En retrouverait-on la trace, preuve de notre passage en ces lieux?
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Philippe Grimbert (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Grimbert
Karine Henry, de la librairie Comme un roman, présente son coup de c?ur pour "Rudik, l'autre Noureev", de Philippe Grimbert. Christelle Siméon, de la librairie Drugstore Publicis, nous présente "Rudik, l'autre Noureev", de Philippe Grimbert.
De retour de sa première visite en Russie depuis son célèbre saut vers la liberté, Noureev est extrêmement déprimé et en confie la raison à son psychanalyste, marquant le début d'une cure peu orthodoxe. Mais qui va réellement mener la danse ?
De retour de sa première visite en Russie depuis son célèbre saut vers la liberté, le danseur étoile Rudolf Noureev, très déprimé, consulte Tristan Feller, psychanalyste du Tout-Paris. Le thérapeute est rapidement déstabilisé par la personnalité hors du commun de « Rudik » , qui impose un cours peu orthodoxe à la cure : plongée dans l'histoire d'une légende vivante mais aussi affrontement entre les deux hommes durant lequel se déploient jeux de pouvoir et de fascination. À travers ce roman d'une analyse exceptionnelle, c'est à un voyage au-delà des masques que nous convie Philippe Grimbert.
+ Lire la suite
autres livres classés : autismeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (404) Voir plus



Quiz Voir plus

Quizz sur Le Secret de Phillipe Grimbert #DefiBabelio

Quel est le nom du personnage principal?

Maxime
On ne sait pas
Joseph
Simon

4 questions
425 lecteurs ont répondu
Thème : Un secret de Philippe GrimbertCréer un quiz sur ce livre

{* *}