AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782258114005
432 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (22/01/2015)

Note moyenne : 2.47/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Candy et Karl ne sont pas des tueurs à gages ordinaires : ils ont des scrupules et ne tuent que les personnes qui, selon eux, le méritent. Leur nouvelle mission : éliminer un agent littéraire véreux, L. Basse Hess, qui cherche à extorquer des commissions exorbitantes à ses clients pour des titres qu’il n’a même pas vendus ! Mais Hess va leur donner du fil à retordre…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
letitbe
  27 février 2015
Je remercie babelio et "les Presses de la cité" de m'avoir permis de découvrir ce livre.
Pourtant, j'ai quelques scrupules à écrire ce commentaire car je n'ai pas aimé cette histoire. J'en suis venue à bout mais ça n'a pas été sans mal.
Jack et Candy sont deux tueurs à gage. Ils veulent venir en aide à une jeune romancière en litige avec son ancien agent littéraire, personnage unanimement détesté par le milieu des lettres. le meurtre n'est pas au programme et d'autres personnes sont sollicitées pour le mettre hors-circuit.
Mélangez des poissons clowns, une romancière en mal d'inspiration, des avocats, des éditeurs, un transexuel, un dresseur de crocodiles, un employé de casse automobile, des mafieux de tout bord, un écrivain à succès, des agents littéraires ( j'en oublie) et vous frôlez l'overdose de personnages en vous demandant qui est qui, qui a dit quoi et pourquoi il l'a dit?
La 4ème de couverture promettait une histoire jubilatoire et enlevée. Pour ma part, j'ai eu l'impression de tenir un sac d'embrouilles que j'ai passé à mon temps dénouer. Que dire des trop nombreux personnages sans réelle consistance ? Que penser des dialogues sans queue ni tête et d'une intrigue bouillonne à souhait ? Pas grand chose si ce n'est l'agacement que j'ai éprouvé à la lecture de cette histoire.
La lecture du résumé me laissait augurer du meilleur et au final , j'ai été très déçue par ce roman que son auteure a certainement voulu distrayant et que j'ai, personnellement, trouvé pesant.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lilyrose87
  18 mars 2016
Petite alerte : Ce livre est la suite directe d'un Monde impitoyable. Si vous ne l'avez pas lu, vous risquez de vous faire méchamment spoiler ici, et ce serait vraiment dommage, car Un monde impitoyable vaut vraiment la peine qu'on prenne le temps le lire.
Pour les autres, voici ma critique, avec tout d'abord un bref petit résumé des évènements.
Souvenez-vous : Paul Giverney, auteur à succès, voulait se débarrasser de Ned Isaly, pour signer un contrat avec Mackensie-Haack, une prestigieuse maison d'édition. Il n'avait rien à reprocher à Ned, personnellement, bien au contraire.
C'est à la suite d'un immense quiproquo qu'on a fait connaissance avec toute une série de personnages haut en couleurs, à commencer par nos deux tueurs à gages préférés, Candy et Karl. Ces derniers ont une manie, qui peuvent gêner certains employeurs : ils ne tuent que s'ils estiment que leur cible l'a méritée. En l'occurrence, après enquête, Ned n'avait pas mérité son sort.
A la fin d'Un Monde impitoyable, nous avions laissé Bobby Mackensie exilé en Australie (à la demande de Candy et Karl), et un Paul Giverney déboussolé par la tournure prise par les évènements.
Un gros poisson prend place six mois plus tard. Candy et Karl ont une nouvelle cible, L. Bass Hess, un agent littéraire qui s'est attiré les foudres d'un mafieux. le début du livre ressemble à un de ces films noirs, où deux hommes pénètrent dans un restaurant pour canarder leurs occupants avec leurs mitraillettes.
Sauf qu'ici, les seules victimes à déplorer sont des poissons...Enfin, ils auraient eu une mort atroce si l'une des clientes du restaurant n'avait pas eu la bonne idée de sauver un des poissons, suivie immédiatement par le reste des clients, Candy et Karl compris.
Suite à leur enquête, Candy et Karl apprennent l'identité de cette mystérieuse cliente, salvatrice des poissons : Cindy Sella, un écrivain qui, hasard des coïncidences, est en litige avec Hess, qui n'a qu'un seul but : ruiner la carrière de notre pauvre écrivain. Ni une, ni deux, nos deux tueurs à gages préférés décident de venir en aide à Cindy. Mais comme, selon leurs critères, Hess n'a pas mérité de mourir (bien qu'il soit une immonde ordure), ils décident de recourir à un plan pour lui pourrir la vie. Ils seront aidés en cela par des personnages familiers, à commencer par Paul Giverney, devenu, sinon ami au moins une bonne connaissance du duo de tueurs.
Un gros poisson s'inscrit dans la veine d'Un monde impitoyable : un enchaînement de situations rocambolesques, l'intervention d'une troupe de personnages hors du commun, certains déjà rencontrés dans Un Monde impitoyable (Danny Zito, Arthur, Bobby Mackensie ou encore la flamboyante Blaze), et des petits nouveaux qui ont su trouver leur place dans le groupe (Bunny, la petite secrétaire de chez Mackensie-Haack, intelligente et efficace, Lena bint Musah, une malaisienne aussi belle que retors, Simone, richissime transsexuelle...)
Martha Grimes réussit l'exploit de rédiger une suite absolument géniale, et qui surpasse son prédécesseur. j'ai trouvé ce deuxième volet vraiment drôle, à tel point que j'ai dû me fêler une cote ou deux à force de rire. Alors oui, on pourrait lui reprocher de ne pas se renouveler et de faire d'Un gros poisson une redite d'Un monde impitoyable. Pourtant, je n'ai pas trouvé cela redondant, au contraire. C'est comme si je retrouvais un groupe d'amis, que je n'avais pas vu depuis longtemps.
Si vous avez aimé Un monde impitoyable, vous ne pourrez qu'adorer Un gros poisson. Mon seul regret est de l'avoir lu d'une traite, car maintenant je suis en manque. J'espère vraiment que Martha Grimes va nous pondre une suite. Elle a l'art et la manière de nous faire aimer ses personnages, que ce soit la bande de Richard Jury, ou celle de la petite Emma, dont je continue d'attendre la suite de leurs aventures avec grande impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chriskorchi
  13 mars 2015
J'ai bien aimé ce roman policier un brin déjanté mais j'ai toutefois trouvé u'il y avait trop de personnages, on finit par s'y perdre un peu.
TOutefois, j'ai aimé le coté déjanté, les personnages totalement loufoques et l'histoire se laisse suivre. de plus, le fait que cela se passe dans le milieu littéraire, qui on s'en rend compte est aussi pourri que les autres , entre les malversations , les employés véreux, les manigances, les cachotteries…
J'ai parfois eu du mal à m'y retrouver dans les personnages mais au final je me suis attachée à certains d'entre eux qui m'ont bien fait rire. Je me suis demandée où l'auteur voulait m'emmener mais très vite j'ai été rattraper par l'histoire et comme j'aime l'humour So british j'ai apprécié cette lecture particulière.
Le poisson Oscar de la couverture est vraiment un personnage à part entière. Au final, un moment de lecture plaisant .
VERDICT
Je conseille ce roman aux fans de polars et d'aventure déjantée, de personnages nombreux et hauts en couleurs.
Lien : https://lilacgrace.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cristy
  25 février 2015
Je remercie Babelio pour l'organisation des masses critiques et les éditions Presse de la Cité pour l'envoie de ce livre. Un livre qui nous entraine dans l'univers impitoyable de l'édition.
Ce qui fait le charme de ce roman, se sont ses personnages, qui ont du piquant. En commençant par Candy et Karl, qui sont loin de l'idée que je me fais de tueurs à gages. Deux personnages pas comme les autres, qui vont venir en aide à Cindy Sella, une écrivaine un peu perdue, qui bloque sur son roman, surement à cause des soucis que lui cause le procès que lui a attenté son ex-agent, L. Bass Hess. Candy et Karl ne peuvent tuer ce dernier, pas qu'il ne le mérite pas, c'est une vrai ordure, mais Cindy aurait beaucoup plus de problème si on la soupçonnait de meurtre. Ils vont donc faire appel à Paul Giverney, un auteur, et Bobby Machensie, un éditeur, pour mettre hors état de nuire l'agent véreux. Et Paul n'est pas un auteur pour rien, c'est avec son imagination débordante qu'il va mettre au point un plan, avec ce que Candy et Karl ont commencé. Un plan qui nécessite l'aide de nombreux autres personnages, tout aussi déjantés les uns que les autres, donc Oscar, un poisson clown. Et je vous assure que ce poisson n'est pas là pour faire figuration ;)
Martha Grimes monte une histoire assez délirante, je me suis demandée où elle voulait m'emmener. Elle fait ainsi découvrir les coulisses peu glorieuses du monde de l'édition, avec magouilles et compagnies. Dommage que le début soit un peu lent à démarrer, et que je me suis parfois perdue entre les nombreux personnages. Néanmoins, j'ai trouvé son roman intéressant, et il m'a fait sourire à de nombreuses reprises. Je ne suis pas tout à fait convaincu par la façon dont tout cela se termine… mais pourquoi pas :)
Lien : http://leslecturesdecristy.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarieC
  08 juin 2015
Une lecture décevante. Deux tueurs à gage un peu particuliers ont l'habitude d'enquêter sur leurs futures victimes afin de vérifier qu'elles méritent leur triste sort. Cette fois, leur enquête leur fait découvrir les agissements immoraux d'un agent littéraire qui harcèle une jeune romancière, et ils décident de jouer les redresseurs de torts, aidés d'une flopée de personnages invraisemblables.
A l'exception de quelques passages comiques - les situations abracadabrantes parviennent parfois à être amusantes, le roman est assez raté. L'auteur semble vouloir régler ses comptes avec le milieu de l'édition, mais le lecteur extérieur peine à s'amuser de la caricature, et se perd tout court devant la multiplication d'ébauches d'intrigues assez grossières et de personnages caricaturaux.
A éviter.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
Les caractères anthropomorphiques des personnages ne suscitaient guère l’empathie, en dépit des qualités propres aux élans, comme leur taille immense et leur aptitude à piétiner les indésirables, à commencer par leur créateur. De guerre lasse, il jeta le manuscrit sur la pile au pied de son fauteuil. Il détestait rédiger des lettres de refus. Une autre pile accueillait les manuscrits qu’il jugeait mauvais, quoique à un degré moindre que l’Iliade version élans. Celui-ci avait atterri sur son bureau parce que son auteur avait profité de la conférence annuelle de Bread Loaf, ou d’un autre raout entre écrivains, pour extorquer un rendez-vous à un responsable éditorial qui lui avait suggéré de le prendre comme agent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
emi13emi13   15 août 2015
Les unes comme les autres seraient devenues si rares qu'on ne leur ficherait plus jamais la paix.
Commenter  J’apprécie          50
letitbeletitbe   27 février 2015
- Quelqu'un ? Il n'est pas question de quelqu'un, mais de vous ! J'ai besoin de vous, Joe. Personne n'a des yeux aussi bleus que les vôtres.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
Hess déjeunait immanquablement d’un poisson accompagné d’une pomme de terre à l’eau, de petits pois ou de haricots verts. Jamais de sauce ni de friture ; ni dessert ni alcool, juste un verre de thé glacé. Limite anorexique. Pas étonnant qu’il ait été aussi maigre qu’un rail. Leur consolation, c’était de voir son invité du jour s’enfiler un double martini avec trois olives, suivi d’un plat qui transpirait le beurre et l’huile, d’une bouteille de sancerre et de plusieurs boules de crème glacée, le tout aux frais de ce bon vieux Hess.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
La plupart des agents cherchaient à impressionner les écrivains en leur obtenant des avances royales. Mais celles-ci pouvaient se révéler un piège. Quand un premier livre rapportait moins que son à-valoir, l’éditeur renvoyait son auteur au néant dont il l’avait tiré. Les grosses avances étaient une fausse bonne idée, sauf pour les auteurs de best-sellers reconnus, tels Paul Giverney, Stephen King ou John Grisham.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Martha Grimes (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martha Grimes
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa 22ème chronique, le 23 mai 2018, Fabien présente la romancière américaine Martha Grimes et le roman policier "cozy". Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : tueur à gagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..