AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de sandrine57


sandrine57
  05 octobre 2014
Dans le Paris de l'après-guerre, la famille Grimbert coule des jours paisibles entre leur boutique de la rue du Bourg-l'Abbé et le stade et la piscine où les parents, sportifs émérites, entretiennent leur physique d'athlète. Leur fils, lui, de faible constitution et de santé fragile, se tient éloigné des joies du sport, préférant collectionner les bonnes notes à l'école, dans l'espoir de laver la déception qu'il croit lire dans les yeux de son père. du passé de Maxime et Tania, il ne sait rien, mais il aime à imaginer leur première rencontre, leurs premiers émois et leurs années de guerre, derrière la ligne de démarcation, loin de Paris dont ils ont fui les restrictions. Pour se consoler de sa solitude, il s'est inventé un frère aîné, grand, beau, fort et sûr de lui, un frère avec lequel il se chamaille, se bagarre, un frère qui serait la fierté de ses parents. Il a quinze ans quand Louise, voisine et amie de la famille, lui confie le lourd secret que ses parents lui cachent depuis toujours, un secret qu'il pressentait mais dont il n'imaginait pas l'impact sur ses parents et sur lui-même.


En peu de mots, avec une pudeur extrême, Philippe GRIMBERT réussit à évoquer toute l'horreur de la shoah. Sans jamais écrire ni le mot juif, ni le mot camp, il dénonce une période de l'Histoire qui a vu s'effondrer le monde des juifs de France, confiants en leur pays, en leur gouvernants, en leur police. Pour échapper aux rafles et à la déportation, il fallait désobéir, refuser l'inscription à la préfecture, refuser l'étoile jaune, se réfugier dans la France Libre. Pour ceux qui ont survécu aux camps et ceux qui ont eu la chance de ne pas y aller, la joie d'être vivants a cédé devant le sentiment de culpabilité. Certains ont voulu tout oublier, effacer les humiliations, les violences, s'offrir une vie nouvelle, en scellant le passé. Pour ne plus souffrir, ils ont tu la souffrance, pour épargner leurs enfants, ils changé de noms, se sont réinventé un passé, une histoire. Mais le secret, latent et pesant, gangrène les familles. On cache toujours pour protéger mais la dissimulation, insidieuse, fait plus de mal qu'une vérité bien expliquée. Chez les Grinberg, devenus Grimbert, l'enfant sait sans savoir, ressent sans être sûr. L'histoire familiale qu'on lui a cachée est tapie dans ce corps qui refuse de s'épanouir, pèse sur ses frêles épaules, creuse son sternum, tétanise ses membres. Si la révélation fera naître d'autres questionnements, d'autres craintes, d'autres culpabilités, au moins, elle délivrera son corps de ce poids mort qui l'annihilait. Lui aussi se taira, pour, à son tour, protéger ses parents mais il trouvera un jour les mots pour lever la culpabilité et la peur.
Ce ''roman'' autobiographique est un concentré d'émotions fortes, un témoignage pudique et tendre qui évite habilement le pathos jusqu'au final, très émouvant, où l'on ne peut contrôler les larmes. A lire, évidemment.
Commenter  J’apprécie          1241



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (55)voir plus