AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Bouchareine (Traducteur)
ISBN : 2221115856
Éditeur : Robert Laffont (04/11/2010)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Un avocat frustré détourne des dommages-intérêts de ses clients ; un arnaqueur se prétend en partie amérindien pour ouvrir un casino ; un surveillant dans une maison de retraite manipule les patients et le personnel ; trois hommes partis en virée pour faire un don de sang s'arrêtent dans un club de strip-tease et finissent en prison ; la famille d'un homosexuel blanc atteint du sida demande à une vieille femme noire de le soigner jusqu'à sa mort...

Da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Didili
  02 avril 2015
Lecture en 2010
Sept nouvelles ayant toutes leurs intérêts, je n'avais jamais lu du John Grisham et pourtant ce n'est pas à cause de sa bibliographie énorme ! J'ai par contre vu certaines des adaptations cinématographiques de ces livres notamment la firme avec Tom Cruise et l'affaire Pélican avec Julia Roberts.
Encore des nouvelles me diriez-vous ?!!!
Quitte à me répêter j'aime les nouvelles et je m'en délecte souvent. de plus le style de Grisham à fait mouche chez moi (oui comme pour des millions de lecteurs...).
Il s'agit de son premier recueil de nouvelles et bien je lui conseille de continuer sur cette voie !
Je suis passée du rire aux larme, en lisant ces 7 nouvelles ! Il dépeint ces personnages parfois de façon cruelle parfois de façon très délicate et l'auteur à en effet un réel talent de conteur !
Je me suis trouvée dans les contrées américaines telles que je peux les imaginer avec mes références cinématographiques et littéraires.
J'ai bien souvent penser à des films, justement quand j'ai lu ces nouvelles. Les thèmes de ces 7 nouvelles sont récurrents en littérature ou au cinéma. Sauf peut être pour Havre de paix ...Pourtant cette histoire serait une sacrée bonne idée de roman plus long.
1 - Collecte sanglante
Un périple haut en couleurs, une virée pour la bonne cause qui dérape au détriment des soit disants sauveurs assez drôle je dois le dire une équipée sauvage version moderne avec une voiture à la place des chevaux et des clubs de strip tease à la place des saloons !

2 - Dernier trajet
Une famille en route pour assister à une exécution, celle du grand frère. On se retrouve dans une vieille camionnette prêtée qui sera rendue en temps et en heure.
On trouve là, l'amour maternelle d'une femme ayant fait ce qu'elle a pu dans sa vie bien misérable de femme seule élevant 3 fils dans une société bien dure.
3 - Dossiers poisseux
Un avocat qui profite d'une belle affaire en or pour refaire sa vie. La mise en scène de sa déroute qui n'en est pas vraiment une...
4 - Casino
Un arnaqueur qui profite des lois faites pour les indiens des réserves et qui se fait voler par plus fort que lui, l'amour rendant si fort ...l'argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue !
5 - Huit ans après
Une nouvelle assez effrayante, qui aurait pu mal se finir... J'aurais presque préféré une fin dure et implacable... Oui je suis sadique parfois, mais j'aime bien quand les "petits" gagnent parfois...
Mais c'est sans compter sur la machine de justice pas toujours juste surtout aux USA !

6 - Havre de paix
Une nouvelle dans le milieu des maisons de retraite ! Tout un programme j'ai adoré et je trouvais même que cette nouvelle mériterait à elle seule un roman et une adaptation au ciné !
7 - Un garçon pas comme les autres
La nouvelle qui m'a fait presque pleurer pour ne pas dire pleurer d'ailleurs...
J'ai pensé au film Philadelphia et aussi à la chanson de Céline Dion à cause du titre.
Un homme se meurt du SIDA à l'époque où cette maladie méconnue fait des ravages et engendre des réactions de peurs violentes et de ségrégation.
Une amitié se tisse entre deux êtres : une vieille femme noire et un jeune homme atteint du SIDA.
Ma nouvelle préférée de ce recueil pour l'émotion qu'elle a suscité en moi et parce qu'elle clôt ce recueil de belle manière.

Lien : http://imagimots.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mimipinson
  27 décembre 2010
J'ai fait connaissance avec John Grisham avec ses tous premiers romans policiers que j'ai lu avec délectations. Puis ceux-ci devenant au fil des parutions un peu routiniers, je m'en suis éloignée.
C'est la curiosité qui m'a poussée vers ce recueil de nouvelles, le genre n'étant pas habituel chez l'auteur.
Au coeur d'une petite ville de l'Etat du Mississippi, John Grisham compose 7 histoires qui placent l'humain comme dénominateur commun ; l'humain dans ce qu'il a de plus divers, en allant du meilleur au pire.
Lors de la lecture, je passe par presque tous les sentiments : la peur dans collecte sanglante, l'indignation dans havre de paix, le sentiment d'impuissance et d'espoir avec cette mère et ses deux fils dans dernier trajet, la honte et le dégoût dans dossiers poisseux, mais surtout l'émotion et l'espoir en l'humain dans un garçon pas comme les autres.
Les qualités de ce recueil ne manquent pas. En effet, les thèmes sont variés, la narration est de grande qualité. J'ai retrouvé la patte juridique de l'auteur dans quelques chroniques, et notamment un de ses sujets de prédilection qu'est la peine de mort, l'injustice. Nous sommes dans le sud, ne l'oublions pas.
Ces chroniques se lisent bien, sont de qualité et d'importance égale, même si j'ai moins aimé casino et huit ans après, sans forcément pouvoir y mettre une explication.
Mais, parce qu'il y a un mais, ce qui m'a gênée, c'est la forme littéraire en elle-même. En effet, pour m'y être récemment essayée, la nouvelle est pour moi difficile à lire : trop courte et trop longue à la fois, un manque d'unité dans la lecture, on « saute du coq à l'âne », je n'ai pas le temps de m'imprégner, de ce que je lis, de me concentrer que c'est déjà fini. Il y a toujours un sentiment d'inachevé, une impression de se disperser qui ne m'est pas agréable, et rend ma lecture hachée, tronçonnée.
Si j'ai pu prendre plaisir à cette lecture, c'est grâce au caractère sensé de ces histoires, aux qualités narratives, et à l'universalité de ce genre de chronique. John Grisham a dressé en un endroit précis, une photographie urbaine et sociétale. Mon cerveau cartésien, en tout cas, s'y est trouvé plus confortablement installé.
Je remercie chaleureusement Bob et les éditions Robert Laffont pour cette (re) découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Skorpionnan
  07 janvier 2011
Ce livre se compose de 7 nouvelles
"Collecte sanglante" : ou Pourquoi les cul-terreux du Mississippi devraient éviter les strip-teases de Menphis.;
"Dernier trajet": Une exécution capitale libératrice, même pour la famille du condamné;
"Dossiers poisseux": Un avocat à la vie médiocre trouve le bonheur;
"Casino": Un Irlandais d'origine indienne ouvre un casino où le mari bafoué de sa maîtresse se découvre un don pour le jeu;
"Huit ans après": Un avocat peu scrupuleux est confronté à la réalité de ses "dossiers";
"Havre de paix": Un gentil aide soignant est embauché dans un hospice mal tenu;
"Un garçon pas comme les autres": Un jeune gay atteint du Sida, héritier d'une grande famille, revient mourir dans le ghetto noir de sa ville natale.
Chacune de ces nouvelles a pour cadre le Comté de Ford dans le Mississippi. Chacune reprend un des thèmes chéris de John Grisham : l'homme seul broyé par le système, juridique ou légal, mais qui finit par trouver en lui les moyens de son accomplissement, ou l'homme adroit mais faux qui se trouve confronté aux conséquences de ses actes. Beaucoup des personnages principaux sont également des avocats, hommes de loi ou hommes d'affaires. La frontière ténue est entre ceux qui appliquent les règles selon leur esprit et ceux qui les appliquent pour eux.
Avis:
J'ai un peu de mal avec les nouvelles, je les lis en général une par une en lisant autre chose entre temps. Pourtant ici l'ensemble recèle une véritable cohérence; c'est le Comté de Ford qui fait le lien entre toutes ces histoires. Cela compose comme une série de portraits extraits de la vie quotidienne de cette région. le titre de "Chroniques" est donc tout à fait pertinent. Clanton, la ville principale est typique d'une petite ville rurale des Etats Unis.
Délaissant les longs méandres angoissants des procédures qui caractérisent souvent ses romans, Grisham s'attache plus ici à décortiquer les mécanismes de cette société. On sent bien qu'il a connu ce genre de monde. Il prend aussi le soin de s'attacher à ses personnages, les croquant précisément mais rapidement, format de la nouvelle oblige.
Il excelle dans le style fluide et précis qui est le sien, mais se permet ici quelques circonvolutions bienvenues. L'on n'est pas dans un thriller: l'efficacité n'est pas le maître mot et sa langue y gagne.
Conclusion:
En lisant ce livre, très agréable, j'y ai senti des accents de William Faulkner ( et j'adore Faulkner). Il se lit malheureusement trop vite, chacune des nouvelles aurait pu donner naissance à un roman.
J'ai une tendresse particulière pour la dernière nouvelle parce que John Grisham n'y fait pas du Grisham, et c'est superbe de pudeur et de goujaterie.
Mais ce livre ne me laissera cependant pas un souvenir impérissable, sans doute que le format de la chronique ne m'a pas laissé le temps de m'y impliquer complètement.
Ma note : 16/20

Lien : http://www.atelierdantec.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
simonjean
  17 octobre 2017
Je ne suis pas un lecteur assidu de John Grisham ; de lui , je n'ai lu que "L'héritage " que j'avais bien aimé mais sans plus . Comme son titre l'indique ce livre est un recueil de sept nouvelles se déroulant toutes à Clanton , Mississippi ( le Sud profond... ) . Je me suis régalé à la lecture de chacune d'elles ; on est embarqué dès les premières lignes . L'auteur décrit de manière drôle ou touchante chacun des personnages . Par leur style ou le pittoresque des situations , certaines chroniques n'ont pas été sans me rappeler Douglas Kennedy ou John Steinbeck ( Rue de la Sardine ou Tortilla Flat pour la première nouvelle ) . Je recommande donc vivement la lecture de ce livre bien écrit , qui se lit vite et fait passer un très agréable moment !
Commenter  J’apprécie          30
beauscoop
  25 juillet 2016
7 histoires courtes sur les moeurs d'habitants très spéciaux d'une région rurale au coeur profond des USA. Un bon choix par l'auteur de cas originaux et de sujets exploitant les faiblesses du citoyen moyen face à l'establishment et aux grandes entreprises, ce choix nous amène à désirer certaines histoires plus dévelopées valant un roman.
La dernière nouvelle est immensément poignante et émouvante. L'auteur décrit cruellement la fin de vie d'un gay, et on est bien obligé de compatir à sa malheureuse condition de malade mais aussi de rejetpar la société.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Son livre favori était Comment faire sauter la banque du casino, et l’auteur, un ancien flambeur devenu écrivain, prônait la discrétion et la dissimulation. Ne jamais porter les mêmes vêtements, bijoux, chapeaux, casquettes, lunettes. Ne jamais rester à la même table plus d’une heure. Ne jamais donner son nom. Changer souvent de boisson sans jamais prendre d’alcool. Venir parfois avec un ami et lui dire de vous appeler Frank, Charlie ou Tartempion. Jouer parfois de façon stupide. La raison en était simple ; la loi autorisait tous les casinos du pays à demander à un joueur de s’en aller. Si vous étiez soupçonné de compter les cartes ou de tricher, ou si vous gagniez trop à leur goût, ils pouvaient vous mettre dehors sans avoir à fournir de motif. En affichant plusieurs identités, on les déroutait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Son point faible, bien avant les femmes et l’alcool, c’était le jeu. Il avait essuyé de fortes pertes à Las Vegas, dans les clubs de poker et auprès des bookmakers. Il claquait régulièrement de grosses sommes d’argent aux courses de chiens de West Memphis et avait même failli se ruiner totalement lors d’une croisière dans les Bermudes. Avec l’arrivée inopinée des jeux de casino dans le Mississippi, son empire avait fini par atteindre un niveau d’endettement préoccupant. De toute façon, il n’y avait plus qu’une banque dans les environs qui acceptait de travailler avec lui et, quand celle-ci avait refusé de couvrir ses pertes au craps, il s’était vu contraint de mettre un peu de son or au clou à Memphis pour régler ses employés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Désœuvrés et ignorant tout des blessures de Bailey, les visiteurs se jetaient sur la moindre bribe d’information, l’analysaient, la disséquaient tandis qu’elle faisait son chemin chez les femmes à l’intérieur et les hommes dehors. Bailey avait une jambe estropiée qu’il faudrait sans doute amputer. Il était gravement blessé à la tête. Il était tombé avec l’échafaudage d’une hauteur de quatre étages, à moins que ce ne fût de huit. Il avait la poitrine écrasée. De fil en aiguille, les plus pessimistes en arrivèrent à évoquer ses obsèques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
Mais ce qui le déprimait encore plus, ce n’était pas de penser au présent ou au passé mais à l’avenir. L’idée de se réveiller un jour à soixante ans et devoir toujours aller travailler à contrecœur, sans doute dans le même local, afin d’y remplir inlassablement des demandes de divorces et des déclarations de faillites minables pour des clients à peine capables de payer ses misérables honoraires, l’aigrissait de jour en jour. Oui, cette simple pensée le rendait profondément malheureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 décembre 2013
La plupart des rumeurs qui se répandaient dans Clanton prenaient naissance chez le coiffeur, dans un des cafés ou au bureau du tribunal, et une fois qu’elles commençaient à se répandre, rien ne pouvait les arrêter. Les potins les plus scandaleux faisaient le tour de la grand-place à une vitesse défiant toute technologie et ils revenaient souvent à leur source tellement déformés que même leurs auteurs s’en trouvaient déconcertés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Grisham (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait de "Le Cas Fitzgerald" de John Grisham lu par François Tavares. Editions Audiolib. Parution le 13 février 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-cas-fitzgerald-9782367628387
autres livres classés : nouvelles américainesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : La Dernière Récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre